Moutouh dit toutSemaine du 22 novembre 2021

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche

9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Olivier Giorgiucci, FRTP Occitanie

Le président de la FRTP Occitanie Méditerranée organise les Assises des TP, ce 24 novembre au Pasino de La Grande-Motte à partir de 17h, avec l’explorateur Jean-Louis Étienne en grand témoin. Une table ronde portera sur la décarbonation des infrastructures. En introduction de la table ronde, le Toulousain Bruno Cavagné, président national de la FRTP, rappellera le rôle des travaux publics dans la transition écologique et la décarbonation, et l’enjeu de la mesure de l’efficacité des investissements réalisés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Plusieurs témoins sur cette table ronde. Par exemple, Nicolas Garcia (CD 66) détaillera par exemple la requalification environnementale et paysagère d’une route située au-dessus de Collioure ; Christophe Rivenq (Alès Agglomération) expliquera le plan de lutte de sa collectivité contre les fuites d’eau et les économies générées en matière d’éclairage public ; François Demangeot, première vice-président du Smmar (syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières, EPTB Aude), insistera sur la nouvelle façon d’appréhender les crues, en aménageant le territoire en accord avec la nature, et non plus contre elle. Plaisir d’animer les débats, aux côtés de Jean-François Boyer (JFB Production), qui assurera le fil rouge des Assises des TP.

Rémi Roux, Urscop

Après avoir co-présidé l’Union régionale des Scop (société coopérative de production) et Scic (société coopérative d’intérêt collectif) Occitanie pendant deux ans, Rémi Roux est élu président de la structure lors du conseil d’administration. En 2003, avec deux amis d’école, Rémi Roux créé la Scop Ethiquable, une entreprise coopérative citoyenne et solidaire basée à Fleurance (Gers) qui conçoit et fabrique des produits alimentaires bio et issus du commerce équitable. En 2020, ce sont plus de 30 millions de produits de la marque qui ont été vendus dans 10 000 supermarchés en France. Et avec la construction d’une chocolaterie à Fleurance en 2020, c’est la production principale qui a été relocalisée dans le Gers.
L’Urscop Occitanie (implantée sur deux sites à Toulouse et Montpellier) compte 608 sociétés coopératives et établissements, et représente 8.221 emplois coopératifs et 800 millions d’euros de chiffre d’affaires.
Rémi Roux est, par ailleurs, membre fondateur du Mouvement des Entrepreneurs Sociaux (Mouves) en 2009.

Fabien Gonzato, Socri Reim (encore)

À 36 ans, Fabien Gonzato rejoint Socri Reim (immobilier commercial, Montpellier) en tant que directeur administratif et financier, membre du comité stratégique. Diplômé de Sciences Po Paris et de l’université L. Bocconi (Milan), il débute sa carrière au sein du Groupe Société Générale en 2009 à l’Inspection Générale où il progresse pendant 9 ans jusqu’à devenir Inspecteur Principal. Il rejoint ensuite la banque d’investissement de la Société Générale et son département des financements structurés immobiliers, servant les grands clients de la banque sur l’ensemble du spectre immobilier (bureaux, centre commerciaux, logistique, résidentiel) en France et au Benelux.

Florence Lambert, Genvia

Le 16 novembre, la PDG de la société de projet Genvia reçoit à Béziers le président de la République Emmanuel Macron, sur le site de Genvia/Cameron, future gigafactory (grande usine, en français) d’électrolyseurs dédiés à l’hydrogène décarboné. Le chef de l’Etat a annoncé une aide de 200 M€, pour un investissement qui sera en réalité bien supérieur à terme, autour du milliard d’euros. 500 emplois directs seront créés autour de cette nouvelle filière à Béziers. Une perspective juteuse pour l’ouest Hérault, à condition que les acteurs se mettent en ordre de marche – l’un des thèmes qui sera abordé sur le salon Intersud (CCI de l’Hérault), ce 24 novembre au Parc des Expositions à Béziers, lors de deux tables rondes consacrées au développement de l’industrie verte, que j’aurai le plaisir d’animer. Zoom sur la filière hydrogène régionale, avec le Plan de la Région Occitanie, dans Midi Libre, ce 19 novembre, ici.

Fanny Bessiere

Fanny Bessière, Agencehv

Fanny Bessière rejoint Agencehv ce 22 novembre, au poste de chef de projet (création de poste). Elle était jusqu’à présent chargée de communication & relations presse au sein du service marketing/communication/billetterie de la SPL Occitanie Events (Parc Expos Montpellier et Sud de France Arena),
Agencehv (Montpellier), présidée par Hubert Vialatte, est spécialisée dans l’information économique, l’animation d’événements, la rédaction de contenus journalistiques et la formation aux techniques d’écriture et à la culture média. Plus à lire ici.
C’est aussi l’occasion de remercier toutes celles et ceux qui me font confiance, que ce soit depuis l’enregistrement des bagages, la salle d’embarquement, le tarmac ou, plus récemment, lors de la phase de décollage. Merci aussi à celles et ceux qui ne me font pas, plus, ou pas encore, confiance : d’une certaine façon, vous faites également partie du vol !

