Bandeau Ad Occ Les Indiscretions du 6 decembre

On n’est pas obligés d’y êtreSemaine du 20 décembre 2021

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche

9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Thierry Dupeuble

Rachel Delacour, Sweep

Sweep, plateforme logicielle leader de gestion du carbone pour les grandes entreprises basée à Mauguio (34), annonce le 14 décembre avoir levé 22 millions de dollars. Il s’agit du plus important tour de table de série A communiqué par une plateforme de gestion de l’empreinte carbone, afin d’aider à répondre à la forte demande des clients souhaitant mettre en place un programme climatique crédible et aligné sur la neutralité carbone mondiale. Le fonds de capital-risque britannique Balderton Capital a mené ce tour de table avec la participation des fonds historiques New Wave, La Famiglia et 2050 ayant réalisé un premier tour d’amorçage quelques mois auparavant. Le financement total de la société s’élève dorénavant à 27 millions de dollars, moins d’un an après son lancement.
« La déclaration des émissions directes n’est que la partie émergée de l’iceberg pour les plus grandes entreprises du monde, déclare Rachel Delacour, PDG et cofondatrice. Sweep connecte les grandes entreprises, pour qui le carbone est un sujet crucial, avec l’ensemble de leur chaîne de valeur, réseau de partenaires commerciaux, équipes et fournisseurs. Elles obtiennent un suivi complet de leurs émissions directes et indirectes. Notre outil a été optimisé pour ces tailles d’entreprises. »
Sweep rend la collecte et l’analyse des données carbone transparentes, automatisées et sécurisées. Plus à lire dans Les Échos, ici.

Laurent JALABERT

Olivier Roirand, Club de la Presse Occitanie

Le journaliste Olivier Roirand, rédacteur en chef adjoint de Vià (télés locales, Groupe La Dépêche du Midi), est élu ce 13 décembre nouveau président du Club de la Presse Occitanie. Il succède à une autre journaliste, Céline Cammarata (La Maison écologiqueL’ÉtudiantMidiSans transition Occitanie). C’est un retour aux sources pour Olivier Roirand, déjà président de l’association entre 2012 et 2016.
Fort de 900 adhérents, le Club de la Presse Occitanie basé à Montpellier veut sensibiliser petits et grands aux fake news, protéger les journalistes en cette période de campagne présidentielle et valoriser les femmes expertes dans les médias. Une nouvelle implantation est annoncée à Toulouse courant 2022. Son interview à lire dans ToulÉco, ici.

Anthony Gontier

Anthony Gontier, Jeune Chambre Économique de Montpellier

L’assemblée générale de la Jeune Chambre Économique (JCE) de Montpellier élit Anthony Gontier au poste de président pour 2022. « En 2022, nous souhaitons reconstruire un espoir commun pour sortir de cette morosité et créer les bonnes conditions d’un lien social », indique le jeune entrepreneur. Il est le fondateur de la société à missions Verdangry spécialisée dans la conception d’équipements d’intégration de la biodiversité en ville. Agé de 29 ans et originaire de Charente, Anthony Gontier, est issu d’une formation d’ingénieur en énergie à l’ENSI Poitiers. Il a travaillé au Japon et à Lyon avant d’arriver à Montpellier en 2018. Outre son président, l’assemblée générale de la JCE a également élu son bureau pour l’année à venir. Il sera composé d’Anne Gormand, secrétaire générale, d’Aziza Imaloui, trésorière, des vice-président·es Diane Belle aux « partenariats et réseaux », Aude Poupart à la communication, Faustine Allier à la « vie de la JCE » et Mehdi Hamdaoui au programme, ainsi que d’Amandine Verdier, ex-présidente. À relever : Montpellier a été sacrée « Jeune Chambre Économique d’Occitanie la plus remarquable » lors du congrès régional qui s’est tenu à Millau, le 4 décembre.

Vincent Farret d'Astiès

Jean-François Gapillout, Helenis

Le programme Namasté du promoteur immobilier Helenis (GGL Groupe) est nommé dans la catégorie ‘ vote du grand public’, le 15 décembre, lors des Pyramides d’Or 2021 de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) France. Namasté (Montpellier, rue Marie-Durand), livré en juillet dernier dans le quartier de la Pompignane, développe 51 appartements du studio au 4 pièces, dont 12 logements sociaux, et des maisons, sur une surface de plancher de 3.239 m². Architecte : A.C.O architectes (Montpellier). Particularités : la dimension de reconstruction de la ville sur elle-même, un grand jardin et l’insertion d’œuvres d’art. 
* Autre nominé dans cette catégorie : In Situ Promotion (Parc des belles rives, Orléans). Lauréat : Groupe Launay (Lily, Cesson-Sévigné).

Vincent Farret d'Astiès

Arnaud Bord, Conseil des Prudhommes d’Alès

Avec 15 voix, soit l’unanimité, Arnaud Bord (collège salarié) est élu président du conseil de Prud’hommes d’Alès. Une fonction qu’il avait déjà occupée en 2020. Il succède à François Aparicio (collège employeur) qui, comme le veut l’alternance des collèges chaque année, devient vice-président. À nouveau dans le fauteuil de président, Arnaud Bord voit cette élection comme « la reconnaissance du travail effectué », peut-on lire chez nos confrères d’Objectif Gard. Il détaillera sa feuille de route lors de l’audience solennelle de rentrée prévue le 21 janvier.

Vincent Farret d'Astiès

Lucien Blondel, Quantum Surgical

Lucien Blondel figure dans la liste des 15 experts en santé numérique à suivre sur Linkedin en 2022 selon le site internet Brainlab. Il est co-fondateur de la startup Quantum Surgical (avec Bertin Nahum), une jeune entreprise montpelliéraine de robotique médicale, dans laquelle il occupe le poste de directeur technique et technologique (CTO). Quantum Surgical conçoit des robots médicaux pour le traitement mini-invasif du cancer. L’entreprise a décroché en octobre 2021 un financement de 40 M€ pour accompagner le déploiement commercial de son robot Epione destiné à traiter le cancer du foie. À relire dans Les Échos ici.

Vincent Farret d'Astiès

Sergio Calderon, Bras

A 59 ans, Sergio Calderon, qui officie dans l’établissement de la famille Bras à Laguiole (Aveyron) depuis plus de 30 ans en tant que chef sommelier, est élu meilleur sommelier du monde. Un prix attribué par l’association Les Grandes Tables du Monde, qui réunit 180 restaurants prestigieux à travers le monde. En 2010, il avait déjà été désigné meilleur sommelier de France. Plus à lire dans Midi Libreici.

