bandeau ADOCC_Lesindiscretions_5 septembre 2022

À bon portSemaine du 24 octobre 2022

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Francoise Gaill

Julie Khaski, M Capital

Julie Khaski, directrice d’investissement chez M Capital à Toulouse, est élue par France Invest (Association française des investisseurs pour la croissance) talent féminin de l’année dans la catégorie Dette privée, lors de la soirée des Grands Prix des talents féminins organisée le 18 octobre à Paris. « Ce prix qui récompense le soutien sans faille de l’European Investment Bank (EIB) et du Groupe Crédit Agricole présents lors de la constitution du fonds aux côtés de la Région Occitanie », déclare sur LinkedIn  Rudy Secco, à la tête de M Capital. Il ajoute : « Ce prix nous rappelle que les femmes sont insuffisamment représentées dans ce monde encore trop masculin de l’investissement et de la finance (seules 22% des femmes dirigent un fonds en France) ». M Capital est une société d’investissement indépendante fondée en 2002 et rachetée en 2015 par ses actuels dirigeants. L’entreprise compte 50 collaborateurs et dispose de 4 directions territoriales : Occitanie (Toulouse et Montpellier), Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux, Limoges, Biarritz), Sud (Marseille et Nice), Île-de-France (Paris). 

Jean Louis Puech Les Indiscretions

Éric Vacaresse, Sanofi Montpellier

Il est nommé directeur du site de R&D Sanofi de Montpellier. Il succède à Xavier Tabary qui, après plus de 19 ans passés chez Sanofi, quitte l’entreprise. Éric Vacaresse est également président du Pôle de compétitivité Eurobiomed depuis juin. Il a débuté sa carrière chez Rhône-Poulenc Rorer en 1995 en tant que scientifique en développement analytique. En 2002, il a rejoint le groupe Sanofi où il a occupé divers postes à responsabilité. Depuis 2014, il occupait le poste de directeur des relations scientifiques au sein de la R&D Sanofi France. Dans le cadre de ses activités, il a développé des relations institutionnelles avec les écosystèmes d’innovation en France et Europe et des partenariats public/privés pour soutenir la stratégie globale de Sanofi et le développement des sites R&D. Le site de Montpellier est un site clé de la R&D de Sanofi qui regroupe de nombreuses activités dont 5 plateformes en lien avec toutes les étapes du médicament, de la recherche au développement, jusqu’à la mise sur le marché. Près de 1.000 collaborateurs y travaillent.  

Assia Tria Les Indiscretions

Valérie Issert, Pôle emploi Gard-Lozère

Elle succède à Philippe Blachère au poste de directrice territoriale Gard-Lozère de Pôle emploi. Valérie Issert prend ses fonctions ce 24 octobre et supervise 11 agences et 580 salariés. L’alésienne de 53 ans est diplômée d’une licence de droit public et d’un diplôme universitaire de sciences criminelles à l’Université de Montpellier. Elle a intégré Pôle emploi au poste de directrice territoriale déléguée de l’Hérault en 2009, avant de devenir directrice territoriale de Pôle emploi Aude-Ariège en 2019, où elle avait la gestion de 9 agences et 390 collaborateurs.

Assia Tria Les Indiscretions

Maguelonne Escande-Cambon, Notaires de l’Hérault

« Cette année est marquée par une augmentation assez conséquente des volumes de transactions immobilières (+ 9,1 %) », constate Maguelonne Escande-Cambon, présidente de la Chambre des notaires de l’Hérault, le 20 octobre à Montpellier, lors de la présentation des tendances du marché immobilier dans le département entre août 2021 et juillet 2022. 37.000 transactions immobilières ont ainsi été signées sur la période, dont une hausse de 28 % des appartements neufs. Pour la 9e année consécutive, le prix du collectif neuf progresse (+ 3,6 %), avec un prix de vente médian de 4.540 € fin juillet. La vente de 2 pièces occupe 43 % des parts de marché. Dans l’Hérault, le prix au m² médian des appartements anciens s’élève à 3.180 €/m² (+ 9,2 % par rapport à 2021), un prix équivalent à celui de Montpellier (3.200€/m²). L’Hérault est un marché diversifié. À Béziers, le prix médian progresse, mais reste abordable (1.340 €/m²), alors que, sur la frange littorale, il faut compter près de… 5.000 €/m² à Palavas-les-Flots, suivi de près par La Grande-Motte (4.900 €/m²) ! Par ailleurs, des villes auparavant peu courtisées connaissent ainsi un effet rattrapage important : +11,5 % pour Béziers, + 10,8 % pour Agde (3.150 €/m²). Le marché renaît également à Lunel, qui dessert Montpellier et Nîmes par le train. > Plus à lire dans Hérault Tribune, ici, avec un zoom sur le marché agathois, où les prix continue de grimper, .

Assia Tria Les Indiscretions

Marco Lucca, UPE 30

L’Union Pour les Entreprises (UPE) du Gard, présidée par Marco Lucca, lance le 1er club Stratexio-Gard, annonce-t-elle le 18 octobre. Déployé en 2017, Stratexio « accompagne les dirigeants de TPME/PME dans une démarche d’internationalisation », explique l’UPE 30. Une réunion d’information se tiendra le 8 décembre à 17h à Nîmes (30) afin de présenter le nouveau club gardois. À l’échelle nationale, 250 chefs d’entreprises sont adhérents au club, pour un CA cumulés par les entreprises adhérentes de 5,4 Md€. > Réunion d’information : inscription obligatoire auprès d’Aline Régnier aline.regnier@upe30.com

Assia Tria Les Indiscretions

Gaëlle Verschaeve, centre pénitentiaire de Béziers

Elle devient cheffe d’établissement du centre pénitentiaire de Béziers (Hérault), et remplace Gilbert Marceau, annonce Midi Libre le 21 octobre. L’établissement biterrois emploie 279 fonctionnaires et une centaine d’agents. Il accueille un millier de détenu. 4,4 M€ ont par ailleurs été investis dans la construction d’un centre de semi-liberté, qui accueillera 20 détenus. Gaëlle Verschaeve dirige également le Pôle de rattachement des extractions judiciaires (+100 extractions judiciaires/transferts quotidiens en Occitanie).

christophe chalvidal les indiscretions

Laurent Rigail, Parcelle 473

Le galeriste parisien Laurent Rigail (Galerie Brugier-Rigail / Paris), natif de Montpellier, se lance en parallèle de son activité dans une aventure artistique et entrepreneuriale à Montpellier. Il ouvre un centre d’art urbain et contemporain dans l’ancien chai viticole familial, au cœur du quartier Malbosc. Accompagné de sa mère et de ses deux sœurs, Laurent Rigail a investi près de 200 k€ pour rénover l’ancien chai et le transformer en centre d’art de près de 300 m². Les plus grandes références en matière d’art urbain et contemporain y sont exposées : Mr Chat, Jonone, Monkeybird, Nasty, Shepard Fairey, John Matos Crash… Nommé Parcelle 473 (numéro de la parcelle cadastrale sur laquelle elle se trouve), ce lieu vivant autour de l’art urbain et contemporain sera « ouvert sur la ville, avec la mise en place d’ateliers pour les enfants, d’événements artistiques les week-ends… ». > Pour réserver une visite, c’est par ici.

 

 

julia de funes les indiscretions

Jérôme Canicio, Burger King du Bosc (34)

Le 20 octobre, Burger King ouvre au Bosc (34), en façade autoroutière (A75), dans un bâtiment de 410 m², annonce l’enseigne. Le restaurant compte 226 places, dont 106 en terrasse. « Nous recrutons des employés résidant dans le cœur d’Hérault », déclare Jérôme Canicio, franchisé Burger King Le Bosc. Le fast-food recrute 50 collaborateurs.

Francoise Gaill

Sophie Scantamburlo, Scop 3, et Marie-Anne Fouchet, Pullman Montpellier

Le Pullman Montpellier Centre (Accor, Groupe Elancia) ferme pendant six mois pour une refonte totale « des 88 chambres, de l’ameublement et de la literie, pour rester le 4 étoiles de référence de la ville », confie Marie-Anne Fouchet, directrice de l’établissement, ce 24 octobre aux Indiscrétions. Le montant des travaux n’est pas communiqué. Des nouveautés (un auditorium pourrait être créé) seront prochainement annoncées. À l’occasion de ces travaux, la start-up Scop 3 va réemployer 500 équipements (70 % de dons à des associations, 30 % de ventes à des entreprises) : fauteuils, tables, chaises, miroirs, luminaires, lits, rideaux, canapés, chaises de séminaires… Parmi les entreprises qui vont réutiliser ces mobiliers : « Spirit (ex-Choosit), Cible Web (Béziers), Groupe Nicollin (par ailleurs actionnaire, à hauteur de 4 %, de Scop 3), explique Sophie Scantamburlo, cofondatrice aux côtés de Frédéric Salles. Nous avons eu trois mois pour vendre, depuis juillet, et nous avons trois jours pour tout récupérer, d’ici à mercredi ! » Fabien Mouton est, chez Scop 3, en charge du réemploi solidaire auprès des associations, « qui n’utilisent pas forcément notre plateforme digitale, sourit la dirigeante. Il travaille depuis un an au référencement des associations, pour comprendre leur mode de fonctionnement et leurs besoins, afin qu’elles ne soient pas spectatrices des dons qu’elles reçoivent ». Scop 3 fournit au Pullman la facture récapitulative, le suivi de réemploi et une attestation sur les tonnes de CO2 évitées, qui peut rentrer dans la démarche RSE et le bilan carbone du client. « Sur ce chantier, 7 bennes de 30 m3 sont évitées, soit 7 tonnes de CO2 non émises », calcule Sophie Scantamburlo. Scop 3 se rémunère sur une commission de 40 % perçue sur les ventes aux entreprises, les 60 % restants étant rétrocédés au Pullman.