Ryma Khaleche, FDI Groupe

Elle rejoint FDI Groupe au poste de chargée de programmes aménagement après 13 années passées au service juridique de la Société d’Equipement de la Région de Montpellier (Serm). Implanté à Montpellier depuis 1913, FDI Groupe est un acteur majeur de l’immobilier régional. Le groupe dirigé par Mathieu Massot réunit tous les métiers de l’immobilier et compte 205 collaborateurs pour 102 millions d’euros de CA. Un groupe qui se différencie par son statut coopératif en consacrant un tiers de ses résultats à des actions de missions sociales engagées dans les politiques locales de l’habitat aux côtés des collectivités, soit 1,6 M€ en 2020. Dans l’actualité récente, l’enceinte sportive René Bougnol (handball) a été rebaptisée FDI Stadium.

Simon Menant, Polygone Béziers

Il est promu au poste de directeur d’exploitation adjoint des sites commerciaux de Socri Reim et au poste de directeur de centre du Polygone de Béziers. Simon Menant a intégré le groupe Socri Reim il y a plus de trois ans en tant que responsable technique avant de devenir en janvier 2020 directeur technique et sécurité adjoint du Polygone Béziers. Parmi ses nouvelles attributions, il aura la tâche « d’optimiser la coordination et la mutualisation du travail interservices sur le Polygone de Béziers, en s’appuyant sur les équipes exploitation, marketing, commerciale et Asset Management », peut-on lire dans Midi Libre le 20 novembre. Pour rappel, Socri Reim est un groupe indépendant, expert en urbanisme commercial, détenu à 100% par son président, Nicolas Chambon.

Anne-Laure Borras, domaine du Nouveau Monde

Elle est élue vigneronne de l’année dans le Languedoc par le guide Hachette des vins 2022, apprend-on dans Midi Libre Béziers, le 20 novembre. La jeune femme, qui exploite avec son mari Sébastien Borras un domaine familial de 20 hectares à Vendres (Hérault), Le Nouveau Monde, est récompensée pour son travail de la vigne et de la terre en bio (depuis 4 ans). Sont également à l’honneur dans cette édition du célèbre guide deux cuvées réalisées au domaine : Carabènes et l’Estanquier. L’an passé déjà, le guide avait eu un coup de cœur pour la cuvée d’exception Gabriel Emile.

Jean de Rivières, Ubisoft

Décidément, tout sourit à Béziers en matière d’attractivité économique en cette fin d’année. Après l’annonce de Macron pour le développement de Genvia, le 16 novembre (lire ci-contre, Florence Lambert), Ubisoft officialise, le 18, le lancement, en 2025, de son premier « centre immersif », au Domaine de Bayssan, à l’ouest de Béziers. L’idée est de faire vivre, grandeur nature, l’univers de ses jeux vidéo. De quoi lancer le futur complexe dédié aux industries culturelles et médiatiques du Toulousain Bruno Granja, annoncé à l’automne 2020. Jean de Rivières, vice-président d’Ubisoft en charge du développement, évoque un « projet ambitieux, qui va mettre du temps. On est dans l’univers de l’immobilier. Ce sont des contraintes que l’on découvre ! » Commentaire évident mais judicieux d’un acteur héraultais : « Si Ubisoft porte ce projet à Béziers, c’est parce qu’ils y ont trouvé un foncier disponible. » Le détail du projet d’Ubisoft à lire cette semaine dans l’Hérault Juridique et Économique et Les Échos.

Décodage

Décodage

9

On perce le coffre-fort

600 M€ en 5 ans. Présentation, ce 23 novembre, par Yves Michel, président du Syndicat mixte du bassin de Thau (Hérault), du Contrat de gestion intégrée et de transition écologique 2020-2025. Porté par 4 agglomérations, les associations, les citoyens, les chercheurs et les élus, le CGITE mobilisera 600 M€ sur 5 ans autour de la transition écologique, dans un territoire particulièrement concerné : prévention des inondations, activités portuaires, protection du bassin de Thau…

Livraison par drones. Le constructeur de maisons individuelles Maisons Vertes (Aude) prévoit l’aménagement de plateforme de réception de colis par drone. « Ce type de livraison n’est pas encore bien cadré et n’est pas légal en France, mais nous anticipons le futur de la livraison de colis par voie aérienne », indique César Baudoux, DG.

On va en parler. Deux anciens maires de Lamalou les Bains seront devant le tribunal de Béziers du 1 au 3 décembre pour homicide involontaire à la suite des inondations meurtrières du 17 septembre 2014, qui avaient fait 4 morts.

