Bandeau Ad Occ Les Indiscretions du 6 decembre

« La France des procédures tue la France des projets »Semaine du 24 janvier 2022

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

di crescenzo

Alain Di Crescenzo, CCI France

Sauf invasion martienne, le Toulousain Alain Di Crescenzo, ex-président de la CCI Occitanie,  et de la CCI Toulouse Haute-Garonne, devrait être élu président de CCI France, ce 25 janvier à Paris. Il est en effet le seul candidat. Il était déjà premier vice-président de l’institution. À tout juste 60 ans, il devrait succéder au Bordelais Pierre Goguet.  
Natif de Marseille – il a grandi dans le quartier du Panier – et issu d’une famille modeste, originaire d’Italie – son père était ouvrier et son grand-père pêcheur -, Alain Di Crescenzo a réussi des études d’ingénieur, puis a dirigé l’entreprise IGE+XAO, un groupe spécialisé dans la CAO (conception assistée par ordinateur) électrique, la conception des systèmes, la fabrication des matériels électriques et la gestion des données. Cédé à Schneider Electric en 2018, il en reste le PDG mandataire, tout en prenant du champ. Une vie rondement menée pour ce fan de sport – judo et ski notamment -, père de trois fils nés entre 1994 et 2003. L’entrepreneur investit à présent, à travers son fonds ADC Investissement, dans différentes entreprises, « dans la simulation de métiers (casques de réalité virtuelle, digitalisation des moyens de production…), les magasins de bricolage, le bien-être au travail, les RH, le développement durable ».  
Au cours de son mandat (5 ans), il devrait insister sur les maintiens de l’organisation de proximité des CCI et de la TFC (taxes pour frais de chambre). Alain Di Crescenzo est un homme de réseaux : il est également président de la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées, membre du conseil de surveillance du groupe BPCE et président de l’association Télémaque, qui parraine des enfants de quartiers défavorisés pour les aider dans leurs études. Le réseau des CCI (122 chambres, 250 points de services, 16.000 collaborateurs) accompagne chaque année 450.000 entreprises, forme 95.000 apprentis, réalise 2 millions de formalités et conseille 35.000 entreprises à l’international.  
> Le portrait d’Alain Di Crescenzo à lire cette semaine dans Les Échos, rubrique « Carnet ».  

jean castex

Jean Castex, LGV Montpellier-Perpignan

Après trente ans d’atermoiements, le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan , maillon ferroviaire manquant de la grande vitesse européenne entre la France et l’Espagne, est enfin sur les rails. Le Premier ministre, Jean Castex, a signé, samedi à Narbonne, le protocole d’intention de financement pour la réalisation de la phase 1, entre Montpellier et Béziers. Cette première étape va relier les deux villes héraultaises pour un coût de travaux estimé à 2,04 milliards d’euros. Démarrage des travaux en 2029, pour une mise en service prévue en 2034.« Il y a une urgence écologique, mais aussi territoriale, a déclaré Jean Castex. Les transports jouent un rôle essentiel dans le progrès économique et social. »
De son côté, Carole Delga, présidente PS de la région Occitanie, a rappelé que « 60 % des Français à plus de 4 heures de train de Paris se trouvent en Occitanie. » Entre Perpignan et Montpellier (150 km), les TGV ne peuvent à ce jour pas circuler à grande vitesse, faute de plateforme dédiée réalisée.
La réalisation de l’autre tronçon à grande vitesse, entre Béziers et Perpignan, sur lequel ne devraient pas circuler de trains de fret, est prévue ultérieurement. « Les études seront lancées en 2027, démarrage des travaux en 2033, ce sont mes instructions », promet le Premier ministre. La SNCF prévoit plutôt un démarrage des travaux en 2039 et une livraison en 2044.
Des perspectives calendaires qui ont de quoi agacer les Espagnols, qui demandent depuis de nombreuses années à être raccordés au réseau à grande vitesse européen. Ils ont fait le travail en ce sens : la liaison LGV entre Barcelone et Perpignan est en effet opérationnelle depuis 2011. Michaël Delafosse, maire PS de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, a d’ailleurs fustigé « la France des procédures qui tue la France des projets », appelant à la mise en place de dispositifs d’urgence pour accélérer le calendrier des travaux (lire rubrique «  Trois questions à »). 
Plus à lire pour Les Échos, ici et dans Touléco,  
Pour l’anecdote (vous aimez ça), j’ai, ce samedi, allié le fond et la forme ferroviaire, en me rendant à Narbonne en TER. Un TER que j’adopte dès que je peux, au demeurant. Je serais bien curieux de savoir, parmi tous les élus, hauts fonctionnaires et cadres de la SNCF présents samedi pour cet événement symbolisant les vertus de la mobilité ferroviaire, combien se sont rendus sur place… en train. 

 Margaux Strazzeri, MO.CO

Margaux Strazzeri, MO.CO.

Responsable de la communication du MO.CO. Montpellier Contemporain depuis 2017, Margaux Strazzeri en est désormais la directrice de communication. Montpellier Contemporain réunit une école d’art et deux lieux d’exposition : l’Esba (École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier), la Panacée, centre d’art contemporain, et le MOCO Hôtel des collections, un espace dédié à l’exposition de collections du monde entier.  

samuel morison

Samuel Morison, Ville de Castelnau-le-Lez

Il sera le nouveau directeur général des services (DGS) de la Ville de Castelnau-le-Lez, à partir du 14 février. Actuellement en mission auprès de la société MPO environnement (service d’assainissement) à Linthal (Haut-Rhin), Samuel Morison était DGS de la ville de Pamiers (Ariège, 340 agents) de 2015 à août 2021, et directeur des services techniques de 2008 à 2015. Il est diplômé d’un titre d’ingénieur maître en génie de l’environnement de la Faculté des sciences d’Aix-Marseille.  

jerome noyer

Jérôme Noyer, Liebherr-Aerospace Toulouse

Pour faire face aux difficultés de recrutement qu’éprouve la filière de l’aérospatial, la société spécialisée dans la construction de systèmes d’air mise sur l’originalité. Jérôme Noyer, DRH et Directeur de Liebherr-Aerospace, a ainsi annoncé la tenue le 7 février prochain du « Expert Meeting », une expérience de recrutement inédite qui se tiendra au beau milieu des avions exposés au musée Aeroscopia, à Blagnac. À la clé, une vingtaine de postes seront à pourvoir.
Lire l’article ici.
Ce contenu a été rédigé en partenariat avec Mid e-news, l’actualité numérique du sud-ouest.

