Bandeau partenaire, Crowne Plaza, 30 janvier

Pas d’âge pour rebondir 

Semaine du 13 mars 2023

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

Sur le gril cette semaine

Il n’y a pas d’âge pour rebondir. Après avoir quitté Helenis (GGL Groupe) en 2021, dont il a porté le style 15 ans durant, Thierry Aznar décroche, ce 11 mars, la première des nouvelles ‘Folies architecturales du 21e siècle » de Montpellier, avec sa structure Aeko et aux côtés de l’architecte Odile Decq. On en parle dans « Zoom » 

Et encore ? Le nouveau préfet de région parle des dossiers-acronymes (Zan, LGV, COM), la grogne des restaurateurs de la Ville rose, des Vignerons de garde dans l’Aude (c’est en « Décodage »), un « Trois questions à » sur les fuites d’eau, habitat intergénérationnel dans le Gard (« Ça pousse »), le plan d’exploration du Lab by Altémed (« À l’affiche ») vers une hyper-hybridation (« HV Touch »), et plein d’autres palabres urbaines.  

Bonnes lecture et semaine ! 

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Bertrand Religieux, Irdi Capital Investissement

Pourquoi choisir un fonds régional pour accompagner le développement de sa PME ou pour un projet de transmission-reprise d’entreprise ? Quel est le moment opportun ? Qui sont les bons interlocuteurs ?
IRDI Capital Investissement (présidente : Corinne D’Agrain) explique ses outils et sa stratégie, le jeudi 16 mars à partir de 8h30 à La Maison de Ma Région (allée Paul-Riquet) à #Béziers. Gratuit, inscrivez-vous en cliquant ici.
Introduction par Matthieu Ourliac, président du Medef Hérault Béziers. Lionel Schmitt reviendra sur la reprise et le développement de Fytexia (compléments alimentaires, Vendres), devenue une prospère PME ancrée dans le territoire, et passée en 10 ans de 8 à 40 salariés, et de 3 M€ à 15 M€ de CA à l’export, après deux levées de fonds.
Ludovic Sarrazin présentera le nouveau fonds Irdi Impulsion. Ce fonds, doté de 47 M€ (tickets compris entre 1 et 4 M€) est destiné à soutenir les entreprises solides, mais dont la rentabilité a été impactée par un accident de parcours récent (crise Covid, inflation, ruptures logistiques…).
J’aurai le plaisir d’animer les débats pour le compte de L’Agence (Midi Libre).
> Dans l’actualité, Irdi Capital Investissement lance deux nouveaux fonds, le fonds d’amorçage IRDInov 3 (dédié à la deeptech, notamment dans le secteur de la santé) et le fonds de capital-risque Aelis Innovation 2 (destiné aux sociétés à dominante digitale en phase de commercialisation ou proche), avec l’objectif d’atteindre 100 M€, pour « favoriser l’éclosion d’entreprises innovantes à haut potentiel et à financer leur croissance », en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Le premier tour de table se termine sur un montant de 75 M€. Les tickets oscillent entre 0,3 et 6 M€ pour IRDInov 3 (entreprises affichant un CA inférieur à 500 k€), et entre 0,3 et 4 M€ pour Aelis Innovation 2 (entreprises affichant un CA supérieur à 500 k€).

Sébastien Arnaux, EPCC Pont du Gard

Il annonce un investissement de 9 M€ pour renouveler le musée du Pont du Gard. « Le musée du Pont du Gard a 20 ans. Nous voulons le repenser, en continuant à parler de la construction de l’aqueduc romain, mais en abordant d’autres enjeux contemporains, comme l’eau, la pierre, l’environnement… », indique Sébastien Arnaux, directeur général de l’ EPCC (établissement public de coopération culturelle) du Pont du Gard . Neuf millions d’euros vont être investis dans le réaménagement des espaces dédiés. Au total, 3.000 m² (musée et ludothèque) vont être repensés. Le projet inclut un cinéma et un parcours en extérieur baptisé « Mémoire de garrigue », qui présente les paysages de la Méditerranée. Le financement sera porté « par l’EPCC, la Région Occitanie et le Département du Gard », précise Sébastien Arnaux. L’objectif est d’accroître de façon conséquente la fréquentation du musée, qui s’élève à 200.000 visiteurs annuels à ce jour. L’étude de programmation a été menée par Nicolas Saint-Cyr (muséographe), Delphine Rabat (scénographe) et Guillaume Colombo (expert en tourisme). Une maîtrise d’ouvrage déléguée est en cours de sélection. Côté calendrier, la première pierre devrait être posée en 2025, « date du 40e anniversaire de l’inscription du Pont du Gard au patrimoine mondial de l’Unesco », pour une ouverture au public en juin 2026. 
Plus à lire dans Les Échos, en cliquant ici  

Grégoire Chauvière le Drian, Eurobiomed

Actuel chef de bureau français à la Banque d’investissement européenne (BEI), il participe à l’événement organisé par Eurobiomed le 15 mars à la pépinière Cap Alpha (Clapiers, 34) sur le thème « financement des Healthtech innovantes en phase de scale-up avec la BEI : Retours d’expérience ». Participeront également les directeurs administratif et financier de Medincell, Jaime Arango, et de Quantum Surgical, Christophe Sibillin. « Les sociétés MedinCell et Quantum Surgical ont toutes deux obtenu des soutiens importants de la BEI, respectivement pour soutenir le développement d’un portefeuille de traitements injectables à action prolongée et pour propulser le déploiement de robots chirurgicaux sur le marché », justifie Eurobiomed. En savoir plus sur l’événement ici. 
À (re)lire dans Les Échos, « Quantum Surgical vise jusqu’à 100 millions de dollars pour son robot chirurgical » (novembre 2022) et « MedinCell aux portes des Etats-Unis avec son traitement contre la schizophrénie » (septembre 2022). 

Fabrice Aubin, Wall Street English

L’impact positif de l’anglais sur le PIB, les actus et les projets de Wall Street English (WSE, cours d’anglais), les méthodes d’apprentissage, comment mettre en valeur l’anglais sur un CV, visiter Westport (Irlande)… Dirigeant des cinq franchises WSE Saint-Étienne, Montpellier, Toulouse, Béziers et Perpignan, Fabrice Aubin lance le premier numéro du magazine WSE. Agencehv a eu le plaisir de contribuer à la rédaction du mag, à lire ici. Découvrez nos références rédactionnelles ici. Conception – maquette : Janvier (Montpellier).

Christophe Carniel, Vogo

Alors que se profilent la coupe du monde de rugby, cet automne, et les Jeux Olympiques de Paris 2024, la sportech Vogo (Montpellier) veut accélérer dans le déploiement de ses solutions audio et vidéo dans le domaine du sport. Et garder une avance sur ses concurrents. Pour ce faire, un protocole d’investissement est conclu le 8 mars, pour une augmentation de capital d’environ 5 M€ réservée à son partenaire technologique et commercial Abeo. L’objectif est tout d’abord de renforcer la présence de Vogo en Amérique du nord. « Ce marché génère pour l’instant 2 M€ par an pour Vogo. Il y a une croissance à aller chercher, dans le soccer, le foot américain et les sports universitaires », détaille Christophe Carniel, président et cofondateur de Vogo aux côtés de Pierre Keiflin et Daniel Dedisse. Par ailleurs, Vogo, qui dispose d’un portefeuille de 7 brevets, souhaite poursuivre le développement de solutions pour élargir la détection des commotions cérébrales dans le sport, lancé l’an dernier à travers un consortium pluridisciplinaire.
En matière de solutions audio, Vogo permet aux arbitres, coachs, équipes médicales…, d’échanger pendant les matchs, grâce à un boîtier qui efface l’ambiance de la foule. La technologie de replay vidéo pour le grand public a été embarquée dans l’application de la Fifa, lors de la dernière coupe du monde de football au Qatar. « Le sport est une belle vitrine pour expérimenter la tech, conclut Christophe Carniel. C’est aussi indispensable pour que les jeunes générations, très connectées, continuent de se rendre dans les stades. »
Plus à lire cette semaine dans Les Échos.

Thierry Allard, Club de la presse et de la communication du Gard 

Rédacteur en chef adjoint d’Objectif Gard, il est élu président pour une durée d’un an du Club de la presse et de la communication du Gard, le 9 mars. Il succède à l’incontournable Guillaume Mollaret (Le Figaro), dont il était le vice-président depuis quatre ans. Chef des agences Objectif Gard d’Alès et de Bagnols, depuis la création de cette dernière en 2014, Thierry Allard a débuté sa carrière de journaliste à la radio Raje à Nîmes puis à Avignon en 2009. Originaire de Nîmes, il est diplômé de l’IUT de Cannes. Le nouveau conseil d’administration se compose également de Céline Rousseau de Mazette ! (vice-présidente communication), Valérie Pene, graphiste indépendante (trésorière), Marie-Do Gruss d’Invivox (secrétaire) et Lydia Bouziane d’A2 Perspectives (vice-secrétaire). Le poste de vice-président journaliste n’a pas encore été nommé. 
Le Club de la presse et de la communication du Gard rassemble 200 professionnels du secteur, « avec environ 20 % de renouvellement des membres en 2022 », indique le club dans un communiqué. Il a rythmé l’année de 7 ateliers et formations, mobilisant 140 membres. Un kit pédagogique des Métiers de la presse et de la communication a été édité par le Club gardois, à télécharger gratuitement sur son site.   

Alain Barbe, EPIC Tourisme et Loisirs en Grand Pic Saint-Loup 

Il est le nouveau président de l’Office de tourisme du Grand Pic Saint-Loup (EPIC de Tourisme et Loisirs en Grand Pic Saint-Loup, 34), élu à l’unanimité le 8 mars lors du comité de direction. Il succède à Laurence Cristol, élue députée Renaissance en juin, et remplace Philippe Leclant, vice-président, qui en assurait l’intérim. Maire de Matelles et président de la communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup, Alain Barbe entend militer pour un tourisme de proximité, en lien avec la nouvelle identité touristique de l’EPIC, créée en 2021. Le Grand Pic Saint-Loup a totalisé près de 2,02 millions de nuitées et plus de 4,18 millions de touristes en 2022.   