Stock bas. « Avec un stock de 1.600 logements, il y a moins de six mois d’offres en immobilier neuf dans la métropole de Montpellier, avec en corollaire une flambée des prix, s’inquiète Pierre Raymond, DG de Sogeprom-Pragma (promotion immobilière). Pour contrecarrer le phénomène, il n’y a pas d’autre choix que d’alimenter l’offre en secteur aménagé, puisque le diffus est pour l’instant gelé. Le rythme de lancement de concours par la Serm n’est pas suffisant, sachant que 2.000 lots par an devraient être lancés en consultation pour répondre au marché. » Laurent Villaret, président de la FPI Occitanie Méditerranée, donne un point presse ce jeudi matin. 

Moutouh dit tout

53 ans, belle allure et haut niveau (un préfet, quoi), Hugues Moutouh, professeur de droit, haut fonctionnaire, préfet de l’Hérault et essayiste, a fait feu de tout bois, jeudi 18 novembre au Domaine des Grands Chais à Mauguio, dans le cadre d’un dîner-débat du Cercle Mozart (président : Jean-Marc Maillot).

©Mario Sinistaj / pour Le Cercle Mozart

Controverse. « Je ne vais pas la jouer haut fonctionnaire, je vais parler cash, très direct. J’aime la controverse. J’ai une conception très active de mon rôle de préfet. Je suis un acteur engagé. L’État mérite des acteurs engagés, au service de l’intérêt général et de nos compatriotes. »

Lucien Bonaparte.
« Concourir à la prospérité nationale et à la tranquillité de vos administrés » : Hugues Moutouh souscrit « à 200 % » à l’instruction donnée en son temps par Lucien Bonaparte aux nouveaux préfets. « Le problème n’est pas de gouverner autrement, mais de gouverner pleinement. C’est ce qu’attendent nos administrés. Le préfet est le patron incontestable des services de l’État sur le territoire. Il est nommé en conseil des ministres par le Premier ministre, ses missions sont définies par la Constitution (article 72). Il est le seul fonctionnaire à présenter cette particularité, qui est très grande. »

Les dépêches AFP. « Il faut aujourd’hui un rapport à la prise de décision différent. On ne gouverne plus en 2021 comme à l’époque du Général du Gaulle. On exerce nos missions sous le regard permanent des réseaux sociaux, des dépêches AFP (Agence France Presse). C’est plus compliqué de devoir rendre des comptes en temps réel. On est obligés d’anticiper la réaction des citoyens, y compris les plus minoritaires, qui sont souvent les plus actifs. Je suis en permanence en quête d’une légitimité pour agir. Le fait que le président de la République ait été élu ne fait plus sa légitimité. On doit rechercher l’adhésion de nos concitoyens, en permanence. C’est très difficile. Mais je ne dois pas pour autant me compromettre. Gouverner, c’est contraindre : ma vision est pompidolienne, c’est le chemin pour rejoindre l’intérêt général et le bien commun. »

Impartialité et encore l’AFP. Qu’apporte l’État territorial ? « Une impartialité, en dehors de clientélisme local, l’application du strict respect de l’égalité devant la loi de tous les concitoyens. L’État territorial est un frein à l’hubris que peuvent ressortir certains élus (sic) », affirme Hugues Moutouh. C’est la raison pour laquelle « nous restons aussi peu longtemps. C’est vrai que c’est un arrachement à chaque fois, de devoir partir. On n’est pas dans le confort. On reste peu. Mais ces passages courts nous permettent de conserver une objectivité, à travers une impersonnalisation du pouvoir que l’on exerce. » Précisons que les journalistes de l’AFP, auteur des fameuses dépêches citées plus haut, sont soumis au même régime. On fait tourner, pour éviter toute collusion.

Nucléaire.
Côté énergie, le préfet est « partisan du nucléaire, une énergie propre, décarbonée, 4 fois moins productrice de gaz à effet de serre que le solaire, et 70 fois moins que le charbon. 67 % de l’énergie est d’origine nucléaire en France ».

Juste un peu. Il confie s’intéresser aux éoliennes off shore, alors que plusieurs parcs commerciaux sont à l’étude au large des côtes de l’Occitanie, dans l’Aude, les Pyrénées-Orientales et l’Hérault. « La Méditerranée offre des avantages : beaucoup de vent, et des vents réguliers. C’est une source qui n’est pas inintéressante. » Les opposants ? « Il faut un peu de la population… Juste un peu. Si on cherchait tout le temps à avoir une adhésion totale, on n’aurait pas le nucléaire qui permet à vos entreprises d’avoir des factures d’électricité allégées de 25 %, et aux ménages français de payer l’électricité 70 % moins cher que les ménages allemands. Je suis pour un mix énergétique, avec un nucléaire fort. »