Nadine Baptiste

Nadine Baptiste, Tribunal de commerce de Montpellier

Lors de l’audience solennelle du Tribunal de Commerce de Montpellier, le 18 janvier, Nadine Baptiste a souligné l’impact des mesures gouvernementales d’aides (PGE, décalage des échéances sociales, etc.) sur l’activité du Tribunal. Une baisse des procédures collectives (qui place sous contrôle judiciaire le fonctionnement d’une entreprise en difficulté) de 12 % accentue la baisse observée en 2020 (38%), entraînant une baisse cumulée de 44 %. « Sur les 374 procédures collectives ouvertes, 44% l’ont été en liquidations judiciaires simplifiées, soit 163 », détaille le Tribunal dans un communiqué. En 2021, le Tribunal a enregistré 25% d’augmentation des créations d’entreprises (4 872 créations en 2021 contre 3910 en 2020).
Pour 2022, le Tribunal de Commerce de Montpellier annonce poursuivre plusieurs actions en matière de transformation numérique de la justice commerciale, de formation des juges, de prévention pour proposer des solutions aux dirigeants, etc.

nicolas philippe

Nicolas Philippe, SeqOne Genomics

Pour accélérer le déploiement de sa plateforme d’analyse génomique, d’abord à l’échelle européenne puis américaine, SeqOne Genomics (Montpellier) annonce ce lundi avoir bouclé son financement de série A à 20 millions d’euros. La société ambitionne de devenir le leader mondial de la médecine génomique personnalisée. L’opération est menée par Omnes, Mérieux Equity Partners, Software Club, ainsi que les investisseurs historiques Elaia et Irdi Capital Investissement. « L’objectif est d’assurer une meilleure prise en charge clinique des patients atteints de cancers et de maladies rares et héréditaires », explique Nicolas Philippe, cofondateur et directeur général. Les solutions de SeqOne, basées sur le cloud, l’IA et le big data, gèrent l’intégralité du processus d’analyse génomique, à partir des données brutes jusqu’au rapport final. La taille d’un génome représente environ « 500 gigas de données, que le biologiste doit interpréter en seulement quelques heures, ajoute-t-il. Alors que nos concurrents filtrent la donnée, nous opérons l’intégralité. De fait, nous ne ratons aucun diagnostic. Un variant de signification inconnue à une telle date peut apporter une réponse au patient le mois d’après. »
Plus à lire dans Les Échos, ici.

Benjamin CHALANDE

Benjamin Chalande, Lundi Matin

On vous a livré l’info en exclusivité la semaine dernière dans l’Hérault Juridique et Économique. La PME montpelliéraine Lundi Matin équipe les Galeries Lafayette Paris (Haussmann et Le BHV Marais, soit 1.200 caisses) de sa solution de paiement RoverCash.Le montant du marché, qui dure au minimum 5 ans, reste confidentiel. La mise au point du projet a duré deux ans, indique le fondateur et dirigeant de la PME, qui a débuté comme revendeur informatique dans le village cévenol du Vigan. Les nouveaux enjeux de consommation mettent à rude épreuve les développeurs informatiques : « mobilité du point de vente au sein du magasin (vendeurs munis de tablettes, et non plus cantonnés derrière un point de caisse), paiements par QR Code, Alipay ou WeChat,, cryptomonnaies, self-checkout (auto-paiement par le client)… », détaille-t-il. La PME de 58 salariés est en plein déménagement à Montpellier, pour occuper un plateau de 1.069 m2 dans l’immeuble Le Mustang (Eurêka). 
Plus à lire sur le site de Hérault Tribune, ici.

Thierry Dupeuble

Camille Bildstein, chaire Coo-Innov, Labex Entreprendre, Université de Montpellier

Ingénieure d’études et chargée de projet auprès du Labex Entreprendre de l’Université de Montpellier depuis un peu plus d’un an, Camille Bildstein co-signe (avec Frédéric Le Roy – professeur des Universités, et Anne-Sophie Fernandez – maître de conférences), sous l’égide de la Chaire Coo-innov (Coopétition et Ecosystème d’innovation) de la Fondation Université de Montpellier, un rapport d’étude sur le pôle de compétitivité Eurobiomed, pôle de compétitivité du sud de la France, dédié à la Healthtech. Intitulé L’innovation collaborative : les pôles de compétitivité jouent-ils leur rôle ? L’exemple du pôle Eurobiomed, il propose une réflexion sur la structure des projets d’innovation collaborative labellisés par le pôle Eurobiomed. Le rapport met en avant les bons résultats de pôle Eurobiomed qui favorise l’innovation et la compétitivité de la France sur le secteur de la santé. Parmi les axes d’amélioration soulignés : « L’analyse de ses membres et de la structure de ses projets montre que le pôle a atteint la plupart de ses objectifs. En encourageant la collaboration entre organisations, Eurobiomed favorise l’innovation et la compétitivité de la France sur le secteur de la santé. Nous notons tout de même quelques améliorations possibles comme par exemple le fait de ne pas miser uniquement sur les collaborations publiques-privées mais également sur les collaborations directes entre entreprises, ou encore sur le développement de projets d’innovation européens. » 
> Consulter le rapport ici.

louis privat

Louis Privat, Les Grands Buffets

À partir de ce mois de janvier, le fondateur des Grands Buffets à Narbonne octroie 30 % de revenus supplémentaires à l’ensemble de ses salariés, sous la forme d’une prime d’intéressement, lors d’une conférence de presse le 18 janvier, dans son restaurant. Lissée sur 12 mois, cette prime sera reconduite chaque année aux quelque 190 collaborateurs du restaurant. Objectif : revaloriser les métiers de l’hôtellerie-restauration, qui « ne font plus rêver », d’après Louis Privat, qui a fondé le restaurant réputé pour son buffet à volonté en 1989. Ce précurseur en matière de politique salariale (premier restaurant à avoir instauré les 35 heures, salaires au-dessus de la moyenne nationale, 3 jours de repos par semaine, aide au désendettement des salariés, etc.), modulera l’intéressement en fonction de la pénibilité du poste (de + 20 % à + 35%). L’engagement est pris pour 3 ans, et pourrait être reconduit. « Nous proposons aux consommateurs de prendre en charge cette hausse des salaires, en augmentant de 10 % le prix du menu, passant de 42,90 € à 47,90 € à partir de février ». Un dispositif qui permettra au restaurant « de ne pas trembler » face aux difficultés de recrutements lors de la haute saison aux printemps et été, espère Louis Privat. « Autour de 10 collaborateurs seront recrutés ». Il s’agit aussi, par cette mesure, de fidéliser les troupes. En 2021, 5 collaborateurs ont quitté Les Grands Buffets, sur 150 employés à l’époque.  
Une action à nuancer. « Cette hausse des salaires ne peut pas être dupliqué à l’ensemble de la profession, précise Guy Pressenda, président de l’Umih Occitanie (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) à Midi Libre, le 18 janvier. La méthode de restauration des Grands Buffets est particulière avec un buffet, une clientèle assurée, et ils ne sont pas dépendants de la saisonnalité ».
Avec 360.000 couverts prévus en 2022, notamment grâce à la nouvelle salle créée pendant le confinement, Louis Privat prévoit un chiffre d’affaires de 20 M€.  