Justine Jullian, Lab by Altémed

Le Lab by Altémed, à Montpellier, explore le thème du réemploi des matériaux, à travers trois ateliers (retour en cliquant ici). « Ce n’est pas un think tank. L’objectif est d’avoir des livrables, avec des fiches de lots thématisés, des bâtiments exemplaires, des clauses environnementales…, explique Justine Jullian, directrice de l’innovation à Altémed (directeur général : Cédric Grail). Une feuille de route doit être arrêtée en juin, pour que, tous ensemble, avec les professionnels de l’acte de bâtir, nous expérimentions le réemploi des matériaux à la rentrée de septembre. » Autres thèmes qui feront l’objet de débats : les bâtiments connectés et l’innovation sociale. « Les logements neufs sont connectés, mais il faut aussi connecter les bâtiments des années 70. Mais jusqu’où faut-il aller ? L’habitant est-il autant en demande que ce qu’on pourrait penser ? Où se situe la valeur pour lui ? Altémed a un terrain de jeu bâtimentaire (avec le parc ACM Habitat note), une proximité avec les gens. Nous nous appuierons sur ce retour d’expérience. » En matière d’innovation sociale, les colocations solidaires dans le quartier Mosson sont testées (15 étudiants à ce jour, 40 à la rentrée) : en échange de vastes appartements peu chers, les étudiants s’engagent à 5h par semaine d’actions solidaires dans le quartier. Autre champ de débats croisés, la gestion des fragilités des seniors, « parfois marqués par l’isolement ou des problèmes de santé mentale ».

Louis Madaule, CCI Aude 

La CCI Aude, présidée par Louis Madaule, lance ce 16 mars son Club des chefs d’entreprise du Littoral Audois et des Corbières dans les locaux de la CCI à Narbonne. Objectif du réseau : « mettre en relation des chefs d’entreprise de l’est audois en vue de faire évoluer leur vision globale sur leur environnement économique, partager des expériences et expertises pour dynamiser le tissu économique local, être force de proposition pour la CCI pour des plans d’actions et des formations, accompagner leur développement personnel et développer leur réseau professionnel », explique aux Indiscrétions Véronique Poutas, directrice générale à la CCI Aude. Près de 100 chefs d’entreprises sont conviés à la soirée de lancement. Parmi eux, Mikaël Boubout (Aude Plastique), Julien Millan (Pinol Levage), Cyril Codina (Vinaigrerie Codina), Yann Wickers (Semop Port la Nouvelle), Julien Escriva (Escriva Peinture), Louis Privat (les Grands Buffets), Sébastien Capdeville (Capdeville), Jean-Claude Albert (Albert SA), Olivier Ruth (Euroports), Benjamin Tort (Tort hygiène), Laurent Maratuech (SM), Daniel Atlan (Atlan), Aude Bories (domaine Paul Huc)…. 
Le Club des chefs d’entreprise du Littoral Audois et des Corbières est coprésidé par Nicolas Cayrol (imprimerie de Bourg) et Stéphane Nondedeo (Provilog). Le trésorier est Guillaume Molinier (Plastimage) et le secrétaire Julien Roger (Le chai débarque).  

Clémence Peyrot, Adéquation

À partir du 1er avril, Clémence Peyrot devient directrice du bureau d’études Adéquation en Occitanie (basé à Montpellier, un consultant seniors est en cours de recrutement à Toulouse). Adéquation aide les acteurs du foncier, de l’aménagement et de l’immobilier à comprendre leurs marchés pour y développer les meilleurs projets et stratégies. « C’est un interlocuteur reconnu, car indépendant, glisse un promoteur lors du Salon de l’Immobilier. Alors que la FPI ou le Pôle Habitat FFB peuvent parfois être perçus comme des lobbys. » Clémence Peyrot est consultante senior pour Adéquation à Montpellier depuis octobre 2020. Simon Chapuy, actuel directeur, rejoint la direction commerciale d’Adéquation France, où il sera délégué aux promoteurs. Les Indiscrétions du 20 février ont rapporté le bilan 2022 d’Adéquation. Ce dernier pointe, chiffres à l’appui, une forte contraction des ventes et de la production (à relire en cliquant ici). Anais Cloteau devient directrice régionale PACA. Elle reste basée à Montpellier avec son équipe.

Mathieu Massot, FDI Groupe

« Les promoteurs immobiliers se retrouvent face à une équation à triple inconnue qui devient mathématiquement impossible à tenir : maintien des charges foncières, capacité à enrichir l’architecture pour faire rayonner la ville (concours des ‘Folies architecturales’, voir en Zoom), et un positionnement prix à surveiller pour loger le plus grand nombre, alors que nous traversons une période inflationniste », explique le DG de FDI Groupe, le 10 mars lors de la table ronde d’Altémed, sur le salon régional de l’Immobilier à Montpellier.
L’organisme foncier solidaire (OFS), lancé fin 2021 (à lire en cliquant ici), peut aborder un début de réponse. « Avec des prix inférieurs, l’OFS répond à la contrainte du logement abordable en résidence principale. Il y a une appétence commerciale pour ce produit. Là où il a été lancé, à Rennes, Strasbourg, Lille, il fonctionne. À Mauguio, nous avons lancé des logements en BRS (bail réel solidaire). Pour cette première journée de Salon, c’est la principale source de contacts. »
Selon Frédéric Lafforgue, maire de Castelnau-le-Lez, l’OFS s’impose comme un « vrai logement abordable. C’est un moyen de réguler le marché. Avec les actuels logements abordables, des couples revendent quelques années plus tard en réalisant d’importantes plus-values. On n’est plus dans le logement abordable ».

Caroline de Boisgelin-Abecassis, BNP Paribas Real Estate Montpellier

« Toulouse monte, avec 152.000 m² de bureaux transactés en 2022, de la 8e à la 5e place nationale sur le marché tertiaire (+ 17 % en 2022 par rapport à la moyenne des 10 dernières années), et Montpellier reste, avec 117.000 m², dans le club des métropoles supérieures à 100.000 m² (+ 46 %) », déclare Caroline de Boisgelin-Abecassis, directrice de BNP Paribas Real Estate Montpellier, le 16 février lors du point marché de BNP Paribas Real Estate, au Campus Majoria à Montpellier. « La démocratisation du télétravail insuffle aux entreprises la révision de leurs stratégies immobilières, ce qui se traduit sur les surfaces transactées et leurs usages », analyse le broker. D’ailleurs, 81 % de la demande placée concerne des relocalisations.
À Montpellier, le marché de la seconde main (78.000 m²) « porte le marché. La plupart des 344 transactions se situent en 2022 sous la barre des 1.000 m² ». 22 transactions passent cette barre, et une seule franchit le seuil des 5.000 m2 (SNCF, 5.670 m²), au lieu de 3 en 2021. Toulouse en compte de plus importantes : Cité administrative (30.000 m²), GA Smart Building (6.100 m²), Compétences et Développement (6.470 m²).
Le marché de la seconde main est, à Montpellier, jugé « tendu et sous-offreur, avec un taux de vacance inférieur à 5 %. On a puisé dans nos réserves. » Le stock de bureaux neufs remonte en revanche à un rythme spectaculaire (+ 167 % en un an). « 132.000 m² de constructions neuves sont prévus d’ici à 2025 : (Un)Plug, Air Parc One, Cube, campus Ynov, Montpellier Business School, Halle Nova, Nexus, Vitalie, Or Méditerranée, Infiny, Tech Tower… C’est une bonne nouvelle. » Dans le parc Majoria, géré par la foncière Covivio, un nouveau programme va sortir de terre : le projet O2 (8.700 m², 145 places de parking et 145 places pour les vélos), avec Origin (Tom Sheehan) comme architecte. Le projet, purgé de tout recours, est en attente de commercialisation.
Si l’offre disponible à un an (94.040 m², + 50 % en 2022 par rapport à 2021) rejoint la moyenne décennale (94.356 m²), après trois ans de chute, Caroline de Boisgelin pointe la faible offre sur les créneaux 250 à 500 m², alors qu’il représente 81 transactions et 24.071 m2 placés (20 % du marché). « Il faut être vigilant sur la divisibilité de nos offres et la flexibilité des immeubles », insiste l’experte.

Stéphane Champay, Ville du Crès (34)

Le service économique de la Ville du Crès (maire : Stéphane Champay) organise une soirée dédiée aux enjeux de la transformation numérique des entreprises, mardi 28 mars à partir de 18h30 à l’Agora. La CCI Hérault, la CMA Hérault, la banque CIC et l’agence Spiriit Digital e-commerce seront présentes. Plus d’infos dans le communiqué de presse ici.  

Benoît de Vathaire, Patrick Guinaudeau et Olivier Hue, Réseau Entreprendre Occitanie Garonne 

Ils sont tous trois lauréats des programmes du Réseau Entreprendre Occitanie Garonne et seront accompagnés pendant 2 ans par des membres du réseau de chefs d’entreprise. Benoît de Vathaire, repreneur de l’entreprise de construction spécialisée dans les réseaux d’assainissement pour les promoteurs immobilier GIL Travaux Publics (Cornebarrieu), est lauréat du programme “Start”. Par cette reprise, il sauve 7 emplois et a pour objectif d’en créer un de plus dans les 3 ans à venir. Le second lauréat de ce programme est Patrick Guinaudeau, qui a repris le restaurant bavarois “Le Biergarten” à Toulouse, sauvegardant 10 emplois. Il a prévu d’en créer 6 en trois ans. Enfin, Olivier Hue est dirigeant de Merci René, société coopérative (Scop) toulousaine créée en 2018, qui accompagne les professionnels à la réalisation de leurs espaces de manière responsable (7 salariés). Il est lauréat du programme de croissance “Booster” et souhaite créer 5 emplois sur 3 ans. Plus d’infos sur le communiqué de presse ici.  

Mickaël Lapostolle, Les Petits Plats de Marius, Leader Occitanie

À force de côtoyer des entrepreneurs, on prend le virus. Le secrétaire général de Leader Occitanie lance avec son épouse son entreprise, Les Petits Plats de Marius : « des paniers à cuisiner bio, livrés à domicile, avec des fiches recettes adaptées à toute la famille, y compris les bébés dès 4 mois. Le fait maison est au cœur de notre approche, permettant aux enfants de découvrir les ingrédients utilisés dans la réalisation culinaire, avant de passer à table en famille », explique-t-il (plus à lire en cliquant ici). Pour Leader Occitanie, un nouveau secrétaire général va être recruté.  

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Bandeau partenaire Midi Libre, 6 février, Les Indiscrétions

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Cuir et textile : nouveau projet audois d’Algo, cette fois à Castelnaudary. Algo (maroquinerie de luxe, Carcassonne) projette d’installer une nouvelle unité de fabrication à Castelnaudary, sur le parc d’activités OZE (Région Occitanie) Nicolas Appert, avec 300 créations d’emploi à la clé. L’ETI est en plein développement. Deux nouvelles unités de production ont déjà été annoncées, à Carcassonne, dans la zone économique de Béragne, en février 2022 (relire dans Les Échos, en cliquant ici). « C’est déjà difficile, pour Algo, de recruter 700 personnes à Carcassonne. Alors, y réaliser une 3e usine à Carca eût été une ânerie, concède aux Indiscrétions Régis Banquet, président de Carcassonne Agglo. Il faut veiller à un équilibre des implantations. Déporter une 3e usine à Castelnaudary permettrait de capter un autre bassin de main-d’œuvre, côté Toulouse. La croissance d’Algo est exponentielle, pour fournir la maroquinerie et malleterie. »

Toulouse, Montpellier : des sommets pour phosphorer. Climat, économie circulaire, transition énergétique, mobilité, santé, alimentation, relocalisation, inflation : autant de thèmes qui seront débattus, à travers deux événements distincts, en Occitanie. Le Common Good Summit, organisé par Challenges, Toulouse School of Economics et Les Échos/Le Parisien, se tiendra à Toulouse les 1er et 2 juin. À Montpellier (Planet Ocean Montpellier, espace ludique d’Odysseum), se déroulera du 14 au 16 septembre la 4e édition du Monde Nouveau. Organisé par le Groupe La Dépêche / Midi Libre, l’événement portera sur le thème « Agir ensemble ». Le replay de l’édition 2022 en cliquant ici ; Hubert Vialatte (Agencehv) a eu le plaisir d’animer les débats lors de cette édition.