Vincent Farret d'Astiès

Thomas Valognes, Midi Libre

Thomas Valognes, étudiant de 25 ans en contrat de professionnalisation (ESJ Pro) chez Midi Libre, est lauréat du Prix Varenne 2021, catégorie « Presse quotidienne régionale ». Pour son enquête portant sur le quotidien des livreurs travaillant pour des plateformes numériques, le jeune Normand a passé une journée entière à vélo. L’article à lire ici 

Suzy de Monte Les indiscrétions

Christèle Gautier, Ministère des Sports

En 2040, un Français sur 4 sera âgé de 65 ans et plus, « dont 700.000 en perte d’autonomie sévère. Cette situation n’est pas inéluctable. La perte d’autonomie peut être retardée. Les personnes sont maîtres de leurs choix, mais il faut leur faire comprendre les enjeux », explique Christèle Gautier, cheffe du bureau de l’élaboration des politiques publiques au Ministère des Sports, dans le cahier thématique « Activité physique : un enjeu de santé publique », édité par L’Abécédaire des Institutions (Publicis Consultants), et que j’ai eu le plaisir de rédiger. Elle détaille le déploiement des Maisons Sport-Santé, partout sur le territoire national (500 en tout).
D’après la ministre des Sports Roxana Maracineanu, « il y a urgence à remettre les enfants et les Français en mouvement ». La perspective des JO Paris 2024 est une opportunité pour passer à l’action. D’après Paris 2024, un adulte sur deux ne pratique aucune activité physique. 4 enfants sur 10 passent plus de 3 heures par jour face à un écran, soit « Une bombe à retardement » pour la santé de chacun, et aussi, accessoirement, pour le financement de la protection sociale.
Tout n’est pas sombre. Des actions émergent : design urbain, déploiement de Maisons Sports-Santé, Paris Terres de Jeux, 30 mn de sport par jour à l’école, sport sur ordonnance, Le Tremplin à Paris, SportUp Summit en Occitanie…

Une enquête passionnante à faire (et à lire, j’espère), sous la supervision éditoriale de Sophie Sachnine. Merci à Sarah Nguyen Cao Khuong (Agencehv) et Pierre Bruynooghe (Le Mas Média) pour leurs précieux concours, et à toutes les personnes qui ont répondu aux interviews dans des timings serrés. À lire ici entre deux chocolats.

Laurent Pionnier, Haute Autorité du Football

Il l’a annoncé sur LinkedIn la semaine dernière. Laurent Pionnier, ancien gardien de but du MHSC, est élu au sein de la Haute Autorité du Football (HAF) à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération Française de Football. Laurent Pionnier rejoint le Collège des joueurs professionnels aux côtés de Fabien Safanjon (vice-président de l’UNFP et ancien footballeur français). « Je vais représenter les joueurs dans les nombreux travaux menés par l’HAF mais aussi superviser des groupes de travail auprès de la fédération française de football »confie-t-il aux Indiscrétions. Cette instance footballistique est un organe de gouvernance de la fédération. Elle possède un pouvoir de contrôle sur la gestion de l’institution et peut émettre des propositions d’intérêt général comme formuler des avis. Elle se compose de vingt-quatre membres élus pour quatre ans et est présidée par Laurent Ugo, ancien arbitre-assistant fédéral et international.

Thierry Dupeuble

Philippe Malagola, Enedis 34

Le 17 décembre, la Ville de Sète renouvelle sa confiance pour une durée de 30 ans à Enedis, gestionnaire du réseau public de distribution représenté par son directeur Philippe Malagola, et EDF (Jean-Pierre Lorillot, directeur développement territorial) au travers de la signature d’un contrat de concession. Ce nouveau contrat entrera en vigueur en début d’année 2022. Enedis prévoit d’investir 1,1 M€ sur la période 2022-2026 pour moderniser le réseau électrique et accompagner le développement économique et la rénovation urbaine. 

Thierry Dupeuble

Sophie Mazas, Ligue des Droits de l’Homme de l’Hérault

L’avocate montpelliéraine Sophie Mazas a utilisé ses talents cachés de poète pour déposer des observations auprès du Conseil constitutionnel. La haute juridiction a été saisie le 19 novembre dernier par le Premier ministre de l’examen de constitutionnalité de la loi pour la confiance dans l’institution judiciaire. « Les avocats espèrent qu’à cette occasion, les sages de la rue de Montpensier se pencheront sur le secret des avocats – l’un des points les plus discutés de la loi – , comme il l’a fait à propos du secret médical dans sa décision du 9 novembre portant sur la loi de vigilance sanitaire », explique le site Actu-juridique.fr. Dans cet objectif, Me Sophie Mazas, avocate à Montpellier a déposé des observations en intervention (amicus curiae). Elle a opté pour la forme inhabituelle mais valable juridiquement du poème, parce que, confie-t-elle à Actu-Juridique, « de guerre lasse, la technique n’ayant pas réussi à passer le filtre de l’examen lors de textes précédents, je suis passée à la forme poétique ».
Intitulé « Le Secret, la Justice et nous », le poème (en alexandrins) débute ainsi : « Sages de Montpensier, je vous saisis d’un doute,
Pas celui, mesquin, d’être moi-même sous écoute,
Je ne vous écris pas pour défendre mon être,
Mais bien  pour le Secret, préservé dans mes aîtres. »
La suite à apprendre par cœur ici.
Pour l’anecdote, à la réception de ces vers fort bien tournés, j’ai fait remarquer à Sophie Mazas : « Vous avez une belle plume. Je vais vous recruter ! » Réponse de l’intéressée : « J’y penserais bien en cas de reconversion. Mais pas sûre que votre secret des sources soit mieux protégé ! »

Thierry Dupeuble

Olivier Ganivenq, Promeo

Olivier Ganivenq, président du Groupe Promeo (Sète), Noémie Léonard, directrice de l’association Envie Languedoc, et Hervé Bressy, chargé d’affaires promotion immobilière à la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon, signent le premier prêt à impact octroyé par la banque coopérative régionale à un promoteur immobilier. La Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon va financer par le biais d’un prêt à impact le projet immobilier Ôra, une future résidence prestige de 95 logements haut de gamme construite sur le Mont Saint-Clair à Sète. Un « smartbuilding » signé du promoteur sétois Promeo, l’un des bâtisseurs de l’iconique Arbre Blanc, à Montpellier. Le prêt à impact social et environnemental est une offre de financement originale conçue pour valoriser l’engagement social ou environnemental des clients du secteur de l’immobilier et du logement social. Pour chaque prêt à impact souscrit, le taux d’intérêt est indexé sur un objectif de performance extra-financier social ou environnemental. La bonification peut alors être perçue directement par le client ou être reversée à une association. Parmi les thèmes environnementaux proposés pour bénéficier du prêt, Promeo a choisi celui de la mobilité décarbonée en équipant le parking de la résidence de bornes électriques, avec un ratio d’une borne pour 20 places. Promeo percevra une bonification en pourcentage du total d’intérêts perçus. Bonification que le Groupe a choisi de reverser intégralement à l’association Envie Languedoc, association d’insertion par l’emploi qui vise à offrir une seconde vie aux appareils électroménagers en permettant à tous de s’équiper de biens de consommation de qualité à petit prix.

