hubertvialatte.com

Perroquet ou roquet ?*

Coups de gueule, poil à gratter...

Retrouvez dans cette rubrique l'intégralité des billets du lundi

Perroquet ou roquet ?*

« L’information économique pourrait s’apparenter à une science exacte – des faits et des schémas, dans leur courtoise brutalité. Détrompez-vous. Elle est le théâtre de pièges retors, et d’un combat impitoyable. Il y a environ quatre communicants (souvent d’anciens professionnels de la presse) pour un journaliste. Déséquilibre frappant, qui ébranle les fondements même de la démocratie. La preuve via quelques exemples.

La sacro-sainte « inversion de la courbe du chômage », d’abord avant fin 2013, désormais avant la fin de son quinquennat, promise par François Hollande, rythme le débat politico-médiatique. Le chef d’Etat jette un os en l’air, et les journalistes courent après, langue pendante et micros ouverts. Ecran de fumée, qui masque les vraies questions. Comment faire baisser drastiquement le chômage ? Au final, souffrir d’un chômage de masse, depuis si longtemps, est-ce un fléau subi ou un système voulu ?

Impossible d’en réchapper. J’ai passé un nombre incalculable de samedis après-midi à couvrir des manifestations de fonctionnaires s’opposant à telle ou telle réforme des retraites ou prétendue baisse de pouvoir d’achat. Une vraie purge. Toujours les mêmes slogans, et le même cinoche. L’impression d’être complice d’une vaste farce, d’oeuvrer comme chef de rayon au supermarché de l’esbroufe. Car, au bout du bout, quel média explique que ceux qui défilent ne sont pas concernés par les réformes ? En effet, c’est les jeunes de moins de 30 ans, salariés du secteur privé, qui sont impactés par l’allongement des durées de cotisation. Or, ces individus ne sont pas présents dans les cortèges. Là encore, l’évidence est passée sous silence.

La circulation circulaire de l’information asphyxie l’ouverture d’esprit, pourtant indispensable à la quête de vérité. Le concurrent en parle, donc je dois faire itou. Pour aller plus loin, « Les petits soldats du journalisme » (2002), de François Ruffin.

Heureusement, restent de beaux contre-exemples. La façon dont Mediapart s’est s’acharné, à juste titre, sur Jérôme Cahuzac (alors ministre du Budget, et soupçonné d’évasion fiscale), jusqu’à le faire vaciller, puis tomber ; les contorsions de Closer pour sortir les photos de notre président casqué, se rendant chez son actrice de maîtresse. Deux bons gros scoops sortis par un pure player et un magazine people, deux titres qui n’existaient pas il y a dix ans. Les temps changent. »

* Extrait de  » L’enfer de la com’, un piège pour la démocratie « . éd. Téraèdre/L’Harmattan, collection ‘Cultures et sociétés’, avril 2015.

Facebook

> je m'abonne au billet <

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

*

pour sécuriser vos commentaires *


.