Du nouveau dans les géants des desserts surgelés. Du mouvement dans les industriels de l’agroalimentaire positionnés sur les desserts et les pâtisseries surgelés. Le groupe Boncolac, basé à Toulouse, signe l’acquisition de Proper Cornish, spécialisé dans la production de chaussons de type empanadas, distribués au Royaume-Uni. L’opération reçoit le soutien de Waterland Private Equity, dont fait partie Louis Huetz (ex-Altrad). Le communiqué à lire en cliquant ici.
Autre mouvement, PAI Partners vient de signer un accord en vue d’acquérir – auprès d’Argos Wityu et de Crédit Mutuel Equity – La Compagnie des Desserts (LCDD), fabricant et distributeur de crèmes glacées artisanales et de pâtisseries surgelées haut de gamme pour les professionnels de la restauration et de l’hôtellerie basé à Lézignan-Corbières, dans l’Aude. De nouveaux marchés géographiques sont visés, comme la Scandinavie, l’Italie, l’Allemagne et l’Autriche. LCDD va continuer à étendre par ailleurs ses activités sur de nouveaux segments de marché, tels que les loisirs, la vente à emporter ou les dark kitchens. L’ETI ambitionne ainsi un chiffre d’affaires de 180 millions d’euros à l’horizon 2027 (à périmètre constant), contre 117 millions en 2022, avec une vingtaine de recrutements par an. Elle emploie aujourd’hui 700 salariés. LCDD s’impose aussi « comme une solution à la pénurie de main-d’œuvre que nos clients rencontrent en cuisine», plaide Philippe Bonny, président de LCDD. Le pôle R&D mène plusieurs projets, sur le sucre positif, riche en fibres et minéraux, les contenants réutilisables ou les produits vegans et écoresponsables. « Nous diminuons le taux de saccharose et le remplaçons par de meilleurs sucres, et remplaçons les farines blanches par des matières premières brutes, comme les farines complètes ou de sarrasin, ce qui permet de contrôler l’index glycémique », détaille-t-il. Le groupe dispose en France de deux plateformes logistiques : une à Narbonne (Aude), de 35.000 m3, pour livrer la moitié Sud de la France et l’Espagne ; l’autre à Orly (Val-de-Marne) de 50.000 m3, dont la capacité vient d’être doublée pour livrer la moitié Nord de la France, le Royaume-Uni et la Belgique. « Nous acheminons la marchandise jusqu’au congélateur du client. C’est coûteux mais très efficace en termes de relation clients et de contrôle de l’ensemble de la chaîne du froid », insiste le dirigeant.
> Sur l’opération de LCDD / PAI Partners : plus à lire dans Les Échos.

On a ri. La plaque d’inauguration du Mo.Co (Montpellier Contemporain), mentionnant le nom de l’ancien maire, Philippe Saurel (DVG), est habilement cachée derrière une plante verte, ont constaté Les Indiscrétions (à qui il arrive de se cultiver entre deux brèves éco). La photo en cliquant ici.

Authentique. Remarque agacée d’un notaire basé en Occitanie, à l’encontre d’une homologue basée en Ile-de-France, à l’occasion d’une promesse de vente – les deux professionnels échangeaient en visioconférence. « Chère confrère, je suis très mécontent. Vous avez été représentée par une collaboratrice, qui fait certes très bien son travail mais n’est pas assermentée. Vous n’arrivez que pour la signature de l’acte. Votre absence peut porter atteinte à l’authenticité de l’acte en question. Avec de tels agissements, il ne faudra pas s’étonner que notre profession perde son monopole. » Décryptage de ce notaire, une fois la visioconférence terminée : « De nombreux confrères ne viennent qu’en fin de rendez-vous, au bout d’1h30, uniquement pour signer. Cette méthode leur permet de signer un maximum d’actes et de faire du chiffre, sans avoir à s’associer avec d’autres notaires, pour ne pas avoir à partager le gâteau… »

IMT à Montpellier : ça grince des dents. L’annonce de l’implantation de l’Institut des Mines Télécom à Montpellier, dans le cadre d’un partenariat avec Montpellier Méditerranée Métropole et sa nouvelle Agence de développement, ne plaît pas au monde universitaire. « En matière d’accompagnement des entreprises à la transition écologique et numérique, il faudrait voir aussi du côté de l’Université de Montpellier… Il suffit de regarder les classements mondiaux pour comprendre comment les entreprises sont accompagnées sur de tels enjeux », déclare Lionel Torres, directeur de Polytech Montpellier, sur Twitter.
« L’IMT Mines Alès va aider la transformation des entreprises de Montpellier », pour Les Échos, à relire en cliquant ici

Transporter les céréales par voie ferroviaire : c’est la raison pour laquelle le groupe coopératif agricole Arterris , qui fédère 15.000 agriculteurs majoritairement basés dans le sud de la France, a lancé les travaux de réhabilitation de la voie ferrée desservant son site de Beaucaire (Gard) en 2021. Après huit ans d’inactivité, le train va être mis en service le 28 mars, apprend-on dans un communiqué. La locomotive, dont Arterris est propriétaire, n’avait pas tourné depuis une décennie et a également été remise en état. « Une vingtaine de trains circuleront chaque année, une alternative plus écologique que le transport routier. Et le train regagne en compétitivité, y compris sur les courtes distances », indique la coopérative. 1.500 tonnes de blé dur peuvent être transportées par un seul train, alors que 50 camions sont nécessaires pour un transport routier. Le projet est soutenu par la Compagnie nationale du Rhône, le plan France Relance, la Région Occitanie et Beaucaire Terre d’Argence.
« Arterris relance le transport de blé par le rail », pour Les Échos, à relire en cliquant ici

Solaire en mer. Installer des panneaux solaires flottants en mer, pour décarboner les consommations énergétiques sur les littoraux : c’est l’innovation portée par l’entreprise française SolarinBlue, qui déploie dans les prochains jours ses premières unités dans le port de Sète. Le démonstrateur, baptisé ‘Sun’Sète’*, sera installé sur le port de commerce, à 1,5 km de la côte, à l’emplacement de l’ancien poste de déchargement des hydrocarbures en mer (tout un symbole). Après la mise à l’eau de deux premières unités flottantes, Sun’Sète atteindra 25 unités en fin d’année, occupant un demi-hectare. L’électricité produite sera acheminée par un câble sous-marin, pour alimenter en énergie verte les infrastructures du port de Sète-Frontignan, propriété de la Région Occitanie.
Fondée en 2019 par Armand Thiberge, président de la plateforme d’envois d’emails Sendinblue, SolarinBlue est composée d’une équipe d’une vingtaine de personnes : ingénieurs en structures mécaniques, hydro-dynamiciens, architectes navals et roboticiens. Le siège social va être transféré de Paris vers Montpellier courant 2023. L’entreprise, encore en développement, est accompagnée par deux incubateurs héraultais, le BIC à Montpellier et Innovosud à Béziers. SolarinBlue a déjà déposé deux brevets et cible une levée de fonds de plusieurs millions d’euros au cours du 2e semestre.
Plus à lire le 17 mars dans Les Échos.
*Jeu de mot avec Sunset (coucher de soleil), pour les nuls en Shakespeare.

LGV, COM, ZAN : le tour des dossiers-acronymes avec les préfets Durand et Moutouh

Pierre-André Durand (à gauche) et Hugues Moutouh ©Hubert Vialatte

COM : pas d’inquiétude. « Un travail technique est en cours sur le financement du contournement ouest de Montpellier (par Vinci Autoroutes, via un adossement du contrat de concession, note) », explique le nouveau préfet de région Occitanie, Pierre-André Durand, le 10 mars aux côtés de Hugues Moutouh, préfet de l’Hérault.

Zan : le préfet botte doublement en touche. C’est à la Région Occitanie et aux collectivités locales de se pencher sur le casse-tête du Zan (zéro artificialisation nette), explique, en résumé, Pierre-André Durand. « Le choix politique revient au conseil régional. La règle du Zan, c’est qu’un territoire ne peut pas artificialiser plus de 50 % dans les 10 prochaines années que ce qu’il a fait sur les 10 dernières années. Le dispositif s’apprécie à l’échelle régionale. On peut imaginer que certains territoires aient besoin de consommer 60, 70 ou 80 %, et d’autres 30 %, voire moins. » L’ancien préfet de la Région Normandie rappelle que « la première source d’artificialisation, c’est l’habitat. Les modes d’urbanisation de type ‘boîtes à chaussures’, qui s’étalent sans fin, sont datés. Ils nécessitent aujourd’hui des dispositifs publics, comme Action Cœur de Ville et Petites villes de demain. Mais les collectivités concernées doivent aussi mener, en contrepartie, des politiques d’urbanisme plus exigeantes et qualitatives. » Avec, en ligne de mire, une pression démographique à gérer. « Là où j’exerçais auparavant, en Normandie, la population décroît. Alors que l’Occitanie gagne plus de 40.000 habitants par an. C’est tout à fait singulier, et un défi pour les élus locaux et les services de l’État. »

LGV et Picpoul. « On construit plus difficilement une LGV aujourd’hui qu’il y a 30 ans », concède le préfet de l’Hérault Hugues Moutouh. Il était interrogé, le 10 mars, par la presse sur les délais prévus pour la mise en service de la première phase de la ligne ferroviaire mixte à grande vitesse Montpellier Perpignan (Montpellier-Béziers, prévue en 2034, alors que la déclaration d’utilité publique vient d’être signée). « Depuis trois ans, le projet a connu une phase de relance importante. Mais il y a des procédures environnementales, la mise en compatibilité de tous les documents d’urbanisme des communes traversées, un travail à mener sur les compensations… Cette LGV va exiger des expropriations, notamment des propriétés agricoles dans le secteur de Picpoul. Les services de l’État travaillent en ce sens avec la chambre d’agriculture de l’Hérault. »

Lunel poursuit sa métamorph’Ose. Le 9 mars, la Ville de Lunel lance un appel à projets pour les travaux de requalification de la rue de la Libération, premier acte du projet de reconquête Métamorph’Ose engagé par la Ville. Lire le communiqué en cliquant ici.

