Rendez-nous intelligents !Semaine du 4 octobre 2021

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche

9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Aymeric Reinert, Profils Systèmes

Un investissement industriel significatif dans l’Hérault. Le groupe Corialis auquel appartient Profils Systèmes, porté par CVC Capital Partners et par son nouvel actionnaire majoritaire Astorg depuis juillet 2021, donne son feu vert pour la deuxième tranche d’un programme d’investissements d’un montant de 13,5 M€. Pour ce programme, Profils Systèmes, gammiste aluminium spécialisé dans les profilés aluminium et accessoires destinés au secteur du bâtiment, , a obtenu une subvention de près d’un million d’euros par France Relance. Christophe Derré a fondé Profils Systèmes il y a 34 ans. Plus à lire dans ToulÉco, ici.

Olivier Giorgiucci, FRTP Occitanie

Revenant sur le programme d’intégration de réfugiés Hope, Olivier Giorgiucci, président de la FRTP Occitanie Méditerranée, déclare : « C’est aussi pour ça que suis entrepreneur : permettre à une personne éloignée de l’emploi de trouver sa voie. L’ascenseur social existe dans les Travaux Publics. » Le programme Hope propose des qualifications (canalisateurs notamment) à des personnes réfugiées. « Nous avons un défaut d’image qui fait que nos métiers n’attirent pas assez de jeunes, alors que la population de salariés est vieillissante », ajoute-t-il dans Midi Libre. La sélection se fait « uniquement sur la volonté des personnes d’intégrer nos métiers. On leur donne leur chance même s’ils n’ont jamais fait ça ». On va organiser un débat Giorgiucci / Zemmour !

Matthieu Ourliac, Medef Béziers Littoral Ouest Hérault

Le 30 septembre, lors de l’AG du Medef Béziers Littoral Ouest Hérault, pointe « quatre sujets : la réforme des retraites, réforme indispensable mais qui doit être portée par une volonté collective forte, suite à une élection ; Les sujets de conversion écologique, encore trop symboliques et manquant de pragmatisme ; La souveraineté économique et le coût des matières premières, avec la relocalisation des industries stratégiques ; Enfin, la valorisation du travail, la nécessaire sortie du low-cost, le changement des appels d’offres ».
Matthieu Ourliac souhaite ouvrir un débat sur la valeur travail. « L’entrepreneur que je suis (Groupe Caminarem Empleo : RH, portage salarial, intérim) ne veut plus se résoudre à ce que le travail soit aussi écorné et dévalorisé. Le travail, c’est l’ascenseur social, c’est le vivre-ensemble, c’est la quête de sens. C’est aussi le seul garant de notre modèle social. À l’heure du numérique et de l’automatisation, la place de l’homme dans l’entreprise n’a jamais été aussi importante. Alors, comment réenchanter le travail ? »
Il rappelle enfin la tenue, le 21 octobre, de la 2e Nuit de l’Attractivité à Béziers. « Ce sera l’occasion de nous réunir, entrepreneurs et hommes politiques, avec des propositions concrètes (40 au total, d’après nos informations) pour faire grandir notre territoire », indique-t-il.

Manuel Valls, Entretiens de Malmont

L’ex-Premier ministre est l’invité des Entretiens de Malmont, le 29 octobre au Château de Malmont (propriétaire : Jacques Beauclair), à Villeneuvette, dans le cœur d’Hérault. Il évoquera la place de la France dans le monde et les grands enjeux internationaux. Les débats se focaliseront progressivement vers le cœur d’Hérault, avec des interventions d’André Deljarry, président de la CCI Hérault, Antoine Leccea (Advini, viticulture), Xavier Le Cardinal, directeur des marchés agriculteurs, professionnels et clientèle patrimoniale du Crédit Agricole du Languedoc. Puis, deux tables rondes sont prévues, l’une sur le thème « Quels choix pour le développement économique du Pays Cœur d’Hérault ? », l’autre sur le thème « Des centre-bourgs moteurs du développement du Pays Cœur d’Hérault, comment ? », avec plusieurs élus locaux parmi les intervenants : Gaëlle Lévêque, maire de Lodève, Gérard Bessière, maire de Clermont-l’Hérault, Jean-François Soto, maire de Gignac, président du Pays Cœur d’Hérault et de la communauté de communes Vallée de l’Hérault, Jean-Luc Requi, président de la communauté de communes du Lodévois et Larzac, et Claude Revel, maire de Canet et président de la communauté de communes du Clermontais.
Plaisir de coanimer les débats aux côtés d’Olivier Biscaye, directeur délégué de Midi Libre et directeur de la rédaction.

Ivan Barthelemy, Cévennes Energy

Il est le nouveau directeur général de l’entreprise Cévennes Energy basée à Cendras dans le Gard. Issue d’un partenariat entre deux PME historiques du sud de la France œuvrant dans le domaine des énergies renouvelables (AJM Energy et Eco Delta Développement), Cévennes Energy a été créée fin 2020. L’entreprise intervient en qualité de développeur, investisseur et exploitant de parcs photovoltaïques au sol ou en toiture et de parcs éoliens. Cévennes Energy poursuit son développement en installant des bureaux à Villeneuve-lès-Béziers (34) sous la direction d’Ivan Barthélémy, précédemment responsable régional du développement chez EDF Renouvelables. Plusieurs projets PV et éoliens sont actuellement en cours de développement et représentent un portefeuille de 500 MW, l’objectif étant d’aboutir rapidement à un portefeuille de 1,5 GW. Pour atteindre cet objectif, l’entreprise recrute actuellement trois chargés de développement.

Georgiana Viou, Restaurant Rouge

Elle reçoit le « Trophée Grand de Demain » Occitanie, remis par le guide touristique Gault&Millau à l’occasion du Gault&Millau Tour 2021 à Carcassonne, a annoncé Allegrini Social Club ce lundi 4 octobre. Cheffe béninoise et provençale du restaurant Rouge situé dans l’enceinte du Margaret – Hôtel Chouleur à Nîmes, Georgiana Viou y propose une cuisine méditerranéenne mettant en valeur les produits du terroir gardois. Classé monument historique depuis 2004, l’hôtel Chouleur accueille également la nouvelle agence nîmoise d’A+ Architecture, en charge de la rénovation du lieu, avec l’architecte Nathalie d’Artigues.
Article à (re)lire dans Les Échos ici.

Sylvain Bonnet, thermes de Lamalou-les-Bains

Sylvain Bonnet est le nouveau directeur des thermes de Lamalou-les-Bains dans l’Hérault (Chaîne Thermale du Soleil). Il était auparavant directeur opérationnel des thermes de Balaruc-les-Bains (34).

Josick Paoli, Med Vallée (3M)

Josick Paoli rejoint Montpellier Méditerranée Métropole (3M) « pour accélérer la mise en œuvre de Med Vallée », pôle de développement économique autour de la santé, de l’environnement, de l’alimentation et du bien-être, au nord de l’agglomération, indique Jalil Benabdillah, vice-président de la Région Occitanie chargé du développement économique, sur ses réseaux sociaux. Josick Paoli a occupé, depuis 2004, plusieurs postes de direction à la Région LR puis à la Région Occitanie, dont celui, depuis juin 2016, de directrice générale déléguée. La cérémonie de départ s’est déroulée vendredi 1er octobre, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et de Simon Munsch, DGS. Pour Josick Paoli, ce franchissement du Lez est aussi un retour aux sources, puisqu’elle a été chargée de mission à la pépinière d’entreprises Cap Alpha (gérée par 3M) entre 2000 et 2004.

Jacques-Thierry Monti, Business Angels Nîmes

Il anime la nouvelle antenne locale gardoise d’investisseurs privés de la fédération régionale de business Angels, Occitanie Angels. Le projet est soutenu par Melies Business Angels (Montpellier). Le groupe d’investisseurs nîmois est coaché par Patrice Vignon, représentant du réseau montpelliérain Melies Business Angels (MBA). Ses membres ont pour objectif de repérer et financer des porteurs de projets innovants ayant des besoins de fonds d’amorçage. « Les projets que nous détecterons localement seront soumis au deal flow de notre structure marraine, MBA », précise Jacques-Thierry Monti. 
Capitole Angels (Toulouse) porte des projets de création d’antennes dans l’ouest de la région, MBA prend en charge l’est de l’Occitanie. L’antenne de Nîmes est la première à se constituer avant Perpignan et Béziers, actuellement à l’étude chez MBA. Capitole Angels de son côté prospecte dans le Tarn et dans le Gers.