Décodage

Décodage

9

On perce le coffre-fort

Révolution dans l’entreprise. Impacts de la généralisation du télétravail, implication dans la lutte contre le réchauffement climatique, nécessité de prendre en compte des aspirations nouvelles des jeunes générations, marque employeur, aménagements intérieurs des bureaux, rôle de Pôle emploi pour pallier les difficultés de recrutement… La crise Covid est un grand chamboule-tout pour les entreprises du territoire. Qui amène aussi à poser des questions positives.
Enquête de six pages pour Midi Libre (publiée le 17 décembre) sur la façon dont les PME d’ici relèvent le double défi, RH et RSE. A (re)lire ici.
Au sommaire : « La RSE, un outil d’attractivité », « Démarche RSE : de quoi parle-t-on ? » ; « RH : le guide des bonnes pratiques », « Le télétravail cherche encore sa place » ; Florence Doumenc (Biotope) : « Les salariés nous attendent sur la montée en compétences », « Studi crée son écrin à Pérols » ; Zoom sur des entreprises qui s’engagent : Septeo à Lattes, BRL à Nîmes, Vinci Autoroutes sur le chantier de l’A61, Ergosanté à Anduze, Roxim Promotion, FRTP Occitanie Méditerranée avec le programme Hope et Pierre Chavin à Béziers ; Interview de Coralie Dubost, députée LREM de l’Hérault : « Il y a une envie d’agir» ; Zoom sur le label Happy At Work, avec l’interview de Julien Roset, qui rappelle (à juste titre) que « la qualité de vie au travail, c’est plus qu’un baby-foot ».

Alignement des planètes : méfi. L’alignement politique des planètes socialistes, entre Michaël Delafosse, maire de Montpellier, Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault et Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, pourrait ne durer qu’un temps. « Il y aura des dissensions pour les investitures aux élections législatives, indique une source. Carole Delga et Michaël Delafosse ne voudront pas nécessairement les mêmes candidats, car leurs intérêts ne sont pas les mêmes. Quant à Kléber Mesquida, il peut mal vivre le fait que Hérault Logement (Office Public de l’Habitat du Département de l’Hérault) se voie fermer des marchés potentiels, du fait de la fusion entre la Serm-SA3M (aménageur de la Ville et de la Métropole de Montpellier) et ACM Habitat (OPH de Montpellier Méditerranée Métropole). »

Le confort des grands groupes. La procédure d’acquisition d’Endel, filiale d’Engie, par le groupe Altrad est au stade de la consultation du personnel. Une procédure qui n’émeut pas Mohed Altrad, président du groupe éponyme (38.500 salariés). « On sait que la réponse de la consultation du personnel d’Endel sera négative, car il y a une forme de confort à être dans un grand groupe (Engie, NDLR), glisse-t-il le 14 décembre, lors de la présentation des résultats annuels, au GGL Stadium (Montpellier). Mais cette consultation ne changera rien à l’opération. L’acquisition d’Endel par Altrad se fera. »
Altrad retrouve par ailleurs de l’appétit, en affichant une volonté de doubler de taille dans les trois ans. À (re)lire pour Les Échos et L’Hérault Juridique et Économique, ici et ici.

Fonds levés : la perf des startup régionales (1/3). Avec 155 millions d’euros levés en 2020, les start-up d’Occitanie se classent en 3e position nationale des régions les plus dynamiques hors Ile-de-France, derrière les Hauts-de-France (233 millions) et Auvergne-Rhône-Alpes (230 millions), selon le baromètre annuel « Attractivité des métropoles françaises et Résilience des territoires » d’Arthur Loyd France (lire ici). Le broker s’appuie sur les données du cabinet Trendeo, qui définit les start-up comme des entreprises innovantes de moins de 7 ans d’existence. « La croissance économique des régions et des grandes capitales régionales progressent à un rythme plus rapide que l’Ile-de-France. L’attrait pour la province est une orientation longue, qui va s’étaler sur plusieurs années. Ce n’est pas demain que les régions vont dépasser l’Ile-de-France », indique Cevan Torossian, directeur associé du pôle études et recherche d’Arthur Loyd.

Montpellier et Toulouse sur le podium national de l’innovation (2/3). Avec 93,6 M€ de fonds levés par ses start-up en 2020, la métropole de Montpellier arrive à la 2e place nationale (hors Paris) du classement des levées de fonds de startup par grandes villes, derrière Lyon (165,7 M€), et devant Lille (87,2 M€), Nantes (56,9 M€) et Toulouse (54,2 M€), indique le baromètre 2021 « Attractivité des métropoles françaises et Résilience des territoires » d’Arthur Loyd France. Un chiffre boosté par la levée de fonds de Swile (titres-restaurant dématérialisés), en octobre, de 70 M€.
En nombre d’opérations, Toulouse se classe 2e, avec 34 opérations, derrière Lyon (59) et devant Bordeaux et Aix-Marseille (29).
Le baromètre zoom sur le Business Innovation Centre de Montpellier Méditerranée de Montpellier, créé en 1987. « L’incubateur phare de Montpellier propose toute la palette d’accompagnement pour les porteurs de projets à fort potentiel de croissance : coaching, définition de la stratégie, structuration du budget prévisionnel, développement des ventes, préparation à la levée de fonds, workshops thématiques, accès aux réseaux (alumni, investisseurs, centres de recherche…), indique l’étude. De nombreux partenariats avec de grands groupes sont également proposés, à l’image d’Invivo, Orange, Enedis, Dell ou encore Schlumberger. »
Titre du baromètre d’Arthur Loyd : « L’appel des régions ». Pourquoi ce titre ? « La reprise de l’économie n’a pas été uniforme sur le territoire national. Les grands territoires urbains sont bien au rendez-vous de la sortie de crise en affichant les plus fortes créations d’emplois. Mais l’Île-de-France, moteur économique du pays et région la plus peuplée d’Europe, n’a toujours pas retrouvé son niveau d’emploi d’avant-crise », explique Cevan Torossian. Une situation qualifiée « d’inédite, qui démontre que les clés de compréhension habituelles de la résilience des territoires ont volé en éclat avec la pandémie de Covid-19 ».