Jalil Benabdillah Les Indiscretions

Vincent Terrail-Novès, Toulouse Métropole

Il est élu 1er vice-président de Toulouse Métropole, annonce la métropole présidée par Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse, le 20 octobre dans un communiqué, à la suite du conseil de Toulouse Métropole. Vincent Terrail-Novès succède à Dominique Faure, nommée secrétaire d’État chargée de la Ruralité. La métropole toulousaine vient d’annoncer un surcoût de 300 M€ pour la 3e ligne de métro (2,7 Md€). Sacha Briand, vice-président chargé des finances, doit présenter le nouveau plan de financement fin 2022 ou début 2023. La 3e ligne de métro de Toulouse doit être livrée à l’horizon 2028-2030.

David Taupiac Les Indiscretions

Matthieu Ourliac, Medef Béziers Littoral ouest Hérault

Le président du Medef Béziers (437 adhérents, 4e Medef d’Occitanie), adepte de la réindustrialisation de la France « pour être autre chose qu’une société de services », a été en partie entendu. Lors de l’AG annuelle, le 11 octobre, il tance le « paradoxe français : on souhaite réindustrialiser la France et développer les moteurs électriques. D’un autre côté, on a des difficultés d’approvisionnement de matières premières, comme le lithium et le cobalt. Des mines sont exploitées à l’étranger, avec des producteurs très peu nombreux, ce qui crée de nouvelles dépendances ». Comme en écho, Imerys annonce, ce 24 octobre, l’ouverture, à partir de 2028, d’une première grosse mine de lithium en France, dans l’Allier, près de Vichy. Un projet à un milliard d’euros. « La souveraineté et la réindustrialisation passent par la maîtrise de la filière, du début à la fin », insiste-t-il. Il se félicite, au niveau local, d’un accord trouvé entre l’État, représenté à Béziers par le sous-préfet Pierre Castoldi, et les intercommunalités de La Domitienne et de Béziers Méditerranée, pour que le projet Genvia « n’emprunte pas les projets des PME déjà existantes, en termes de foncier ». En revanche, il estime que du travail reste à faire pour l’attractivité de l’industrie auprès des jeunes. « La rénovation du CFA de Béziers est à saluer. Les formations industrielles doivent être mises au plus près des lieux de production, et marketées industries du futur, pour que les jeunes et leurs parents aient envie d’aller dans ces écoles. »

David Taupiac Les Indiscretions

François Rio, maire de Saint-Jean-de-Védas, Lab Immo Midi Libre

Face à la croissance démographique galopante (7.600 habitants en 2012, 13.000 en 2022) de sa commune, le jeune (38 ans) maire de Saint-Jean-de-Védas, à l’ouest de Montpellier, entend ralentir le rythme. « La production de logements a été trop industrielle sur la Zac Roque Fraisse. Je ne veux pas d’immeubles en R+8 », confie-t-il. Quelques programmes immobiliers vont cependant être lancés : 40 logements et crèche privée (Urbis), et 51 logements pour Neocity. Sur le lot 22 de Roque Fraisse (environ 50 logements), 3 candidats sont en finale. Le lauréat du projet de halles sera dévoilé le 8 novembre. L’élu pousse à la création d’activités économiques. Des discussions sont engagées avec le Groupe Nicollin pour l’implantation d’une déchetterie industrielle sur le parc de la Lauze, « au carrefour de l’A9, A709 et du futur contournement ouest de Montpellier ». En matière de ZAN, il regrette une application « trop stricte. La métropole de Montpellier va réaliser 250 km de pistes cyclables. L’État considère que c’est de l’artificialisation de foncier, malgré la démarche environnementale vertueuse de cet aménagement ».
> Il interviendra lors du Lab Immo Midi Libre du 9 novembre, à partir de 19h dans le hall de Midi Libre (Saint-Jean-de-Védas, Mas de Grille, entrée libre), aux côtés du maire de Pérols, Maryse Faye (Ville de Montpellier) et, côté promoteurs immobiliers et aménageurs, Céline Torrès (Pôle Habitat FFB Occitanie), Pierre Cabrol (Pitch Promotion) et Laurent Villaret (FPI Occitanie Méditerranée), sur le thème : « Crise du logement : quelles solutions pour 2023 ? » J’aurai le plaisir d’animer les débats.

Frederic Roig Les indiscretions

Jean-François Portal, Gualini France

Jean-François Portal (ex-Bellapart Group et Alu Design France) est le nouveau directeur de la succursale France de Gualini (conception et la réalisation de systèmes avancés d’enveloppe de bâtiment, Italie). Il occupe des postes opérationnels (technique, commercial et gestion) dans des PME du bâtiment depuis 25 ans.

Davy Gounel Les Indiscretions

Aurélie Monteillet, UIMM Occitanie

Elle est la nouvelle directrice de l’AFPI Occitanie, réseau de formation continue des salariés de l’industrie (membre de l’UIMM Occitanie). L’AFPI Occitanie forme chaque année 1.500 salariés. Âgée de 43 ans et diplômée d’un DESS Ingénierie de la Formation et des systèmes d’emploi, Aurélie Monteillet a évolué pendant trois ans en entreprise, au sein d’un service de ressources humaines, avant d’intégrer le réseau de l’UIMM Midi-Pyrénées en 2005. Entre 2019 et 2022, elle a supervisé l’ouverture du centre de Figeac, au poste de responsable du site. D’autres nominations au sein de l’UIMM Occitanie sont à (re)lire ici.

Agencehv, Sogecma

C’est bien de dire que la richesse de l’entreprise, ce sont les salariés. C’est encore mieux de le mettre en action ! Présentation, ce 18 octobre à Montpellier, du contrat d’intéressement et plan d’épargne entreprise mis en place au sein d’Agencehv, par le cabinet Sogecma (Nîmes) et Swisslife.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

bandeau NG promotion - Indiscretions - 23 mai

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Montpellier Events va gérer deux gros lieux événementiels à Toulouse. À la suite d’un appel d’offres, Toulouse Métropole (président : Jean-Luc Moudenc) décide de confier à Montpellier Events, société d’économie mixte dans laquelle on retrouve entre autres la Région Occitanie et Montpellier Méditerranée Métropole, la concession de service public pour l’exploitation du Centre de Congrès Pierre Baudis et des Espaces Vanel à Toulouse. La future société dédiée, Toulouse Congrès, sera gestionnaire des deux sites au 1er juillet prochain. Montpellier Events succède à GL Events sur ces deux sites. Après avoir remporté, fin 2019, le renouvellement à sa propre succession pour la modernisation des équipements dont elle avait la charge à Montpellier (Zénith Sud, Corum -Palais des congrès et Opéra Berlioz), Montpellier Events propose « un renouveau technique et un accompagnement stratégique pour répondre aux enjeux du tourisme d’affaires de la Métropole », indique la Sem dans un communiqué. Toulouse Congrès investira plus de 3 M€ sur la durée de la DSP : passage en leds des équipements et du matériel technique, modernisation des équipements son et lumière, achat de mobilier et remplacement des sièges de l’amphithéâtre Saint-Exupéry, aménagement de certains espaces, amélioration du bilan énergétique, développement d’une application dédiée…
Toulouse Congrès et sa maison mère Montpellier Events « bénéficieront ainsi d’un réseau d’établissements sur l’ensemble du territoire occitan et sauront développer une synergie de rayonnement régional du tourisme d’affaires au niveau national et international ». Retrouver le communiqué ici.

 

La filière agroalimentaire régionale recrute. Du 14 au 18 novembre se tiendra la 2e édition de la Semaine nationale de l’emploi agroalimentaire organisée par Pôle emploi, qui enregistre 5.727 offres d’emploi entre juillet 2021 et juin 2022 en Occitanie. « Il s’agit d’une démarche nationale organisée pour valoriser les entreprises, l’emploi et les formations agroalimentaires, déclinée régionalement. » En région Occitanie, une journée est organisée le 18 novembre à l’Agricampus de Castelnaudary (Aude) autour du thème, volontairement provocateur, « Pourquoi je viendrais bosser chez vous ? » Au menu (si on ose dire) : des ateliers, des témoignages, des dégustations de produits, la découverte de métiers, de formations, d’entreprises… Environ 150 personnes sont attendues. Le secteur de l’agroalimentaire dans la région représente 7.000 établissements et 45.000 actifs.
> Plus d’infos sur l’événement ici.

Levées de fonds : les tendances d’investissement progressent en Occitanie. In Extenso innovation Croissance et l’ESSEC Business School publient le baromètre des levées de fonds en France et en Europe sur les trois premiers trimestres de l’année 2022. La région Occitanie est en progression sur les tendances d’investissement avec 183,1 M€ enregistrés (soit + 23 % par rapport à 2021 sur la même période), mais en régression sur le nombre d’opérations (22, soit – 19 % en revanche par rapport à 2021), avec un ticket moyen aux alentours de 9,2 M€. Dans le top 3 des levées de fonds en Occitanie sur les trois premiers trimestres : Sweep (66 M€), SeqOne Genomics (20 M€), et TLS Geothermics (13,3 M€). Elles sont suivies par Bricks.co (13 M€) et Mon chasseur immo (10 M€). En Occitanie, les opérations de levées de fonds ont eu lieu dans l’Hérault (11), en Haute-Garonne (10) et dans le Gard (1). L’Hérault capte les plus gros montants avec 131 M€ enregistrés. En France, l’étude relève 11,5 Md€ levés pour 665 opérations avec un ticket moyen de 18,17 M€. C’est Doctolib qui se retrouve sur la première place du podium avec 500 M€ levés.
> (Re)lire dans Les Échos, « La plateforme d’investissement immobilier bricks.co lance une levée de fonds participative », ici.
> (Re)lire dans Les Échos, « Mon chasseur immo lève 10 millions d’euros pour élargir ses services immobiliers », ici.
> (Re)lire dans Les Échos, « SeqOne lève 20 millions pour devenir le leader de la génomique personnalisée », ici.
> (Re)lire dans Hérault Tribune, « Mauguio : Sweep lève 22 millions de dollars pour aider les grandes entreprises à gérer leur empreinte carbone », ici.