Création de 88 places en résidence séniors. Le Département de l’Aude lance un appel d’offres visant à créer 88 places en résidences seniors autonomies. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 30 avril. En savoir plus en cliquant ici.

120 emplois saisonniers en Haute-Garonne. Près de 120 postes de saisonniers, de mai à septembre, sont déjà recensés par la plateforme de recrutement « Montre ton talent », lit-on dans L’Opinion. Objectif : préparer la saison estivale de plusieurs guinguettes telles que Goguette & Cie (Cornebarrieu), Turbine (Toulouse) et Coco les pieds dans l’eau (Plaisance-du-Touch)… Parmi les postes recherchés, barmans, serveurs, plongeurs, commis de cuisine, chefs de range…

15 porteurs de projets sélectionnés par Ad’Occ Sport. Ad’Occ Sport annonce le 8 mars avoir sélectionné 15 porteurs de projets de la filière « Sport et loisirs en extérieur » pour un parcours de pré-incubation. Au programme : l’écriture du projet et du business plan courant mars, la participation à 4 ateliers collectifs en avril, et la présentation du projet devant le comité stratégique Ad’Occ Sport en juin.  
Les projets retenus sont Sportick’s (billetterie multisport – 31), Tribugo (solution de mobilité durable pour les organisateurs d’événements – 31), Golden Cul (application de jeux de pronostics gratuits – 34), Smoodlive (plateforme de vente de vidéos personnalisées de sportifs – 34), Goalmotion (équipement ludique dédié à la pratique du football – 31), Sportnair (carte de fidélité pour soutenir un club de sport local – 09), Boum Boat (catamaran de croisière éco-responsable – 11), Mygym (plateforme en ligne de réservation d’ativités sportives et de loisirs – 66), Fitme (application proposant un programme sportif et alimentaire diététique sur-mesure – 34), Weare1strenght (application qui combine tous les besoins des sportifs en salle – suivi, programme, musique, coaching… – 34), Crossoccer (kit de jeu de football sur terrain libre – 34), Mobiland (création d’un nouveau moyen de mobilité pour tous à 4 roues – 34), le projet d’Alice Fraud (application mobile de location de stand-up paddle, canoë-kayak… – 66), celui de Franck Sulpice (application pour rendre accessible la préparation physique aux sportifs semi-professionnels et amateurs – 11), et celui de Benoît Athuyt (rouleau de massage avec ajout de chaleur ou de froid – 31). 
Lire le communiqué de presse en cliquant ici. 

Un nouveau Camping Paradis gardois. C’est dans la commune de Montfrin, située non loin du Pont du Gard, qu’un nouveau Camping Paradis, dénommé Bellerive, ouvrira ses portes en avril, lit-on dans un communiqué de presse, le 8 mars. Étendu sur 3 hectares, le Camping Paradis Bellerive propose 100 emplacements avec différents types de location : « emplacements pour tentes, caravanes, camping-cars, mobil-homes, chalets… », énumère-t-il. Les vacanciers seront accueillis du 1er avril au 30 septembre dans ce camping trois étoiles labellisé « Hébergement pêche ». Le réseau de vacances Camping Paradis compte désormais 90 campings, dont 3 situés dans le Gard. Pour la saison estivale 2023, le groupe projette d’accueillir 1 million de personnes. Plus à lire dans Les Échos, cette semaine.

La nouvelle agence d’attractivité de la communauté d’agglomération de Perpignan Méditerranée recrute 7 personnes, sur des profils divers (événementiel, communication, prospection/développement, chargé de relation presse et rédaction de contenus, démarche qualité, promotion touristique…). Le détail des infos en cliquant ici.

Jouer à un Roland-Garros virtuel. Ballman Project, jeu virtuel de tennis créé par le tennisman suisse Stan Wawrinka et Prosper Masquelier, propriétaire de la Brasserie du Théâtre à Montpellier et exploitant de la plage privée La Pampa, s’associe à la Fédération Française de Tennis (FFT), pour une durée de 3 ans. Objectif : permettre aux fans de tennis disposant d’un joueur Ballman (un NFT Ballman Player), présenté sous forme de NFT (jeton cryptographique auquel est rattachée une identité numérique), de s’inscrire et participer au Grand Chelem de Roland-Garros sur la plateforme Ballman Project. Les joueurs NFT pourront donc participer à des tournois de tennis virtuels pour gagner des prix réels. Une collection de NFT Ballman Player sera proposée le 17 mars, et le premier tournoi virtuel de Roland-Garros débutera le 15 avril, en parallèle du tournoi réel. « Cette collaboration est une opportunité de s’engager auprès d’un nouveau public et de soutenir le développement des futures générations de joueurs », souligne Caroline Flaissier, directrice générale de la FFT. Les personnes détenant des NFT sur d’autres plateformes comme NFT RG Game, ou Seat & Match, pourront également participer et se procurer un NFT Ballman Player. Objectif à terme pour Ballman : établir des partenariats avec tous les tournois du Grand Chelem.  
Plus à lire dans Les Échos, « Ballman Project, le jeu de tournois de tennis virtuels signé Wawrinka » (décembre 2022).  

268 recrutements chez Enedis en Occitanie. Ingénieurs en génie électrique, conseillers clientèle, chargés de projets, contrôleurs de gestion… Enedis en Occitanie (4.000 salariés) recrute cette année 268 jeunes pour faire face à la hausse de ses activités. Pour cela, l’opérateur organise son 3e forum virtuel de l’emploi et de l’alternance les 5 & 6 avril, pour recruter des salariés en début de carrière ou confirmés, en CDI et alternance (du CAP au Bac+5). Plus à lire dans le communiqué de presse ici, et accès aux offres là.  
Enedis en Occitanie pilote un parc de plus de 3,6 millions de compteurs communicants Linky dans la région et déploie des infrastructures de recharge pour la mobilité électrique (10.000 points de charges en décembre 2022).

500 postes à pourvoir au Forum de l’Emploi au Cap d’Agde

500 postes à pourvoir. Jobs dating, kiosque emploi, conférences… 500 postes saisonniers et à l’année seront proposés à tous les profils (étudiants, lycéens, personnes en recherche d’emploi), lors du Forum des Emplois, mercredi 29 mars au Palais des congrès du Cap d’Agde (9h-16h). Organisé par l’Agglo Hérault Méditerranée, cet événement regroupera 70 employeurs dans les domaines du tourisme, de la restauration, de la vente, de l’agriculture, du nautisme, de l’animation, des services et des BTP. « L’Agglo travaille au développement d’une offre de formation sur son territoire pour répondre aux besoins des entreprises locales et pour susciter l’envie aux jeunes d’aller vers les secteurs d’activité du territoire qui ont besoin de personnels », explique Gilles d’Ettore, président de l’Agglo et maire d’Agde. Le forum bénéficie du soutien et de la participation de la Région Occitanie, le Pôle emploi d’Agde, la Mission Locale Centre Hérault, la CCI Hérault, la DDETS et l’agence d’attractivité BLUE. 

Une saison estivale élargie. « Aujourd’hui, le cliché qui revient c’est que nos saisonniers travaillent que deux mois par été. Nous voulons élargir notre saison estivale. Pour cela, nous avons besoin de former plus de jeunes à ces métiers du tourisme, de la restauration etc., indique Éric Sidobre, président des plages du Cap d’Agde. Cette année, nous avons sur l’ensemble de la station près de 400 postes à proposer du mois de mars jusqu’à octobre. »  

Le rôle clé de l’alternance dans le BTP. « Ce forum est important parce que l’on peut rencontrer des gens et vendre nos métiers : nous sommes capables d’assurer la formation d’un jeune grâce à l’alternance et sa promotion interne dans l’entreprise, précise Jean-Michel Buesa, président de la commission économique de la Fédération régionale BTP Occitanie (FFB Occitanie). Vous pouvez rentrer dans mon entreprise à 20 ans, et devenir cadre à 40 ans ! »  

Deux conférences thématiques.Deux conférences porteront sur les thèmes “Faciliter les recrutements saisonniers” et “Découvrir les opportunités de formation”. « Ce forum va mettre en lumière les métiers phares du territoire, les plus recherchés mais également ceux qui gravitent tout autour et qui peuvent donner de belles opportunités : exemple, le service d’aide à la personne ou encore le commerce », explique Monique Rouby, directrice de Pôle emploi à Agde.   

Vers un nouveau management. « Nous, employeurs, pouvons aussi nous remettre en question sur la partie management et établir plus de lien avec nos salariés. Plus nous travaillons ensemble, mieux nous trouverons des solutions pérennes », ajoute Frédéric Puech, président de la Fédération des hôteliers du Cap-d’Agde. Le Forum est également un moyen pour les candidats de trouver des solutions à différentes problématiques liées à leur emploi : logement, mobilité, santé…  

Les cafés et restaurateurs de la Ville rose demandent un étalement des PGE.Face à la succession de crises (sanitaire, économique, financière, énergétique, RH) touchant le secteur des cafés, hôtels et restaurants (CHR), le Medef Haute-Garonne (président : Pierre-Olivier Nau), l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) 31 (président : Ivo Danaf) et la CCI Toulouse Haute-Garonne (président : Patrick Piedrafita) demandent un étalement des PGE sur quatre années supplémentaires (soit 10 ans au total), avec un troisième différé de remboursement de 12 mois, «sans que l’entreprise ne soit classée en défaut ou voit sa cotation FIBEN (fichier bancaire des entreprises, cotation Banque de France, note) dégradée », précise les trois organisations dans un communiqué à retrouver ici. « Nos entreprises font face à un manque de trésorerie. Elles sont à bout de souffle et certaines déjà prises à la gorge. Il faut s’attendre à des cessations de paiement dans les mois à venir », s’alarme Thomas Fantini, restaurateur et vice-président du Medef 31. À noter que 9 hôtels sur 10, 1 restaurant sur 2 et 1 café sur 3 ont souscrit un PGE, et 30 % des entreprises du secteur de l’UMIH l’ont remboursé. Ces solutions visent donc à sauvegarder les capacités investissements en isolant les PGE des autres emprunts. « Ces investissements sont particulièrement nécessaires à l’approche d’événements majeurs pour notre ville ou notre pays (Coupe du Monde de Rugby, Jeux Olympiques)», concluent Guillaume Duval, élu à la CCI Toulouse Haute-Garonne, et Olivier Dupuy, également élu à la CCI Toulouse et vice-président de l’UMIH 31.  
 