Explosion à venir des tiers-lieux (3/3). Dans ce baromètre Arthur Loyd, le sociologue Jean Viard livre cette analyse : « Il y a environ 2.500 tiers-lieux en France, mais il en faudrait un minimum de 10.000 car le véritable enjeu est la possibilité d’avoir deux lieux de travail. Le premier serait un lieu près de son domicile, dans lequel se trouve un collectif de travail qui est bâti sur le voisinage et qui enrichit la vie locale. Ces lieux peuvent devenir des espaces de réflexion car l’innovation ne naît pas dans les moments où l’on travaille de manière isolée. Le 2e lieu serait celui de l’entreprise, avec ses bureaux, qui est un autre système par rapport au premier. L’un et l’autre sont en train de s’articuler. L’intérêt dans les tiers-lieux réside dans leur capacité à créer des interactions entre des individus appartenant à des entreprises différentes. »

On n’est pas obligés d’y être. On ne va pas se mentir : on court tous après une notoriété numérique. En ce sens, le réseau social professionnel LinkedIn fait figure de passage obligé. Course folle et un peu absurde, d’un côté. De l’autre, un formidable outil pour partager des contenus, glaner des informations (puisque tout le monde, ou presque, y raconte sa vie) et faire grossir sa communauté. Cela dit, des puissants de ce monde ont fait le choix de ne pas y être. Citons par exemple Mohed Altrad (Groupe Altrad), Patrice Cavalier (Grand M Group : Appart’City, Océanis Promotion, Uxco Group), Olivier et Laurent Nicollin (MHSC et Groupe Nicollin), André Deljarry (CCI Hérault).
Côté politique, les maires de Sète (François Commeinhes), Nîmes (Jean-Paul Fournier) ou Alès (Max Roustan*) n’y sont pas non plus, à la différence de Stéphan Rossignol (La Grande-Motte) ou Michaël Delafosse (Montpellier).
* Et non pas Alex, comme indiqué par erreur dans le mail d’envoi. Vivement les vacances !

Le projet Ville-Port de La Grande-Motte avance

 

Avant Noël, Les Indiscrétions vous emmènent en bord de mer. Le projet Ville-Port de La Grande-Motte (34) avance, avec l’attribution, le 16 décembre, de la concession  » Fages / Baumel  » à la SPL L’Or Aménagement.
Ville-Port est un projet audacieux, au regard des contraintes de la Loi Littoral, strictement appliquée par les services de l’Etat.
Objectif : mettre à niveau la station balnéaire, à l’origine conçue pour un usage strictement touristique, et devenue en 50 ans une ville permanente (10.000 habitants à l’année). Dessiné par l’architecte urbaniste François Leclercq, le projet est porté à bout de bras depuis 4 ans par le maire (LR) Stéphan Rossignol.
Ville-Port comprend l’extension du port de plaisance, le transfert et la modernisation des infrastructures portuaires et de la zone d’activité (chantiers navals) sur un nouveau site, et la création d’un nouveau quartier de 480 logements, dont 30 % de logements sociaux (si si). Un marqueur important pour « LGM », qui souhaite attirer des familles à l’année.

 

Projet Ville-Port de La Grande Motte. ©GOLEM IMAGES

Concession. Lors du conseil municipal du 16 décembre, la Ville de La Grande-Motte a attribué à la SPL L’Or Aménagement la concession intitulée « Fages/Baumel » pour une durée de 12 ans, pour l’aménagement des secteurs de l’avenue Robert Fages, esplanade Baumel, et le secteur dit de la « Colline » qui accueillera notamment 480 logements, dont 1 sur 2 sera proposé à prix maîtrisé. Le coût prévisionnel des travaux inscrits dans la concession s’élève à 43 M€. La SPL intervient depuis plusieurs années dans le pilotage de ce vaste projet. Elle veille, en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage, à en assurer la cohérence globale tant sur les aspects portuaire et économique, la requalification d’espaces publics, la création de logements, que la réalisation des travaux d’extension du port au travers d’un mandat.
Le détail des coûts. Travaux VRD : secteur Baumel, Fages Ouest, Colline : 17,7 M€ / Travaux Bâtiment : Halle nautique et Pôle nautique : 20,7 M€ / Honoraires techniques : 4,6 M€
> Le site internet dédié au projet ici.

Hommage. Le projet prévoit une requalification des quais et des espaces publics permettant de relier les quartiers du Levant et le Couchant par un ruban continu d’1,5 km nommé “Ballade de plage à plage”, ponctué de 8 places et agrémenté de 344 plantations d’arbres.
La Ballade, c’est donc le nom donné à cette future promenade du projet Ville-Port. ‘Ballade’ avec deux “L” pour désigner un poème, un morceau de musique, ou… évoquer, sous forme de jeu de mot, Jean Balladur, architecte de La Grande-Motte.

Misson Racine 2. Porté par le maire Stephan Rossignol (LR) avec le soutien financier de l’Etat et de la Région Occitanie, dans le cadre du Plan Littoral 21, ce projet de réaménagement urbain a été présenté en 2018 comme une extension, sorte de « Mission Racine 2 » de la station balnéaire. Il prévoit de nombreux aménagements urbains avec notamment l’extension du port, la création d’un pôle nautique, un réaménagement de l’espace public permettant de relier les quartiers du Levant et du Couchant, et la création d’un ensemble urbain de 480 logements et commerces.

400 nouveaux anneaux. Le premier volet du projet concerne l’extension du port, avec la création de 400 nouveaux anneaux répartis sur 2 bassins créés au nord et au sud de la presqu’île Baumel agrandie. Cette configuration en deux bassins portuaires, permet de mieux répondre aux demandes de publics différents : les plaisanciers et les professionnels du nautisme. Le port de La Grande-Motte deviendrait ainsi le 3ème port d’Occitanie.

Une halle nautique de 16.000 m2. L’extension de la presqu’île a été pensée pour accueillir les entreprises du nautisme déplacées dans une nouvelle halle nautique d’environ 16.000 m². La construction d’un pôle nautique d’environ 1.800 m² dédié à l’accueil de l’école de voile, le Yacht Club, le Centre d’Entraînement Méditerranée est également dans les tuyaux. La halle d’activité et sa zone technique formeront le Carré Nautique.

©GOLEM IMAGES

480 logements. Le troisième volet porte sur la construction d’un ensemble urbain composé de logements et de commerces. Nommé la « Colline », cet ensemble, situé entre les quartiers du Levant et du Couchant, devrait accueillir à terme 480 logements, des commerces relocalisés et des entreprises. À ce stade, la forme et le détail des logements ne sont pas définis. Cependant, pour s’inscrire dans le dessin historique de La Grande Motte, l’architecte a dessiné un dôme reprenant les lignes de forces du paysage bâti dont le point haut ne doit pas dépasser la Grande Pyramide.

Ville permanente. Un des objectifs du projet est de conforter La Grande-Motte comme ville permanente. Le logement permanent sera favorisé afin d’accueillir de nouveaux Grand-Mottois. Le projet urbain prévoit ainsi 50 % de grands logements ; 30 % de logements locatifs aidés ; 15 % des logements en accession abordable. 85% seront des logements collectifs et 15 % des « maisons de plage » à l’image du Couchant. 2.000 m² de commerces de proximité accompagneront ces logements, en complément de l’offre des boutiques du Miramar et de la zone artisanale.

65 M€ d’investissements. Le coût total du projet est estimé à 65 M€, dont 29 M€ pour l’extension du Port, 16 M€ pour la nouvelle zone technique, 16 M€ pour l’opération urbaine et 4 M€ pour le pôle nautique. 32 % seront financés par les recettes issues de l’opération urbaine, 30 % par les subventions et le delta par les recettes de la nouvelle Zone Technique et les nouveaux anneaux.