Carole Mekies Shiff, Région Occitanie

Après 12 ans passés à la CCI Toulouse-Haute-Garonne puis à la CCI Occitanie, Carole Mekies Shiff, ex-directrice régionale des relations institutionnelles et de la communication de la CCI Occitanie, rejoint le Cabinet de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Alain Di Crescenzo ne serait pas candidat à sa succession à la présidence de la CCI Occitanie en janvier prochain, briguant la présidence de CCI France. À noter que c’est Patrick Piedrafita, patron d’Airbus Opérations SAS, qui devrait succéder à Philippe Robardey à la tête de la CCI Toulouse-Haute-Garonne.

Nicolas Bouzou, Les arènes du patrimoine

Économiste et essayiste français, Nicolas Bouzou participera à la conférence qui clôturera la 7e édition des journées régionales du conseil fiscal, patrimonial et financier, organisée à Nîmes le 8 octobre. Lors de cette conférence, il interviendra sur les thèmes suivants : Dans quelle mesure nos comportements de consommation ont durablement changé ? Comment concilier écologie et croissance ? Quelle place peuvent conquérir les territoires ruraux ?  
Baptisée « Les Arènes du patrimoine », cette journée de rencontres économiques, d’ateliers, de conférences et de networking rassemblera les professionnels de la gestion de patrimoine. Elle est organisée par l’association « Les Arènes du Patrimoine » créée en 2012, et présidée par Laurence Garcia (LGF Patrimoine) afin de faire connaître la profession de conseiller en gestion de patrimoine. L’association compte aujourd’hui parmi ses membres également des avocats, des notaires, des experts en immobilier et des huissiers nîmois et montpelliérains.  
Inscription à l’événement ici.

Emmanuel Macron, Nouveau Sommet Afrique-France

Le chef de l’État se rendra à Montpellier le 8 octobre dans le cadre du Sommet international Afrique France. Vu d’ici, c’est extraordinaire. Mais les médias africains ne cachent pas leur déception : seulement un jour de présence ? – à lire ici. Toujours intéressants, les regards croisés.

Céline Boyer-Simonne, Conseil départemental du Gard

Elle est la nouvelle directrice de la communication du Département du Gard. Fonctionnaire, en poste à la direction de la communication en tant que directrice-adjointe, et auparavant en tant que chef de service relations extérieures, elle succède à Vincent Taisseire, nommé directeur de cabinet de la présidente du Conseil départemental.

Michel Viciana, Mutualité Française Grand Sud

Michel Viciana est élu pour trois ans, le 27 septembre, président de la Mutualité Française Grand Sud. Après 6 années de présidence, Bernard Creissen, désormais vice-président, cède la place à Michel Viciana, 63 ans, élu de la mutuelle Aesio. Cadre en comptabilité dans le secteur de la santé à Alès (Gard) durant 30 ans, Michel Viciana a ensuite contribué à la création d’une entreprise familiale jusqu’à sa retraite en 2018. Militant engagé dans le mouvement mutualiste depuis les années 90, il portera le projet stratégique 2021-2024 de l’entreprise.
Créée en 2016, Mutualité Française Grand Sud, dirigée par Hélène Cluet, développe une offre de soins de santé et d’accompagnements mutualistes. Elle est présente dans l’Aude, le Gard, l’Hérault, la Lozère et les Pyrénées-Orientales. L’entreprise compte près de 1.000 salariés et gère une centaine d’établissements. Elle enregistre un chiffre d’affaires de 76 M€.

Rodolphe Tastevin, Carsat LR

Il est nommé responsable du cabinet de direction chez Carsat Languedoc-Roussillon. Il était auparavant responsable Relation Client & Partenariats – Assurance retraite au sein de cette même Carsat.

Décodage

Décodage

9

On perce le coffre-fort

Bas les masques. Face à une concurrence chinoise qui emporterait quasiment tous les appels d’offres publics, les fabricants de masques français font grise mine. Les fermetures d’usine se multiplient. La ministre déléguée à l’Industrie appelle les collectivités locales et les hôpitaux à privilégier l’achat responsable. « La gueule de bois des fabricants de masques français », enquête pour Les Échos avec Nicole Buyse, mon homologue correspondante pour la région Hauts-de-France. À lire ici.

Les entreprises en avant. C’est une nouvelle stratégie de communication de la Région Occitanie lors de ses conférences de presse relatives à la présentation d’événements (concours, forums, congrès…) à venir : des entreprises sont mises en avant et appelées à témoigner. Les dirigeants prennent place aux côtés des élus. On a pu le voir le 1er octobre, lors de la conférence de rentrée d’Ad’Occ, avec le négociant en vins Aubert & Mathieu (Carcassonne), le concepteur de solutions électroniques et d’automatismes Sirea (Tarn) ou encore Ecocean (solutions de restauration de l’environnement marin). puis ce 4 octobre, avec Séverine Beltrame (Star’ting Blocks Events & Co) pour la présentation du SportUp Summit à Font-Romeu (7-9 octobre). La main, à n’en point douter, de Jalil Benabdillah, nouveau vice-président de la Région Occitanie délégué à l’Economie, l’Emploi, à l’innovation et à la réindustrialisation, mais aussi chef d’entreprise lui-même (SD Tech, Alès). 

Quand le sport inspire. Le Sportup Summit, rendez-vous annuel régional des acteurs de la sportech (7-9 octobre), doit « inspirer d’autres filières, dans une logique de fertilisation croisée. Il est très probable qu’il faille adapter ce qui se passe au Sportup Summit à d’autres filières, car on peut retrouver l’énergie du sport dans d’autres filières. Imaginons l’équivalent du Sportup Summit de l’industrie chimique, avec des Prix Nobel qui viendraient donner des prix à des porteurs de projets. » Réponse amusée de Nicolas Schaeffer, directeur général d’Ad’Occ : « Si le vice-président le dit, nous allons y réfléchir ». Kamel Chibli, vice-président de la Région Occitanie délégué à l’éducation, à la jeunesse et aux sports, annonce par ailleurs la création de « Rencontres Sport-Entreprises, par bassins de vie ».  

Immobilier neuf : la dernière note de conjoncture du bureau d’études Adéquation Montpellier (directeur : Simon Chapuy) fait état, en Languedoc-Roussillon lors du 1er semestre 2021 « de la poursuite du cycle bas, en lien avec une nouvelle baisse des mises en vente. Nous observons depuis mi-2019 la fin d’un cycle immobilier haut, avec un recul net de l’activité de la promotion immobilière. Cela s’explique par une pénurie foncière (après trois années de consommation intense), un contexte électoral défavorable (baisse des autorisations de permis de construire dès 2019), et la crise sanitaire (marché à l’arrêt une partie de l’année 2020, accentué par le retrait de logements sur le marché du détail en lien avec les plans de relance) ». Un cycle « bas donc, même très bas, qui pourrait perdurer en 2022 voire 2023 », selon les experts. On trouve cette dynamique baissière au 1er semestre 2021 avec une nouvelle chute des mises en vente en LR (1.730 logements soit -14 % vs 1er semestre 2020 et -37 % vs 1er semestre 2019). « Il s’agit du niveau le plus bas jamais enregistré. »
La tension sur l’offre s’accentue : à peine plus de 3.000 logements en stock fin juin, proche du niveau le plus faible enregistré sur le territoire (fin d’année 2009). « En seulement 6 mois, le stock s’est effondré de plus de 1.000 logements en lien avec un moindre renouvellement de l’offre, mais également une certaine dynamique des ventes. Le marché est proche de la pénurie et ne répond plus à l’ensemble des besoins, en termes de gammes de prix, typologies, géographie de l’offre, etc. », ajoute Adéquation. La demande est toujours présente, les volumes de réservations se maintiennent (- 3 % vs 1er semestre 2019 et + 62 % vs 1er semestre 2020). 2.540 logements ont été vendus au 1er semestre, dont 65 % auprès d’investisseurs. Une part qui stagne ces dernières années.
Les valeurs continuent d’augmenter, en lien avec les niveaux d’acquisition foncière de plus en plus élevés. Au 1er semestre 2021, le prix moyen atteint 4.110 €/m2 (hors stat. – en collectif – accession libre – hors aidé) contre tout juste 3.870 €/m2 au 1er semestre 2020, soit une nouvelle hausse de + 6 % en seulement 1 an. « Ils n’ont jamais été aussi hauts et tout laisse à penser qu’ils continueront à progresser (raréfaction foncière, progression des coûts de construction », conclut Adéquation.
Clémence Peyrot, consultante seniors chez Adéquation, interviendra lors du Lab Immo Midi Libre, ce vendredi 8 octobre à 16h au Salon de l’Immobilier de Nîmes, sur le thème  » Investir à Nîmes – Un marché d’avenir ! « , aux côtés de Fabien Penchinat (Les Villégiales) et Karen Winker (Habitec). Les débats, que j’aurai le plaisir d’animer, sont à suivre sur midilibre.fr et sur la page Facebook de Midi Libre

Contents. Vu sur une affiche 4X3 : « Vendez-vous votre terrain ! Nous achetons contents ». Avec le smiley qui va bien, pour expliciter le fait que c’est un jeu de mots. Voilà qui m’a fait rire au feu rouge, ce qui n’est pas gagné. Ils sont bons, quand même, ces promoteurs (M&A en l’occurrence).