julien laran

Julien Laran, Labatut Group

Julien Laran est nommé au poste de directeur général de Labatut Group, entreprise spécialiste du transport, de la logistique et de la distributionDepuis sa prise de fonction en janvier, il travaille aux côtés de la présidente du groupe, Jennifer Labatut-Darbas, arrière-petite-fille du fondateur. Agé de 44 ans, il cumule déjà 22 ans d’expérience dans l’industrie et les services. Fondée en 1920, Labatut Group est une PME familiale basée à Saint-Élix-le-Château (Haute-Garonne) qui emploi700 collaborateurs qui opèrent partout en Europe. « Depuis sa création, le groupe s’est diversifié et a entamé une transition écologique rapide et efficace. L’envie d’entreprendre fait partie de son ADN et c’est une valeur que nous partageons. Tout comme le besoin d’agir et de mener des actions en faveur de l’éco-responsabilité » explique Julien Larandirecteur général de Labatut Group, le 17 janvier dans un communiqué de presse. 

frederic mazzella

Frédéric Mazzella, BlaBlaCar

Le cofondateur et président de l’entreprise de covoiturage BlaBlaCarsort son livre « Mission BlaBlaCar– les coulisses de la création d’un phénomène » (éditions Eyrolles, 19 €). 220 pages dans lesquelles Frédéric Mazzella est interviewé par Laure Claire et Benoît Reillier, spécialistes tech et experts des plateformes. Les objectifs du livre : rendre accessible l’histoire de BlaBlaCar au grand public et démocratiser l’entrepreneuriat. « J’ai voulu raconter la création du site et donner quelques conseils aux fondateurs de startup actuelles, en espérant que ce soit utile pour eux, explique-t-il à Midi Libre, le 17 janvier. L’idée de BlaBlaCar est née d’un besoin personnel. Frédéric Mazzella devait rentrer en Vendée depuis Paris pour passer les fêtes de Noël en famille en 2003. Mais tous les trains affichaient complet. C’est finalement sa sœur, habitant alors à Rouen, qui est passée le prendre. Et sur la route, il s’est rendu compte que la plupart des voitures étaient vides. Il a alors réalisé qu’il y avait des places libres pour rentrer chez lui : seulement, elles n’étaient pas dans les trains mais dans les voitures ! C’est ainsi que l’idée de BlaBlaCar est née », rapporte le blog de Blablacar.  

jacques groison

Jacques Groison, Arterris

Il est le nouveau directeur du pôle agricole d’Arterris, groupe coopératif d’agriculteurs basée à Castelnaudary (Aude), apprend-on dans ToulÉco (ici). Il est le 8e membre du comité exécutif de l’organisation, remplaçant son prédécesseur, l’actuel directeur général du groupe Christian ReclusTitulaire d’un diplôme d’ingénieur en sciences et technologies des industries alimentaires de Polytech Montpellier, Jacques Groison était directeur général de MAS Seeds (Sud Ouest), pôle semences du groupe Maïsadour depuis 2019. Il a travaillé durant presque vingt ans dans le secteur des semences, notamment au sein du groupe international Syngenta (Toulouse), de 2003 à 2019. 
Arterris réalise un chiffre d’affaires de 1003 M€ et emploie 2.200 salariés. 

Jean-François Lefebvre

Jean-François Lefebvre, CHU de Toulouse

Il est nommé directeur général le 7 janvier, apprend-on dans un communiqué du CHU de Toulouse. Il remplace Marc Penaud et prendra ses fonctions le 1er février. Lauréat de la faculté de droit de Bordeaux et ancien élève de l’École Nationale de Santé Publique filière Directeur d’Hôpital, Jean-François Lefebvre était directeur général du CHU de Limoges. Il a commencé sa carrière au CHU de Nîmes.

Bannière LPPI Les Indiscretions 24 janvier

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Petites lignes. L’État s’est engagé samedi 22 janvier aux côtés de la Région Occitanie et de SNCF Réseau pour garantir leur régénération et la réouverture de certaines petites lignes. D’ici à 2028, l’État investira un montant de 257 M€ dont une partie provient du plan France Relance. Les lignes Montréjeau-Luchon et Alès-Bessèges seront gérées par la Région Occitanie, qui prendra en charge les travaux de régénération. Le Premier ministre Jean Castex a ensuite acté à Gruissan, cité touristique de l’Aude, la poursuite du Plan Littoral 21 sur la période 2023-2027, avec un engagement de l’État à hauteur de 58 millions d’euros. Tout en visitant les habitats touristiques flottants, que nous vous présentions en avant-première en mars 2021. Pour l’Hérault Juridique et Économique, à (re)lire ici.

Origines. « J’ai voulu donner un coup d’accélérateur au projet de LGV Montpellier-Perpignan, déclare Jean Castex, le 22 janvier à Narbonne. Mes origines (Gers et élu des Pyrénées-Orientales, note) m’auraient amené à m’intéresser à ces sujets : on n’aurait pas complètement tort de le dire ! Il y a aussi une question d’équité des territoires. J’ai du mal à comprendre les écologistes qui sont opposés aux projets de LGV. » Le chef de l’exécutif a aussi eu un mot pour les projets routiers : « Ils ont aussi une dimension écologique, avec des véhicules électriques et hybrides. À condition, aussi, qu’il y ait de l’intermodalité ! »

Forum des artisans.
Xavier Perret, nouveau président de la CMA du Gard, annonce la création d’un forum des artisans en avril. Un rendez-vous appelé à devenir « un rendez-vous incontournable » dans les prochaines années, confie-t-il à Midi Libre.

Lourde rénovation.
La rénovation de l’Hôtel de Ville de Narbonne, situé dans le Palais des Archevêques, est évaluée à 15 M€ (accessibilité, rénovation thermique…). La recherche des financements est en cours.

Tout seul. Nul n’est prophète en son pays : le maire de Narbonne, Didier Mouly, souhaitait accueillir, ce samedi 22 janvier, le Premier ministre Jean Castex avec son staff municipal et communautaire – DGS, vice-présidents… L’idée étant d’aborder auprès de Jean Castex des projets importants du territoire : création de pôle d’échanges multimodal, pont de Carcassonne… « Malheureusement, le protocole a imposé la seule présence du maire pour la Mairie de Narbonne et le Grand Narbonne », précise une source proche.

Envie. L’association Envie (réparation et vente d’appareils électroménagers) s’installe dans la région de Montpellier « avec l’ouverture d’un nouveau magasin, à Mauguio, dans la zone Fréjorgues Ouest », précise le broker ABC Immobilier d’Entreprise, qui a réalisé la transaction, sur LinkedIn.

Les terrasses bois en progrès. Le Commerce du Bois fait état d’une forte progression (+ 34 % entre 2019 et 2021) du marché des terrasses bois. Ventes en 2021 : 16 millions de m2. Les professionnels tablent sur 25 M de m2 en 2025. L’enquête à lire ici.