La CPME Hérault alerte sur la situation des TPE-PME. Hausse du prix des matières premières, des carburants, des salaires, et maintenant crise de l’énergie… « La CPME Hérault tire la sonnette d’alarme sur la rentabilité des entreprises. Un grand nombre d’entre elles vont travailler à perte en 2023 et risquent d’atteindre le point de non-retour », indique la CPME Hérault, le 21 octobre. Pour son président, Grégory Blanvillain, actif dans l’événementiel (et donc en première ligne lors de la crise sanitaire), « les entreprises n’ont cessé de s’endetter ces trois dernières années pour faire face aux crises sociales, aux grèves et aux différentes vagues de la crise sanitaire. Alors qu’il faudrait dégager entre 5 et 10 points de marge supplémentaire pour faire face aux dettes sociales et aux remboursements des PGE (prêts garantis sur l’État) qui commencent, elles se retrouvent plutôt à la réduire comme peau de chagrin ». La CPME 34 propose deux solutions. Tout d’abord, simplifier le dispositif d’aide dite d’urgence gaz et électricité (instauré par le plan de résilience économique et sociale) en supprimant le critère en rapport à l’EBE (excédent brut d’exploitation) pour les PME. Le dispositif cible les entreprises dont les achats de gaz et d’électricité en 2021 atteignaient au moins 3 % de leur chiffre d’affaires 2021 et qui connaissent un doublement de leur coût unitaire d’achat d’électricité ou de gaz (en €/MWh). La CPME propose également de calculer le critère de 3 % du CA sur une période du dernier trimestre glissant, ce qui correspondrait réellement à l’impact subi par les coûts de l’énergie.

Vélos de fonction dans les entreprises. « En France, 60 % des déplacements domicile-travail de moins de 5 km se font en voiture », relève Nuwo, startup toulousaine créée en 2021, qui propose aux entreprises et à leurs employés tous types de vélos (pliants, électriques, vélos cargo…). Afin de contribuer à faire du vélo une alternative durable aux déplacements domicile-travail, Nuwo annonce ouvrir un bureau à Montpellier. « Grâce à un tissu économique très actif et un développement massif des pistes cyclables, Montpellier est une métropole qui se prête parfaitement aux vélos de fonction », constate Robin Paulhiac, chargée du développement de Montpellier. « L’engouement pour le vélo est réel, c’est une tendance irréversible accélérée par l’épidémie, les coûts du carburant et les bouchons qui progressent », souligne Nicolas Misiak, associé-fondateur.

Avions électriques toulousains. « La start-up toulousaine Aura Aero, installée à Toulouse Francazal, vient d’annoncer la signature de 130 lettres d’intention pour son avion électrique de dix-neuf places, pas encore né », peut-on lire dans Touléco le 16 octobre. Neuf compagnies aériennes se sont positionnées pour acheter cet avion régional à propulsion électrique nommé Era. Parmi elles, la française Twinjet, la maltaise Elitavia, la brésilienne DUX ou encore la suisse FMS et la gabonaise Afrijet. En tout, avec les 200 exemplaires déjà signés par le loueur irlandais Amedeo, Era totalise plus de 330 intentions de commandes. > Plus à lire dans Touléco, ici.

Favoriser le développement de l’économie circulaire en Occitanie. 25 structures publiques et privées ont été sélectionnées par l’incubateur Alter’Incub Occitanie Méditerranée dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt de l’économie circulaire en Occitanie, dévoile l’incubateur dans un communiqué du 20 octobre. Objectif : identifier, conseiller et orienter des porteurs d’initiatives d’économie circulaire. Chaque porteur de projet se voit attribuer un expert référent. Au total, 96 dossiers ont été déposés entre le 29 juin et le 31 septembre. Parmi les défis soulevés : le gaspillage alimentaire, le réemploi, la distribution en vrac, la revalorisation des matières premières…

Territoires intelligents. Organisée par Pôle Action Média, la 6e édition du Startup Weekend Perpignan-Méditerranée s’est déroulée du 14 au 16 octobre à la Cité Digitale du Soler (66) sur le thème « Territoires intelligents ». Cet événement est une course de 54 heures qui consiste à créer une startup par équipe sur le thème annoncé. Le premier prix revient à Savior Waste, une solution innovante qui permet de réinjecter dans l’industrie alimentaire les fruits et légumes voués à la destruction. Le 2e prix est remis à Baladapp (application pour découvrir des itinéraires de balades urbaines ou de randonnées proche de chez soi), et le troisième prix à Lluna (dispositif connecté permettant aux petites communes et aux habitats de faire des économies d’énergie en pilotant les lampadaires via une application). Enfin, le projet NoctiLumen, système d’éclairage public sans électricité fonctionnant grâce à la bioluminescence générée par des algues et des bactéries, reçoit le prix coup de cœur du jury.

Transformation durable de l’industrie du tourisme. 400 dirigeants internationaux vont se réunir à Nîmes les 27 et 28 octobre à l’occasion de « A world for travel », forum mondial dédié à la transformation de l’industrie du tourisme. Des décideurs internationaux des secteurs privés et publics, des universitaires et des experts, apporteront des solutions concernant le développement et la gestion des destinations durables. À l’occasion de cette deuxième édition, le gouvernement égyptien livrera un aperçu de la COP27 ; des responsables ukrainiens expliqueront comment les destinations font face à la guerre et protègent leurs atouts touristiques ; 10 ministres du tourisme participeront à des discussions ; Google livrera les nouvelles attentes des voyageurs… La première édition du forum a eu lieu l’an passé à Evora, au Portugal. > Plus à lire dans Les Echos, ici.

Nîmes Métropole améliore la desserte de ses Zac. Nîmes Métropole réorganise son réseau de transport en commun Tango (réseau de bus) afin de mieux desservir les zones d’activités, annoncent Nîmes Métropole et la CCI Gard. Les zones d’activités Km Delta, Mas des Rosiers, Saint-Césaire, Grézan, Georges Besse et Zone du Tec, où travaillent près de 12.000 personnes, se situent désormais à moins de 20 minutes du centre-ville. Trois nouvelles lignes de bus ont été ouvertes, et un renfort du nombre de bus a été mis en place. > Plus à lire dans Les Échos, « Mobilités : Nîmes Métropole renforce la desserte de 6 zones d’activités ».

Transformer les eaux usées en énergie propre. À travers sa nouvelle usine de méthanisation, inaugurée le 18 octobre, la société d’assainissement de Nîmes Métropole entend récupérer les eaux usées de de la station de traitement des eaux usées de Nîmes Ouest pour les transformer en énergie propre. Montant total de l’investissement : 21,6 M€. Cette usine s’inscrit dans le plan de l’agglomération qui vise l’indépendance énergétique du territoire d’ici 2050. > Plus à lire dans Les Échos, « Nîmes Métropole inaugure son usine de méthanisation ».

Décarboner une usine de transformation de bois lozérienne. Jérôme Lescure, président et PDG du groupe Neofor (transformation du bois) et Damien Térouanne, directeur général délégué d’Engie Solutions, signent un partenariat pour la décarbonation de la future usine de transformation de bois de Neofor à Mende (Lozère), le 18 octobre (Le Réveil Lozère). 80 emplois vont être créés et 8.400 m² de panneaux photovoltaïques installés.

Photovoltaïque en Aveyron. VSB énergies nouvelles (siège social : Nîmes) annonce lancer la construction d’un parc photovoltaïque à Soleil de Balsac, une ancienne carrière située en Aveyron, lit-on dans Actu.fr. « D’une puissance totale de 9,2 MWc la centrale, composée de 16.740 panneaux, produira 10 542,015 MWh/an soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 4 949 français. Sa mise en service permettra d’éviter le rejet d’émission de 2 657 tonnes de CO2 par an » déclare VSB énergies nouvelles. > À (re)lire dans Les Échos, « VSB Énergies Nouvelles veut opérer pour ses propres projets », ici.

Une cité des loisirs immersifs va s’installer en Haute-Garonne. La commune de Muret (Haute-Garonne) va investir 20 M€ dans « Ludémia », un lieu regroupant des jeux de réalité virtuelle, un escape game, une salle d’éducation à l’image, un jeu en ligne et un coin buvette-restauration, annonce La Dépêche le 20 octobre. Ludémia répond au projet de Cité des loisirs immersifs, porté par un investisseur, qui doit être développé sur 8.000 m² d’ici 2025.