« Les objectifs du ZAN (zéro artificialisation nette), je n’y crois pas. » « D’ici à 2030, le foncier artificialisé devra être divisé par deux, pour atteindre la zéro artificialisation en 2050, rappelle l’urbaniste Pierre Tourre. Cette contrainte implique une densification des zones urbaines, alors que l’on promeut le développement des espaces verts dans les villes. Comment concilier des objectifs apparemment contradictoires ? »
Réponse habile de Moutouh : « Le Zéro artificialisation nette est un principe important. En France, on consomme tous les ans 20.000 ha. Dans l’Hérault, 17.000 ha ont été consommés sur 30 ans. 52 places de parking sont artificialisées chaque heure dans l’Hérault. Que serait le département de l’Hérault, serait-il autant attractif, si on avait un réseau urbain partout ? Tout le monde est content d’aller se promener dans les hauts cantons. » Thèse, et antithèse. « Il y a néanmoins un problème, avec une pression démographique dans l’Hérault (+ 14.000 habitants par an), un des trois ou quatre premiers départements de France, avec la Gironde et la Haute-Garonne. Avec la Loi Littoral, beaucoup de zones inondables, beaucoup de forêts (aléas feux de forêts)… Quand on fait l’addition, la question se pose : on les loge où, tous ces gens qui arrivent ? » Synthèse : « Le ZAN ne veut pas dire pas de consommation du tout.  Avec une pression démographique très forte, et le fait que l’on n’arrive plus à construire, pour beaucoup de raisons, le – 50 % en 2030, je n’y crois pas du tout. On ne va pas loger les gens sur la mer. Je sais que les DDTM prônent des applications strictes de la loi. Je serai davantage dans l’échange avec les élus. On trouvera des accommodements raisonnables. Disons que l’on se fixe des objectifs politiques pour se mobiliser, pour responsabiliser les collectivités. On ne peut plus autoriser l’étalement urbain comme cela a été le cas pendant des décennies. Mais en même temps, la densification a ses limites. Je ne veux pas construire des Mosson partout dans le département. Ne pourrait-on pas être audacieux, et renouer avec aménagement du territoire ? On a vu sortir de terre La Grande-Motte en 10 ans, dans les années 60. Pourquoi ne pas créer de nouvelles villes nouvelles ? En tout cas, on ne peut pas avoir des textes si éloignés des réalités locales. Le rôle des élus est à ce titre essentiel dans les échanges avec les gouvernants, car on a besoin de gouvernants qui soient au fait des réalités des territoires. »

Aéroport de Montpellier : pas digne d’une métropole. « Quand je me rends à Paris sur une journée, le dernier avion du retour décolle à 18h30, ce qui fait quitter les réunions à 16h. Dans les autres métropoles, à Lyon, Toulouse, Nice…, les derniers retours se situent à 21h. Ce sont des horaires conformes à une véritable métropole, qui a des ambitions économiques et de rayonnement », tacle-t-il, sachant que l’État est actionnaire majoritaire (60 %) de l’aéroport Montpellier Méditerranée.
« Nous avons un vrai sujet, ajoute Hugues Moutouh. Il y a 10 aéroports en Occitanie. C’est beaucoup trop, alors que les plateformes de Marseille et Barcelone ne sont pas loin. Il faudra remettre de l’ordre. J’ai des idées très claires, avec la nécessité d’un aéroport à Toulouse et d’un autre à Montpellier. Mais on n’obtiendra rien en imposant. Les choses doivent se faire en discutant. Après, si les Français veulent payer… Car c’est ce qui se passe aujourd’hui, en subventionnant des compagnies aériennes. Mais des plateformes risquent de mourir à petit feu. Il faut accepter de ne pas saupoudrer et aider tout le monde, car on est face à une concurrence internationale. Je crois dans les métropoles. Si Montpellier veut s’affirmer comme une vraie métropole, 3M doit être beaucoup plus impliqué dans la gestion de l’aéroport, et il faut des lignes régulières pour aller à Paris. Aujourd’hui, on se bat un peu pour survivre. Comment faire une Med Vallée sans ligne aérienne ? »

Le port de Sète « doit être une priorité régionale ». Interrogé sur le port de Sète, propriété de la Région Occitanie, Hugues Moutouh a dépeint l’infrastructure comme « une chance fabuleuse pour le territoire, le 2e port de la Méditerranée française après Marseille. Il doit être une priorité régionale. Le port de Sète mérite des millions d’euros sur la table (note : supplémentaires la Région Occitanie et des opérateurs privés ayant déjà investi plusieurs centaines de millions d’euros, et s’apprêtant à lancer le chantier de la nouvelle gare maritime). »