Tour. Dévoilement, le 15 février, du projet immobilier de tour dans le quartier de l’Hôtel de Ville de Montpellier. Cette opération est réalisée par Roxim Promotion et l’architecte François Fontès.

Plus de décodages ici

Urbaser réalise le centre de tri des déchets Ouest et Centre Hérault. Le Marché Public de Performance (MGP) pour la construction, exploitation et maintenance des installations pour 7 ans d’un centre de tri des déchets Ouest et Centre Hérault à Thibéry est attribué au groupement Urbaser Environnement (Montpellier), Bernadet Construction (Grenade-sur-l’Adour), Bianna Sera (Merignac), Elcimai Environnement et Elcimai Architecture (Montpellier), apprend-on le 18 janvier dans un communiqué du Sictom Pézenas-Agde. Ce nouveau projet a été présenté mercredi 19 janvier au Parc Héliopole à Bessan, par la SPL Oekomed*, regroupement de 7 collectivités de l’Ouest et Centre Hérault. 
Cet investissement de 24,9 M€, permettra de recycler tous les emballages ménagers plastiques de la moitié de la population du département, soit 500.000 habitants. 45 emplois seront créés.
D’une surface de 5.800 m2, le bâtiment permet la réhabilitation de la carrière des Roches Bleues, avec 1.900 m2 de toiture équipée d’une centrale photovoltaïque. L’objectif du centre de tri est de traiter 30.000 tonnes par an de collectes sélectives en 2030. Composé de 12 séparateurs optiques, il aura une capacité de traitement de 10,5 tonnes par heure, et 12 tonnes par heure en pointe. 
Le projet est soutenu par l’ADEME pour 4 M€, dans le cadre du plan de relance, par Citeo pour 900k €, et la Région Occitanie pour 700k €. La livraison du site est prévue en mai 2023. 
*La SPL Oekomed se compose de Sète Agglopôle Méditerranée, la Communauté d’Agglomération de Béziers-Méditerranée, le Syndicat Centre Hérault, la Communauté de Communes Grand Orb, la Communauté de Communes La Domitienne, la Communauté de Communes Sud Hérault, la SICTOM de Pézenas-Agde.

Gustave. Le réseau Foires de France lance Gustave, une plateforme d’innovations qui sera présentée à l’occasion de la foire de printemps de Montpellier du 17 au 21 mars. Foires de France se lance dans ce nouveau challenge « pour devenir une plateforme de référence pour les produits et services innovants français dédiés au grand public ».  
> Le dossier de candidature (à retourner avant le 4 février) et toutes les précisions sont à retrouver ici.

Anaba. Anaba, startup montpelliéraine éditrice de logiciels B2B, annonce ce 24 janvier une levée de fonds d’1 million d’euros pour accélérer sa croissance en France et à l’international. Son objectif : améliorer les fonctionnalités de son CRM (outil de gestion de la relation client) à destination des PME B2B. La solution permet de gérer tous ses contacts commerciaux sans quitter sa boîte mail. « Aujourd’hui, force est de constater que les entreprises françaises sont à la traîne : la plupart d’entre elles gèrent encore leurs contacts professionnels à la main», explique Julien Ter Schiphorst, co-fondateur d’Anaba aux côtés de Louis Leblanc. « Spécialement pensé pour Outlook, même s’il sera à l’avenir intégré à d’autres logiciels de messagerie comme Gmail, Anaba offre une gestion des contacts à 360° », ajoute-t-il. Soutenu par bpifrance, la Région Occitanie, Montpellier Métropole et Microsoft for startups, le CRM Anaba est déjà utilisé par quelque 300 PME, dont des cabinets d’architectes, des agences de communication/de marketing, des sociétés événementielles, des fonds d’investissementElle est née du constat que 73 % des PME n’utilisent pas de CRM pour gérer leurs contacts professionnels (source). Parmi elles, 32 % se servent de leur système de messagerie et près de 25 % se contentent de feuilles de calcul Excel. 

Entreprendre dans le Cœur d’Hérault. L’Alternateur, tiers-lieu et fablab numérique de la vallée de l’Hérault situé à Saint-André-de-Sangonis, est inauguré ce 26 janvier par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie. Financé par la Région Occitanie à hauteur de 254.000 € via son appel à projets « FabRégion », l’Alternateur dispose d’une surface de 570 m2. Il est à la fois un tiers-lieu, espace public où partager ses ressources, idées ou conseils, ainsi qu’un fablab. Objectif : favoriser et faciliter la transition numérique des entreprises et lutter contre la fracture numérique. Le lieu propose des outils et équipements (imprimantes 3D professionnelles, machines d’usinage bois et métal, salles informatique et électronique, ateliers, etc). Un projet qui s’inscrit dans la politique de la Région Occitanie, « avec la volonté de lutter contre « l’illectronisme », la fracture numérique et de vouloir créer des espaces publics physiques de proximité », explique Carole Delga, dans un communiqué du 24 janvier. À l’occasion de l’inauguration, elle sera accompagnée de Jean-François Soto, président de la Communauté de communes de la Vallée de l’Hérault et du Pays Cœur d’Hérault, ainsi que des élus du territoire.  

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

Au cœur de la plus grande résidence étudiante d’Europe 

 

C’est la plus grande résidence étudiante d’Europe, et elle est réalisée par un promoteur-investisseur-exploitant montpelliérain. Visite exclusive d’Ecla Campus, ce mercredi 19 à Massy-Palaiseau, assurée par Jacques-Edouard Charret, DG d’Uxco Group et de Grand M Group (Montpellier). 1h30 annoncées, 1h29 de visite effective : l’homme connaît son sujet.

campus ecla

Services. Ciné box, duplex, bar, restaurant, salle de sport, zone esport et de gaming, studio de musique, grand écran, cuisines collaboratives, chaises suspendues design, services connectés, parkings vélo, plancha connectée extérieure, service reprographie, laverie automatique réservable à distance, PC sécurité 24h/24… Les concepts ont été mis au point en interrogeant des panels d’étudiants. « Nous avons aussi regardé ce qui se fait ailleurs, en Asie, aux États-Unis, en Angleterre…, en améliorant les concepts. L’idée, c’est de réaliser quelque chose qui n’existe nulle part ailleurs sur la planète », décrypte-t-il. Ecla Campus a ouvert ses portes en 2018. Malgré la crise sanitaire, le taux d’occupation est, d’après lui, de 95 %.

Extension de 544 lits. Pas moins de 1.300 lits pour 46 typologies de logements, et 90 nationalités représentées. Une extension de 544 lits supplémentaires est en cours (avec un nouveau service apporté : un mur d’escalade), « ce qui fera de ce campus pour étudiants et jeunes actifs le plus grand d’Europe », indique l’exploitant. Age moyen des occupants : 24 ans. Le campus est situé à proximité du RER Massy-Palaiseau et de la gare TGV, à proximité du plateau de Saclay, qui concentre 25.000 chercheurs, « soit 25 % de la recherche française ».