La MAIF s’installe à côté de Midi Libre. La mutuelle d’assurance MAIF vient de s’installer, le 18 octobre, rue Mas de Grille à Saint-Jean-de-Védas (34), sur trois niveaux (environ 2.500 m²), dans une partie des anciens locaux de Midi Libre, entièrement rénovés. « Ce centre de contacts sociétaires, dirigé par Jean-José Montoro, va réunir près de 90 conseillers et l’ensemble de mandataires du conseil d’administration de l’Hérault, ainsi que d’autres services – responsables de région, chargée de relations associations collectivités entreprises, experts, inspecteur régleur, service RH… », indique Albane Munoz, chargée de relations Associations, Collectivités et Entreprises. L’ancien site, zone Peyrière, était à proximité, mais « ne pouvait plus accueillir tous les conseillers. Un centre provisoire supplémentaire avait été mis en place sur Georges Auric ». La proximité du tramway et la surface disponible (« pas facile à trouver ») font partie des raisons qui ont motivé cette nouvelle localisation. La MAIF procède en ce moment à une quinzaine de recrutements pour ce site.

Plus de 500. Les chantiers navals Grand Large Yachting et Gunboat, à La Grande-Motte, « vient de franchir les 500 salariés, intérimaires compris », indique Xavier Desmarest, lors du Salon du Littoral, le 18 octobre.

Gazoduc au large. La France et l’Espagne s’entendent sur un gazoduc en mer, entre Marseille et Barcelone. Emmanuel Macron et le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, ont annoncé ce projet à Bruxelles le 20 octobre. Le chantier, qui prendrait des années avant d’aboutir, ne serait pas une réponse immédiate à la crise gazière européenne, mais destiné en priorité au transport d’hydrogène vert. > Plus à lire ici.

Liaison ferroviaire vers Barcelone : la voilure se réduit. À partir du 11 décembre, il n’y aura plus que deux trajets allers-retours possible chaque jour (au lieu de 4 à ce jour) entre les gares de Perpignan et Barcelone. En cause : « la rupture des relations entre la SNCF et la Renfe, son homologue espagnole sur fond de concurrence entre les deux compagnies nationales », décryptent nos confrères de L’Indépendant catalan. « La Renfe comptait proposer un Lyon Barcelone et un Marseille Madrid avec à chaque fois un arrêt à Perpignan, mais elle n’a pas encore obtenu l’autorisation de circuler sur le territoire français malgré un dossier déposé il y a déjà plusieurs mois. »

Observatoire de l’éolien. Avec un total de 25.500 emplois en France, l’éolien est le premier employeur « énergies renouvelables », indique l’observatoire de l’éolien 2022, établi en association avec Capgemini Invent. Les emplois directs et indirects sont en augmentation de 13 % par rapport à 2020, soit 8 nouveaux emplois créés chaque jour en France en 2021. La filière compte 900 sociétés présentes. Puissance installée : 20.000 MW, au 30 juin dernier.

Le toulousain Guy Novès en cœur d’Hérault. L’ex-rugbyman et tutélaire manager du Stade toulousain sera l’invité d’honneur de la Table Ovale, club d’entrepreneurs du cœur d’Hérault, le10 novembre. Agencehv y sera.

Avenir Littoral. Motorisation hydrogène, propulsion électrique pour le marché du nautisme, application d’optimisation de la navigation, gestion des eaux de bord, solution d’affinage des moules… Des subventions solides (4,8 M€ au total) viennent soutenir 8 projets innovants liés au littoral d’Occitanie, dévoilés le 18 octobre au Cap-d’Agde (34) lors de l’annonce des lauréats de l’appel à projets Avenir Littoral 2022. Partenaires : Région Occitanie, préfecture de région, Plan Littoral 21. Plongez dans le détail des projets lauréats, ici. Plaisir d’avoir animé cette remise de prix, pour Midi Libre / Midi Events.

Intersud. La prochaine édition du salon Intersud (rencontres BtoB de l’industrie en Occitanie) se déroulera le 7 juin à Béziers, indique Katy Garcias, vice-présidente Formation à la CCI 34, trésorière adjointe de la CCI Occitanie et vice-présidente professions libérales à la CPME Hérault.

Intergénérationnel. Groupe Duval Occitanie Toulouse (directrice : Elodie Galko) lance un appel d’offres pour la construction du projet immobilier « Les Jardins de Renée » à Albi, opération intergénérationnelle de 10.000 m2 qui comprendra une résidence jeune, une résidence autonomie, une résidence logements locatifs sociaux et une résidence co-living. Une tranche conditionnelle prévoit une résidence famille. Téléchargement du DCE sur le site www.alamo-ao.com.

Plus de décodages ici

Salon International de l’Alimentation. Du 15 au 19 octobre, la région Occitanie était présente lors du Salon International de l’Alimentation 2022 à Villepinte (Seine Saint-Denis). Parmi les entreprises occitanes présentes au salon : la biscuiterie Les Mirliflores (Tarn), l’Etuverie, spécialisée dans l’ail frais bio (Gers), et Phyte, producteur de boissons végétales (Gard), ont présenté leurs produits aux acteurs de l’industrie agroalimentaire. > Phyte a dévoilé ses actualités à l’occasion d’une conférence organisée par Ad’Occ au Domaine des Grands Chais à Mauguio (Hérault), le 5 octobre. À (re)lire pour ToulÉco, ici.

Une hausse de la demande en location dans l’Agathois. « Depuis la crise sanitaire, la demande s’est largement accrue dans notre secteur – qu’il s’agisse de transaction, location annuelle ou saisonnière, d’où l’envolée continue des prix depuis ces dernières années », analyse Deborah Vialas, directrice associée de S’Antoni Immobilier (Marseillan). Il y a deux mois, l’agence agathoise a reçu plus de 500 dossiers de candidats locataires pour une dizaine de biens disponibles seulement. « Nous n’avions jamais connu autant de demandes pour les locations annuelles », précise-t-elle. Concernant la vente de biens, un vent nouveau souffle. « Depuis la rentrée, nous avons de plus en plus de biens à la vente : le retournement de marché a commencé », annonce Deborah Vialas. Il serait donc encore temps d’investir. « Il y a de belles opportunités qui se dessinent notamment avec le rachat de logements classés comme passoires thermiques en F ou G, dont les prix ont en moyenne baissé de 17 % depuis le début de l’année en métropole. Et tout simplement car la demande explose en location annuelle et saisonnière », conclut-elle. > Plus à lire sur les prix de l’immobilier agathois, dans Hérault Tribune, ici.

Écomatelas en Île-de-France. Ecomatelas, fabricant de matelas reconditionnés basé à Saint-Aunès (Hérault), part à la conquête de l’Île-de-France, en projetant l’ouverture d’un second site de production et une boutique de vente dans la région. « C’est la première destination où nous livrons, nous savons qu’il y a une forte demande, beaucoup de personnes à faible revenu cherchent aussi de plus en plus d’alternatives écoresponsables pour s’équiper », analyse Jérémie Adjedj, co-fondateur d’Ecomatelas aux côtés de Stéphane Duponchel, qui espère ouvrir ces deux nouveaux sites d’ici la fin de l’année 2023 pour un coût estimé entre 700k et 1,5M€. « Nous sommes en cours de discussion avec des acteurs de la région, et recherchons différents investissements pour nous aider à poursuivre notre croissance », confie-t-il. Ecomatelas possède un site de production et une boutique à Saint-Aunès, et livre dans toute la France à travers son site internet. La PME reconditionne chaque mois entre 500 et 700 matelas et en vend entre 400 à 500. Elle enregistre un chiffre d’affaires de 1,2 M€ en 2022, et vise 1,5 M€ en 2023. > Plus à lire sur cet entrepreneur prochainement dans le Guide des Jeunes Entrepreneurs, édité par ToulÉco.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

Au cœur du port de commerce de Sète

Agencehv a pu visiter le port de commerce de Sète, le 20 octobre, avec les analyses d’Olivier Carmès, DG du port depuis 9 ans. Morceaux choisis.

Olivier Carmès, directeur général du Port de Sète Sud de France, a dévoilé pendant une heure les coulisses du port de commerce de Sète, le 20 octobre. Crédit : FB

 

6ème ligne de DFDS. Une 6e ligne devrait être opérée à partir d’avril par l’armateur DFDS. « On va dépasser les 100.000 remorques depuis la Turquie. Elles distribuent toute l’Europe. Sont acheminées différentes marchandises : textile, électroménager, bus, voitures neuves, pièces automobiles… » DFDS n’a que deux sites sur le pourtour méditerranéen, Trieste et Sète. « Le terminal ferroviaire a été un argument pour l’attirer. »

Le quai H déjà saturé. Le quai H, inauguré en 2016 par la Région Occitanie, propriétaire du port, « est déjà saturé. Nous demandons la construction d’un nouveau quai, soit un investissement de 30 M€, pour suivre le développement du port ». Cette année, le tonnage devrait atteindre 5,2 millions de tonnes, « au lieu de 3 millions lorsque le port était exploité par la CCI. Depuis 2008, 500 M€ ont été investis, répartis entre public et privé. La Région Occitanie a investi 160 M€, entre les quais et la partie outillage, dont les grues ». À terme, Sète vise les 6 MT, pour devenir « l’équivalent de Bordeaux, et se hisser au niveau du plus petit des grands ports maritimes français ».