Stade Louis-Nicollin : permis déposé avant l’été. « Le stade de football Louis-Nicollin à Pérols va bien se faire, avec François Fontès comme architecte et NGE comme constructeur », affirme Mathias Frappa, chef du projet au MHSC, maître d’ouvrage, le 16 février lors du point marché de BNP Paribas Real Estate, au Campus Majoria à Montpellier. Un stade qui se voudra « bas carbone », avec 10.000 m² de panneaux photovoltaïques, un réseau de production de chaud et de froid sur sondes géothermiques, une politique zéro déchet (« On est bien accompagnés, avec le Groupe Nicollin ! »), une récupération d’eau brute pour alimenter les sanitaires du stade et l’arrosage…  
En termes de droit à bâtir, 80.000 m² ont été achetés à Altémed : 40.000 m² pour l’enceinte, et 40.000 m² pour les activités économiques, dont 20.000 m² de bureaux. Les activités économiques « génèreront 70 % des revenus, et sont donc le pan majeur du projet. Le MHSC veut éviter des modèles de stades déficitaires, comme Nice ou Bordeaux ». Mathias Frappa cite en exemple le Groupama Stadium, à Lyon. Des espaces de travail auront vue sur la pelouse. Un complexe hôtelier 4 étoiles de 5.000 m² est prévu, avec environ 100 chambres, « dont 80 % donnant sur la pelouse », ainsi que 2.500 m² de pôle santé, 2.800 m² d’espaces restauration, 3.500 m² de pôle ludique, une crèche, une banque, une salle de sport, et 4.000 m2 dédiés au musée du sport Louis-Nicollin (13.000 objets référencés, avec un espace ludo-muséographique et une expérience immersive et interactive. « La scénographie est en cours d’élaboration », complète-t-il. Le permis de construire doit être déposé cet été, pour un début des travaux « au premier trimestre 2024, et une livraison en juillet 2026 ». Un calendrier jugé « très optimiste, et un brin politique » (allusion aux élections municipales de 2026) par un observateur. 

Tout juste moins cher. « À part quelques produits d’appel, comme l’huile de tournesol à 1,39 € le litre, les prix des produits ne sont pas plus intéressants qu’ailleurs », indique une habitante d’Alès aux Indiscrétions, au retour de l’inauguration du premier magasin de hard discount Toujust, le 1er mars. La nouvelle enseigne annonçait des prix 5 à 10 % moins cher qu’ailleurs, comptant sur des partenariats directs avec les fournisseurs, actionnaires. « Beaucoup d’habitants sont déçus : les produits viennent souvent d’autres pays, pour très peu de marques françaises, la qualité des produits ‘équipement de la personne et de la maison’ ressemble à ceux de Gifi et Centrakor en plus cher, et les premiers prix des produits alimentaires valent ceux de Hyper U », précise-t-elle, habituée à écumer les magasins alésiens à la recherche du meilleur prix. Le journaliste spécialisé Olivier Dauvers confirme qu’Hyper U, situé en face à Alès, est moins cher sur une quarantaine de produits (sur 60 produits comparés). Le fondateur, Fabrice Gerber, assure cependant qu’aucune augmentation des prix ne sera appliquée cette année, contrairement à ses concurrents. Autre point positif soulevé : un magasin spacieux et bien agencé. « Mais beaucoup de clients sont déçus par rapport à ce qu’ils attendaient. »  
Toujust ouvrira prochainement un deuxième magasin en Meurthe-et-Moselle, à Frouard et Longwy.  
Plus à lire sur Toujust dans Les Échos, « Hard discount : Toujust implante son premier magasin à Alès.

Bâtiment : la rénovation mieux que le neuf. Le bilan annuel de l’activité d’entretien-rénovation en région augmente de 2,4 % en Occitanie, en volume, entre 2021 et 2022, annonce la Cerc Occitanie dans une note de synthèse disponible en cliquant ici. En revanche, le nombre de logements mis en chantier baisse de 10,2 % en un an, (38.000 logements en Occitanie, à fin janvier, détails disponibles en cliquant ici). 

Une hausse de 5 % des prix immobilier en Haute-Garonne. En 2022, le marché immobilier de Haute-Garonne est dynamique, avec 37.000 transactions enregistrées sur le département, soit +1,8 % par rapport à 2021. Les volumes de ventes augmentent sur tous les types de bien, exceptés les maisons anciennes en baisse de –6,7 %. Les prix, quant à eux, n’enregistrent pas de baisse, avec une hausse de 5 %. Une activité soutenue s’observe sur le marché des terrains à bâtir (+18,8 % !), malgré des taux d’intérêt en augmentation et le contexte d’inflation.  
Plus en détail, le marché de l’appartement ancien se stabilise sur Toulouse, avec un plafond de 3.000 € le m2. Certaines baisses s’observent dans certains quartiers, sauf celui des Carmes, « qui enregistre une hausse de 6,8 % avec un prix moyen au m2 de 5.350 € », précise Me Frédéric Giral, président de la Chambre des Notaires de Haute-Garonne. La hausse des prix s’observent surtout dans les communes et préfectures autour de Toulouse : Auterive (+16,5 %, 1.720 € le m2), Plaisance-du-Touch (+10,8 %, 2.540 € le m2), ou encore Castanet-Tolosan (+9 %, 3.140 € le m2). L’impact des étiquettes énergétiques sur les prix est encore faible en Haute-Garonne. Les biens de catégorie F ou G perdent seulement 5 % de leur valeur, et gagnent 4 % s’ils se classent en C. Une différence s’observe plus nettement pour les maisons anciennes : si le bien est classé A ou B, il se vendra 15 % plus cher qu’un bien en classe D.   
Par ailleurs, les volumes sont en baisse pour les maisons anciennes, avec des prix toujours en hausse. La Chambre des Notaires enregistre 11.700 transactions en Haute-Garonne en 2022, contre 12.540 en 2021, et des prix en hausse de 5 % (prix médian : 283.100 €).  
Concernant le marché du neuf, « la rareté de l’offre explique sans doute la hausse des prix observée (+3,5 %) mais pas seulement : l’application progressive de la RT 2020 et le foncier acheté plus cher sont aussi des facteurs qui stimulent les prix », commente Me Henri Chesnelong, notaire à Toulouse. Plus à lire dans le communiqué de presse ici, et le dossier de presse là.  

Vignerons de garde : les viticulteurs audois mettent en place une ‘permanence’ œnotouristique

On connaissait les pharmacies de garde. Voici désormais les ‘Vignerons de garde’, dans les vignobles de la Côte du Midi, marque touristique du Grand Narbonne. L’idée, c’est qu’aucun touriste ne se retrouve en plan, face à des domaines qui seraient tous fermés en même temps. Ainsi, à tour de rôle, les vignerons labellisés « Vignobles & Découvertes » accueillent amateurs et touristes, y compris les dimanches. « Nous nous sommes inspirés du Bordelais, où les vignerons ont décidé d’ouvrir leurs domaines à tour de rôle, dans un intérêt collectif d’attractivité œnotouristique, explique Delphine Ferrari, animatrice de la filière œnotourisme pour la Côte du Midi. L’ambition est aussi de retisser du lien entre les vignobles et les Audois. » Bref, une innovation de service pas forcément dingue, mais utile. Sont impliqués les vignerons AOC Minervois, Corbières, Fitou et La Clape. Onze propriétés sont inscrites.
Les vignerons de garde – Côte du Midi, est mis en ligne.

Plus de décodages ici

Séries télé : aimant à touristes. Un si grand soleil et Tandem (France Télévisions) à Montpellier, Demain nous appartient (TF1) et Reuss (France TV) à Sète : les séries télé tournées dans ces deux villes, distantes d’à peine 40 km, sont une manne touristique. Face à la demande, les offices de tourisme de Sète et Montpellier ont créé des circuits dédiés aux scènes culte, et des boutiques vendant des produits dérivés. « Nous avons énormément de demandes de touristes, souligne Valérie Paduano, responsable des relations publiques à l’office de tourisme de Montpellier. Les visites attirent une trentaine de personnes avec, quand c’est possible, des rencontres avec les acteurs. » Deux guides (dont l’une est aussi costumière pour la série Un si grand soleil) ont concocté deux itinéraires, l’un pour la ville historique, et l’autre, tout récent, dans le quartier plus contemporain de Port Marianne. « Un policier emblématique de la série y vit à l’écran », précise-t-elle. Ces visites permettent d’évoquer aussi l’histoire et le patrimoine de la ville. « Ces touristes ne seraient pas venus faire une visite classique, et ils ne seraient pas du tout venus à Montpellier, sans les séries. Ils nous le disent », assure Valérie Paduano. Comme cette mère de famille, qui a offert à sa fille, fan de la série, un week-end à Montpellier pour son anniversaire.

Comment attirer les séries ? Pour attirer France Télévisions, la Ville et la Métropole de Montpellier ont mis en place une exonération conditionnée de l’occupation de l’espace public et des bâtiments municipaux pour les tournages. La métropole a lancé en 2022 un fonds d’aide à la création ICC (Industries culturelles et créatives), avec, pour sa première année, 32 projets de la filière de l’image soutenus à hauteur de 720.000 euros. Par ailleurs, la Région Occitanie soutient le lancement des séries, à travers son propre fonds d’aide.
L’explosion des séries télé « est aussi la combinaison entre le vivier de professionnels déjà présents, l’offre de décors naturels, l’accessibilité en TGV et en avion, et l’image d’une ville jeune et lumineuse », explique le maire de Montpellier, Michaël Delafosse. La friche militaire de l’EAI, proche du centre-ville, acquise par la Ville en 2008, a permis « d’installer sur de courtes périodes des longs métrages, de 2011 à 2015. C’est toujours le cas avec la série Tandem, qui occupe l’ancien mess des officiers ».
À Montpellier et Sète, un bureau des tournages a été créé au début des années 2010, pour répondre aux besoins des équipes de tournage. « Les chaînes et les producteurs rencontrent des problèmes très concrets au quotidien : autorisations de voiries, disponibilité des lieux… Par exemple, si la série veut un thonier, ou une école, nous leur trouvons une solution dans la journée, explique Fabrice Manuel, chargé des projets culturels à la Ville et l’agglomération de Sète, et qui a aussi accompagné la venue d’Un si grand soleil, quand il travaillait à la métropole de Montpellier. La police municipale peut fermer des rues pour des tournages conséquents. Ce ne sont pas des aides directes, mais de vrais apports en nature. Cette réactivité de Sète et Montpellier est connue dans le milieu. »
Plus à lire dans Les Échos cette semaine.
Lire le communiqué en cliquant ici.

Espace de coworking dans les Cévennes. À Ganges (34), la communauté de communes des Cévennes Gangeoises et Suménoises s’apprête à livrer un espace de coworking, apprend-on dans un post LinkedIn. Doté de 12 places, le lieu propose « une salle de réunion, un local de reprographie et un espace-détente pourvu d’une cuisine aménagée ».

Table ronde sur le mécénat d’entreprise. À l’occasion des 20 ans de la loi Aillagon (développement du mécénat pour les entreprises), le fonds de dotation NaïaGaïa et la Direction Régionale de la Culture coorganisent une table ronde intitulée « Tout savoir sur le mécénat », le 24 mai prochain au Château de Castries (34). Pour l’occasion, des chefs d’entreprises et des structures de mécénat partageront leurs expériences. S’inscrire en cliquant ici.