1 milliard d’euros investis. Uxco Group et le promoteur Oceanis Promotion (Grand M Group, Montpellier) vont investir 1 milliard d’euros dans la construction de 10 méga-campus étudiants, principalement en Île-de-France mais aussi à Toulouse, Lyon, sous l’impulsion du fonds d’investissement nord-américain Brookfield. Un projet emblématique, à Paris, devrait être révélé prochainement.

Sécurité. Pas moins de 100 caméras surveillent les allées et venues des résidents.

Science accueil. L’association Science Accueil est présente 4 jours par semaine sur le campus, pour aider les étudiants étrangers dans les méandres administratifs : aides au logement, problèmes de visas etc.

photo campus ecla

Niveau de détail. «  Océanis Promotion (PDG : Florelle Visentin) a un niveau de détail incroyable, et un engagement total. Lors de la construction, l’un des opérateurs a parcouru 49 km en une journée ! », sourit l’ex-numéro 2 de Casino, qui partage sa vie entre Montpellier et Paris.

Sécurité informatique. Les résidents, pour certains des ingénieurs informatiques de haut niveau, challengent l’exploitant sur la sécurité informatique de ses installations. « Un étudiant a ‘craqué’ le grand écran de 15 m2, faisant apparaître son bureau d’ordinateur. C’était bienveillant, mais ça nous pousse dans nos retranchements en termes de cybersécurité ! »

Salles de bain préfabriquées. Les salles de bain arrivent en bloc, en préfabriqué. Elles sont réalisées par une entreprise basée à Saint-Nazaire, spécialisée dans l’aménagement intérieur de navires de croisière. « Ce mode constructif apporte une grande fiabilité. C’est par Océanis Promotion que nous avons choisi cette option. De la conception du produit jusqu’à son exploitation, en passant par la détention des murs via une foncière, nous maîtrisons toute la chaîne de production », confie Jacques-Édouard Charret.

photo campus ecla 2

Copromotion. Certains futurs Ecla Campus seront réalisés en copromotion, comme celui de Villejuif avec Icade. Si le campus Ecla de Massy-Palaiseau est axé sur les services digitaux (tout peut se réserver et se payer depuis son smartphone), les autres campus développeront des thématiques propres : soin médical à Villejuif, recyclage d’un bâtiment existant à Noisy-le-Grand (ancien siège de Groupama)… Dans ces futurs campus, les salles de sport seront enrichies de zones crossfit, « avec cordes, pneus de camions… La demande est très forte ».

Partenariat avec des écoles. Plusieurs partenariats sont signés, avec HEC, ParisSaclay, Paris Sud, l’Isit… « Nous avons par exemple accueilli 26 étudiants béninois pendant 6 mois, dans le cadre d’un partenariat avec l’Académie de Versailles. »

Galerie photos. Découvrez les photos du campus faites lors du reportage le 19 janvier, ici. © Hubert Vialatte – Agencehv

Plus loin. (Re)lire l’article paru en décembre dans Les Échos, ici.

3 questions à

3 questions à

Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole

« La France des procédures tue la France des projets »

En marge de la signature, à l’Hôtel de Ville de Narbonne, ce samedi 22 janvier, de la signature du protocole du financement de la première phase de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, échange avec Michaël Delafosse, maire PS de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

« Je suis un maire heureux », as-tu dit à la presse dans l’escalier menant à la salle des Synodes du Palais des Archevêques de Narbonne. Pourquoi ?
Des pas décisifs sont réalisés cette semaine pour deux projets majeurs d’infrastructures, tous deux enlisés depuis des années : le contournement routier ouest de Montpellier (COM), auquel personne ne croyait, et validé par un décret du Conseil d’État (lire ici) et la première phase de la LGV Montpellier-Perpignan, entre Montpellier et Béziers. L’engagement financier de la LGV est gravé dans le marbre côté métropole. Il n’y a pas de déclaration d’un maire dont la commune est située sur le tracé, et qui fragiliserait le projet. Cette unanimité est à souligner. C’est un dossier qui a été pris à bras le corps par Etienne Guyot, préfet de région, Carole Delga, présidente de Région, et Jean Castex, le Premier ministre. J’ai mesuré l’engagement de ce dernier. Si quelqu’un osait se dédire dans sa parole, que ce soit l’État en cas d’alternance au printemps, ou une collectivité, il en assumera politiquement les conséquences.
Concernant le COM, j’espère une mise en service en 2028 ou 2029. Je dois échanger sur ce sujet avec Salvador Nunez (Vinci Autoroutes). Nous avons hâte qu’il installe sa cabane de chantier (sourire) !
Un risque de recours suite au décret du conseil d’État, autorisant l’adossement du projet à la concession de Vinci Autoroutes ? Il y a toujours un risque, mais il y aura les avocats de la métropole et de l’État en face ! Les utilisateurs de l’A9 sont semblables à ceux de l’A75 en termes d’échelle géographique. Le COM est un enjeu d’aménagement majeur du territoire. On termine l’A75 sur un boulevard urbain actuellement, au niveau de Montpellier (pas de Béziers, où le raccordement avec l’A9 est effectif, note). Le COM est soutenu par le maire de Clermont-Ferrand, de Millau, de Rodez, de Gignac… Ce projet est un enjeu pour la Lozère, l’Aveyron, le cœur d’Hérault… Si nous avions lancé un appel d’offres pour choisir un concessionnaire autoroutier, avec péage, personne n’aurait répondu.

Les délais prévus sont néanmoins très longs… Quelle est ta réaction ?
Je rappelle que le projet Montpellier-Perpignan date de la fin des années 80. Et on annonce une mise en service de la LGV Montpellier-Béziers en… (2034, précise l’intervieweur). 2034 ! Il faut avoir le cœur bien accroché, pour faire 50 km de voies ! Ce qui me fait dire cette phrase : la France des procédures est en train de tuer la France des projets. Kafka dévore Victor Hugo.
2034 pour la LGV, 2028 ou 2019 pour le COM, c’est anormalement long. On signe ce samedi 22 janvier un protocole d’intention de financement de la LGV, c’est certes une excellente nouvelle. Mais gardons à l’esprit que les Espagnols ont fait leur tronçon (livré en 2011, jusqu’à Perpignan, note). Cette signature aurait dû avoir lieu il y a dix ans. Il est temps que la France des projets puisse se réaffirmer, ce qui suppose de prendre à bras le corps la France des procédures. L’État devrait pouvoir déclencher des procédures accélérées sur des projets d’intérêt général. On scande partout l’urgence écologique, mais il faut y aller aussi par les actes.
Pour la métropole de Montpellier, ce projet de LGV est essentiel pour raccorder la péninsule ibérique, et aussi pour développer le TER du littoral, qui va changer la vie des gens. Tous les habitants de Sète, de Béziers, qui travaillent à Montpellier, ou inversement, pourront avoir des TER cadencés.