Un projet qui fait des vagues. Ce projet d’aménagement ne suscite pas l’adhésion de tous les Grand-Mottois. L’Association vigie citoyenne, « forte de ses 230 adhérents, s’oppose au Projet Ville-Port dans sa version actuelle », peut-on lire sur le site de l’association. “ Il est insensé de construire sur le littoral, il est insensé de construire sur des zones de déferlement, de construire derrière une digue ”, observe Michel Renard, président de l’association, dans un article du 3 octobre. Une opposition qui n’a pas empêché Stéphan Rossignol d’être facilement réélu en mars 2020.

Début des travaux. Le creusement du bassin, les travaux d’extension du port et la reconstruction de la nouvelle zone technique devraient démarrer en 2022. Suivront les aménagements urbains. Le tout devrait durer jusqu’en 2025.

Création d’emplois. À terme, le projet devrait générer 1.100 emplois (emplois directs, indirects et induits). Les entreprises du nautisme pourraient générer 42 M€ de CA (10% du CA de l’industrie nautique régionale) et 320 emplois à horizon 2026.

Planning prévisionnel.

  • 3ème trimestre 2022 : Enquête publique unique / Lancement travaux espaces publics phase 1 (Avenue Pompidou et Fages Est)
  • 3ème trimestre 2023 : Démolition pôle nautique
  • Fin 2023 – Début 2024 : Livraison espaces publics phase 1 (avenue Pompidou et Fages Est)
  • Printemps 2024 au printemps 2025 : Livraison bassin sud + nouvelle aire de carénage / Livraison nouvelle digue ouest
  • Printemps 2026 : Début démolition ancienne zone technique / Livraison bassin nord; halle et pôle nautiques
  • 3ème trimestre 2026 : Premières constructions de la Colline

À relire dans Les Échos sur les enjeux urbains et énergétiques de La Grande-Motte :

  • La Grande-Motte choisit Dalkia pour son réseau de thalassothermie, à lire ici.
  • Comment la Grande-Motte veut rajeunir sa population, à lire ici.
  • Le littoral d’Occitanie engage sa reconstruction, à lire ici.
Plus de décodages ici

Immeuble tertiaire à l’entrée ouest de Nîmes. La Ville de Nîmes propose à la vente un terrain nu d’une surface de 2.313 m2, dont 1.787 m2 sont destinés à un projet d’immeuble « signal », indique une consultation de la collectivité. « La commune souhaite améliorer l’entrée de ville dans laquelle se situe ce terrain, sortie Nîmes Ouest de l’A9, en zone de grand passage. » La Ville de Nîmes veut obtenir, par cette consultation, des « projets audacieux, à l’architecture soignée, faisant du futur immeuble un emblème de l’entrée Ouest de Nîmes. » Mise en vente : 190 €/m2 de surface de plancher. Date et heure limite de dépôt des offres : 21 janvier, 16h.

Encadrement des loyers : détourné ? La mesure d’encadrement des loyers, voulue par Michaël Delafosse à Montpellier et attaquée devant le Conseil d’État par l’Unpi (lire «  Trois questions à », Indiscrétions du 8 novembre, ici), « pourrait être, de toutes les façons, détournée par les propriétaires », indique un observateur. Comment ? « Par une rallonge en liquide, exigée par les propriétaires aux candidats à la location. C’est ce qui se passe déjà à Paris, et qui fonctionne dans les zones tendues. » Une pratique illégale, « mais que les locataires acceptent, si le bien est correct. C’est souvent tellement difficile d’en trouver un… »

Pas Fournès, mais Rivesaltes. Amazon abandonne son projet d’implantation de plateforme logistique à Fournès (Gard), face à une résistance locale déterminée (lire ici). Mais confirme, dans le même temps, son implantation, au printemps prochain, à Rivesaltes (66), avec la création de 140 emplois directs et indirects. L’agence de livraison « réceptionnera des colis en provenance des centres de tri et des centres de distribution d’Amazon. Ce nouveau site sera opéré en partenariat avec des entreprises de livraison indépendantes », indique la filiale française du géant américain dans un communiqué. Plus à lire chez nos confrères de L’Indépendant, ici.

Acquisition.
La Ville de Castelnau-le-Lez fait l’acquisition du fonds de commerce de snack, bar et restaurant dépendant du Palais des Sports Jacques Chaban-Delmas, indique la collectivité ce 20 décembre.

Comex40. Le Medef Hérault Montpellier constitue un Comex40, composé de 15 cheffes et chefs d’entreprise de moins de 40 ans. Arthur Dupuy (fondateur d’Arthur Dupuy SAS) est désigné président d’honneu. Quentin Aoustin (Qanopée Human Experience) est choisi pour le présider et l’animer pour les deux prochaines années. Namrata Patel (co-fondatrice de la startup en IA médicale Onaos) et Jérôme Ferrando (avocat associé au Cabinet Etna) sont désignés vice-présidents. L’idée de décliner à Montpellier le Comex40, qui existe au national, vient de Jean-Marc Oluski, président du Medef Hérault Montpellier. Ce Comex40 a pour objectifs de réfléchir aux grands enjeux sociétaux en anticipant leurs impacts sur les entreprises, de formuler des propositions, d’interagir et débattre avec des personnalités extérieures et des influenceurs, de renforcer les liens et les synergies dans le réseau. « Les travaux vont se pencher sur les questions d’éducation et de formation, explique Arthur Dupuy. Les membres vont auditer des experts et des personnalités. Et un premier rapport des travaux sera présenté dès la fin du 1er trimestre 2022 ».
Les autres membres du Comex40 du Medef Hérault Montpellier : Julien Artigau (Banque Prismea), Cédrik Beaumont (PVB Avocats), Sandro Casagrande (Grotte de Clamouse), Virginie De Capèle (Cap*L), Henri De Capele (Incare), Sandra Grazioli (Prisoners Pg2c Evasion), Samih Khalef (Asics France), Alexandre Kosmala (Main Gauche), Morgane Thélène (Thélène Immobilier), Audrey Mula (Groupe Evidence), Olivier Reynaud (Aive), Thibault Surel (Eleven Audit), Audrey Zapico (Babill’Home).

3 questions à

3 questions à

Hubert Vialatte, journaliste, Agencehv

« Le besoin de décryptages économiques n’a jamais été aussi fort »

 

Ne reculant devant aucune audace, Sarah Nguyen Cao Khuong, qui me supporte depuis 14 mois (record en cours) et monte vaillamment, chaque lundi, les blocs des Indiscrétions, m’a interviewé en cette fin d’année. Histoire de dévoiler un peu ma stratégie – mais pas trop, hein.