Acor. Le fabricant de treillis soudés en acier Acor, basé à Vauvert (Gard), souhaiterait agrandir son site et recruter 150 personnes, selon Midi Libre, citant Jean Denat, maire de la commune. 

Aéroport de Montpellier. Double actualité pour l’aéroport de Montpellier : des discussions sont en cours entre la CCI et la Métropole de Montpellier (3M) pour une nouvelle répartition entre les deux parties au capital de la société gestionnaire. Pour l’heure, la CCI détient 25 % des parts et 3M seulement 0,5 %. « La CCI en demanderait 1 M€ le pourcentage », indique Midi Libre.
Autre indiscrétion livrée par nos confrères : sur les 27 hectares dédiés à la logistique sur le foncier de l’aéroport, 6 à 8 opérateurs s’implanteront. Exit, donc, les projets avortés de grosses plateformes logistiques portées précédemment par Asics et Lidl.

Ça va le fer. Signature d’une convention entre Montpellier Méditerranée Métropole et la SNCF, ce jeudi 30 septembre, prévoyant par exemple la desserte en tramway de la gare Sud de France en 2024, la création d’un véloparc de 750 places à la gare Montpellier Saint-Roch, un titre unique de transport train-tram-bus ou encore le développement des haltes ferroviaires sur l’axe ferroviaire historique (Castelnau notamment).

Fonds Sens +. Yann Fortunato, PDG de Racines de France et président de Fibois Occitanie, et Pierre Boccon-Gibod, PDG de Garoma et refondateur de la distillerie Bel Air, lancent le Fonds de dotation Sens +. Cette structure de mécénat a pour mission « d’accélérer le développement d’une agriculture à impact positif pour les humains, les territoires et la planète ».

Eoden accélère. Eoden entre au capital d’A+ Energies, et en devient un actionnaire de référence (mais minoritaire). A+ Energies est un entreprise héraultaise spécialisée dans la mise en place de solutions clés en main d’autoconsommation (panneaux solaires, pompes à chaleur, ballons thermodynamiques, domotique énergétique…). Forte de 16 agences, A + Energies réalise en 2020 un CA de 17 M€ (6 M€ en 2016). Bon à rappeler : Eoden est née suite à la cession de Valeco (producteur d’énergies renouvelables) en 2019. Eoden Ressources est sa filiale dédiée au secteur de l’énergie, branche qui se développe autour des métiers de l’efficacité énergétique, la production, la fourniture et le stockage d’énergie, la valorisation des déchets, l’écomobilité et la gestion de l’eau. Eoden investit aussi dans des projets hôteliers, comme à Baillargues au Golf de Massane – relire dans Les Échos, ici 

Ne pas dénigrer. La chambre des notaires de l’Hérault a livré ses statistiques annuelles (période comprise entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021), le 20 septembre. La tendance est à une nette augmentation des prix de vente médian dans le département : + 6,2 % pour les appartements anciens, + 2,3 % pour les appartements neufs, + 6,8 % pour les maisons anciennes et + 2,9 % pour les terrains à bâtir.
Les volumes de vente ont augmenté de 4,5 % pour les maisons anciennes et de 6 % pour les appartements anciens. Dans les appartements anciens, le prix au m2 médian est de 2.880 €/m2 dans l’Hérault (+ 6,2 %). Il augmente de 6,8 % à Montpellier, pour atteindre 2.960 €/m2. Les prix sur le littoral sont supérieurs, avec 3.380 €/m2, et le pays sétois se situe à 2.750 €/m2. Nîmes se situe à 1.850 €/m2 (+ 7,6 %), Perpignan à 1.260 €/m2 (+ 3,7 %), Carcassonne à 960 €/m2 (+ 6,2 %). Dans l’Hérault, les disparités sont fortes, allant du simple au quadruple entre Béziers (1.180 €/m2, + 3,8 %) et Palavas-les-Flots (4.710 €/m2). « Mais Béziers est très attractive pour les investisseurs, c’est un marché dont ils sont friands. Il ne faut pas dénigrer une commune où le prix au m2 est bas. C’est peut-être aussi l’espoir d’une forte plus-value future pour les investisseurs », observe Marie-Laure Dutheil, notaire à Sète.

Le prix des studios neufs explose. Pour les appartements neufs, le prix médian dans l’Hérault est de 4.380 €/m2 (+ 2,3 %), avec un niveau de 4.850 €/m2 à Montpellier. Sur dix ans, l’écart s’accentue entre les prix du neuf et de l’ancien, du fait, pour le neuf, des coûts de construction, du prix du foncier et des contraintes techniques croissantes. Les T2 et T3 sont les principaux produits vendus dans le neuf, alors que les ventes majoritaires dans l’ancien sont des studios, des T1 et des plus grandes surfaces (à partir de T4). Le prix médian des studios neufs a, lui, littéralement explosé (+ 35 % !) en dix ans, passant de 4.430 €/m2 en 2011 à 6.000 €/m2 en 2021. La progression est moindre (+ 11 %) pour les studios anciens, dont le prix médian est passé en 10 ans de 3.070 €/m2 à 3.420 €/m2. + dans le magazine Bien’Ici Midi Libre d’octobre, à paraître ce 6 octobre.

Main tendue. « Plus le marché est cher, moins il fonctionnera ». Sur la base de ce constat, Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier déléguée à l’urbanisme durable et à la maîtrise foncière, a interpellé les professionnels de l’immobilier, lors des chiffres annuels des notaires, le 20 septembre. « Vous travaillez sur la matière première, sur le foncier, sur la vente de logements et de locaux d’entreprises. À nos côtés, vous avez un rôle à jouer dans la régulation des prix, en rattrapant des coûts, en faisant de la maîtrise foncière. De mauvaises habitudes se sont ancrées à Montpellier ces dernières années ». Une allusion à peine voilée à la spéculation foncière, sur fond de concurrence féroce entre opérateurs. « Certains ont fait miroiter des montants de foncier aux propriétaires. Il faut interrompre la surenchère entre les propriétaires fonciers, et cet écart entre les prix apparents et ceux qui sont réellement pratiqués. Je demande de la transparence entre nous. » D’après Maryse Faye, les prix sont devenus « très chers » dans Montpellier et sa métropole, décorrélés du pouvoir d’achat des Montpelliérains. « Beaucoup ne sont pas en capacité de trouver un logement digne correspondant à ses leur besoin et leur budget », complète-t-elle. L’élue a aussi été interpellée par des professionnels : « La rareté participe à l’augmentation des prix. On demande l’ouverture des permis de construire », déclare l’un d’eux. Selon Thomas Bree, président de la Fnaim Hérault, l’encadrement des loyers, mesure souhaitée par la métropole de Montpellier, va avoir des conséquences sur « toute une génération d’investisseurs locatifs, qui vont remettre leur bien à la vente ».

Résiste. La mairie de Nîmes a maintenu une programmation événementielle et culturelle dense durant l’été, malgré́ les contraintes sanitaires. Résultat : une fréquentation touristique supérieure, cet été, au niveau de l’été 2020. Pour Les Échos, à lire ici.

Messagerie et tertiaire. Idec Grand Sud, opérateur spécialisé en immobilier d’entreprise, va construire une messagerie clé en main de près de 8.000 m2 sur les communes de Bouillargues et Garons, à côté de Nîmes. Plus à lire dans Les Échos, ici. Idec Grand Sud va par ailleurs livrer deux immeubles tertiaires à Montpellier, dans les Zac Pierresvives et Nouveau Saint-Roch, avec Philippe Rubio comme architecte, et pour le compte d’une foncière détenue par Idec Invest et Bureaux&Co. À lire dans L’Hérault Juridique et Economique, ici.