Enquête publique sur la construction d’une centrale photovoltaïque dans l’Aude. Du 28 mars au 28 avril se déroulera une enquête publique, lancée par la préfecture de l’Aude, dans le cadre de la création d’une centrale photovoltaïque au sol d’une puissance supérieure à 250 KWc sur les communes de Tournissan et Ribaute.

Les vins du Sud-Ouest s’adaptent. Stockage de moûts, bulles IGP… L’interprofession des vins du Sud-Ouest réfléchit à un plan d’adaptation aux conditions climatiques et commerciales à venir. C’est à lire dans Vitisphère, en cliquant ici 

 

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

Aeko et Odile Decq remportent la première des nouvelles Folies architecturales de Montpellier  

 

Crise de l’offre, alerte sur l’équilibre financier des opérations immobilières par les promoteurs, interrogations sur les modalités du BRS (bail réel solidaire)… et première Folie dévoilée. Le Salon régional de l’immobilier a livré, du 10 au 12 mars au Corum à Montpellier, son lot d’infos.

©Hubert Vialatte

Pas d’âge pour rebondir. La première des nouvelles Folies Architecturales est attribuée au promoteur Aeko (Thierry Aznar / François Aznar / Didier Delmas) et l’architecte parisienne Odile Decq. Elle prendra place dans l’îlot Vernière, en cœur de ville, au pied du Corum, et sera dédiée aux artistes et aux artisans d’art. Quatre autres Folies seront dévoilées ce 14 mars à Cannes, lors du Mipim. 
« C’est la Folie du renouveau (après la dernière Folie, L’Arbre blanc, inauguré en 2019, note). À titre personnel, c’est celle qu’il me fallait », a lancé, avec l’allusion qui va bien, samedi soir, Thierry Aznar, devant 500 personnes réunies dans la salle Pasteur du Corum de Montpellier. Ce dernier a en effet quitté Helenis (GGL Groupe) en 2021 après avoir développé cette marque de l’immobilier dans l’Hérault pendant 15 ans.

Une mini-folie. Ce programme, La Sentinelle, sera dédié aux métiers des arts et artisans d’art. « La Sentinelle donnera du plaisir aux Montpelliérains, pour la regarder ou pour l’utiliser », assure Odile Decq, lors d’une intervention en visio. L’îlot Vernière, situé à la porte du Pila Saint-Gély, entrée historique de la ville, « est une programmation atypique dans cette première vague de folie. Sa surface est seulement de 236 m² et la hauteur maximum de 18 mètres », souligne la Ville de Montpellier. Le futur bâtiment « deviendra iconique aux formes arrondies épousant la courbure du terrain. Il sera composé d’un rez-de-chaussée double (restaurant avec mezzanine), d’une galerie d’art et d’un magasin / atelier d’art (R+2), de deux niveaux de coworking (R+3 et R+4) et d’un toit-terrasse de détente, avec bassin d’eau, végétation et mobilier dédié aux coworkers ». 
Parmi les réalisations les plus connues d’Odile Decq : le Musée d’Art Contemporain de Rome, le Fangshan Geopark Museum de Chine ou encore le restaurant de l’Opéra Garnier à Paris.  

Bas carbone. Le visuel de cette ‘Folie’ sera dévoilé mardi au Mipim à Cannes, avec 4 autres projets lauréats. « Les projets sont très engagés sur l’approche écologique de la construction, sur la stratégie bas carbone, sur la récupération des eaux grises, ce qui a tout son sens vu les périodes de pénurie d’eau que nous traversons », a déclaré Michaël Delafosse. Au total, la Ville de Montpellier compte attribuer 13 Folies architecturales dans les prochaines années.  

Pas facile d’être et avoir été. « Relancer les concours des Folies a été une décision difficile. Nous l’avions fait, et ça s’était arrêté. Pas facile d’être en ayant été, a déclaré le maire de Montpellier. Mais les Folies architecturales font partie de l’histoire de notre ville. Ce, dès les 17e et 18e siècles, avec les châteaux de Piscine et d’Alco, le Mas Nouguier… Ces nouvelles Folies contribueront à faire rayonner Montpellier au national et à l’international. Je veux que, partout, on dise qu’il se passe plein de choses à Montpellier, et que les autres métropoles veuillent faire comme ici. »

Dissension sur le logement intermédiaire. Les promoteurs immobiliers régionaux se félicitent de ce coup de projecteur apporté sur leur savoir-faire. Non sans y laisser des miettes : « Tout le monde est fatigué. On a tous déposé des dossiers, et mené des oraux. Je pense que les jurys se sont régalés ! », sourit Laurent Villaret, président de la FPI Occitanie Méditerranée. Il alerte cependant sur l’attention à porter sur « l’équilibre des opérations. On construit plus cher avec la RE 2020, et des contraintes nouvelles sont injectées par la collectivité. Nous demandons par exemple un moratoire sur le logement intermédiaire, le temps de sortir de la crise de l’offre ».
Pour Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier déléguée à l’urbanisme durable et à la maîtrise foncière, « nous avons besoin de logements intermédiaires dans les programmes immobiliers. Ils s’inscrivent dans le parcours résidentiel de chacun ».
Reportage pour ToulÉco, à lire en cliquant ici

Chutes de salons.
. C’est une première : Altémed sort de l’Hérault, en répondant à la consultation pour l’aménagement d’une zone d’activités sur la santé à Gallargues-le-Montueux, dans le Gard. Plus à lire sur ce projet dans Les Échos, en cliquant ici 
. Penser aux habitants. « Dans la conception des logements et des quartiers, il ne faut pas se noyer dans trop de compétences, en oubliant des choses basiques, comme le fait d’écouter les habitants. Les choses qui nous semblaient des bonus n’en sont pas : rangements, buanderies… », lance l’architecte et enseignante Annabelle Iszatt (agence ZATTnSAT).
. Urbanisme transitoire. « Il faut s’emparer davantage de l’urbanisme transitoire. C’est gagnant-gagnant, insiste Ethel Camboulives (Adim Occitanie Est et AMO Occitanie Méditerranée). Altémed est précurseur avec les permis d’aménager. Ouvrir de façon transitoire le dernier étage de la Tour d’Assas, avant sa démolition, est une très bonne idée. »
. Cette édition a attiré 4.298 visiteurs, au lieu de 3.745 en 2022, la plus grosse fréquentation étant enregistrée le vendredi 10 mars (2.045 visiteurs). Le Salon de l’Immobilier d’automne se déroulera du 22 au 24 septembre au Parc des Expositions de Montpellier (Pérols).
. Toujours concurrents. « Avec Angelotti, on est toujours concurrents, glisse un salarié de Nexity, sur le Salon de l’Immobilier. Paris (Nexity, note) ne voudrait pas que l’on s’entende sur les opérations. Le but, c’est de continuer à se bagarrer, pour au final gagner des parts de marché. » Nexity a racheté Angelotti en juin 2022 (relire dans Les Échos, en cliquant ici).
. Tu n’as pas un architecte africain ? C’est la question que certains promoteurs se seraient posée entre eux, pour optimiser leurs chances de remporter une Folie Architecturale, en collant à une supposée demande. « Montpellier a accueilli le sommet Afrique-France, en 2021, puis a attribué le design de la 5e ligne de tramway à l’artiste d’origine camerounaise Bathélémy Toguo. Ainsi, certains promoteurs se sont mis en tête de travailler avec des architectes africains, y voyant une tendance. »
La consultation des dossiers (lauréats et perdants) des Folies architecturales permettra de vérifier s’il s’agit d’une rumeur ou d’une information. Restons journalistes.

3 questions à

3 questions à

Régis Banquet, président de Carcassonne Agglo, vice-président d’Intercommunalités de France délégué au grand cycle de l’eau

« Un litre d’eau sur 5 part dans des fuites. C’est inacceptable » 

Ce 22 mars au Domaine de Bayssan à Béziers (34), Les Canalisateurs (délégué régional : Julien Biagioni, représentant 36 entreprises spécialisées dans la pose et la réhabilitation de canalisations d’eau potable, eaux usées, irrigation, gaz et fluides divers) et la FRTP Occitanie (président : Olivier Giorgiucci) organisent, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2023, une matinée sur le thème « Sécurisation et préservation de la ressource »*.
Régis Banquet, président de Carcassonne Agglo et vice-président d’Intercommunalités de France délégué au grand cycle de l’eau, fait partie des intervenants. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur. 

Régis, quel état des lieux dresses-tu en matière de préservation de la ressource ?
On perd en France, chaque année, 1 milliard de m3 d’eau par an, du fait de la vétusté des réseaux. Un litre sur 5 part dans des fuites. C’est inacceptable. On ne renouvelle pas suffisamment nos réseaux d’eau en France. Alors qu’il faudrait tenir un rythme de renouvellement tous les 50 ans, la tendance nationale est plutôt autour de 150 ans. En période d’abondance, on peut perdre de l’eau. Mais aujourd’hui, nous ne pouvons plus nous le permettre. Il faudrait 3 Md€ par an sur plusieurs années pour remettre en place un réseau de qualité sur l’ensemble du territoire. Aujourd’hui, nous sommes environ à 1 Md€ d’investissement.  

Quels rôles, selon toi, doivent jouer les intercommunalités pour relever le défi ?
Aujourd’hui, plusieurs milliers de communes gèrent l’eau pour quelques centaines de personnes. Ces structures n’auront pas la capacité pour investir et renouveler les réseaux comme ils doivent l’être. Je suis parvenu, je pense, en novembre lors de notre congrès, à sensibiliser le gouvernement et la Première ministre, pour le renouvellement des réseaux soit accompagné par l’État et les Agences de l’Eau. En parallèle, il faut que le transfert eau/assainissement aux intercommunalités, programmé en 2026, reste obligatoire pour l’ensemble des collectivités.  

Quel est ton message au grand public ?
En 1945, un citoyen consommait en moyenne 10 litres d’eau par jour. Aujourd’hui, c’est 150 litres. Vous voyez le delta, en 80 ans. Sans revenir au niveau de l’après-guerre, il faudra diminuer la consommation d’eau, pour ne pas trop prélever sur une ressource qui va devenir de plus en plus rare. Mais se pose alors le modèle du financement des investissements requis. Pour l’instant, les investissements sont financés par les factures. S’il y a moins de consommation, il y aura donc moins de recettes, et moins de marges de manœuvre. Les Agences de l’Eau ont délaissé le renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement, au profit de la biodiversité. Les choses pourraient s’équilibrer.

* Après l’intervention en distanciel de Pierre Rampa, président des Canalisateurs de France, et de l’académicien Erik Orsenna, auteur de « La Terre a soif » (2022), deux tables rondes s’enchaîneront : « Sécurisation et préservation de la ressource : perspectives et actions prioritaires », et « L’économie circulaire de l’eau : regards croisés sur des projets de REUTilisation » (réutilisation des eaux usées traitées). 120 personnes (canalisateurs, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, institutionnels, agences de l’eau, associations, partenaires…) sont attendues. Hubert Vialatte (Agencehv) animera les échanges.