En tant que journaliste économique indépendant, as-tu souffert de la crise Covid ?
Curieusement, c’est le contraire. J’ai plutôt été débordé ! Le besoin de décryptages économiques, d’explications claires, de bonnes nouvelles aussi, dans une actualité parfois anxiogène, n’a jamais été aussi fort. Par ailleurs, je pense être identifié comme un journaliste fiable et bien implanté, avec un réseau d’informateurs de qualité, me permettant d’être à la pointe de l’actualité. Cela aide à attirer et fidéliser des médias partenaires. J’en profite pour remercier les titres qui me font confiance. Dans le désordre, Les Échos, L’Hérault Juridique et Economique, Midi Libre, ToulÉco, l’Agence France-Presse, BoisMag, le Journal de la Marine Marchande et le Journal du Dimanche. Collaborer pour cette diversité de journaux est une vraie gymnastique intellectuelle et organisationnelle ! C’est aussi le signe d’une passion pour le métier. Et une exigence, qui suppose de se lever trois à quatre fois par semaine à 5h, pour profiter des instants de calme matinal pour rédiger. Pour répondre de façon chiffrée à ta question, les revenus liés au journalisme ont augmenté de 7 % par rapport à la période au cours de laquelle j’étais rédacteur en chef salarié. Une tendance observée à la fois en 2020 et 2021. On est donc sur une mutation réussie et solide.

Ta communication est très centrée sur ton nom. Est-ce une force ou une faiblesse ?
Un peu des deux. C’est une force car c’est simple à comprendre, et cela me permet de véhiculer directement des valeurs qui me sont chères : le souci d’une information rigoureuse et en relief, la clarté de l’écriture, le goût des autres, l’engagement dans les projets, une expertise dans les animations de débats et les rédactions de contenus, la transmission, la transparence, une liberté et d’indépendance d’esprit. La faiblesse, c’est de me limiter à ma seule personne, sans embarquer dans l’aventure l’équipe qui travaille à présent avec moi, et dont tu fais partie, aux côtés de Fanny Bessière et Amélie Cazalet. Cela ne sert à rien de courir vite tout seul, si l’équipe n’adhère pas au projet. C’est un point de vigilance quotidien pour moi.

Que dirais-tu à la communauté de 5.200 personnes qui reçoivent chaque lundi Les Indiscrétions ?
Un très bon Noël ! Courage (avec la belle-famille) et chocolat. N’oubliez pas de partager Les Indiscrétions autour de vous. Vous êtes nos meilleurs ambassadeurs !
Depuis la création de mon activité, il y a trois ans, j’ai fait beaucoup de belles rencontres, parfois totalement inattendues. Des personnalités que je n’avais pas bien identifiées dans ma précédente vie m’ont ouvert leur porte, dans le secteur privé et public, à Paris, Toulouse, Béziers, Montpellier, dans le cœur d’Hérault, dans le Gard… Ils et elles se reconnaîtront. Le plus beau reste à écrire. Je suis devenu optimiste. Je crois à présent en moi, dans les autres et en l’avenir. Il m’aura fallu 46 ans pour réunir ces trois croyances !

 

La HV Touch

La HV Touch

Conseils RP

Un conseil que je donne souvent aux étudiants de Sup de Com : donnez des éléments de contexte dans vos communiqués. C’est bien de zoomer sur l’actualité d’une entreprise. C’est mieux de nous aider aussi à comprendre le contexte global dans lequel elle s’inscrit, en dédiant un encadré sur les perspectives de business dans le secteur, les actualités réglementaires, les parts de marché de l’entreprise et des concurrents…

La phrase

« L’aviation commerciale n’est qu’au début de son histoire, si nous réussissons à relever le défi de la décarbonation. L’avion constitue le meilleur moyen de se déplacer sans bouleverser notre paysage… mais il émet du carbone. Si l’on ne parvient pas à résoudre ce problème, les pressions sociales et réglementaires vont devenir de plus en plus fortes. »

Guillaume Faury

PDG d’Airbus (Blagnac – 31), le 19 décembre dans le Journal du Dimanche.

On s’en fout

Plus important que le Omicron. Pour la première fois, je finis une année sans avoir perdu de point sur mon permis – on taira le nombre de stages de récupération de points effectués. Remarquez, il faut voir en toutes choses du positif. Ces stages de deux jours (trois désormais) ont fait office de service militaire, moi qui appartiens partie de la première génération à avoir échappé à l’appel sous les drapeaux.
Car on y trouve de tout, dans ces fameux stages : des alcooliques anonymes, des routiers, des commerciaux surmenés, des jeunes pris par la maréchaussée au retour de la fête de village ou du Zubama Night (ne cherchez pas, ça n’existe pas). Ajoutez un hôtel miteux de périphérie et deux instructeurs vaguement dépressifs, mélangez le tout et vous obtenez un service militaire 2.0, version sécurité routière.
J’ai pu d’ailleurs voir, au fil des stages et des années, un inversement de rapport de force. Lors de ma première session, il y a une quinzaine d’années, on écoutait bêtement le tandem psychologue-expert de la route, en admettant peu ou prou nos fautes.
Désormais, c’est la foire d’empoigne : chacun croit détenir la vérité, se lance dans des pamphlets anti-systèmes tendance complotiste, ou au mieux raconte sa vie. Personne n’écoute personne. Le tandem censé nous remettre dans la droite route peine à en placer une. Le progrès, sans doute, apporté par les réseaux sociaux dans le débat d’idées et la construction poussée des arguments.
Mais revenons à nos stops glissés, feux grillés (à l’orange, bien sûr) et autres excès de vitesse – mes trois infractions favorites. Pas de point perdu, donc, à 11 jours du but. Une performance hors du commun. Je ne vois que deux explications : soit c’est un complot international, soit je me fais vieux.

L’œil culture

LOKKO

9

Un peu de culture dans ce monde de brutes, by Lokko

À quelques jours de Noël, nos libraires sont “les otages” d’une situation inédite. Suite à la récente crise du papier, les prix s’envolent, et le marché vit une pénurie sans précédent. Certains livres ne pourront pas être réédités et certains libraires ne seront pas livrés. Y aura-t-il des livres à Noël ? Oui, mais peut-être pas les best-sellers…
 
Sujets de société, innovation et culture à Montpellier : recevez chaque vendredi, gratuitement, la Newsletter de LOKKO.

Au marché

Au marché

9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Le CROUS de Montpellier lance un avis pour le marché de maîtrise d’œuvre concernant : – Le remplacement des réseaux EU-EP-AEP des cités universitaires Arceaux et Triolet – La réhabilitation de la chaufferie et réseaux de la cité universitaire Triolet. 

Le centre hospitalier Alès Cévennes lance un avis pour la mission de maîtrise d’œuvre pour la construction d’une maison médicale de garde Phase de sélection des candidatures de maîtrise d’œuvre. 

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour la démolition de bâtiments sur l’espace naturel sensible départemental ‘Le marais du Cougourlier’ à Saint-Gilles. 

SPL Agate lance un avis pour les travaux de réhabilitation du bâtiment B46 sur la plateforme aéroportuaire de Nîmes-Garons sur la commune de Saint-Gilles. 