Presse innovante. Le Club de la presse et de la communication du Gard (président : Guillaume Mollaret) a remis ses Trophées des Initiatives, le 23 septembre à Alès. L’occasion de récompenser les initiatives en communication et presse, dans les catégories écrit, image et audiovisuel. On n’a pas gagné, mais on renouvellera quand même notre adhésion ! Découvrez les projets lauréats ici.

Tiers-financement. Original. Pour récupérer la chaleur fatale perdue au cours des processus industriels, l’entreprise catalane Eco-Tech Ceram (ETC) a conçu l’EcoStock, un accumulateur constitué de métal et de céramique qui est capable de produire des MWh. Afin de répondre aux besoins croissants du marché de la chaleur décarbonée et viser des pays européens dès 2022, ETC annonce la création de sa propre société d’investissement, ETC Invest, dotée d’une première tranche de 15 millions d’euros – sur un total de 30 millions – financée par RGreen Invest, Qair Innovation, Johes, l’Arec, la société ETC elle-même et Ademe Investissement. Le rôle d’ETC Invest sera de proposer une solution clés en main aux industriels qui souhaitent s’engager dans la transition bas carbone. Opérant selon le modèle du tiers-financement, la structure achètera les infrastructures à Eco-Tech Ceram, puis louera ou vendra de la chaleur décarbonée aux clients industriels. L’Intérêt ? « Nous réduisons les cycles de vente en gérant toute la chaîne : identification du projet, étude, ingénierie de financement, chantier, maintenance… L’industriel n’a rien à faire, n’investit rien et a un interlocuteur unique », confie Antoine Meffre, PDG d’ETC. Plus à lire dans Les Échos Innovateurs, ici.

Tokyo. La Foire Internationale de Montpellier est de retour du 8 au 18 octobre à l’Arena Sud de France, sur le thème de la capitale japonaise Tokyo. Au programme : « découverte du Japon, démonstrations d’arts martiaux (aïkido, kung fu), initiation de techniques de street art, fresque participative sur la thématique Tokyo, concours de cosplay, etc. », énumère Tekmilé Kara, responsable de la Foire internationale de Montpellier à la SPL Occitanie Events. Des événements éphémères rythmeront les weekends, avec Occitanie Esports qui revient à Montpellier pour sa 4e édition, le Festival du Jeu de Montpellier, le podium numérique d’Hérault Sport, ou encore la première édition du salon des Vins Sud de France organisée en partenariat avec le Syndicat AOC du Languedoc.
Enfin, 4 soirées « Nocturnes », sont également programmées pour cette édition.
Plus à lire cette semaine dans ToulÉco.

Décarboner la finance

 

Comment financer la transition écologique ? Où en est l’épargne verte, et comment mesurer l’impact réel des investissements estampillés « verts » ? 2h30 d’échanges, le 30 septembre au Corum de Montpellier en ouverture du « Monde Nouveau » (Groupe La Dépêche/Midi Events). Plaisir d’avoir coanimé les échanges, aux côtés d’Alexandra Sombsthay, vice-présidente Europe d’Akuo Energy et membre du board de SolarPower Europe.

 

L’urgence environnementale concerne aussi le monde de la finance. « Les effets du réchauffement climatique vont, à terme, rendre le monde inassurable », avertit Anne-Catherine Husson-Traore (Novethic).

Parmi les pistes / actions : Favoriser l’hybridation entre public et privé pour croiser les savoir-faire et créer un terrain fertile.

La démarche d’open innovation avec des startup et des spin off, culture ancrée chez JCDecaux. Jean-Charles Decaux a aussi taclé la commande publique, pas à la hauteur des enjeux selon lui, « car toujours basée sur le moins-disant »..

Agnès Langevine (Région Occitanie) insiste sur la nécessité d’accompagner les petites collectivités, souvent mal outillées pour capter les financements. Le Groupe Caisse des Dépôts (Cédric Desmedt) et La Banque Postale (Nicholas Vantreese) apportent des solutions de financements à ces collectivités, avec des tickets adaptés. « Tout le monde n’est pas la Ville de Paris. Or, le combat du Monde Nouveau passe aussi par l’addition de petits projets réalisés dans de petites communes », observe Nicholas Vantreese.

La Région Occitanie mesure finement l’impact carbone de ses dépenses. « Mobiliser des financements, c’est bien, garantir le fait qu’ils sont orientés vers la transition, c’est tout aussi important », explique Agnès Langevine. Avant de détailler les différents outils de financement : Aris (au capital de la société de projet Genvia, aux côtés de Schlumberger, pour un projet d’hydrogène décarboné à Béziers), Arec, épargne citoyenne, Enerfip

« Le financement participatif est un vecteur fort d’acceptabilité des projets », souligne Cédric Desmedt (Groupe Caisse des Dépôts).

Véronique Védrine, directrice régionale de Bpifrance (Occitanie – Paca – Corse) a détaillé les dispositifs de Bpifrance : diagnostic, prêt économies d’énergie… L’un des enjeux : convaincre les PME et ETI de la nécessité de s’engager dans la transformation écologique. « Il en va de l’attractivité des entreprises auprès des jeunes générations », souligne-t-elle.

Estelle Brachlianoff a évoqué les projets en Occitanie de Veolia. À Gruissan (Aude), « nous avons créé en 2019, avec l’Inra, une solution de recyclage des eaux usées, à partir de la station d’épuration de Narbonne, pouvant servir à la micro-irrigation des vignes. Cette solution technologique permet de réduire la quantité d’eau utilisée pour l’arrosage des plantes, via un système d’arrosage ‘chirurgical’. Par ailleurs, la réutilisation des eaux usées (‘reuse’ en anglais) est un exemple vertueux d’économie circulaire dans le domaine agricole. La France a encore une énorme marge de progression pour le ‘reuse’ : en Espagne, 15 % des eaux usées sont recyclées, contre… 0,02 % en France ! L’acquisition de l’activité International de Suez par Veolia va nous permettre de déployer notre savoir-faire à l’export. »
Pour la lutte contre les inondations, « nous avons mis en place avec Predict Services (Castelnau-le-Lez), en novembre 2020, une méthodologie précise de prévision des inondations, afin d’éviter que les réseaux d’eau et assainissement se retrouvent noyés. En fermant les vannes et en utilisant le réseau comme un lieu de rétention de l’eau, nous pouvons minimiser l’impact des précipitations violentes. Le système, innovant, apprend automatiquement par lui-même, au fur et à mesure des épisodes orageux. »
À Lattes, dans la station d’épuration Maera, Veolia a mis en place une cogénération, il y a une dizaine d’années, pour produire de l’électricité à partir des eaux usées. Depuis sa mise en service, cette unité a produit 21.500 MW d’énergie verte.

Enfin, à Montpellier, Veolia a lourdement investi dans le centre de tri de collecte sélective. « C’est un endroit truffé de machines industrielles de dernière technologie. Le taux de pureté est passé, en trois ans, de 80 % à 99 % », soutient l’industrielle.

« Arrêtons de dire qu’il y a de l’argent mais pas de projet en face. Et la finance a un rôle à jouer pour faire émerger des projets de transition écologique », a lancé Philippe Zaouati (Mirova), un brin provocateur. Autre punchline : « Le problème, c’est qu’on fait tous déjà beaucoup de choses, on en parle depuis une heure ce matin, mais qu’en même temps ça ne suffit pas. »

Parmi les nouvelles frontières évoquées par les intervenants : la prise en compte, dans l’étalonnage des produits financiers, de la biodiversité, et non pas seulement du climat ; ou encore, une intégration des risques sectoriels. Par exemple, « entre une blanchisserie qui veut acheter une machine coûtant 500 k€ et consommant 50 litres d’eau par jour, et une blanchisserie qui veut acheter une machine coûtant 1 M€ et consommant 5 litres d’eau par jour, les banques actuelles financeront plutôt le projet. Il faut intégrer davantage le risque sectoriel, en anticipant, dans cet exemple, l’évolution du prix de l’eau », détaille Anne-Catherine Husson-Traore.

Deuxième séquence au couteau (et on aime ça) sur l’épargne verte. D’un côté, des acteurs de la finance qui ont défendu leurs efforts et détaillé leur mutation, comme la coloration des crédits (Orith Azoulay, pour Natixis) pour l’évaluation de la performance environnementale dans le financement d’une transaction.  
La Banque Postale a exposé ses solutions pour réduire l’impact carbone du client, ou les crédits à impact, « dont le taux est modulé à la baisse en cas de réduction d’empreinte CO2 ou de taux d’accidentologie, ou la mise en place d’un accord social puissant etc », souligne Nicholas Vantreese.