Cohabitation. L’EPR Port Sud de France emploie 94 salariés, dont 30 grutiers. « Les dockers sont, eux, gérés par des entreprises privées. Sans compter la capitainerie et les pilotes du remorqueur, qui pousse les navires en fonction de leur typologie et des conditions météo. Il y a une grande cohabitation de travail pour arriver au déchargement ! » D’autant plus que le port de Sète se distingue par la polyvalence de ses trafics : ferry, vrac, camions, croisière… « Il faut gérer cette polyvalence. Mais on a besoin de tous les trafics, c’est grâce à cette pluralité que le trafic n’a baissé que de 9 % pendant la crise sanitaire. »

Peu de dragage. Une des forces du port de Sète : c’est un port en eaux profondes (13,5 mètres de tirant d’eau). « Il y a, de fait, peu de frais liés au dragage d’entretien. À Port-la-Nouvelle (Aude), les coûts sont plus importants. Et à Rouen, port qui se trouve dans un estuaire, les coûts s’élèvent à 30 M€ par an. Et ces coûts augmentent, car l’État demande le retraitement des matériaux dragués. »

Ferme photovoltaïque. Une ferme solaire va être installée sur 12 ha, sur le terre-plein aménagé à Frontignan par BP dans le cadre de la livraison de son nouvel appontement pétrolier, en 2020. « L’objectif est d’utiliser une partie de cette production pour notre consommation : branchement des navires, éclairage des terminaux, utilisation des grues. L’autoconsommation va devenir un enjeu fondamental d’ici à 2025. »

Un chèque en tremblant. Une nouvelle grue Liebherr a été livrée le 17 octobre, sur le terminal vraquier. « C’est une commande de 6,7 M€, actée en plein Covid. J’avais hésité à signer le chèque ! »

Saipol investit 70 M€. Saipol (Groupe Avril, trituration de graines pour leur transformation en huiles, biocarburants et alimentation animale) « va investir 70 M€ sur le port de Sète », confie Olivier Carmès. Une bonne nouvelle, alors que l’industriel avait envisagé une fermeture du site, il y a 3 ans. Saipol emploie 110 salariés à Sète.

Marche arrière sur la croisière. Le port de Sète représente 1.300 emplois (900 chaque jour sur le port). L’objectif est de créer 200 emplois supplémentaires d’ici à 2025. « On ne veut pas une croissance démesurée, tempère Olivier Carmès. La croisière, par exemple, était passée de 20.000 à 120.000 passagers par an, entre 2016 et 2019, avec un objectif à 200.000. Nous avons fait machine arrière, avec des navires plus petits. Nous ciblons 70.000 passagers par an, en accueillant toutes les catégories (pas que du luxe), et en toutes saisons (jusqu’à décembre). »

Verdissement et recyclage. On s’en rend compte en arpentant la zone portuaire en bus : tout n’est qu’entrepôts et béton. « On est un peu tous des bétonneurs : tout espace doit être utilisé pour du développement économique, concède-t-il. Mais nous réfléchissons à un schéma de verdissement et de recyclage de l’eau. »

Recalibrage du canal du Rhône à Sète : bras de fer avec l’État. Serpent de mer depuis une quinzaine d’années, la mise au gabarit du canal du Rhône à Sète, indispensable pour développer l’interconnexion fluviale, patine. « On se bat contre l’État. L’État met en avant les surcoûts générés par les travaux. Mais il oublie l’impact environnemental ! L’analyse de rentabilité doit être modifiée. Il faut regarder le nombre de camions évités sur la route. Si cette mise au gabarit ne se fait pas, ce sont 15.000 à 20.000 camions à ce jour évités, qui retourneront sur la route. »

Gare maritime : page blanche. Présenté en 2016, le projet de nouvelle gare maritime n’est toujours pas en travaux. « La gare maritime Orsetti va être détruite. Des discussions sont en cours avec la Région. Le projet initial va être remodelé par rapport aux nouveaux usages. On n’a plus besoin de monter dans une gare pour prendre son billet. L’idée est d’optimiser l’investissement (plus de 50 M€, note). Le trafic passagers a évolué, et la stratégie du port sur le trafic ferry et croisière aussi. C’est l’une des missions du nouveau président du port, Philippe Malagola. »

3 questions à

3 questions à

Véronique Capon, La Brigade de Véro

« Les gens ne font plus la différence entre un fenouil et un poireau ! »

La Brigade de Véro se distingue sur le marché des box alimentaires par son positionnement premium. Après une première levée de fonds de 2,3 millions d’euros en 2021, une seconde est prévue en 2023 pour financer un développement dans les pays scandinaves. Rencontre avec Véronique Capon, « startuppeuse sexagénaire » au langage imagé. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Véronique, tu as lancé ton entreprise en 2017, à plus de 60 ans (67 aujourd’hui). Mais pourquoi se lancer dans les ennuis à l’âge où la plupart profitent des grasses matinées et des croisières ?
Il n’y a pas d’âge pour entreprendre ! J’avais été salariée toute ma vie, dans l’immobilier commercial et en tant que saisonnière, en Belgique et en France. Je ne supportais plus mes kilos en trop. Je me suis mis à tester des régimes, mais aucun ne me donnait satisfaction, car je ne veux surtout pas me priver, ni sacrifier les bons produits. J’ai créé, au début pour mes copines et moi-même, des plats diététiques, avec des produits frais. Mon fils Arthur, qui faisait des études à Londres, m’a conseillé de les vendre sur Internet, avec un service de livraison.

Où en es-tu aujourd’hui, et surtout, quelles sont les perspectives pour 2023 ?
Nous visons un développement dans les pays scandinaves. Sur ces marchés, le rayonnement de la cuisine française est très puissant. La Brigade de Véro réalise en 2021 un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros, avec un prévisionnel de 7,5 millions cette année, et emploie 66 salariés. J’avais un enfant, j’en ai désormais 66 ! Un laboratoire de cuisine de 2.500 m², avec salle blanche, a été créé en 2021 à Montpellier, mobilisant un investissement de 1,8 M€. La PME vise un chiffre d’affaires de 10 M€ l’an prochain, et 20 M€ d’ici à 2025. La Brigade de Véro livre 2.000 box chaque semaine en France et en Belgique. Je suis épaulée par mon fils Arthur, devenu président, et mon mari Philippe, ainsi que Romain Roques, directeur général et cofondateur.

Pourquoi le concept fonctionne-t-il aussi bien, d’après toi ?
Le positionnement, qui est premium, est pertinent. Nous misons sur les produits locaux. Nous nous fournissons auprès de producteurs locaux du marché d’intérêt national de Montpellier. Les gens ont de moins en moins le temps, et ne savent plus cuisiner. Ils ne font plus la différence entre un fenouil et un poireau !

> Le procédé de conservation, qui consiste à enlever l’oxygène des barquettes et à le remplacer par du CO2 et de l’azote, permet l’usage de 90 % de produits frais et 10 % de produits surgelés. Les box sont consommables 15 jours après leur production. La livraison est effectuée par Chronofresh, le colis étant maintenu entre 0 et 4°C.

> Plus à lire prochainement dans Les Échos.

> Photo : Véronique Capon aux côtés de son fils Arthur, président de La Brigade de Véro 

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Organisé par Franceinfo et Les Échos, le 22 novembre à La Maison de la Radio et au siège des Échos à Paris, le festival international « Médias en Seine », pour imaginer les médias de demain, est de retour pour une 5ème édition. Retour de la guerre en Europe, pandémie planétaire, crise sévère de la mondialisation, urgence climatique, déclin de la démocratie, défiance envers les médias et les journalistes…. « Les crises se multiplient sur tous les fronts et il est plus nécessaire que jamais de débattre avec le grand public de l’utilité sociale et de la critique des médias dans les démocraties », indique Aziliz de Veyrinas, directrice déléguée du groupe Les Échos-Le Parisien Evénements sur LinkedIn. > Site web de l’événement ici, et inscription gratuite par ici.

La phrase

« Les injonctions contradictoires en matière d’aménagement sont de plus en plus nombreuses. Il faudrait construire pour accueillir des habitants, mais l’application stricte de la Zan par les services de l’État limitent la consommation de foncier. Et des projets sont bloqués par les services de l’État dans certaines communes, qui commencent à manquer d’eau. Par exemple, ce lotissement d’une quarantaine de lots à Montarnaud (34), qui risque de ne pas aboutir. »

Un aménageur privé, sous couvert d'anonymat

On s’en fout

L’événementiel, on aime à l’Agencehv. Le parfum particulier des animations de débats, tables rondes, forums, remises de prix etc. Encore trois dans la même journée, mardi 18 octobre, au Cap-d’Agde puis en soirée à Sète, dans le cadre du Salon du Littoral (Midi Libre / Midi Events). Vous pouvez revoir les photos et le contenu ici.
Avec ce mot d’ordre : pour préparer au mieux, rien ne doit être laissé au hasard. Sans dévoiler tous nos secrets de fabrication, voici deux astuces incroyables : impliquer en amont les intervenants dans la construction des questions que je serai amené à leur poser sur scène ou sur le plateau ; noter sur les fiches la prononciation phonétique des noms, prénoms, entreprises, communes… (en gros, se forcer à faire des fautes d’orthographe), pour éviter d’écorcher les noms propres ou de lieu ; toujours demander, avant l’animation, le prénom du gars en régie, de l’hôtesse sur scène ou du photographe dans la salle. C’est quand même plus humain de les présenter, lors du show, par leur identité plutôt que par la fonction.
Il n’y a pas d’école d’animateurs. Tout cela s’apprend sur le tas. En regardant aussi comment font les autres. Aussi, on s’échange entre partenaires concurrents nos petits tuyaux, de façon informelle. C’est un marché de niche : en Occitanie, on ne doit pas dépasser la dizaine. Alors, sans aller jusqu’à former un syndicat, mieux vaut parler un minimum, pour rester tous ensemble à la page, et entretenir notre valeur collective.
Même après 12 ans intensifs d’animations, j’ai encore à apprendre. Et c’est heureux. Par exemple, comment expliquer aux intervenants que non, la projection de 30 slides en 10 minutes, ça ne va pas être possible. Que trop d’infos tue l’info, en somme.
Il y a aussi des à-côtés savoureux. Comme la députée européenne France Jamet (RN), qui, vexée d’avoir été interrompue par votre serviteur lors de son intervention un peu longue, m’avait ensuite glissé à l’oreille, sur scène, pour tenter de me déstabiliser pour le restant de ma prestation : « Vous n’avez aucune autorité. » Ou Françoise Dumas, ex-députée LREM, qui m’avait accueilli en terre gardoise en ces termes chaleureux, alors que je ne la connaissais pas et venais juste d’arriver sur les lieux d’un débat sur les législatives 2017 : « Alors, comme ça, vous venez en service commandé ? » J’en ai plein d’autres sous le coude. Il y aurait de quoi en faire un livre, non ?