Les premières Assises du Territoires de Montpellier Méditerranée Métropole se dérouleront le 9 février au Corum, devant 1.000 personnes. Quel est l’objectif que tu poursuis à travers cet événement ?
Il s’agira de premières Assises autour de la programmation pluriannuelle d’investissement (2,5 Md€) de la métropole qui sera détaillée. Je veux qu’il y ait une lisibilité des investissements sur tout le mandat : c’est un signal très fort pour les acteurs économiques. Nous engloberons dans ce schéma les investissements publics et privés : CHU, COM, Anru, futur stade de football Louis-Nicollin…
Je vais préciser les marchés, les projets, et les clauses attendues dans les appels d’offres, en les rendant plus lisibles pour que les opérateurs les comprennent bien, et ne se sentent pas éconduits. Je souhaite que les acteurs économiques, qui contribuent à la dynamique du territoire, en soient parties prenantes. Ils doivent être innovants, nous accompagner dans la transition écologique.
D’autres Assises suivront, pour réaliser des points d’étape et des évaluations, avec les acteurs économiques.
Côté immobilier et architecture, 80 consultations en Zac seront présentées, dont 20 pour la relance de folies architecturales. Alors que Ricardo Bofill, père du quartier d’Antigone, vient de disparaître, je souhaite questionner les architectes sur la ville d’après-Covid. La métropole de Montpellier est ouverte à la créativité architecturale. Je veux challenger les architectes, pour qu’ils nous offrent leur narration, les nouveaux enjeux écologiques, sociaux, esthétiques. 20 sites ouverts à des folies architecturales seront présentés. Ils deviendront des marqueurs du territoire. Vous y trouverez par exemple la surélévation de l’office du tourisme sur la Comédie, ou le toit du Corum.

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

« Presse papier : mon amour ! ». À rebours des pronostics sur la disparition prochaine de la presse papier, une demi-journée d’étude rassemble, lundi 24 janvier dans le petit auditorium de la Bibliothèque nationale de Franceles acteurs qui croient encore à son avenir et les conservateurs qui ont pour mission de préserver et de rendre accessible ce patrimoine. Une carte blanche est donnée en fin de séance à Florence Aubenas, journaliste et grand reporter pour le quotidien Le Monde, et écrivaine française. Un rendez-vous organisé par l’association Journalisme & citoyenneté retransmis (et à revoir) sur YouTube ici. L’association journalisme & citoyenneté organise aussi les Assises Internationales du journalisme de Tours et de Tunis. 

La phrase

« J’ai découvert que j’étais non essentiel. Ça a été blessant. Le fait d’avoir rangé la population en deux catégories, essentiel et non-essentiel, ça ne flatte pas l’ego… ».

Cédric Fiolet

directeur général de la SPL Occitanie Events (gestionnaire du Parc Expo et de la Sud de France Arena, Pérols - Hérault), dans un article de Midi Libre du 19 janvier. Il fait également partie du collectif Repère Méditerranée qui fédère et représente l’ensemble des acteurs de l’événementiel de l’arc méditerranéen.

On s’en fout

Toujours chercher à se mêler à des gens différents. C’est une vraie école de la vie. Et, probablement, un réflexe journalistique – même si certains de mes confrères encartés, pourtant plus ouverts que moi sur le papier, ne partagent pas avec la même flamme cette préoccupation sociétale. Se mêler aux autres : un objectif-plaisir facile à atteindre. Il suffit d’utiliser les transports en commun – bus, tramway, métro, TER, 2e classe ou Ouigo en plastique pour les TGV. De prendre son caoua dans une brasserie-PMU défraîchie. De préférer, au stade, la tribune populaire à la loge ou à la tribune présidentielle.
Mais cela ne suffit pas. Une fois en poste, il convient d’observer, d’écouter, de s’immiscer, sans juger. Même si les effluves de déodorants premiers prix – caractéristiques des TER en heures de pointe, – pourraient m’amener à condamner certains jeunes. Mauvaise idée : ils pourraient tout aussi bien m’en vouloir de prendre presque deux places, avec tout mon barda de reporter – câbles, ordinateur, sacoche. Les transports en commun sont, en quelque sorte, une forme de service militaire (ou miliTER pour le mauvais jeu de mots) : c’est un moyen de rencontrer des gens que vous ne croiseriez jamais si vous viviez votre vie en vase-clos.
Dans la tribune populaire du stade, il m’est arrivé de côtoyer des chefs d’entreprises ou certains de mes anciens professeurs, visiblement animés des mêmes intentions. « Je viens ici parce qu’un match se regarde debout », a justifié l’un d’eux. « Parce qu’on peut crier tranquillement avec les autres », a souri un autre. « Parce qu’il n’y a plus de différence sociale ici : on est tous des supporters », a théorisé un troisième. Il est pas beau, ce « On s’en fout » du 24 janvier ?

L’œil culture

LOKKO
9

Un peu de culture dans ce monde de brutes, by Lokko

Un crime dans le « jardin préféré des Français ». Le 17 décembre dernier, aux Assises de l’Hérault, Daniel Malgouyres écopait de 18 ans de prison pour avoir commandité un cambriolage dans son jardin Saint-Adrien de Servian qui a mal tourné. Pour un projet de livre, l’écrivaine Emmanuelle Salasc a suivi le procès. Elle a écrit ce premier jet pour LOKKO.
 
Sujets de société, innovation et culture à Montpellier : recevez chaque vendredi, gratuitement, la Newsletter de LOKKO.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Le conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour l’aménagement de la traverse de Viols-le-Fort. 

SPL 30 lance un avis de conception-réalisation pour la réhabilitation d’ouvrages nécessaires à l’implantation d’un centre de préparation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Méjannes-le-Clap. 

La ville de Nîmes lance un avis pour les travaux d’amélioration énergétique du bâtiment des services techniques municipaux. 

La commune de Perpignan lance un avis pour le réaménagement intérieur de la crèche Pape Carpentier. 

Le CROUS de Montpellier lance un avis pour la réhabilitation du bâtiment A de la cité universitaire des Arceaux. 

EPF d’Occitanie lance un avis pour la réalisation de travaux de désamiantage, déconstruction et démolition de 12 biens bâtis situés sur la commune de Couffoulens et de 4 biens situés sur la commune de Leuc dans le département de l’Aude. 

La Région Occitanie lance un avis pour la mission de Moe pour la rénovation de l’internat du 21ème siècle au lycée F.Leger à Bedarieux. 

Le conseil départemental de l’Hérault lance un avis d’accord-cadre pour des travaux d’ascenseurs, monte-charge et Epmr dans les sites du Conseil départemental de l’Hérault. 

La commune d’Agde lance un avis pour le réaménagement de l’entrée Nord du complexe sportif des sept fonts et création d’une salle polyvalente. 