> La Région Occitanie organise le 22 mars un sommet régional de l’eau, à l’Hôtel de Région de Toulouse. Il regroupera les associations environnementales, des acteurs économiques (agriculture, tourisme, pêche etc.) et des structures territoriales de bassins (EPTB, syndicats de milieux, …). Des ateliers consultatifs thématiques sur les priorités 
« eau » seront proposés au cours de la journée.  

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Une nouvelle radio pose ses micros à Montpellier. Déjà présente à Sète et Agde, Radio One ouvre sa fréquence sur 103.1 à compter du 15 mars à Montpellier, lit-on dans un communiqué de presse (à lire ici). Parmi les thématiques qui seront abordées : actualités, météo, circulation, bon plan culture et sport. Basée à Juvignac, au sein de la métropole de Montpellier, Radio One est une entreprise indépendante qui se qualifie comme « la radio locale adulte /et jeune adulte du littoral héraultais ».  

La phrase

« Le sujet de la ressource en eau est très sérieux, et mobilise déjà les préfets. Il faut faire en sorte d’atténuer les conséquences d’une sécheresse qui s’annonce hors normes en 2023. C’est possible. Nous avons su collectivement, en étant civiques, éviter un phénomène de délestage, au sortir de l’hiver, concernant l’électricité. On doit s’inspirer de cette démarche pour l’eau, en étant attentifs à un usage respectueux. Cela concerne en premier lieu les particuliers. »

Pierre-André Durand, nouveau préfet de la région Occitanie et de la Haute-Garonne, le 10 mars devant la presse

On s’en fout

Vers une vie hyper hybridée ? Partons d’un exemple autocentré. Comme le temps me manque pour faire du sport en semaine, j’ai décidé de me rendre à la salle de sport et de mener des interviews et des visio entre deux exercices. Des canapés disposés dans l’espace, à côté des machines, se prêtent à cette double activité. 20 mn de footing, 20 mn d’interview, 20 mn de vélo, 30 mn de visio… Une sorte de cosportworking. Peut-être un concept à breveter (allez-y, de mon côté, comme dit plus haut, je n’ai pas le temps). D’autant plus que l’attention et la vivacité sont décuplés, juste après une suée. En tout cas, pour l’avoir testé à plusieurs reprises, je constate que ces va-et-vient entre travail de l’esprit et travail du corps ne dérangent et n’intriguent personne, chacune et chacun des adhérents au club restant rivé sur son effort, écouteurs à l’oreille. On ne va pas non plus se dire bonjour, hein. L’anecdote est lilliputienne et, à sa lecture, vous seriez bien en droit de souffler « On s’en fout ». Mais le sujet de l’hybridation n’en est pas moins des plus sérieux. L’hybridation, c’est un état d’esprit moderne, promesse de clés. « La crise que nous traversons n’est pas d’abord économique, financière, sociale, écologique, institutionnelle, territoriale ou politique ; ce que nous vivons, c’est avant tout une crise de notre rapport à la réalité, explique la philosophe Gabrielle Halpern, et auteur de ‘Tous Centaures ! Éloge de l’hybridation’, dans une interview accordée début février à Horizons publics (à lire en cliquant ici). En rangeant tout et tout le monde dans des cases, nous fabriquons des silos qui fracturent notre société (…) On ne peut pas penser la banlieue sans le cœur de ville, les jeunes sans les personnes âgées, l’économie sans la société, la technologie sans l’artisanat, sauf à créer des clivages. L’hybridation que j’appelle de mes vœux – et qui ne constitue pas, pour moi, un simple travail de recherche en philosophie, mais un véritable projet de société – vise à briser ces cases, ces frontières absurdes et à créer de nouveaux liens. » Il faut dire que Mme Halpern doit en connaître un morceau sur les fonctionnements en silos : avant de théoriser sur l’hybridation, elle a fréquenté plusieurs cabinets ministériels.

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse
9

Ils et Elles bâtissent nos villes

À Toulouse, le nouveau visage de l’avenue de Lyon confié à Bouygues et Vinci

 

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, présente le 9 mars, aux côtés d’Annette Laigneau, vice-présidente de Toulouse Métropole en charge de l’urbanisme et présidente d’Europolia, le projet immobilier et les aménagements de l’avenue de Lyon. 
Bouygues Immobilier et Vinci Immobilier sont désignés pour réaliser les bâtiments, situés de part et d’autre de l’avenue de Lyon. Architecte : Hardel Le Bihan Architectes. Le programme mixte, prévu sur 5 ilots avec une surface de plancher de 19.500 m², doit être livré fin 2026 / début 2027.  « Il prévoit la création de 210 logements dont 40 % de logements locatifs sociaux, 1.500 m² de commerces, services et ateliers d’artistes en rez-de-chaussée, un hôtel du groupe Melt d’une centaine de chambres, l’implantation d’une partie du “Pôle d’innovation sociale” avec service d’accueil et d’orientation, restaurant solidaire et résidence intergénérationnelle de 40 logements gérée par l’association Habitat & Humanisme », détaille Toulouse Métropole.
Ce projet d’envergure s’inscrit dans le cadre du futur écoquartier Grand Matabiau quais d’Oc. Les trottoirs vont être élargis et végétalisés (200 arbres plantés), le mobilier urbain renouvelé, et une piste cyclable créée pour arriver sur le nouveau parvis d’accès à la gare Matabiau. En attendant l’arrivée de la LGV depuis Bordeaux. 

_____________________

Promologis lance une résidence intergénérationnelle à Vauvert

  

Au sud du Gard, la commune de Vauvert va se doter d’une résidence inclusive et intergénérationnelle . Il s’agit d’un projet de renouvellement urbain : la première pierre du Clos de Gandar, situé avenue de la Petite Camargue, a en effet été posée, le 22 février, sur l’ancien site de l’armurerie Sidam. Pour ce projet, la ville s’est associée à Promologis (Groupe Action Logement ), entreprise sociale pour l’habitat, et le promoteur Artesys basé à Montpellier (Hérault). Objectif : développer l’attractivité du centre ancien de la ville de 11.700 habitants, tout en répondant aux besoins de logements abordables. 
« Cette construction renforce notre volet d’actions en faveur des seniors », se félicite Jean Denat, maire de Vauvert . Destiné aux familles, seniors et salariés éligibles aux logements abordables, Le Clos de Gandar proposera 52 nouveaux logements divisés en deux bâtiments indépendants. Le premier, de 22 appartements (T2 et T4), sera construit pour une population senior autonome et valide, et conçu avec du mobilier adapté : veilleuses et cheminements lumineux automatiques pour un éclairage nocturne anti-chutes, volets électriques, logements permettant la colocation. 
En extérieur, sur le parking, un véhicule en auto-partage sera mis à la disposition exclusive des résidents seniors. Le second bâtiment sera à destination des familles et jeunes actifs, avec un total de 30 logements (T2 au T5), équipés de terrasses. Un jardin partagéet une salle commune sont également prévus. « Ils auront vocation à être animés par une association spécialisée partenaire, qui proposera des activités aux habitants, indique Philippe Pacheu, directeur général de Promologis. Ce programme illustre notre volonté d’assurer le bien-être résidentiel de ses locataires, surtout ceux nécessitant une attention particulière ». 
Plus à lire dans Les Échos, en cliquant ici.

_______________________

Toulouse : le ministère des Armées lance les travaux de construction du Commandement de l’espace

 

Le ministère des Armées annonce le 9 mars lancer la construction des nouveaux bâtiments du Commandement de l’espace à Toulouse. Le montant total de l’opération s’élève à 80 M€. Un premier bâtiment, étendu sur 11.000 m² de superficie, permettra d’accueillir 500 personnes. À côté sera construit un second bâtiment de 2.000 m² afin d’accueillir les quelque 50 permanents français et étrangers du Centre d’excellence de l’OTAN. La maîtrise d’œuvre est confiée au Service d’Infrastructure de la Défense. La livraison est prévue en septembre 2025. Plus à lire en cliquant ici.

_______________________

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est

La commune de Palavas-les-Flots lance un avis pour le concours restreint sur esquisse de maîtrise d’œuvre pour la construction d’un bâtiment de service public intégrant un Hôtel de police et des logements.

La SA Elit lance un avis pour la construction d’un parc de stationnement en Silo sur la Zac Entree Est Secteur Sud à Sète.

La Sa3m lance un avis pour les travaux d’aménagement des espaces publics de l’espace urbain Comédie – Esplanade – Triangle.

La commune d’Agde lance un avis pour la rénovation énergétique des menuiseries extérieures pour l’extension de l’école de musique en cœur de ville.

Béziers Méditerranée lance un avis d’accord cadre pour la réalisation de travaux de terrassements, génie civil et génie végétal dans le cadre des compétences Gemapi et eaux pluviales urbaines.

La commune de Limoux lance un avis pour la déconstruction d’un immeuble et la réalisation d’un passage couvert entre la promenade du Tivoli et la rue Petiet.

Occitanie Ouest

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine lance un avis pour AMO système de transport, PCC, sous-systèmes courants faibles et mission coordination de projet.

La Spl Arac Occitanie lance un avis pour les travaux pour la construction d’une résidence de tourisme à Piau Engaly.

La commune de Toulouse lance un avis pour le concours pour l’attribution d’un marché négocié de maîtrise d’œuvre extension et réhabilitation de la maternelle du groupe scolaire Château D’Ancely.

Toulouse Business School lance un avis pour la construction d’un nouveau campus TBS.

Le centre hospitalier de Bigorre lance un avis pour la reconstruction des hôpitaux de Tarbes et Lourdes.

La Spl Arac Occitanie lance un avis pour la sélection de candidats en vue de la participation à un concours restreint de maîtrise d’œuvre pour l’extension du lycée Léon Blum à Villefranche du Lauragais.

Déchets 🗑️
Eau / Assainissement 💧
Formation 📚
Logement 🏡

Occitanie Est 

Le Département de l’Aude lance un avis pour la création de 88 places en résidences autonomie seniors. 

Transport 🚚

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La SPL Aéroportuaire Régionale attribue le marché de fourniture et d’installation d’équipements 400HZ pour l’aéroport Sud de France de Perpignan à GUINAULT, EUROVIA, CEGELEC INFRAS-SUD OUEST, CEGELEC PERPIGNAN et EDISON. Valeur totale du marché : 500 000 euros.

La commune de Carcassonne attribue le marché de fourniture de pièces détachées, de pneumatiques et huiles diverses pour l’entretien du parc de véhicules municipaux à GASTOU &FILS et TP ASSISTANCE. Valeur totale du marché : 80 000 euros.

L’agglomération du Grand Cahors attribue le marché de conception-réalisation pour la construction de l’unité de filtration d’eau de Cahors à Otv-Mse. Valeur totale du marché : 15 995 000 euros.