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse
9

Ils et Elles bâtissent nos villes

Pyramides d’Argent 2022 : l’immobilier neuf d’Occitanie Méditerranée récompensé

Mardi 18 octobre, le FDI Stadium a accueilli l’édition 2022 des Pyramides d’Argent organisées par la Fédération des Promoteurs Immobiliers Occitanie Méditerranée (FPI OM). 9 lauréats ont été récompensés, autour de thèmes clés comme le bas carbone, l’innovation industrielle et la mixité.

Les lauréats du Grand Prix Régional, Cogim et Néocity Promotion, le partenaire du prix Caisse d’Épargne et les remettants ©FPI OM.

 

Le marché et les promoteurs. Quand deux mondes s’entrechoquent, malgré eux. Le FDI Stadium reçoit sur son parking, chaque mardi, le marché Agropolis, avec ses maraîchers, bouchers et autres producteurs locaux. Costards et talons aiguilles se sont mélangés, le temps de quelques minutes, au flot des marchands en train de ranger leur matériel. Ces deux mondes se sont par ailleurs entrechoqués au sens propre, puisqu’une annonce au micro a indiqué, durant la cérémonie, qu’un camion du marché en question avait accroché un SUV.

Grand Prix Régional. Le programme « Odyssée Rive Gauche », porté par les promoteurs montpelliérains Cogim et Neocity Promotion, décroche le Grand Prix Régional des Pyramides d’Argent. Également primée dans la catégorie Impact Sociétal, la résidence concourra au niveau national pour la Pyramide d’Or, le 13 décembre à Paris. « Trois bâtiments abriteront des logements, des commerces et la French Proptech montpelliéraine, un incubateur de startup dédié aux métiers de l’immobilier », explique Frédéric Rivory, co-fondateur de Neocity. Les architectes sont Jean-Baptiste Miralles, Thomas Landemain, Jaouen Pitois et Estebe et Cathala.

8 autres lauréats. Les Pyramides d’Argent ont décerné 8 autres prix : FDI Promotion en remporte deux, celui du Grand Public pour Modern’Art (Atelier d’architecture Emmanuel Nebout – Montpellier), et celui de l’immobilier d’entreprise pour Etic (Fontès architecture), dans le quartier Cambacérès à Montpellier. Vestia Promotion glane les prix de l’Innovation Industrielle et de la Conduite Responsable des Opérations pour sa résidence inclusive à Béziers (Pascal Chaumont PCH Architecture – Montferrier-sur-Lez). Le programme mixte bois/béton So Wood (Philippe Bonon, A+ Architecture), dans la Zac République à Montpellier, porté par Icade, Kalelithos et REI Habitat, remporte le prix du Bâtiment bas carbone, sujet d’actualité avec les crises énergétique et climatique. Bouygues Immobilier remporte quant à lui le prix de la stratégie Bim&Data, pour sa résidence Rives d’Ô (Christophe Moly – SEARL Archi Concept – Perpignan), intégrant la technologie BIM (modélisation des informations du bâtiment). Enfin, la résidence Cobá (Antoine Assus – BPA Architecture), portée par le promoteur Cogedim à La Grande-Motte, obtient le Coup de cœur du jury, initiative régionale qui récompense en dehors de tous les critères préétablis par les cahiers des charges des différents prix.

55 dossiers reçus. Cette année, la FPI OM a reçu 55 dossiers, soit 19 de plus qu’en 2021. « Cela montre la volonté des promoteurs de la région de tirer toujours plus haut la qualité de leurs réalisations et leur faire-savoir. Et ce, malgré la pénurie de foncier, déclare Laurent Villaret, président de la FPI OM. Espérons qu’en 2023, ce chiffre sera largement dépassé, grâce au choc de l’offre déclenchée par la métropole de Montpellier. »

Un jury éclectique. Cette année, le jury des Pyramides d’Argent s’est composé de Numa Hambursin (président du jury), Cyril Ayrinhac (SMABTP), Chantal Clerc (Banque Populaire du Sud), Éric Montels (GIP), Florence Berges (GRDF), Fabrice Bierling (Socotec), David Blazquez (EDF), Pierre-Charles Devouassoud (Caisse d’Épargne LR), Philippe Raynal (Apave), Thomas Bree (Fnaim 34), Ethel Camboulives (AMO), Gilbert Comos (FFB 34), Rémy de Lecubarri (Corim, FPI OM), Sophie Lafenêtre (EPF Occitanie), Guilhem Michel (Salons de l’immobilier), Gaëtan Nicolas (Région Grand Montpellier Union-Matériaux) et Bertrand Pelain (SPL Agate).

Et BIM. « Notre ambition est de concevoir la totalité de nos réalisations en BIM en 2023. L’enjeu est d’optimiser nos coûts en intégrant de la data grâce aux maquettes numériques. Les clients pourront ainsi préfigurer leur appartement, avant même de l’acheter. Nous sommes convaincus que tout se fera en BIM dans le futur », annonce Christophe Moly, architecte urbaniste (Archiconcept) du programme lauréat Rives d’Ô, de Bouygues Immobilier.

 

Les lauréats et partenaires des Pyramides d’Argent 2022 ©FPI OM

 

Être au rendez-vous. « Maintenant que le choc de l’offre est lancé, il faut être au rendez-vous. Sinon nous annulons les concours, prévient Cédric Grail, directeur général du groupe Serm/SA3M. Ce n’est pas une menace : il faut de la quantité mais il faut aussi de la qualité. On ne va pas se précipiter et paniquer par rapport à la crise. »

Vitrine. « Les Folies Architecturales sont une vitrine pour les promoteurs immobiliers et les architectes, locaux ou nationaux. Nous exposerons nos réalisations et nos innovations quant à l’architecture, aux nouveaux usages, au logement connecté, au développement des services associés à l’habitat, à l’environnement… », annonce en introduction Laurent Villaret.

Ovale géant. Franck Célaire, artiste-peintre et architecte connu pour ses toiles et objet peints, a pour projet de créer 9 ballons artistiques géants de 5 mètres de haut, à l’occasion de la prochaine Coupe du Monde de Rugby, qui aura lieu du 8 septembre au 28 octobre 2023. Les ballons seront disposés dans les 9 villes hôtes que sont Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Lille, Paris, Saint-Denis, Saint-Etienne et Toulouse. « Plusieurs promoteurs, ici présents d’ailleurs, sont intéressés pour m’aider à financer ce projet », révèle Franck Célaire. L’artiste s’était déjà prêté à l’exercice en customisant plusieurs ballons de rugby pour les Galas de Béziers et Montpellier en 2021, ou de ballons personnalisés pour la Fédération Française de Rugby en mars, et la Fédération Anglaise en juin.

Et le critère esthétique ? « Je regrette que le critère esthétique des programmes ait été écarté de ce concours, même s’il y a sûrement plein de raisons à cela, relève Numa Hambursin, directeur général du MO.CO (musée d’art contemporain) et président du jury des Pyramides d’Argent. Les normes qui contraignent l’architecture en France me font craindre que l’on soit vite dépassé par d’autres villes, comme Dubaï et Berlin. » L’ancien galeriste a tout de même soulevé que sur 25 % des projets immobiliers, des œuvres d’art sont proposées spontanément. Interrogé sur le coût de l’art et de l’architecture et l’impact éventuel sur le prix au m², Numa Hambursin a proposé de « créer un nouveau métier, celui d’intermédiaire artistique dédié à l’immobilier. Une fresque intelligente dans un hall ne coûte pas plus que bien des décorations impersonnelles réalisées à la chaîne ».

Impulse. À la fin de la soirée, la FPI OM a distribué la 3ème édition de son magazine semestriel Impulse, où témoignent Alexandre Vachet, PDG d’Union Matériaux, Anaïs Thourot, présidente de Roxim Promotion, ou encore Patrick Michel, fondateur de Cible Publicité. Y sont également relayés les événements de la FPI OM et les résultats des Pyramides d’Argent. Le magazine est disponible ici.

On vous dit tout. Un compte-rendu détaillé de la soirée sera publié dans un article de l’Hérault Tribune et dans le magazine Bien’Ici de Midi Libre.

________________________

 

Toulouse : l’immobilier d’entreprise repart bien

 

Bâtiment Zéphyr Toulouse Aerospace.