Expulsions. Qualifié de préfet-bulldozer, Hugues Moutouh n’y va pas par quatre chemins. « Le démantèlement d’un campement illégal à Montpellier a déchaîné des passions médiatiques. Mais je ne fais qu’appliquer la loi, tout bêtement la loi (salve d’applaudissements dans la salle). Et un étranger en situation irrégulière n’a pas à rester sur le territoire national. C’est violent, ce que je dis ! Pourquoi devrais-je prioriser les étrangers en situation irrégulière dans les relogements d’urgence ? On marche sur la tête. Alors, je déplais à qui ? A quelques médias, à la bureaucratie, et au milieu associatif, qui n’est pas assez challengé. Je veux créer des indicateurs de performance. Quand je subventionne une association, je veux savoir ce qui est fait de l’argent public. On me dit ‘travail d’insertion’ : parlons-en ! Comment cela se traduit ? Une bonne insertion, c’est une vraie scolarisation, régulière, c’est l’accompagnement vers un emploi durable, pour être en capacité de se loger. »
Sur les expulsions et les démantèlements, qui font, il est vrai, frémir certains de mes confrères épris de générosité – même s’ils ne sont pas les premiers à payer leur tournée au bistrot, soit dit en passant -, « je vais vous dire : je vais continuer. Il y a une dizaine de campements illégaux dans l’Hérault, et je ne parle pas du nombre de squats, très important, souvent par des personnes en situation irrégulière. On va démanteler l’ensemble des campements, et on évacuera des squats, dès que cela sera possible d’un point de vue juridique, et le droit permet beaucoup de choses. La métropole de Montpellier prend sa part dans l’accueil de la misère du monde. Elle apporte son écot, sait se montrer accueillante. Il faut savoir dire stop. D’autant plus que je suis confronté à des demandes permanentes de logements ».

« Humanisme pénal ». « Sur la police et la gendarmerie, on est arrivés au bout du bout, estime Hugues Moutouh. Je mesure leur engagement et la nature de leur action depuis très longtemps. Il faut voir désormais l’aval, à savoir l’exécution des peines, dont le terme est d’ailleurs très connoté. On est passé du terme ‘exécution’, à celui d’application’ dans les années 70, puis à celui d’aménagement’. Cette évolution sémantique s’inscrit dans une sorte d’humanisme pénal. On croit en la rédemption, on sous-entend que la prison n’est pas la solution, et serait un obstacle à la réinsertion. Tout le monde, y compris les politiques, ont contribué à cette vision philosophique de l’homme, de la société et du droit pénal. Moi, je crois en la prison, en la neutralisation. La société doit se protéger, retirer du circuit, mettre hors-jeu, les fauteurs de troubles. Avec un taux d’incarcération de 105 / 100.000, la France détient un taux moyen en Europe. Je pense qu’il faut faire un peu plus. Je suis un partisan de la construction de nouvelles prisons par des acteurs privés. Je ne comprends pas, d’ailleurs, pourquoi il faut 10 ans pour construire une prison. Il faudrait 30.000 places de prison supplémentaires. D’autant plus que nous avons un grave problème de surpopulation, avec 116 prisonniers pour 100 places. On est très hypocrites sur ce sujet des prisons. Personne ne veut vraiment dépenser beaucoup d’argent là-dedans, en y intégrant par exemple des salles de sport, et en développant des moyens efficaces de réinsertion. On se dit sans le dire : ‘Ce serait dégoûtant, avec tout ce qu’il y a à faire par ailleurs’. Mais à un moment, il faut accepter qu’il y a un prix à payer pour l’incarcération et la réinsertion.

Mais qu’a fait la police ? D’après Moutouh, la crise sanitaire a été « très bien gérée » par l’État français. « Les collectivités l’auraient moins bien géré, lance-t-il. Heureusement que c’est l’État qui a géré la crise. » Anecdote sur les stocks de masques qui restaient des réserves constituées du temps de Roselyne Bachelot : « Tous les masques de la police avaient disparu. Je ne sais pas ce qu’ils en avaient fait ! Les avaient-ils revendus ? Je ne veux pas savoir (sourire). Les gendarmes, eux, avaient gardé tout leur stock de masques. »

Robert Combas. Un projet de musée Robert Combas, célèbre peintre sétois, serait dans les cartons, a glissé le préfet entre le plat et le dessert. « J’aime la violence de ses œuvres, il a une véritable marque. Associer cette marque à Montpellier pourrait rajeunir une vieille institution vénérable (allusion au Musée Fabre) ou dans une institution qui lui serait propre. »

Tourisme professionnel. Interrogé par Samuel Hervé (Medef Montpellier Hérault) sur la réforme de l’assurance-chômage, Hugues Moutouh a répondu qu’il fallait instaurer un « rapport de force », avec des personnes « qui font du tourisme professionnel, en alternant volontairement périodes d’activité et d’inactivité. Passer de 4 à 6 mois pour ouvrir les droits au chômage, ça va embêter beaucoup de monde dans cette population, et cela va rendre plus attractif le travail. »