Piste de travail : « La capacité à avoir des outils qui ne sont pas que du reporting, mais aussi du pilotage, avec une vision prospective, de ce qui est devant nous : pollution, climat, biodiversité, explique Orith Azoulay. Pour l’instant, le capital naturel et la biodiversité sont plus durs à mesurer, on est moins matures, car c’est plus local, contrairement au climat. Le climat, c’est simple : une tonne de CO2 a les mêmes pouvoirs réchauffants partout, alors que les impacts de la biodiversité varient beaucoup. » Natixis a par ailleurs structuré les émissions obligataires vertes et sociales de la Région Occitanie.  

D’un autre côté, Lucie Pinson (Reclaim Finance) et Maeva Courtois (banque Helios) ont fustigé l’opacité des fonds verts, la poursuite du financement des installations d’extraction des énergies fossiles, l’imparfaite formation des conseillers bancaires (ce dont convient Nicholas Vantreese : « Ils ont 400, voire 500 offres à maîtriser au total, difficile de les former parfaitement aux produits verts ») ou encore le manque d’évaluation de l’impact de l’épargne verte.

« L’industrie bancaire n’est pas assez challengée. Il faudrait que l’AMF puisse s’autosaisir sur des produits financiers », avance Lucie Pinson. Elle pointe une incohérence : chaque année, « lors du vote du projet de loi de finances, des amendements sont déposés pour une plus grande régulation de l’épargne verte, mais ces amendements ne sont jamais adoptés par la majorité ».
« Il faut être beaucoup plus ambitieux sur les secteurs à inclure et exclure », explique Maeva Courtois.

« L’heure était à la remise en question des produits verts vendus par les banques, et les alternatives possibles si l’on souhaite mettre son épargne au service de la transition écologique, poste Hélios sur LinkedIn. Par exemple, que penser du LDDS (Livret de Développement Durable et Solidaire) qui ne donne pas la destination de ses placements ? Sur 10€ déposés sur un LDDS, 6€ vont à la Caisse des Dépôts, et 4€ restent à la banque. Sur les 4€ restant à la banque seuls 10% doivent théoriquement aller vers des prêts de rénovation thermique des bâtiments… » 

Un thème au cœur de la longue interview donnée le 3 octobre dans le JDD par Yannick Jadot, candidat EELV à la présidentielle. « Nous allons aller vers l’ISF climatique. Le patrimoine financier qui investit dans les énergies fossiles sera davantage taxé. Il faut décarboner la finance ! »

Plus de décodages ici

 Business Angels nîmois. Nîmes a désormais son groupe de business angels. Des investisseurs nîmois créent la première antenne locale gardoise d’investisseurs privés sous la bannière Occitanie Angels, une association fédérant les réseaux de business angels, apprend-on dans un communiqué de Melies Business Angels diffusé le 28 septembre.
Animé par Jacques-Thierry Monti, le groupe d’investisseurs nîmois est coaché par Patrice Vignon, représentant de Melies Business Angels. Qui sont les business angels ? « Bien sûr, des personnes qui souhaitent investir à titre individuel au capital d’une entreprise innovante pour favoriser son amorçage. Mais s’intégrer dans un réseau ne se limite pas à une seule dimension financière. C’est aussi être porteur d’une volonté de partager ses compétences, son expérience professionnelle, ses réseaux relationnels pour développer le tissu économique territorial », précise Jacques-Thierry Monti.

Think thank des villes moyennes. La Fabrique de la Cité, think tank dédié à la prospective et à l’innovation urbaine, organise du 26 au 28 octobre à Cahors (Lot) la deuxième édition des Rencontres des villes moyennes. Des élus et acteurs publics (Jean-Marc Vayssouze-Faure, maire de Cahors ; Jean-Noël Barrot, député des Yvelines ; François Bayrou, maire de Pau, président de la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées et haut-commissaire au Plan ; Rollon Mouchel-Blaisot, préfet, directeur du programme national Action cœur de ville…), des experts et des entrepreneurs débattront de nombreux sujets passionnants : nouvelles tendances que dessinent, dans les villes moyennes, la crise sanitaire et ses conséquences,  coopération entre les territoires, rôle des maires, développement économique, transition énergétique et environnementale,  formation ou encore qualité du bâti.
Inscriptions ici.
Créée par le groupe Vinci, son mécène, en 2010, La Fabrique de la Cité est un fonds de dotation, dédié à la réalisation d’une mission d’intérêt général. L’ensemble des travaux réalisés sont disponibles ici.

Industrie du futur. Toulouse inaugure jeudi 21 octobre le centre d’innovation mondial dédié à l’industrie 4.0 de CGI, en présence de Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, et des cadres de l’entreprise de services numériques, Laurent Gerin, président Europe de l’Ouest et du Sud, et Jean-Bernard Rodriguez, vice-président senior région Grand Sud. Ce centre a pour objectif de rassembler, dans un lieu unique, les bonnes pratiques mondiales de l’entreprise CGI en matière d’industrie 4.0. Il vise à jouer un rôle d’accélérateur dans la construction et le développement de solutions. CGI compte plus de 1300 collaborateurs dans la région. L’entreprise a annoncé plus de 300 recrutements pour l’année 2021, dont 200 à Toulouse afin de soutenir ses ambitions dans la région.
Relire l’article sur le site héraultais de CGI, dans l’Hérault Juridique et Economique, à lire ici.

Ad’Occ. Salon Pollutec, Sportup Summit, BtoSea, Transfo Digitale Day, missions d’affaires à l’international… L’agence régionale de développement économique, Ad’Occ, dévoile son agenda pour cette rentrée 2021, indique La Lettre M sur son site lalettrem.fr.

Rendez-vous phare de la rentrée, Pollutec se tiendra à Lyon du 12 au 15 octobre. La filière viticole bénéficie aussi d’une attention particulière de la part d’Ad’Occ. « Pour les entreprises viticoles, l’agence déploie un programme dense, confirme Nicolas Schaeffer, directeur général d’Ad’Occ, le 1er octobre, cité par ma consoeur Stéphanie Roy (La Lettre M). Il est rythmé par plusieurs rendez-vous, dont une réunion de sensibilisation des acteurs de la filière mais aussi de l’agroalimentaire qui se déroulera à Cahors le 20 octobre, plusieurs missions de prospection en Suisse, au Royaume-Uni et au Danemark. Pour chacune de ces missions, douze entreprises régionales participent. Sont aussi planifiées des missions en Asie et une présence régionale au sein d’un pavillon dédié, sur des salons professionnels en Chine. » Ad’Occ organise aussi Btosea (23 et 24 novembre à La Grande-Motte), un rendez-vous BtoB lié à l’économie de la mer. + sur lalettrem.fr, ici.

3 questions à

3 questions à

9

Daphné Benoît, correspondante Défense à l’AFP (Agence-France Presse)

Daphné Benoît, correspondante Défense à l’AFP (Agence-France Presse) à Paris, 20 ans de carte de presse, nous confie les coulisses de son travail. Le rapport aux sources, le maniement du « off » avec la ministre Parly, les généraux ou les acteurs du renseignement… Passionnant. Et en plus, elle est sympa. « Trois questions à », le rendez-vous où l’on se tutoie.

 

« Le off est un moyen de faire passer des messages »

Daphné, correspondante défense à l’AFP, ça veut dire quoi, au quotidien ? Peux-tu nous livrer 2 ou 3 anecdotes qui vont nous faire rêver et nous sortir de notre quotidien obscur ? 
C’est un boulot en or massif, mais qui demande beaucoup de travail et un gros réseau pour couvrir une palette très large de sujets : le premier d’entre eux, ce sont les opérations extérieures de la France. Je reviens à peine du Mali et du Niger, où j’ai accompagné Florence Parly (ministre des Armées, note) pour 48h. Mais il m’arrive d’y rester plus longtemps: j’ai effectué deux « embeds » (immersions) de 15 jours avec l’armée au Mali, pour observer au plus près son action sur le terrain. Nuits à la belle étoile, longs trajets dans des blindés surchauffés sur des routes potentiellement minées, rations de combat… Il vaut mieux être en forme ! La cerise sur le gâteau: les survols du désert et du fleuve Niger en hélicoptère. Magique.
J’écris aussi sur le budget de la défense, les exportations d’armement, les ressources humaines (le ministère des Armées est le premier employeur de France avec 26.000 recrutements par an) ou sur les relations diplomatico-militaires avec nos alliés. Avec de beaux tours de manège à la clé : au large des États-Unis, j’ai eu la chance d’apponter sur un porte-avions américain où s’entraînaient des Rafale marine! (billet du blog Making-of de l’AFP à lire ici).
Je fais régulièrement de belles rencontres : les premières femmes sous-marinières, les jeunes lieutenants à l’École du désert de Djibouti, les derniers résistants… Et les soldats blessés, physiques et psychiques, dont on ne parle jamais assez. Le syndrôme post-traumatique est un sujet bouleversant auquel j’ai consacré un long papier. (à lire ici).
Je dois aussi traiter de dossiers plus larges comme la dissuasion nucléaire et la prolifération, les nouveaux armements sur le champ de bataille (drones armés, armes hypersoniques) ou les nouvelles menaces, dans le cyberespace par exemple.