Le Covid semble loin pour le marché de l’immobilier d’entreprise dans la Ville rose. Au 3ème trimestre (3T), 24.800 m² de surfaces de bureaux ont été commercialisées sur le marché toulousain, dont 3.000 m² dans le neuf, relève l’Observatoire Toulouse de l’Immobilier d’Entreprise (OTIE) le 18 octobre. Une dynamique en baisse de 24 % par rapport au 3T 2021 (32.500 m² commercialisés). La demande est notamment concentrée sur le centre-ville et le quartier Intra Rocade (centre historique, Compans, Cartoucherie), qui cumulent la moitié de la demande du trimestre. L’offre immédiate de bureaux, évaluée à 225.600 m², se situe majoritairement à l’ouest de Toulouse (168.700 m²), avec un taux de vacance de 4,7 %.
Plus globalement, sur les 9 premiers mois de 2022, 90.600 m² de bureaux ont été commercialisés à Toulouse, soit une hausse de 31% par rapport à 2021 (68.900 m²). Les transactions de bureaux dans le neuf ont particulièrement augmenté, passant de 10.900 m² de transaction en 2021 à 29.700 m² en 2022. Entre le 3T 2021 et le 3T 2022, 70 transactions ont été conclues avec une surface moyenne de 514 m². Seules trois opérations ont concerné des biens d’une surface supérieure à 1.000 m² : 2.160 m² ont été acquis par Nov’Action à Bordelongue (quartier d’affaires situé au sud de Toulouse), 1.831 m² ont été loués par Ascendance Flight Technologie à Toulouse Aerospace, et 1.684 m² ont été loués par Studec au parc aéroportuaire de Blagnac.

D’autre part, la commercialisation des entrepôts et de locaux d’activité a augmenté de 116 % entre le 3T 2021 et le 3T 2022. En effet, 77.550 m² ont été commercialisés au 3T 2022, contre 35.970 m² en 2021. La part de commercialisation de local d’activité est de 63 % (48.590 m²). Autre constat : une hausse de la demande dans le neuf, passant de 8.240 m² de locaux d’activités commercialisés au 3T 2021 à 30.430 m² en 2022. Aucune transaction d’entrepôt neuf n’a été conclue. 42 % des transactions pour des locaux d’activités et entrepôts concernent la location. Sur les 9 premiers mois de l’année 2022, 166.400 m² de locaux d’activité et entrepôts ont été commercialisés contre 124.3000 m² en 2021 (+ 34 %).
Au 3T 2022, la surface moyenne des transactions de locaux d’activité et d’entrepôts est de 2.041 m². Le taux de vacance est de 3,6%. Concernant les locaux d’activités, 37 opérations ont été conclues, dont 11 supérieures à 1.000 m². Et 2 transactions d’entrepôts ont été réalisées pour une surface supérieure à 5.000 m². Sur le site de la Socamil à Tournefeuille, un bail dérogatoire a été signé pour une durée d’un an pour une surface de 9.000 m².

________________________

 

Mobilité : trois nouvelles lignes de Bustram à Montpellier  

 

Crédits : Atelier Air – Réalisation 2021

L’exploitant routier Egis remporte, aux côtés de l’agence d’architecture LA/BA et du bureau d’études Présents, la maîtrise d’œuvre de trois futures lignes de Bus à Haut à Niveau de Service (BHNS) de Montpellier Méditerranée Métropole. La conception de ces lignes BHNS (B2, B3 et B5) s’inscrit dans un réaménagement de l’espace public qui impose une nouvelle hiérarchie des mobilités : piétons, cycles, transports collectifs puis automobiles. Au total, ce sont 57 km de lignes de Bustram et une centaine de stations qui vont être réalisés. Ces dernières seront exploitées avec des bus 100 % électriques et proposeront une offre de mobilité performante : temps de parcours réduit grâce à des voies dédiées et à la priorité donnée aux carrefours, plage horaire élargie et cadencement renforcé, stations voyageurs type tramway et information dynamique des voyageurs. Les lignes seront mises en service au deuxième semestre 2025.
> Pour plus d’information sur ce projet de mobilité urbaine, c’est par ici.

_________________________

 

Montpellier : une troisième caserne de pompiers en 2025

 

Sdis 34 Caserne Zac Restanque Montpellier ©SDIS 34

Le Service Départemental d’Incendie et de Secours (Sdis) de l’Hérault va construire sa troisième caserne à Montpellier, dans la Zac de la Restanque, indique Midi Libre le 18 octobre. Les débuts des travaux sont prévus en juin 2023, pour une livraison au premier trimestre 2025. Architecte : Studio Gardoni (Lyon). Le montant total de l’investissement est estimé à 11 M€. Cette caserne va s’étendre « sur 2.000 m² de surface bâtie, et accueillera à terme une centaine de pompiers professionnels et volontaires », confie aux Indiscrétions Aurélien Manenc, lieutenant-colonel des pompiers du Sdis 34. Particularité : « elle sera construite en pierre de Castries, dans une logique d’intégration paysagère », ajoute-t-il. De plus, seuls des véhicules électriques seront mis à la disposition des pompiers au sein de cette caserne. Les deux autres casernes montpelliéraines se situent à Montaubérou et à La Paillade. Le Sdis de l’Hérault comptabilise 73 casernes.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Le Département des Pyrénées-Orientales lance un avis de réalisation pour un Bâtiment Segpa au collège Saint Exupéry de Perpignan. 

Perpignan Méditerranée Métropole lance un avis pour des prestations de maîtrise d’œuvre de travaux d’infrastructures routières sur le territoire. 

La Ville de Nîmes lance un avis pour la construction d’appareils élévateurs du Palais des Congrès.  

La Commune de Saint-Gilles lance un avis de mission de maitrise d’œuvre pour la rénovation technique et énergétique de la piscine municipale 

La Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée lance un avis d’Assistance à maîtrise d’ouvrage pour l’exploitation du réseau optique et des infrastructures. 

La TAM – Transports Agglomération de Montpellier lance un avis pour des travaux de plateforme voie ferrée & d’Infrastructures. 

La Ville de Nîmes lance un avis de reconstruction pour le groupe scolaire Léo Rousson. 

La Commune de Perpignan lance un avis pour des travaux de modernisation du Palais des Expositions. 

Montpellier Méditerranée Métropole lance un avis de rénovation des “bâches à eaux” de l’aquarium PLANET OCÉAN.  

Occitanie Ouest 

Embase lance un avis de marché de maîtrise d’œuvre pour la construction d’une MAS renforcée à Saint-Orens 

L’Université Toulouse 1 Sciences Sociales lance un avis de mission de maîtrise d’œuvre concernant les travaux de rénovation de la surélévation du bâtiment de l’Arsenal. 

La DRSID Lyon lance un avis de restructuration du bâtiment 32 de la caserne Gibert à Montauban.  

Le Muretain Agglo lance un avis de marché global de performance pour la rénovation énergétique des bâtiments. 

La Commune de Toulouse lance un avis pour des travaux de remplacement des menuiseries bois extérieures de l’école élémentaire Ernest Renan.  

La Ville de Castanet-Tolosan lance un avis de concours de maitrise d’œuvre pour la construction d’un lieu hybride culturel et social. 

Culture 🎭

Occitanie Est 

L’Association « Montpellier 2028 – Capitale Européenne de la Culture » lance un appel à projets pour soutenir des actions artistiques, culturelles et patrimoniales, tous secteurs confondus. 

Déchets 🗑️
Eau / Assainissement 💧

Occitanie Est 

La Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée lance un avis pour des fournitures de pièces assainissement et pluvial. 

La communauté de communes Castelnaudary Lauragais Audois lance un avis de déplacement du réseau d’alimentation en eau potable. 

Occitanie Ouest 

Le Conseil Départemental de l’Hérault lance un avis de mission de coordination sécurité et de protection de la santé de catégorie Ii et Iii sur chantiers routiers.  

Réseau 31 lance un avis de travaux de soutènement et d’étanchéité du Canal de Saint-Martory. 

Éclairage public 💡
Logement 🏡

Occitanie Est 

La CAF de l’Hérault lance un avis de diagnostic et de mise en décence de logements.  

Urbanisme 🏙️️

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Alès Agglomération attribue le marché de fourniture de bacs roulants pour la collecte mécanisée des ordures ménagères à la société SULO France. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 2 000 000 euros.  

L’Université Toulouse 1 Sciences Sociales attribue le marché pour la location, l’installation et la maintenance d’un bâtiment en modules préfabriqué pour leur établissement au groupe COUGNAUD. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 292 535,80. 

La CMAR Occitanie attribue le marché de fourniture et d’acheminement d’électricité et de services associés à EDF Commerce SUD-OUEST. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 5 933 620 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché des travaux d’installation de signalisation horizontale à l’entreprise Mozerr Signal. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 1 711 900 euros.  

SPL AGATE attribue le marché des travaux de réhabilitation du groupe scolaire Le Buffalon à Rodilhan aux entreprises Provence Dépollution, Bargeton fils, SMED, Façades Chaarane, MOINE Menuiserie, SOLELEC, Mcn Concept, Vassileo Bâtiment, Ineo Mplr, Gilbert et Mula. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 950 720, 41 euros. 

La Ville de Montpellier attribue le marché de fourniture et d’installation du système de gestion centralisé de l’arrosage à TERIDEAL SEGEX ENERGIES. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 600 000,00 euros. 

SITOM SUD GARD attribue le marché des missions d’AMO en vue du renouvellement du contrat de la Délégation de Service Public d’exploitation de l’Unité de Traitement et de Valorisation Energétique des déchets ménagers et assimilés de Nîmes à la société GIRUS GE. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 179 330 euros. 

Plus de marchés ici

Le Conseil Départemental Haute-Garonne attribue le marché de valorisation des résidus d’élagage ou d’abattage vers une filière “bois énergie” à la société Cler Verts. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 160 000 euros. 

Montpellier Méditerranées Métropole attribue le marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour l’acquisition de bus à haut niveau de services électrique à la société TRANSAMO. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 430 000,00 euros.  