La commune d’Aniane lance un avis pour la maîtrise d’œuvre des travaux de réfection de la toiture de l’école maternelle + photovoltaïque. 

La commune de La Grande-Motte lance un avis pour le marché de maitrise d’œuvre relatif à la rénovation et l’optimisation de l’arrosage du golf de La Grande-Motte. 

Montpellier Méditerranée Métropole lance un avis pour les travaux d’installation du nouveau système anti-incendie et des installations de sureté – sécurité au musée Fabre 

Occitanie Ouest 

Le département du Lot lance un avis pour la réalisation de dispositifs de retenue en béton. 

La DIR Sud-Ouest lance un avis pour les travaux d’aménagement du giratoire Gaston Bouteiller sur le secteur urbain de la commune d’Albi  

L’Office Public de l’Habitat des Hautes-Pyrénées lance un avis pour les travaux d’adaptation de logements pour faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite et réparations suite aux sinistres. 

La CPAM des Hautes-Pyrénées lance un avis pour les travaux pour la réhabilitation de l’immeuble du siège de la CPAM du Tarn-et-Garonne. 

SPL Arac Occitanie lance un avis pour l’ordonnancement, pilotage, coordination de chantier pour la rénovation des salles de travaux pratiques Biologie Géosciences du bâtiment 4TP4 à l’Université Paul Sabatier à Toulouse 

SPL Arac Occitanie lance un avis pour les travaux pour augmenter la capacité d’hébergement des internats au Lycée La Roque à Rodez. 

Le CHU de Toulouse lance un avis pour la réalisation de travaux d’humanisation, de mise aux normes des locaux à risques et de mise en accessibilité HAND. 

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine lance un avis pour les travaux de génie civil de la tranchée Nord du tunnel d’accès au Garage Atelier des Daturas. 

La commune de Toulouse lance un avis pour le remplacement des menuiseries du groupe scolaire Alexandre Falguiere. 

Communication 📣

Occitanie Est 

Epic Hérault Culture lance un avis pour l’impression de support de communication. 

Déchets 🗑️

Occitanie Est 

La Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or lance un avis pour l’étude d’optimisation des collectes de déchets et élaboration de circuits de collecte 

La Communauté de Communes de la Vallée de l’Hérault lance un avis pour l’acquisition de véhicules de collecte de déchets ménagers. 

Formation 📚

Occitanie Est 

Le Centre Hospitalier lance un avis pour les formations professionnelles pour le GHT Ouest Hérault. 

Services 📋

Occitanie Est 

La ville de Pérols lance un avis pour le marché de fourniture de matériaux divers pour les services techniques. 

Le conseil départemental de l’Hérault lance un avis pour la mission d’accompagnement à la mise en œuvre de la nouvelle organisation de prise en charge des mineurs et majeurs non accompagnés. 

Port Sud de France lance un avis pour la création, fabrication, pose et dépose d’un stand d’exposition et aménagement d’une soirée évènementielle. 

Le centre hospitalier de Perpignan lance un avis pour les études de programmation et assistance technique a maitrise d’ouvrage. 

La Régie des Eaux de Montpellier 3M lance un avis pour la fourniture, mise en œuvre et maintenance d’une plateforme décisionnelle. 

Alès Agglomération lance un avis pour l’acquisition, installation, télésurveillance et maintenance de systèmes de sécurité intrusion.  

Occitanie Ouest 

L’Office Public de l’Habitat de l’Aude lance un avis pour les services relatifs à la mise en œuvre d’une médiation nocturne dans les quartiers prioritaires de Carcassonne. 

Le département du Gers lance un avis pour la fourniture, transport et mise en œuvre de Matériaux Bitumineux Coulés à Froid. 

La commune de Toulouse lance un avis pour l’acquisition d’horodateurs avec gestion centralisée externalisée, de pièces détachées et pose, dépose et mise en service d’horodateurs. 

L’INSA de Toulouse lance un avis pour la fourniture et installation d’un appareil de microscopie à force atomique. 

Le conseil départemental de la Haute-Garonne lance un avis pour des prestations pour des temps et espaces de dialogue citoyen dans les projets des directions du conseil départemental. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

Le département de l’Aude attribue le marché de mise en œuvre d’un aménagement cyclable le long du Canal du Midi entre le seuil de Naurouze et Argens Minervois au Groupement SAS COLAS / CAZAL SA. Montant maxi annuel : 1 500 000,00 euros. 

CNRS délégation Languedoc-Roussillon attribue le marché de rénovation des façades et remplacement des huisseries de l’IGMM à SARL SOLARES et SAS VIP PLUS. Montant final du marché attribué hors TVA : 567 628,42 euros. 

La Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée attribue le marché de travaux d’aménagement de l’accueil de la Maison de l’Habitat Durable à MAUREL, SOLATRAG, ANDREO CARRELAGE. La suite des titulaires est à lire ici. Montant mini annuel : 206 959 euros. 

La commune de Perpignan attribue le marché de restructuration de l’entrée de Ville ‘Arago’ à Atelier Sites. Valeur totale du marché : 939 030 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de travaux d’assainissement à Socat. Montant mini annuel : 1 967 235,42 euros. 

Le conseil départemental de l’Ariège attribue le marché d’accord-cadre relatif à la réalisation de travaux de chauffage, climatisation, Vmc, plomberie, sanitaires dans les bâtiments départementaux à SARL ALLIASERV PYRENEES ENERGIE. Montant final du marché attribué (H.T.) : 2 800 000 euros. 

La Région Occitanie attribue le marché de dépannage et entretien des équipements de génie climatique des lycées de la Région à Spie Facilities, Climater Maintenance Sud-Ouest, Mgc sarl et Bouygues Energies Et Services. Valeur totale du marché (H.T.) : 3 608 000 euros. 

SA3M attribue le marché de mission de maitrise d’œuvre pour les travaux d’infrastructures de VRD et de traitement paysager des voiries et espaces publics dans le cadre de l’aménagement de l’Eco quartier des Capitelles à Frayssinet Conseils et Assistance et Emmanuel Guillemet Paysagiste DPLG. Valeur totale du marché : 266 992 euros. 

La Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée attribue le marché de concession d’aménagement de l’Ilot Brescou sur Agde dans le cadre du Nouveau Programme national de Renouvellement Urbain à Promeo. Valeur totale de la concession : 824 257 euros.

Plus de marchés ici

La commune de Perpignan attribue le marché de maintenance des alarmes intrusion, des alarmes incendie / désenfumage mécanique, du contrôle d’accès, de l’extinction automatique et du désenfumage naturel des bâtiments à Electricite Industrielle Jp Fauche et Az Incendie. Valeur totale du marché (hors TVA) : 1 630 000 euros.