Quels gros dossiers suis-tu en ce moment ? Comment analyses-tu par exemple l’affaire des sous-marins et la situation au Mali ?  
Côté sous-marins, ce n’est pas seulement un marché perdu : c’est une remise en question de la stratégie indo-Pacifique de la France, qui affichait de grandes ambitions dans cette région-clé et doit faire une croix sur son partenariat stratégique avec l’Australie. La deuxième question soulevée par cette affaire, c’est la confiance ébréchée avec les États-Unis. La France va tenter d’en profiter pour convaincre les Européens qu’il faut renforcer l’autonomie stratégique du Vieux continent au lieu de s’en remettre complètement à l’Otan pour notre sécurité. Mais tout le monde ne l’entend pas de cette oreille. Il faut le comprendre : la France a des moyens militaires que la plupart des pays européens n’ont pas. Depuis le Brexit, nous sommes les seuls au sein de l’UE à posséder la bombe atomique. Les autres pays européens sont sous le parapluie américain.
Le Mali est mon deuxième gros dossier. Les tensions montent entre Paris et la junte au pouvoir à Bamako, qui envisage de recourir aux services de paramilitaires russes. Ce serait un sacré désaveu pour Paris, qui s’échine – avec des résultats mitigés – à se battre depuis huit ans dans ce pays contre les jihadistes. Cela pourrait bien se finir par un retrait français du Mali.

Comment gères-tu le on et le off ? Dans un vol où tu palabres avec la ministre des Armées en off pendant 30 mn : que fais-tu de ce off, puisque c’est du off ? 
Dans mon métier, on touche à beaucoup de sujets très sensibles, qui relèvent parfois du secret défense, qui touchent à de gros intérêts stratégiques ou qui peuvent compromettre la sécurité des troupes. Il faut créer de vrais liens de confiance pour obtenir des informations tout en protégeant nos sources. C’est pour cela que beaucoup d’infos ne peuvent sortir qu’en off, c’est à dire sans citer nos interlocuteurs nommément.
Le off, c’est aussi un moyen pour le ministère de faire passer des messages sans qu’ils prennent une tournure trop officielle. Le cabinet ou les hauts gradés y ont parfois recours pour nous donner leur point de vue plus librement. On peut alors reproduire ces propos en citant des sources « proches du dossier », « militaires » ou « de source gouvernementale ». Il faut juste faire attention de ne pas se faire manipuler…
A ce propos, les militaires ont la culture du secret chevillée au corps et sont souvent très méfiants à l’égard de la presse. Ca va parfois plus loin : alors que j’intervenais devant un parterre de généraux sur le rôle des journalistes depuis 30 minutes, l’un d’entre eux m’a affirmé que les journalistes étaient pour lui un simple vecteur d’influence. Je lui ai rétorqué qu’il n’avait rien compris. « Rendez-nous intelligents ! Donnez-nous les éléments pour que l’on puisse comprendre ! », ai-je répondu. Notre boulot, c’est d’informer le plus honnêtement possible. Pas de servir « la cause ». C’est aussi mon travail d’évoquer les bavures ou les dysfonctionnements des armées.

 

>Suivez Daphné sur Twitter : @phnou

La HV Touch

La HV Touch

Conseils RP

C’est la reprise des événements en présentiel. On se régale. C’est le retour aussi, sur les réseaux sociaux professionnels, de posts franchement inintéressants : « Un débat réussi », « C’était génial », avec une vague photo de l’événement en question, et des gens souriants dessus. On a compris, le but est de faire comprendre que vous y étiez. Il n’est pourtant pas très compliqué de se démarquer, en écrivant une ou deux informations, et en rapportant une phrase qui fait sens, prononcée par l’un des intervenants. Conseil amical, comme d’habitude !

La phrase

« Je pousse un coup de gueule sur les dossiers de développement économique. On a toujours une opposition d’écolos radicaux qui conduisent à des blocages de projets. Je pense au dossier de la mairie de Campagne sur la zone d’activité qui pourrait être développée mais la compensation environnementale est tellement forte que le projet est bloqué. »

Coralie Dubost

députée LREM, le 2/10 dans Midi Libre.

On s’en fout

« Je crois qu’il y a un sujet sur… » C’est la nouvelle phrase à la mode, pour signifier à un prestataire que certains points sont à revoir pour la prochaine fois – si prochaine fois il y a. « Je crois qu’il y a un sujet » : une tournure faussement bienveillante, qui fleure bon l’élément de langage. « Je crois qu’il y a un sujet » : eh oui, ça sent le vécu. Dingue, votre impétrant n’est pas irréprochable en tous points ! Et là, j’en imagine certains, pour qui je travaille, remonter l’historique des échanges. Rassurez-vous : la rubrique ne s’appelle pas « On s’en fout » pour rien. Un peu d’humour en ce bas monde.
Mais quand même, cette maladie contagieuse des tournures professionnelles convenues et creuses… Une sorte de novlangue, faisant office de vernis sur les émotions et le franc-parler. Depuis l’énigmatique « Nous avons à cœur de… » – très en vogue dans les grands groupes, qui ont donc du cœur, tout au moins sémantiquement -, jusqu’à l’expéditif « BAV » – bien à vous, pour les intimes -, en passant par le vide absolu de la « bienveillance auprès de nos équipes » ou autres « bien-être au travail » et « bonheur au travail », qui mériterait la palme de la meilleure imposture du 21e siècle. Ce bon Bernard Tapie ne s’embarrassait pas de telles circonvolutions, et privilégiait un rapport direct, comme l’ont croqué ‘Les Guignols de l’Info’ à leur grande époque. Repose en paix, Nanard national.
Vous l’aurez compris : je proscris de mon langage et de mes écrits ces nouvelles expressions qui n’ont plus rien d’expressif. Avec ma collaboratrice, qui me supporte depuis un an jour pour jour, je donne par exemple dans le « Hashtag Me too » si j’ai le malheur de prononcer une phrase vaguement misogyne. Ça la fait marrer. C’est quand même plus sympa que les « sujets » sans verbe ni compliment.

L’œil culture

LOKKO

9

Un peu de culture dans ce monde de brutes, by Lokko

Le très célébré centenaire Edgar Morin a été fêté en héros par le géant espagnol Paco Ibáñez. Un concert mémorable à l’Opéra-Comédie le 28 septembre, précédé par une rencontre devant la presse à l’hôtel Richer de Belleval.

 
Valérie Hernandez est la fondatrice et la Directrice de la publication du webzine LOKKO.

Au marché

Au marché

9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Ouest 

La commune de Toulouse lance un avis pour les travaux de remise en état des équipements et dispositifs de sécurité des parties communes de l’immeuble IGH Jean Jaurès. 

Le département du Tarn-et-Garonne lance un avis pour le remplacement de menuiseries extérieures de la Médiathèque départementale 

L’office public de l’habitat des Hautes-Pyrénées lance un avis pour le marché de travaux de peinture des façades et des boiseries et d’isolation des combles à Lourdes, Lannemezan, Tarbes et Saint-Lary. 

La commune d’Albi lance un avis pour les travaux de restauration de décors peints du choeur de l’église de La Madeleine à Albi. 

Toulouse Métropole lance un avis pour les travaux d’aménagement des espaces publics – renouvellement urbain de la Reynerie. 

La Communauté d’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les travaux de mise en place d’une Gestion Technique Centralisée (GTC) et d’une Télégestion des installations de chauffage et ventilation. 

Toulouse Métropole lance un avis pour les travaux d’entretien et de réparation des ouvrages d’art. 

Toulouse Métropole lance un avis pour le concours pour l’attribution d’un marché de maîtrise d’œuvre : construction d’un centre technique nord des déchets et moyens techniques de l’union. 