Aspirations. Joseph Sanfilippo, directeur de Pôle emploi dans l’Hérault, a par ailleurs rappelé aux entreprises les nouvelles solutions mises en place pour pallier les difficultés de recrutements, notamment « des formations courtes et des méthodes de recrutement par habileté ». Tout en sensibilisant les dirigeants sur les nouvelles attentes des employés. « Il y a 20 ou 30 ans, la valeur travail seule avait un sens. Aujourd’hui, il vous faut prendre en compte les aspirations, qui se rajoutent aux métiers proposés dans les entreprises. » À l’heure de la reprise, Pôle emploi entend « travailler sur les publics les plus fragiles. Car s’ils sont les plus touchés par la crise, ces publics-là sont également ceux qui restent toujours aussi fragiles avec la reprise ». En gros : ceux qui auraient le plus besoin de bénéficier des effets de la reprise sont les derniers à en bénéficier. Y a pas de justice.

Parité. Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de 3M, demande que soit mise en place la parité au sein du Cercle Mozart, réseau d’influence il est vrai principalement masculin. « Nous ne pouvons pas accepter ce chantage », s’insurge Michel Fromont, président d’honneur du Cercle Mozart, qui fait valoir la liberté de l’association et refuse toute « mise sous tutelle ». Les choses changent néanmoins : jeudi soir, des femmes ont posé des questions au préfet, l’animateur prenant le soin, à chaque fois, d’annoncer au micro : « Et maintenant, une question posée par une femme ». Heureusement (pour l’organisateur), Marlène Schiappa ne faisait pas partie des quelque 300 convives.

Plus de décodages ici

Acquisition immobilière. L’ensemble immobilier de bureaux ID Balma situé dans l’écoquartier Vidailhan, au sein de la Zac Balma-Gramont, à l’est de la métropole toulousaine, change de main.  Inea, foncière spécialiste du green building a annoncé son acquisition auprès de Midi Foncière 2. Cet ensemble comprend deux bâtiments en R+4, offrant 5 334 m2 de surface utile et 162 places de parking. Achevés respectivement en 2015 et 2017, ces deux bâtiments sont loués à plus de 80 % à des entreprises de premier plan, comme Sodexo, Deloitte et la plateforme de crowdfunding Wiseed. Au 30 juin 2021, le patrimoine d’Inea est constitué́ de 71 sites immobiliers représentant une surface locative totale de 392 500 m2 et une valeur de 974 M€, offrant un rendement potentiel de 7%. INEA a pour objectif 1 Md€ de patrimoine d’ici fin 2021, tout en continuant d’améliorer sa rentabilité́.   

Appel à projet. ViaTerra, Sem d’aménagement de l’ouest Hérault, lance ce 22 novembre un appel à projet promoteurs-investisseurs pour la réalisation d’un programme immobilier sur le quartier de la Courondelle à Béziers. Cette consultation a pour but de recueillir la meilleure proposition pour la réalisation d’un programme immobilier à vocation principale de logements, sur 3 ilots situés dans le quartier de la Courondelle, sur la place des Grands Hommes et le boulevard Hemingway. Les programmes proposés par les candidats porteront majoritairement sur des immeubles collectifs de logements ou résidences (sur près de 7.000 m² de surface de plancher) qui seront complétés par des locaux commerciaux ou de services en rez-de-chaussée (sur 350 m²) sur la place des Grands Hommes. Dépôt des dossiers jusqu’au 24 janvier. Plus d’infos ici.

Avions électriques. La start-up toulousaine Aura Aero, constructeur aéronautique digital et éco-efficient, a convaincu le loueur d’avion irlandais Amedeo de signer une intention d’achat pour la commande de 200 exemplaires d’ERA (pour Electric Regional Aircraft), un avion régional électrique de 19 places en cours de développement. « C’est la limite de sièges pour laquelle la start-up a les certifications et accréditations pour usiner et mettre en vol un avion, lit-on chez nos confrères de La Dépêche. Actuellement développé par une soixante d’ingénieurs, et techniciens d’Aura Aero dans son usine de Francazal (Haute-Garonne), ERA doit effectuer son premier vol en 2024 pour une entrée en service commercial en 2026. » Aura Aero a été récemment distinguée par le prix de l’Entrepreneur de l’année dans la catégorie « Startup ».

Economie bleue. Energie propre, approche prédictive des mouvements marins et pour la protection littorale, détection des gisements fonciers compatibles avec un aménagement durable du territoire, analyse des sols et nappes au service de l’agroécologie, renforcement et mise en pérennité des dispositifs atténuateurs de houle… des projets soutenus par BlueThauLab, une plateforme d’innovation territoriale au service du développement de l’économie bleue et du bassin de Thau. Ce living lab collaboratif, lancé le 19 novembre par le syndicat mixte du bassin de Thau, a vocation à accompagner le développement de projets innovants agissant en faveur de la protection environnementale, conçus avec et pour les usagers du bassin. Aujourd’hui, près de 12 projets sont d’ores et déjà pris en charge par BlueThauLab. « Répondant au double enjeu d’utilité publique que sont l’attractivité du territoire et la réussite de ses acteurs et de ses projets, BlueThauLab entend également permettre à son échelle de faire face aux changements climatiques et protéger la richesse environnementale des zones humides et du littoral » souligne Yves Michel, président du syndicat mixte du bassin de Thau.