Ght Cévennes-Gard-Camargue lance un avis de conception réalisation pour la réhabilitation thermique des bâtiments de Caremeau Nord. 

SPL Alès Cévennes lance un avis pour le marché de maitrise d’œuvre pour la réhabilitation de l’ensemble immobilier y compris parking des halles de l’abbaye d’Alès. 

 

Occitanie Ouest 

SPL Arac Occitanie lance un avis pour le contrôle technique pour la construction d’un TechnoCampus Hydrogène Vert dans l’aire urbaine de Toulouse. 

La commune de Toulouse lance un avis pour le remplacement des menuiseries de l’école maternelle Lakanal 

Grand Sud Tarn-et-Garonne lance un avis pour la démolition du Pont de Bessens – mise en place d’un viaduc démontable métallique et rétablissement du Chemin des Palanques. 

Le conseil départemental de l’Ariège lance un avis pour les travaux d’aménagements paysagers à la Résidence de tourisme de Saint-Lizier. 

La Communauté d’Agglomération Pays Foix Varilhes lance un avis pour la rénovation des 21 salles de bains et rafraichissement des 21 logements de la Résidence autonomie de L’agglo à Varilhes. 

L’Office Public de l’Habitat des Hautes-Pyrénées lance un avis pour le marché de travaux peinture, façades, boiseries et isolation des combles à Lourdes, Lannemezan, Tarbes Et Saint Lary. 

La SPL Aéroportuaire Régionale lance un avis pour la mise en conformité des infrastructures aéroportuaires de l’aéroport de Tarbes Lourdes Pyrénées. 

Toulouse Métropole lance un avis pour assistance à maitrise d’ouvrage technique projet de franchissement Nord Garonne création d’une infrastructure structurante reliant l’A62 et l’A621. 

Mobilités 🚆

Occitanie Ouest 

La Communauté de Communes de Millau Grand Causse lance un avis pour la fourniture de supports de stationnement vélos (arceaux vélos) sur le territoire. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Le département du Lot attribue le marché de construction du collège de Bretenoux à Emp et Fermes de Figeac. Valeur totale du marché (hors TVA) : 1 336 502,84 euros. 

La Communauté d’Agglomération Pays Foix Varilhes attribue le marché de fourniture et acheminement d’électricité pour les bâtiments et équipements et acheminement d’électricité pour les bâtiments et équipements à RME TARASCON et ELECTRICITE DE FRANCE COMMERCE SUD-OUEST. Montant final du marché attribué (H.T.) : 232 846,31 euros. 

La commune de Carcassonne attribue le marché de terrassements ponctuels sur l’ensemble de la Ville à SARL EMT. Montant final du marché attribué (H.T.) : 1 200 000 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de création, développement, maintenance des sites internet sous drupal et prestations associées à Eolas. Valeur totale du marché : 318 770 euros. 

Le département de l’Aude attribue le marché de préparation et exécution d’un aménagement foncier agricole forestier et environnemental (AFAFE) sur les communes de Bouriège, Bourigeole Festes Saint André à YANTRIS. Valeur totale du marché : 495 000 euros. 

La ville de Montpellier attribue le marché de travaux d’entretien dans les bâtiments communaux à AVENIR DECONSTRUCTION, DARVER, AZUARA. La liste des titulaires est à lire ici. Valeur totale du marché (hors TVA) : 40 240 000 euros. 

La Communauté d’Agglomération Pays Foix Varilhes attribue le concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse pour la création d’une résidence autonomie au Groupement Oeco Architectes. Valeur totale du marché (hors TVA) : 425 304 euros. 

Le conseil départemental de l’Ariège attribue le marché d’accord-cadre relatif à la réalisation de travaux de terrassement et de travaux de VRD à COLAS FRANCE SAS, SAS Jean LEFEBVRE Midi-Pyrénées, SPIE BATIGNOLLES MALET, SAS AZUARA et S.A.S NAUDIN ET FILS. Valeur totale finale (H.T.) : 2 333 334 euros. 

Plus de marchés ici

La CMAR Occitanie attribue le marché de nettoyage et entretien des locaux et de la vitrerie de différents sites de la CMA de Région Occitanie à ESAT CARCASSONNE, CLEANOR, GIMN’S et ABER Propreté Azur. Valeur totale du marché (hors TVA) : 392 208 euros. 

Le SGAP de Marseille attribue le marché de relance des lots 1 et 3 du marché de travaux relatif à l’extension et à la réhabilitation du commissariat de Béziers à ESCOURROU SAS, SAS TRINQUIER, Ets BOUZAT. La liste des titulaires est à lire ici. Valeur totale du marché (hors TVA) : 5 621 280,59 euros. 

La commune de Figeac attribue le marché d’exploitation du réseau de transports publics urbains à Cars Delbos. Valeur totale du marché (hors TVA) : 803 449 euros.  

Le CROUS Toulouse-Occitanie attribue le marché de travaux de rénovation de la distribution électrique du local serveur de la résidence universitaire Tripode A ‘Archimède’ à AGV-FLOTTES ELECTRICITE, SOGAPEINT et AGV-FLOTTES ELECTRICITE. Montant mini annuel : 101 481,37 euros. 

La SPL 30 attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation de l’ancien EHPAD de Saint-Ambroix en Maison de Santé Pluridisciplinaire à HB MORE ARCHITECTES, BETEM et ATELIER ROUCH. Valeur totale du marché : 268 400,00 euros. 

La Région Occitanie attribue le marché d’achat de fournitures, livraison et installation de mobiliers pour l’aménagement des réserves du musée Narbo Via à Classotech et Bruynzeel Rangements. Valeur totale du marché (hors TVA) : 900 000 euros. 

Le conseil départemental de l’Ariège attribue le marché de création d’une salle polyvalente, d’une salle de musique, de deux salles de classe et de vestiaires agents à SARL DE DIOS FRERES, SARL SJC, SARRL LOUIS RUMEAU ET FILS. La liste des titulaires à lire ici. Valeur totale finale (H.T.) : 915 936 euros. 

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché d’étude préliminaire de stockages hydrauliques hivernaux à Gpt Cce&C (Mandataire)/ Societe Du Canal De Provence Et D Amenagement De La Provence/ Idees Communes. Valeur totale du marché : 384 584,75 euros. 

Grand Sud Tarn-et-Garonne attribue le concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse pour la restructuration du parc de loisirs intercommunal de Saint Sardos à V2s Architectes. Valeur totale du marché : 312 338 euros. 

L’agenda

i

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Pour l’Hérault juridique et économique et Les Échos : Buesa (Béziers) acquiert Famy TP.
Pour l’Hérault juridique et économique : SeqOne Genomics lève 20 M€.
Pour ToulÉco : Reportage au sein d’Ecla Campus de Massy-Palaiseau.
Pour Les Échos : Portrait d’Alain Di Crescenzo, président de CCI France.
Pour Les Échos Innovateurs  : Forssea Robotics (robotique sous-marine) lève 3,8 M€.
Pour Les Échos web :

  • Le rachat du centre commercial Les 7 Collines à Nîmes.
  • L’ouverture du Belambra Club le 9 avril au Grau-du-Roi.
  • La dématérialisation des factures fournisseurs avec Yooz.