L’Université Toulouse 1 Sciences Sociales lance un avis pour la construction d’un bâtiment universitaire. 

Toulouse Métropole lance un avis pour les travaux de réaménagements, de rénovation et de gros entretien dans les bâtiments de la mairie de Toulouse et de Toulouse Métropole. 

 

Occitanie Est 

L’INRAE de Montpellier lance un avis pour AMO pour la réalisation du projet Hydropolis sur le site de La Valette à Montpellier 

Le Ccas de Montpellier lance un avis pour la création d’un ascenseur et de salles d’activités pour l’EHPAD F.GAUFFIER 

La préfecture de l’Hérault lance un avis pour l’opération d’aménagement, de rénovation énergétique et de densification de la délégation de la mer et du littoral à Sète. 

Alès Agglomération lance un avis pour les travaux d’extension du réseau métropolitain de télécommunication très haut débit 

Communication 📣
Eau / Assainissement 💧

Occitanie Est 

La ville de Béziers lance un avis pour la détection et réparations de fuites sur réseaux d ‘eau.  

La Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or lance un avis pour la réutilisation des eaux usées traitées de la STEU de La Grande-Motte. 

Le conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour l’entretien des cours d’eau et d’ouvrages hydrauliques sur les propriétés départementales.  

Occitanie Ouest 

La Communauté d’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour les travaux d’extension des réseaux d’assainissement et d’eau potable. 

 

Énergies ⚡
Formation 🎓

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La Mission Régionale Achats Midi-Pyrénées attribue le marché maintenance des installations électriques courants forts – PFRA OCCITANIE à ELECTRICITE INDUSTRIELLE JP FAUCHE, SPIE INDUSTRIE TERTIAIRE et JP FAUCHE. Valeur totale du marché (hors TVA) : 515 273 euros. 

Tisseo attribue le marché de fourniture d’éléments spécifiques des infrastructures de voies à stratiforme Industrie. Valeur totale du marché : 51 000 euros. 

Le département des Hautes-Pyrénées attribue le marché d’extension du centre d’exploitation de l’antenne des routes de Tarbes Haut Adour site de Bastillac à ENTREPRISE VIGNES, DA COSTA BATIMENTS et SPIE Industrie et Tertiaire. Montant final du marché attribué (H.T.) : 45 497,1 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de travaux de réalisation d’aires de jeux à Groupement Kompan/So Paysage, Loisirs Diffusion, Proludic. La suite des titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché (hors TVA) : 424 650 euros. 

Le conseil général de l’Ariège attribue le marché de mise en place d’une isolation thermique par l’extérieur à l’Hôtel du Département à Foix à ACRO’BAT. Montant final du marché attribué (H.T.) : 876 361,13 euros.  

Le conseil départemental de l’Ariège attribue le marché de travaux d’élagage pour la pose de câbles de fibre optique sur supports aériens à ISCRA, CASTA et Vallées Villages Montagnes. Valeur totale finale (H.T.) : 4 500 000 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché des travaux d’aménagement d’une liaison viaire entre la rue du Cher et l’impasse du Bachaga Boualam à SPIE BATIGNOLLES MALET, INEO MPLR et MIDI PYRENEES ENVIRONNEMENT. Montant mini annuel : 1 627 785,93 euros.   

La Communauté de Communes Grand Orb attribue le marché d’extension et rénovation des bureaux du siège de la Communauté de Communes Grand Orb à AVIGNON FRERES, eurl thierry Bédrines et VASSILEO BATIMENT. Montant final du marché attribué (HT) : 94 840,5 euros. 

Plus de marchés ici

La ville de Tarbes attribue le marché de fourniture de produits d’entretien, de désinfection et de consommables d’hygiène pour le groupement de commande entre le CCAS et les services de la ville de Tarbes à Hycodis et Filfa France. Valeur totale du marché (HT) : 480 000 euros. 

La commune de Perpignan attribue le marché d’aménagement d’un salon Présidentiel au stade Aimé Giral à Perpignan à SNS CONSTRUCTION, STE NOUVELLE MONROS, Afonso carrelages. La suite des titulaires à consulter ici. Montant final du marché attribué (HT) : 157 459,58 euros.  

La DIR Sud-Ouest attribue le marché de balayage mécanisé du réseau routier à GÉNÉRALE DE TRAVAUX PUBLICS DU LAURAGAIS et LABESSOUILLE – LECOUTEUX. Valeur totale finale (H.T.) : 254 450 euros. 

Le département du Tarn-et-Garonne attribue le marché de fourniture de matériel Tp (neufs et occasion) à Europe Service, frejabise, Societé d’exploitation des établissements Jean Cane et Parot Vi. Valeur totale du marché (hors TVA) : 799 821 euros. 

La ville de Sète attribue le marché des prestations de captation, sonorisation, d’éclairage de cérémonies et évènements divers pour la Ville de Sète à A2nek decibel event. Valeur totale du marché (HT) : 280 000 euros. 

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché des prestations de bilans de compétences, de bilans professionnels et d’évaluation des compétences pour les agents du conseil départemental de l’Hérault à Nathalie MEDEIROS. Montant final du marché attribué (H.T.) : 120 000 euros. 

Le département de l’Aude attribue le marché d’acquisition d’articles pour la promotion du sport à SAS LGNS et EURL TWIGA SPORT PERFORMANCE. Valeur totale du marché (hors TVA) : 760 000 euros. 

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché de la réalisation des consignes, plans d’évacuation, plans d’intervention, dossier d’intervention dans les bâtiments, collèges et halles de sport du conseil départemental à Eurofeu Services. Valeur totale du marché : 520 000 euros. 

Le centre hospitalier de Perpignan attribue le marché des dispositifs médicaux de cardio, radiologie et chirurgie vasculaire interventionnelles à BOSTON SCIENTIFIC S.A.S, CARDINAL HEALTH FRANCE, ICU MEDICAL FRANCE. La suite des titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché (hors TVA) : 1 385 670 euros. 

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché d’acquisition d’équipements et maintien opérationnel du réseau de radiocommunication numérique du conseil départemental de l’Hérault à Talco Languedoc. Valeur totale du marché : 440 000 euros. 

La Grand Narbonne attribue le marché d’accord-cadre à bons de commande pour des prestations de formation professionnelle dans le domaine de la prévention à SAS CESR66, SOFIS, GESFOR. La suite des titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché (hors TVA) : 396 000,00 euros.  

L’agenda

i

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Rédaction et supervision du magazine « Caminarem » (RH), parution fin septembre, pour Caminarem.

Contribution au magazine « Vins, bières & spiritueux » de ToulÉco. Parution en novembre.

Pour l’Hérault Juridique & Économique, article sur le projet de complexe cinématographique Pic Studios. Parution le 7 octobre.

Conception et rédaction du cahier thématique 154 de L’Abécédaire des Institutions (Publicis Consultants), sur le thème du sport-santé. Parution en octobre.

À suivre en ligne

Mardi 5 octobre de 9h30 à 12h :

Conférence sur le thème « L’ex Allemagne de l’Est : un territoire agile et propice à des coopérations innovantes pour les entreprises d’Occitanie, organisé par RAFAL, à l’Hôtel de Région, à Montpellier. Plus d’informations ici.

Mardi 5 octobre de 11h30 à 13h :

« Anti Fragile ! Comment se développer dans l’incertitude ? », organisé par la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain, en présentiel ou en distanciel. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 5 octobre :

RDV du Financement avec 35 acteurs et partenaires du Financement, organisé par la CCI Hérault et la CCI Occitanie, au Corum. 500 RDV sont proposés aux dirigeants de TPE-PME cherchant à financer leurs projets de développement. Plus d’informations ici.

Mercredi 6 octobre de 8h30 à 18h30 :

2e édition des Rencontres du Développement Durable, avec la particitation de MBS (Montpellier Business School). Plus d’informations et inscription ici.

Plus d'événements ici

Mercredi 6 et jeudi 7 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Toulouse, organisé par la Région, en lien étroit avec Pole Emploi, et ses partenaires. Plus d’informations ici.

Jeudi 7 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Saint-Gaudens, en virtuel. Informations à venir ici.

Jeudi 7 octobre à partir de 18h :

Remise du Prix de la TPE 2021 pour l’Hérault, organisé par la CCI Hérault. Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 7 au samedi 9 octobre :

5e édition du Sportup Summit à Font-Romeu, organisée par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée en partenariat avec Ad’Occ Sport. Plus d’informations ici.