Féminisation dans l’industrie. Le cluster Mecanic Vallée et le Campus des Métiers et des Qualifications d’Excellence Industrie du Futur organisent le 26 novembre une table ronde sur la féminisation de l’industrie au lycée Champollion de Figeac (Lot). Elle réunira plusieurs professionnelles des entreprises de l’industrie mécanique et des élèves de seconde du lycée pour échanger sur l’orientation et la diversité des métiers existants dans les entreprises de la Mecanic Vallée et les parcours qui y mènent. L’objectif de cette rencontre est de favoriser l’attractivité des filières scientifiques, techniques et industrielles auprès des jeunes filles.

3 questions à

3 questions à

Denis Largeau, Sanofi Aramon

« S’entourer pour mener à bien la transition écologique sur un site industriel »

Centrale solaire, backup incinérateur et récupérateur de chaleur fatale : l’industriel gardois investit massivement dans la transition écologique.Échange avec Denis Largeau, directeur du site. Il est intervenu le 28 octobre dernier lors d’un débat sur la transition écologique dans le Gard, à la CleanTech Vallée, à Aramon.
« Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Denis, explique-nous comment un site industriel comme Sanofi Aramon, qui emploie 820 salariés, aborde la transition énergétique.
Tout d’abord, un parc photovoltaïque, le plus important du groupe en autoconsommation en France, va être construit au nord du site. Les travaux ont débuté il y a deux mois. Le parc photovoltaïque sera opérationnel au 4e trimestre 2022, et va nous permettre d’alimenter 11 % de nos besoins en énergie. Nous avons signé un contrat gagnant-gagnant avec EDF, qui investit dans le développement du parc, et se rémunère sur la partie entretien par un contrat de maintenance. Ce montage nous permet de garder une capacité d’investissement sur d’autres projets.
Autre initiative, l’injection de 3 millions d’euros dans un backup incinérateur, une technologie d’adsorption de composés organiques volatiles, mise en place en août. De gros fûts, de 4 mètres de large et 7 mètres de haut, remplis de charbon actif, permettent de capter les rejets du site, lorsque l’incinérateur est à l’arrêt, au plus 31 jours par an (maximum autorisé). Cet investissement a permis de diminuer de 10 % l’impact sur l’environnement.

D’autres investissements sont-ils prévus ?
Autre projet en vue, représentant environ 11 millions d’euros d’investissement : la mise en place d’un système de récupération de chaleur fatale sur le site. Nous dégageons de la chaleur perdue, à travers nos chaudières, l’incinérateur… Nous sommes en train d’élaborer un projet avec un partenaire pour récupérer cette chaleur fatale. L’idée est de produire de la vapeur, pour pouvoir produire de l’eau chaude pour les systèmes de chauffage et sécher les boues de la station d’épuration. Cela permettrait ainsi d’éviter chaque année l’évacuation de 3.300 tonnes de boues, soit 250 rotations de poids lourds. Le dossier est en cours de montage juridique et financier. Les travaux seraient lancés en 2022, pour une livraison en 2024.

Quels liens entretiens-tu avec les start-up accélérées dans le cadre du CleanTech Booster ?
Nous collaborons avec, par exemple, Sterixene et T. zic, qui interviennent notamment sur la désinfection de matériel ou de fluides utilisés dans les process, avec des traitements UV liés à la lumière. Nous essayons de développer des systèmes embarqués dans nos installations. Dans le cadre de notre production biotech, les techniques du site, assez classiques, sont encore très énergivores. De manière générale, pour mener à bien des projets de transition écologique ambitieux sur un site industriel, il faut s’entourer, depuis la start-up jusqu’aux services de l’État. Même si on s’appelle Sanofi !

 

La HV Touch

La HV Touch

Conseils RP

Un conseil sur mesure et pas intuitif, car je vous aime bien : le lundi après-midi, c’est bouclage des Indiscrétions. Aussi, essayez de ne pas nous appeler entre 14h30 et 18h30. Sauf, évidemment, extrême urgence, c’est-à-dire un gros scoop qui ne peut pas attendre !

La phrase

« La visite de Macron à Cameron-Genvia a fait du bien aux équipes. La communication sur l’hydrogène décarboné est positive, mais n’oublions pas que le contexte social n’est pas si facile à Cameron, après le PSE de 2016 puis la crise sanitaire. Beaucoup de salariés sont encore au chômage partiel. Le Président n’a pas fait que passer, il s’est intéressé aux métiers et aux gens. Pour des opérateurs de production, répondre à des questions d’un chef d’État, c’est très valorisant. »

Une source économique biterroise.