L’agglomération du Grand Cahors attribue le marché de maîtrise d’œuvre hydraulique Bartassec à Artelia. Valeur totale du marché 82 400 euros.

Le Département des Hautes-Pyrénées attribue le marché de travaux d’amélioration thermique des façades au 11 rue Gaston Manent à Tarbes à labastere Pyrenees. Valeur totale du marché : 365 126,47 euros.

La Ville de Tarbes attribue le marché d’acquisition de matériels pour l’entretien des espaces verts et des voiries de la Ville à Societe Corberes-Saint-Germes, Agrivision, Ets Vercauteren. Les autres titulaires sont à consulter ici. Valeur totale du marché : 2 312 000 euros.

La commune de Narbonne attribue le marché de fourniture et maintenance de parasols pour la Ville à Sarl Art Et Creations. Valeur totale du marché : 342 000 euros.

La SPL Aéroportuaire Régionale attribue le marché de modification du système de tri bagages et la mise en place des équipements de sûreté standard 3 à smiths detection France. Valeur totale du marché : 2 970 530, 67 euros.

La mairie de Verfeil attribue le marché de mission de maîtrise d’œuvre pour la construction d’un groupe scolaire à REC ARCHITECTURE. Valeur totale du marché : 792 500 euros.

Nîmes Métropole attribue le marché de collecte des ordures ménagères résiduelles et des emballages ménagers recyclables du secteur Nord et du secteur de la Communauté de commune Pays d’Uzès à SAS OCEAN. Valeur totale du marché : 2 541 200 euros.

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

Mardi 14 mars :

Table ronde « Low tech et décroissance », organisée par Polytech Montpellier à l’amphithéâtre Peytavin. Plus d’infos ici.

Mercredi 15 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Mende (48). Plus d’infos ici.

Ateliers thématiques à destination des riverains de la station Maera dans le cadre de la concertation préalable du projet de valorisation énergétique des boues de la station de traitement des eaux usées Maera. Plus d’infos ici.

Événement Biozéro sur le thème « financement des Healthtech innovantes en phase de scale-up avec la BEI: Retours d’expérience », organisé par Eurobiomed à la pépinière d’entreprises CAP ALPHA (3 Av. de l’Europe, 34830 Clapiers). Plus d’infos ici et inscription là.

Mercredi 15 et jeudi 16 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montpellier (34). Plus d’infos ici.

Jeudi 16 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Perpignan (66). Plus d’infos ici.

Evénement sur le thème « Transmission d’entreprise et capital-investissement », organisé par IRDI Capital Investissement, à la Maison de Ma Région à Béziers. Plus d’infos et inscription ici.

Journée des métiers organisée par Polytech Montpellier sur le campus.

Instants Éco « Choix du statut : quelles conséquences pour votre couverture sociale ? », organisé par le Grand Narbonne à Innovéum (Narbonne). Plus d’infos ici. Inscription obligatoire auprès de s.garcia@aude.cci.fr

Plus d'événements ici

Lundi 20 mars : 

Webinaire « Restaurateurs : gagnez en visibilité, captez de nouveaux clients et fidélisez votre clientèle », organisé par la CCI Occitanie. Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 21 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Nîmes (30). Plus d’infos ici.

Occitanie Invest – Rencontres investisseurs entreprises, organisé à La Cité à Toulouse. Plus d’infos ici.

Déjeuner « Dirigeant d’entreprise, un match à gagner tous les jours » avec en invité d’honneur Fabien Dubos, basketteur et entrepreneur, organisé par le Béziers Narbonne Business Club à Béziers (lieu à venir). Inscription obligatoire ici.

Mercredi 22 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Hautes-Pyrénées (Tarbes). Plus d’infos et inscription ici.

2ème édition de l’événement national « Les Canalisateurs, acteurs pour la planète », organisée par Les Canalisateurs, au Domaine de Bayssan à Béziers. Plus d’infos ici.

La matinale de la création : retrouver l’ensemble des partenaires compétents pour concrétiser votre création d’entreprise (financement, statut, marketing), organisé par l’agence Blue à Gigamed. Plus d’infos ici et inscription là.

Mercredi 22 et jeudi 23 mars : 

Forum des Interconnectés, organisé par Les Interconnectés et Toulouse Métropole aux Espaces Vanel à Toulouse. Plus d’infos et inscription ici.

Du 22 au 24 mars :

Congrès des interventions non médicamenteuses, organisé par la Non-Pharmacological Intervention Society au Palais des Sports René Bougnols à Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 23 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Rodez St Gaudens (12). Plus d’infos ici.

6ème édition de la Soirée des ambassadeurs économiques au Domaine du Mas Conte à Canet-en-Roussillon (66). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 23 et jeudi 30 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Toulouse (31). Plus d’infos ici.

Vendredi 24 mars :

« La Grande Immersion », présentation des nouvelles approches des dirigeants d’entreprises qui ont construit des services à destination des salariés, organisé par l’Adefpat à Millau (Maison de Ma Région). Plus d’infos et inscription ici.

Samedi 25 mars : 

7e édition du Forum littoral de l’emploi saisonnier, coorganisé par l’Agglomération du Pays de l’Or et la Communauté de communes Terre de Camargue, en partenariat avec Pôle Emploi, au Club Belambra sur la presqu’île du Ponant à La Grande Motte. Entrée gratuite. Plus d’infos ici.

Lundi 27 mars :

Soirée-débat « L’intelligence artificielle : menace sur le journalisme ? », organisé par l’Association des Journalistes de Toulouse, au Novotel Compans Caffarelli. Inscription à ajt@ajt-mp.org.

Mardi 28 mars :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Lot (Cahors). Plus d’infos et inscription ici.

Webinaire « Parlons foncier – le direct » sur la thématique « S’installer en agriculture, un parcours d’obstacles ou un chemin fléché ? Les aides à l’installation : labyrinthe ou simplicité ? », organisé par la Safer Occitanie. Inscription ici.

Mercredi 29 mars : 

Forum de l’emploi saisonnier, avec 500 offres d’emploi, organisé par l’agglo Hérault Méditerranée au palais des Congrès du Cap d’Agde (34). Plus d’infos ici.

Conférence « CII / CIR / CIO » (Crédit d’Impôt Innovation – Crédit d’Impôt Recherche – Crédit Impôt Collaboratif) organisé par le Medef Hérault Montpellier au Medef ou en visio. Inscription ici ou via le mail psuc@medef-montpellier.com.

Jeudi 30 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montauban (82). Plus d’infos ici.

Journée Portes-Ouvertes autour du thème de la formation professionnelle, organisée par Montpellier Business School sur le campus. Plus d’infos et inscription ici.

Soirée « Bâtiment, cultivons la dynamique du positif », organisée par la FFB 34 à Montpellier Business School. Inscription ici.

Club Affaires, organisé par le Medef Pyrénées-Orientales au Centre Culturel d’Espira de l’Agly (chemin d’Estagel). Plus d’infos et inscription ici.

Atelier « Repenser et rendre efficaces mes recrutements », organisé par Nîmes Métropole à l’Hôtel communautaire. Inscription ici.

Vendredi 31 mars : 

Réunion publique de clôture de la concertation préalable du projet de valorisation énergétique des boues de la station de traitement des eaux usées Maera. Plus d’infos ici.

AVRIL

Mardi 4 avril :

La Nuit du Pitch 2023, organisée par l’association éponyme de 18h30 à 21h30, à l’espace Lattara à Lattes. Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 5 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Tarbes (65). Plus d’infos ici.

Jeudi 6 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Carcassonne (11). Plus d’infos ici.

Déjeuner « Montpellier est une métropole où l’avenir s’invente » avec en invité d’honneur Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club au domaine de Verchant (34). Inscription obligatoire ici.

Mercredi 12 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Auch (32). Plus d’infos ici. « La Nuit des Entrepreneurs », organisée par le Medef Montpellier au Pasino de La Grande-Motte (34).

15ème Forum de l’Emploi, organisé par la Communauté de Communes du Pays d’Uzès à la Maison de l’intercommunalité à L’Ombrière (3 place de la Croix des Palmiers, Uzès – 30). Plus d’infos ici.

Jeudi 13 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Figeac (46). Plus d’infos ici.

Mercredi 19 avril :

« Tourisme : comment développer son business par le digital ? », organisé par la CCI Occitanie à la CCI Pyrénées-Orientales (Perpignan). Plus d’infos et inscription ici.

Déjeuner  Criminologie et profilage » avec en invitée d’honneur Sylvia Bréger, criminologue, organisé par le Béziers Narbonne Business Club à Narbonne (lieu à venir). Inscription obligatoire ici.

Jeudi 20 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Saverdun (09). Plus d’infos ici.

Jeudi 27 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Béziers (34). Plus d’infos ici.

MAI

Jeudi 11 mai : 

Déjeuner « Les campagnes d’une vie » avec en invité d’honneur Jacques Seguela, publicitaire, organisé par le Montpellier Méditerranée Business Club au domaine de Verchant (34). Inscription obligatoire ici.

11, 12 et 13 mai :

Salon cybersécurité du citoyen et des collectivités, organisé par l’agence Go au Parc des expositions de Montpellier. Plus d’infos et inscription ici.

Mercredi 24 mai :

Rencontre mécénat d’entreprise « Tout savoir sur le mécénat d’entreprise », coorganisé par NaïaGaïa et la Direction Régionale de la Culture au château de Castries (34). Inscription ici.

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

JUIN

Du 6 au 9 juin :

« CRISE CAMPUS : Université d’été de la gestion de crise », organisé par l’Université de Montpellier. Plus d’infos ici. Inscription obligatoire avant le 15 avril ici.

Mercredi 7 juin : 

Salon Intersud à Béziers, avec la présence de Purple Campus pour présenter les formations de la filière Industrie à la rentrée.

SEPTEMBRE

Du 14 au 16 septembre :

4ème édition du forum Le Monde Nouveau, dédié à la transition environnementale et sociétale, organisée par l’association Le Monde Nouveau à Planet Ocean Montpellier. Plus d’infos ici.

Du 22 au 24 septembre : 

23ème Salon de l’Immobilier d’Automne, organisé au Parc des expos de Montpellier. Plus d’infos ici.

OCTOBRE

Du 18 au 20 octobre :

Congrès international de la RSE, organisé par la fondation Oïkos en collaboration avec Afnor Groupe, à la Cité de la RSE à Toulouse. Plus d’infos ici.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Immobilier géré : Cowool invente le mix entre coliving et coworking
– La stratégie de la coopérative agricole Arterris face à la pénurie d’eau
– À Sète et Montpellier, l’impact des séries télé sur l’économie touristique
– Solarinblue met à l’eau la première ferme solaire offhsore

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur le marché des terrasses bois, février

Pour Touléco :
Retour sur le Mipim 2023

Pour Midi Libre :
– Contribution au nouveau magazine L’immobilier by Midi Libre (l’Agence) d’avril : double-page sur le marché de l’immobil