Jeudi 7 au samedi 9 octobre :

Sommet Afrique/France, Montpellier. Plus d’informations ici.

Vendredi 8 octobre de 9h à 18h30 :

Congrès Régional Sociétés coopératives Occitanie, au Domaine de Montjoie (Toulouse), organisé par Les SCOP et SCIC d’Occitanie. Plus d’informations ici.

Vendredi 8 octobre de 10h à 21h :

7e journée du conseil fiscal, patrimonial et financier à Nîmes, organisé par Les Arènes du Patrimoine. Plus d’informations et inscription ici.

Vendredi 8 octobre de 13h30 à 15h30 :

Conférence sur l’avenir du nucléaire face aux enjeux de demain, à l’amphitéâtre de l’Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM). Accréditation jusqu’au vendredi 01/10/2021 à l’adresse suivante : anthony.cellier@assemblee-nationale.fr. Contacts téléphoniques : Romain Ryon : 07 89 27 59 87 / Laurent Savary : 06 48 60 85 53.

Mardi 12 octobre à 18h :

Conférence « 6 à 8 de l’économie et de la finance : quels moyens de paiment pour demain ? », organisé par le Club Financier Occitanie, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse et la Banque de France en Occitanie. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 12 et mercredi 13 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Nîmes, en virtuel. Informations à venir ici.

Du mardi 12 au jeudi 14 octobre :

Congrès national de la Fédération des élus des Entreprises publiques locales à Toulouse, sur le thème « Innover, Investir, Réinventer avec les Epl ». Plus d’informations et inscription ici.

Mercredi 13 octobre de 9h à 10h30 :

Programme régional industrie du futur « Comment mettre à profit des situations de rupture ? », organisé par le Bic Innov’up, à Nîmes. Inscription obligatoire ici.

Mercredi 13 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) d’Auch, organisé par la Région, en lien étroit avec Pole Emploi, et ses partenaires. Informations à venir ici.

Jeudi 14 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Cahors, organisé par la Région, en lien étroit avec Pole Emploi, et ses partenaires. Plus d’informations ici.

Jeudi 14 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Mende, en virtuel, organisé parpar la Région, en lien étroit avec Pôle emploi et la Mission Locale Lozère, en collaboration des partenaires du territoire. Plus d’informations ici.

Du vendredi 15 au dimanche 17 octobre :

Le programme de Futurapolis Santé 2021, à l’Opéra Comédia (Montpellier). Plus d’informations ici.

Du 19 au 21 octobre :

Salon SIANE, l’Usine-Ecole du futur par MFJA sur un espace de 500 m². Plus d’informations ici.

Mercredi 20 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Tarbes, organisé par la Région, en lien étroit avec Pôle emploi et la mission locale, en collaboration des partenaires du territoire. Plus d’informations ici.

Jeudi 21 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Figeac, en virtuel, organisé par la Région, en lien étroit avec Pôle emploi et la Mission Locale, en collaboration avec les partenaires du territoire. Plus d’informations ici.

Jeudi 21 octobre :

Forum Aqua-Sûreté sur le thème “L’ultime secours en eau”, à l’hôtel Atria à Nîmes. Plus d’informations ici.

Lundi 25 octobre à 11h :

Inauguration du Parc des Expositions de Béziers.

Mardi 26 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Montauban, organisé par la Région, en lien étroit avec Pôle emploi et les partenaires du territoire. Plus d’informations ici.

Du 26 au 28 octobre :

2e édition « Les Rencontres des villes moyennes à Cahors », organisé par La Fabrique de la Cité. Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 28 octobre de 9h30 à 11h :

« La transition écologique en mouvement dans le Gard », organisé par CleanTech Meeting. Plus d’informations et inscription obligatoire ici.

Jeudi 28 octobre de 9h à 17h :

Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de Pamiers (Ariège), organisé par la Région, en lien étroit avec Pôle emploi, la Mission locale, la ville de Pamiers et en collaboration des partenaires du territoire. Plus d’informations ici.

Jeudi 28 octobre à 19h15 :

Soirée débat « Favoriser l’activité physique au quotidien », au Corum de Montpellier, organisé par l’ACAPS. Inscription gratuite mais obligatoire via ce lien.

3 rv du Medef Montpellier Hérault : 5/10, 7/12 à 18h

Le Medef Hérault organise le Club rencontres affairesInscription obligatoire. Contact psuc@medef-montpellier.com

NOVEMBRE

Mardi 9 novembre de 10 à 17h :

Forum Entreprises, une journée de rencontres et d’échanges privilégiés entre les étudiants et le monde économique organisée par l’IMT Mines Alès, à Montpellier (Parc Expos). Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 23 et mercredi 24 novembre :

« Btosea : le rendez-vous d’affaires des professionnels de la mer », organisé par AD’OCC, au Palais des Congrès (La Grande-Motte). Plus d’informations et inscription ici.

Mercredi 24 novembre :

Rencontres Industrielles Intersud, organisé par la CCI Hérault au Parc des Expositions de Béziers. Plus d’informations ici.

Jeudi 25 novembre à 17h :

Jean-Louis Etienne, invité spécial des « Assises 2021 des Travaux Publics ». Organisée par la Fédération des Travaux Publics Occitanie au Pasino de La Grande-Motte.

Du 30 novembre au 2 décembre :

Salon international des équipements et savoir-faire pour les productions viti-vinicoles, oléicoles, arboricoles et maraîchères (SITEVI), au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’informations ici.

DÉCEMBRE

Jeudi 16 décembre :

« Transfo Digitale Day : une journée dédiée à la transformation digitale des entreprises », organisé par l’agence AD’OCC. Plus d’informations ici.

Voilà, c’est tout pour cette semaine.
Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite.
Vos données ne seront pas communiquées à des tiers.
Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Une Marseillaise passée inaperçue

Le 16 novembre, les ouvriers de Cameron (Béziers) ont entonné spontanément la Marseillaise, après que le chef de l’État a annoncé une aide de 200 M€ pour accélérer le projet Genvia (hydrogène décarboné).
Etrangement, cette séquence, pourtant très forte, symbole d’un nouvel espoir né d’une volonté de réindustrialisation, n’a pas été reprise par les médias. Parce que Béziers ? Parce que des ouvriers ? Les réponses sont sûrement dans les questions.

Et aussi : les dates de l’enquête publique de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, le hand qui se développera sur place à Montpellier, un nouveau directeur pour le port de Port-la-Nouvelle, et plein d’autres palabres urbaines.

« Une Marseillaise passée inaperçue », Les Indiscrétions de la semaine du 29 novembre sont à croquer en cliquant ci-dessous.

Courage et chocolat !

lire plus

Moutouh dit tout

Le préfet de l’Hérault Hugues Moutouh, invité du Cercle Mozart. Un préfet fringant et acéré, qui dit « croire dans les prisons, en espérant qu’il n’y ait pas de journaliste dans la salle », tout en prônant la création de « nouvelles villes nouvelles » et en évoquant un projet culturel lié au peintre sétois Robert Combas : il y a eu du lourd, ce jeudi soir au Cercle Mozart.

« Moutouh dit tout », Les Indiscrétions de la semaine du 22 novembre sont à croquer en cliquant ci-dessous.

Courage et chocolat !

lire plus

Finalement, tout va bien

Le 23 mars désormais férié au sein dans la team des Indiscrétions, la Défense à l’attaque ce 20 novembre à Toulouse, le 357 Magnum du préfet Moutouh, Macron (encore) chez nous, une femme à la tête des constructeurs et plein d’autres palabres urbaines.

« Finalement, tout va bien », Les Indiscrétions de la semaine du 15 novembre sont à croquer en cliquant ci-dessous.

Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Journaliste indépendant, Hubert est fondateur et rédacteur des Indiscrétions. Agencehv, qu’il dirige, est également active dans les animations de débats, les formations et les travaux rédactionnels.

Vous souhaitez nous faire parvenir une information ?

Heureusement qu’elle est là

Diplômée de Sup de Com’ Montpellier, Sarah est rédactrice avec des fonctions digitales et de communication à l’Agencehv. Community management, gestion du site, relations avec les partenaires… Oui, heureusement…

Vous souhaitez avoir des renseignements pour être partenaire des Indiscrétions ?

PAS ENCORE ABONNÉ-E

AUX INDISCRÉTIONS ?

 

Recevez chaque lundi à 18h18, gratuitement, Les Indiscrétions sur votre boîte mail

Politique de confidentialité

Inscriptions réussie

Share This