La Commune de Carcassonne attribue le marché des travaux d’aménagement et de requalification de la maison des associations pour la création d’un IUT aux entreprises OCBAT, SBPR, Menuiserie Tiquet, Gastou Platrerie, le Groupement mandataire Gomez / Escobois, Daniel Serrano, J.P Puerto, Audoise Ferronnerie, Cegelec Perpignan, et la société NACENTA. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 2 409 676, 72 euros. 

La TAM – Transports Agglo Montpellier attribue le marché des travaux d’éclairage public à la société SPIE Citynetworks. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 5 887 950 euros. 

Sète Agglopôle Méditerranée attribue le marché de la maîtrise d’œuvre pour la rénovation et l’aménagement d’espaces publics du centre ancien à la société NL et Associés. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 189 569 euros. 

Le Conseil Départemental de L’Aveyron attribue le marché de réalisation de travaux courants de petits terrassements, de confortation, d’assainissement et de réparation de chaussée à l’entreprise Sévigné et à la société Sotrameca. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 6 189 939 euros. 

Le Sydetom66 (Syndicat Départemental de Traitement, de transport et de valorisation des ordures Ménagères dans les Pyrénées-Orientales) attribue le marché de valorisation des déchets végétaux sur le territoire aux sociétés Patrick Tubert et Terrassement Des Alberes. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 2 183 070 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de construction d’une piste cyclable (Réseau Express Vélo) à la société Eurovia Midi-Pyrénées. Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 951 704. 79 euros.  

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

À suivre en ligne ou en présentiel

Mercredi 26 octobre à 19h :

Réunion publique « Métamorph’Ose » Espace Castel à Lunel.

NOVEMBRE

Jeudi 3 novembre :

« CREAWIZ 2022 – la journée de rentrée du Diplôme Etudiant Entrepreneur » coorganisé par Ad’Occ à la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain à Montpellier. Plus d’infos ici.

Lundi 7 novembre :

« Entreprenez en Lozère », événement organisé par Ad’Occ à l’Espace Jean Jaurès à Mende. Plus d’infos ici.

Mardi 8 novembre :

Plan Régional Santé Travail – PRST Tour, organisé par le PRST Occitanie à la CCI du Tarn-et-Garonne à Montauban (82). Plus d’infos ici.

8èmes rencontres nationales des dispositifs médicaux, organisée par Eurobiomed au Moulin de Gazay à Nîmes (30). Plus d’infos et inscription ici.

Atelier de Rénovation urbaine et patrimoniale, organisé par l’association Cahors, les Patrimoines en mouvement à Cahors (place Bessières). Plus d’infos et inscription ici.

« Financements et Technologies pour le Jeu Vidéo » organisé par Ad’Occ à la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain à Montpellier. Plus d’infos ici.

Plus d'événements ici

Mardi 8 et mercredi 9 novembre :

6ème édition des Rencontres Professionnelles du Tourisme Fluvial & Fluvestre, nommée SLOWW!, organisée par Voies Navigables de France au Palais des Congrès à Arles (13). Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 10 novembre :

« HyDeO Day 2022 : en route vers l’ère industrHyelle ! » organisé par Ad’Occ à la Cité à Toulouse. Plus d’infos ici.

« Entreprenez dans les Pyrénées-Orientales », événement organisé par Ad’Occ à la Maison de Ma Région à perpignan. Plus d’infos ici.

2èmes Rencontres Energies « Transports et énergies : un écosystème complexe mais des solutions concrètes », organisées par l’ORT Occitanie au Palais des Congrès à Gruissan (11). Inscription obligatoire ici.

Mardi 15 novembre de 10h à 12h30 :

Plan Régional Santé Travail – PRST Tour, organisé par le PRST Occitanie à la CCI de la Haute-Garonne à Toulouse (31). Plus d’infos ici.

« BtoBuild | Rendez-vous Business & Innovation du Bâtiment Durable », organisé par Ad’Occ à l’INSA de Toulouse. Plus d’infos ici.

Jeudi 17 novembre  :

18ème édition du Salon de l’Entreprise à Labège (31). Entrée gratuite, plus d’informations ici.

1ère édition « Le Village des Recruteurs de Montpellier ». Plus d’infos et inscription ici.

« Entreprenez en Haute-Garonne », événement organisé par Ad’Occ Centre des Congrès Diagora Labège. Plus d’infos ici.

Du 21 au 27 novembre : 

11ème édition de « La Semaine de l’Industrie », organisée par l’UIMM Occitanie. Plus d’infos ici.

Mardi 22 novembre :

4e édition CBC – Cybersecurity Business Convention 2022 organisé par Ad’Occ au Centre des Congrès Pierre Boudis à Toulouse. Plus d’infos ici.

Jeudi 24 novembre :

Biozero « Tour de table des financements publics et privés pour les entreprises innovantes en santé », organisé par Eurobiomed à L’Arobase à Castres (81). Plus d’infos et inscription ici.

Du 24 au 26 novembre :

Futurapolis Planète, événement consacré à l’innovation dédiée aux enjeux de la société de demain, coorganisé par la Région Occitanie, Le Point et Toulouse Métropole au Quai des savoirs à Toulouse. Inscription ici.

Du 29 novembre au 1er décembre :

14ème convention d’affaires Aeromart, organisée par l’agence Ad’Occ, au MEETT à Toulouse (31). Plus d’infos ici et inscription .

DÉCEMBRE

Jeudi 1er décembre :

« Entreprenez dans le Gard », événement organisé par Ad’Occ au Bic Innov’up à Nîmes. Plus d’infos ici.

Mercredi 7 décembre de 9h à 18h :

RésO Incubateurs Pépinières +, évènement organisé par la CCI Hérault au Parc des Expositions de Montpellier (34). Plus d’informations ici.

Mercredi 7 et jeudi 8 décembre :

Forum Energaïa (forum des énergies renouvelables), organisé au Parc des Expositions de Montpellier (34). Plus d’informations ici

Jeudi 8 décembre : 

Transfo Digitale Day | Les rencontres de la transformation digitale au service des métiers organisé par Ad’Occ, Digital 113 et Projet X à la Cité à Toulouse. Plus d’infos ici.

Samedi 10 et dimanche 11 décembre :

Occitanie Esports – pop culture et gaming expo – a lieu à la Sud de France Arena à Montpellier. Plus d’infos, ici.

2023

JANVIER

23 et 24 janvier : 

Salon Millésime Bio, organisé en version digitale par Sudvinbio, Plus d’infos ici.

Du 30 janvier au 1er février :

30ème édition du Salon Millésime Bio, organisé par Sudvinbio au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

MAI

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Face à l’inflation et la crise énergétique, qui impactent les budgets des collectivités locales, des projets publics sont décalés ou abandonnés. Les Travaux publics s’inquiètent de cette tendance. Enquête, pour Les Échos
– Comment Scop 3 recycle le mobilier du Pullman Montpellier, en plein rénovation
– Perpignan : les ambitions de Onedirect
– La Brigade de Véro performe dans les box cuisinées

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur les négoces de bois : état des lieux du marché, des produits et des points de vente, des approvisionnements, de l’évolution des services, de la digitalisation.

Pour l’Hérault Juridique et Economique :
– Retour sur les Pyramides d’Argent de la FPI OM

Pour ToulÉco, contribution à deux dossiers régionaux :
– « Le vélo, nouvelle reine d’Occitanie ? Quand le marché pédale plus vite que les politiques », rédaction de la partie Occitanie Est. Parution le 3 novembre.
– Guide du jeune entrepreneur d’Occitanie (parution en décembre). Quatre portraits de jeunes entrepreneurs en Occitanie Est.

Formation

Interventions sur les techniques d’écriture efficace, la culture média et les relations presse : 56h auprès des Masters de Sup de Com Montpellier, entre septembre 2022 et mai 2023. Plus d’infos ici.

Rédaction de contenus

Contribution à la rédaction du magazine L’Oeil d’Arthur Loyd Montpellier-Nîmes : l’immeuble Tech Tower de la SNCF, interview d’Aline Bsaibes (ITK) en tant qu’ambassadrice de Med Vallée, nouvelle agence Arthur Loyd à Béziers…

Animation

9 novembre : animation d’un lab immo Midi Libre sur le thème : ZAN, hausse des taux d’intérêt, prix qui flambent… face à la crise, quelles solutions de sortie pour 2023 ? > Plus d’infos et inscriptions par ici.

Préparation et animation d’interviews, en format plateau TV, d’intervenants et d’exposants lors du Forum EnerGaïa 2022, les 7 & 8 décembre au Parc des Expositions de Montpellier. Client : SPL Occitanie Events. Plus d’infos ici.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Les dessous des sous

Et encore ? Des investisseurs d’ici contribuent au développement du plus gros centre européen d’hébergement de supercalculateurs dans des modules containers, les classes populaires exclues des crédits immobiliers, le retour du train, de la nécessité de protéger la tielle sétoise, encore plus de monde en 2070 en Occitanie, et plein d’autres palabres urbaines.
Courage et chocolat !

lire plus

Coulisses RH

Et encore ? Corelec (Muret) fabrique des électrodes durables pour les piscines au sel, la revanche de Lunel, Cédric Grail (Altémed) fidèle au poste, le coup de sifflet final de Jo Hamel, et plein d’autres palabres urbaines.
Courage et chocolat !

lire plus

La passion est toujours là

Melenchon boss des patrons dans le Gard, le parc Héliopôle fait le plein à Bessan (34), le projet de gare maritime de Sète à l’eau, nos amis les archis dans le « On s’en fout », et plein d’autres palabres urbaines.
« 2023, l’année casse-tête », Les Indiscrétions de la semaine du 7 novembre sont en ligne.
Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus
Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.
Share This