À suivre en ligne

JANVIER

Du 24 au 26 janvier :

29ème édition du salon professionnel Millésime Bio, organisé par SudVinBio, au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’informations et inscription ici.

4e édition de la Semaine des métiers du numérique, organisée par Pôle Emploi, en ligne. Plus d’informations ici.

Mercredi 26 janvier de 8h30 à 10h :

Vœux des Travaux Publics de l’Aude, organisé par la FRTP Occitanie à l’Hôtel de la Cité de Carcassonne, sur le thème « Transition écologique dans les aménagements publics ». Inscription ici.

Jeudi 27 janvier :

Rencontre-débat « La santé numérique en mouvement », animé par Emilie Rauscher et organisé par l’IMT Mines Alès, l’IMT et la Fondation Mines-Télécom, au 6 Avenue de Clavières (Alès). Inscription gratuite obligatoire ici.

Plus d'événements ici

Jeudi 27 janvier de 9h à 11h : 

Webinaire sur le financement participatif, organisé par Via Innova. Plus d’informations et inscriptions ici.

Jeudi 27 janvier de 13h30 à 14h15 :

Webinaire Parlons Foncier le direct #11, La gestion du foncier en Occitanie : Comment ça marche ? organisé par la Safer Occitanie. Informations et inscriptions ici.

Jeudi 27 janvier à 14h :

Rendez-vous Éco « Silver économie : les seniors une opportunité de croissance pour les entreprises et les territoires », organisé par Nîmes Métropole, dans l’hémicycle de l’hôtel Communautaire (3 rue du Colisée, Nîmes). Inscription ici, retransmis en live sur la page Facebook de Nîmes Métropole.

Jeudi 27 janvier de 18h30 à 19h45 :

Webinaire public « Spécial RGPD : sanctions records, intérêt légitime », organisé par le CLUSIR Occitanie Méditerranée. Plus d’informations et lien de l’évènement ici.

Jeudi 27 janvier de 19h à 20h30 :

Débat franco-allemand « L’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap », organisé par le Réseau d’Affaires Franco-Allemand et animé par Olivier Biscaye, directeur de la rédaction de Midi Libre, à la Maison des relations internationales (Montpellier). Évènement hybride, inscription ici.

Du 30 janvier au 6 février :

Open Sud de France Montpellier, à Sud de France Arena (Pérols). Plus d’informations ici.

Lundi 31 janvier de 8h30 à 10h :

Vœux des Travaux Publics Hérault-Béziers, organisé par la FRTP Occitanie au Domaine de Bayssan à Béziers, sur le thème « Transition écologique dans les aménagements publics ». Inscription ici.

FÉVRIER

Mercredi 2 février à 11h45 :

Déjeuner en compagnie de Kévin Mayer, recordman du monde de Décathlon, organisé par Montpellier Méditerranée Business Club, au domaine de Verchant. Inscription obligatoire ici.

Mercredi 2 février à 18h30 :

2e réunion publique « Comédie-Esplanade », organisée par Montpellier Méditerranée Métropole et la ville de Montpellier, au centre Rabelais (27 boulevard Sarrail, Montpellier). Inscription obligatoire ici.

Jeudi 3 février :

15ème édition d’Occitanie Innov, en digital, organisé par l’agence AD’OCC en partenariat avec les membres du RésO Innovation et la Région Occitanie. Plus d’informations ici.

Mercredi 9 février de 17h à 20h :

Les Assises du territoire, organisé par Montpellier Méditerranée Métropole, au Corum de Montpellier.

Mardi 15 février de 9h à 17h :

6e édition du « Forum Littoral de l’Emploi Saisonnier », organisé par l’Agglomération du Pays de l’Or et la Communauté de Communes Terre de Camargue, au Palais des Sports et de la Culture, au Grau du Roi (30). Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 24 février de 11h à 12h30 :

Webinaire « Quels outils digitaux pour lancer sa startup à moindre coût ? », organisé par le BIC Innov’up. Plus d’informations et inscription avant le 22 février ici.

MARS

Jeudi 24 au lundi 28 mars :

Foire de Béziers, organisé par la CCI Hérault au Parc des Expositions de Béziers. Plus d’informations ici.

MAI

Jeudi 19 mai à 18h :

« Fête des lauréats Réseau Entreprendre 2022 », organisé par le Réseau Entreprendre Occitanie Méditerranée, au Pasino de la Grande Motte (335 Allée des Parcs). Plus d’informations et inscription obligatoire ici.

Voilà, c’est tout pour cette semaine.
Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite.
Vos données ne seront pas communiquées à des tiers.
Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Orchestra, histoire d’une résilience

Xavier Bringer (ABCD) qui appelle à la création d’un fonds d’État pour reprendre les copropriétés vieillissantes du littoral, une nouvelle directrice de territoire pour plancher sur Cambacérès et Ode à la Mer à Montpellier, Simon Associés plante son drapeau à Toulouse, une nouvelle présidente chez les Notaires de l’Hérault, les puissantes ambitions d’Advini (viticulture), l’interview d’André Joffre (pôle Derbi) sur les perspectives aveuglantes du solaire, et plein d’autres palabres urbaines.
« New Orch repart », Les Indiscrétions de la semaine du 16 mai sont à croquer en cliquant ci-dessous.
Courage et chocolat !

lire plus

Croissance molle, emplois fous

La démission de Samuel Cette à Toulouse, la maintenance ferroviaire a son pôle de formation à Nîmes, l’immobilier dans tous ses états à Béziers, l’année record des céréaliers d’Arterris, la grosse actu pour Mon Chasseur Immo (proptech), et pleins d’autres palabres urbaines.
« Croissance molle, emplois fous », Les Indiscrétions de la semaine du 9 mai sont à croquer en cliquant ci-dessous.
Courage et chocolat !

lire plus

Manu le malin

30 M€ investis à Font-Romeu, du nouveau au Crédit Agricole du Languedoc, Michel-Édouard Leclerc à Carcassonne en juin, le rire de Cabu, ArtFx challenge ses étudiants dans les jeux vidéo, Jacques Pourcel (Jardin des Sens) se confie, et plein d’autres palabres urbaines.
« Manu le malin », Les Indiscrétions de la semaine du 25 avril sont à croquer en cliquant ci-dessous, et ça croustille !
On breake lundi prochain pour mieux vous retrouver le 9 mai.
Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.

Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.

Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions.

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus
Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.

PAS ENCORE ABONNÉ-E

AUX INDISCRÉTIONS ?

 

Recevez chaque lundi à 18h18, gratuitement, Les Indiscrétions sur votre boîte mail

Politique de confidentialité

Inscription réussie

Share This