La Communauté de Communes du Grand Orb attribue le marché de travaux de réhabilitation et extension de la déchèterie de Bédarieux à ROGER JEAN, GRPT Le MARCORY/FERRINI, AGEC et TRAVESSET. Montant final du marché attribué : 810 960 euros. 

Perpignan Méditerranée Communauté attribue le marché de maitrise d’œuvre relatif au plan de rénovation de l’éclairage public du Pôle Salanque et du Pôle Grand Ouest à Roussillon topo Ingenierie Rti. Valeur totale du marché : 190 454 euros. 

La ville de Béziers attribue la concession d’aménagement pour le renouvellement urbain du centre-ville à VIATERRA. Valeur totale de la concession : 38 085 000 euros. 

Territoire d’énergies Lot-et-Garonne attribue le marché d’électrification, d’éclairage public, d’éclairage d’infrastructures sportives, de signalisation lumineuse tricolore, et de réseaux de télécommunication à Bouygues Energies et Services, Copland, Citelum et Spie Citynetworks. Valeur totale du marché (hors TVA) : 89 600 000 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de travaux pour l’opération de réhabilitation et modernisation de la pépinière d’entreprises du centre Pierre Potier à QUERCY CONFORT, EIFFAGE ENERGIE SUD OUEST et ETANDEX. Montant final du marché attribué (H.T.) : 885 901,5 euros. 

La ville de Nîmes attribue le marché de travaux de démolition de bâtiments municipaux à BUESA. Valeur totale finale (H.T.) : 399 994 euros. 

Le département du Tarn attribue le marché de mission de maîtrise d’œuvre pour les travaux de rénovation énergétique de l’Hôtel du Département à Albi à Otce Midi Pyrenees. Valeur totale du marché : 326 865 euros. 

BRL attribue le marché de programme d’extension du réseau hydraulique régional : Aqua Domitia tranche 3 à GTIE PROVENCE. Valeur totale du marché : 875 000 euros. 

La ville de Nîmes attribue le marché d’AMO pour la mission de coordination, pilotage, animation et suivi social pour l’opération de recyclage de la copropriété du portal à CITEMETRIE SAS et AAMO. Valeur totale du marché : 344 141,67 euros. 

La ville de Tarbes attribue le marché de fourniture de mats d’éclairage public à Petitjean. Valeur totale du marché : 120 000 euros. 

Sète Thau Habitat attribue le marché d’accord-cadre de maîtrise d’œuvre pour la réalisation des futures opérations de constructions neuves et d’acquisitions-améliorations à Agence Delgado, Scp Clair, Archiz et Jf Lamarre Architecture. Valeur totale du marché (H.T.) : 876 000 euros. 

La commune de La Grande-Motte attribue le marché de fourniture, pose et maintenance du système de vidéo protection à Ineo Infracom. Valeur totale du marché : 1 000 000 euros. 

La Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée attribue le marché de travaux d’extension et de réhabilitation des réseaux d’eaux humides à Solatrag. Valeur totale du marché : 2 800 000 euros. 

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché de fourniture et transport de Graves Non Traitées (Gnt), Graves Traitées (Gt) stériles de carrière, Sb et Grv pour l’entretien du réseau départemental à Etpa. Valeur totale du marché : 960 000 euros. 

La Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée attribue le marché de travaux pour divers aménagements de l’usine de traitement des déchets de Valorbi à SCOP ALKAR SARL, DELTA AUTOMATISME, PRECIA MOLEN et BRAULT TP. Montant mini annuel : 182 497 euros. 

L’agenda

i

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Enquête sur la construction bois, pour BoisMag : l’état du marché, l’évolution des approvisionnements, l’évolution des produits au service de la construction (logiciels, machines à commande numérique, connecteurs, produits d’ingénierie…). Parution en décembre.

À suivre en ligne

JANVIER

Jeudi 13 janvier à 18h30 : 

Concert « pour une année joyeuse », organisé par le Medef Hérault Montpellier au profit de l’association Café Joyeux Montpellier, au Palais des Congrès, à La Grande-Motte. Plus d’informations et inscription ici.

Lundi 17 et mardi 18 janvier :

Version digitale du salon professionnel Millésime Bio, organisé par SudVinBio, l’association interprofessionnelle des vignerons bio d’Occitanie. Accès illimité en ligne 24/24. Plus d’informations et inscription ici.

Du 24 au 26 janvier :

29ème édition du salon professionnel Millésime Bio, organisé par SudVinBio, au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 27 janvier :

Rencontre-débat « La santé numérique en mouvement », animé par Emilie Rauscher et organisé par l’IMT Mines Alès, l’IMT et la Fondation Mines-Télécom, au 6 Avenue de Clavières (Alès). Inscription gratuite obligatoire ici.

Plus d'événements ici

Jeudi 27 janvier à 14h :

Rendez-vous Éco « Silver économie : les seniors une opportunité de croissance pour les entreprises et les territoires », organisé par Nîmes Métropole, dans l’hémicycle de l’hôtel Communautaire (3 rue du Colisée, Nîmes). Inscription ici, retransmis en live sur la page Facebook de Nîmes Métropole.

Voilà, c’est tout pour cette semaine.
Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite.
Vos données ne seront pas communiquées à des tiers.
Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Hausse des Thau d’intérêt

Le préfet de l’Hérault Hugues Moutouh va (essayer de) rassurer l’acte de bâtir, la suite des Folies architecturales présentées là où elles ont commencé, le MHR dix ans après le MHSC sur le toit de la France, la technologie de reconnaissance vidéo d’EasyPicky rend intelligents les inventaires, pourquoi Nexity met la main sur Angelotti, et plein d’autres palabres urbaines.
« Hausse des Thau d’intérêt », Les Indiscrétions de la semaine du 27 juin sont à croquer en cliquant ci-dessous.
Courage et chocolat !

lire plus

Un trentenaire toujours geek

Les 10 ans du Labex Entreprendre, la Socri ne veut pas de Primark à Odysseum, de la blockchain dans le vin, Perrier qui réouvre son musée à Vergèze, les Grands Prix de l’Immobilier qui approchent, pourquoi notre Thau d’intérêt augmente, et plein d’autres palabres urbaines.
« Un trentenaire toujours geek », Les Indiscrétions de la semaine du 20 juin sont à croquer en cliquant ci-dessous.
Courage et chocolat !

lire plus

Joue-la comme Tebib

Les plans anti-sécheresse de BRL, la ville du quart d’heure de Carlos Moreno, un premier B2B Rocks réussi (« un événement en anglais à Montpellier ! », dixit un participant taquin), et pleins d’autres palabres urbaines.
« Joue-la comme Tebib », Les Indiscrétions de la semaine du 13 juin sont à croquer en cliquant ci-dessous.
Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.

Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.

Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. 

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus

Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.

PAS ENCORE ABONNÉ-E

AUX INDISCRÉTIONS ?

 

Recevez chaque lundi à 18h18, gratuitement, Les Indiscrétions sur votre boîte mail

Politique de confidentialité

Inscription réussie

Share This