On s’en fout

Mais comment vais-je donc mettre en forme et rédiger le compte-rendu de l’entretien individuel annuel d’un collaborateur ? Question du samedi soir, avant l’apéro. Vous l’aurez compris, les tableaux Excel, avec des cases toutes froides à remplir, très peu pour moi. Mais quand même, je dois bien le faire, ce compte-rendu. Il faut poser les choses, fixer un cap, proposer des améliorations, écouter les souhaits, rappeler noir sur blanc ce qui a été fait, avec le souci du détail. Parler, bien sûr, de perspectives salariales et de responsabilités, mais aussi de sens, de confiance, de valeurs. De missions à ne pas forcément confier, d’ailleurs : on pense valoriser des salariés en leur donnant des tâches nouvelles et très compliquées, alors qu’ils préfèrent parfois creuser leur sillon pour y exceller davantage encore. Bref, vous le savez mieux que moi, le management est un art difficile, a fortiori quand ce n’est pas sa formation initiale. Mais il s’impose comme un exercice incontournable, pour préserver les précieux et fragiles équilibres.
Quand on se sent vaguement pris au piège, il faut s’en remettre à son instinct. Comment donc mettre en forme cet entretien, me redis-je ? Sous la forme d’un article ! C’est la seule chose que je sache faire. Me voici donc parti pour la rédaction d’une synthèse de l’entretien annuel 2021-2022 inédit, avec titre, attaque, intertitres, points-clés à retenir et mise en exergue dans un encadré. Pas sûr que la copie soit conforme. Mais la salariée en question a compris, souri et adhéré. Du coup, je ferai les prochains compte-rendus sur le même modèle. On s’en fout, mais ça me fait quand même marrer.

L’œil culture

LOKKO

9

Un peu de culture dans ce monde de brutes, by Lokko

Libanaise, artiste associée au Centre de développement chorégraphique d’Uzès, la chorégraphe Danya Hammoud est invitée par la Biennale des arts de la scène en Méditerranée, impulsée par les 13 Vents à Montpellier. “Sérénités était son titre” est une pièce totalement hors du commun, née à chaud dans l’effondrement d’un autre projet de pièce sous les assauts du COVID, mais aussi des tragédies libanaises, qui raconte plus qu’elle ne danse le chaos. Entretien.
 
Valérie Hernandez est la fondatrice et la Directrice de la publication du webzine LOKKO.

Au marché

Au marché

9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Sydetom-66 lance un avis pour l’agrandissement de l’aire de broyage des déchets végétaux Déchetterie de Canet en Roussillon. 

La commune d’Agde lance un avis pour les prestations de services de géomètres experts. 

SA3M lance un avis pour les diagnostics avant travaux et avant démolition à mener sur les E.R.P de la ville de Montpellier dans le cadre et en vue de travaux de mise en accessibilité. 

La ville d’Alès lance un avis pour les travaux de rénovation énergétique du groupe scolaire de Tamaris. 

Sète Agglopôle Méditerranée lance un avis pour assistance à la maitrise d’ouvrage concernant les travaux de rénovation de l’école des Baux à Poussan. 

Le SDIS lance un avis pour mission de maîtrise d’œuvre pour la construction du Centre d’Incendie et de Secours de l’Agly. 

La mairie de Théza lance un avis pour la maîtrise d’œuvre création lotissement el prat del caval. 

La SPL Terre d’Argence lance un avis pour le marché de travaux pour l’extension et la réhabilitation de la base nautique Adrien Hardy à Beaucaire. 

La ville de Nîmes lance un avis pour les travaux d’extension du skate-park de la ville de Nîmes en réalisant un flow-park. 

La commune de Théziers lance un avis pour le marché de maîtrise d’œuvre pour la démolition de bâtiments vétustes et la création d’une place publique. 

 

Occitanie Ouest 

Le CHU de Toulouse lance un avis pour la conception et réalisation de l’extension de la plateforme logistique logipharma. 

La commune de Toulouse lance un avis pour la construction d’une base nautique sur le lac de la reynerie. 

Le CROUS de Toulouse-Occitanie lance un avis pour le marché de travaux pour la réhabilitation du Restaurant Universitaire du Crous de Tarbes (65). 

Le CHU de Toulouse lance un avis pour le concours maîtrise d’œuvre – projet ADOS. 

La Communauté d’Agglomération Castres-Mazamet lance un avis pour la construction d’un bassin nordique de 50 mètres au sein du complexe aquatique de l’archipel. 

GHT Cœur d’Occitanie lance un avis pour le marché de maîtrise d’œuvre pour l’extension / restructuration du bâtiment central de l EHPAD « La Renaudié » à Albi (81). 

ONERA, direction des achats, lance un avis pour les études, fabrication et installation d’une centrale d’air sur le site ONERA du Fauga-Mauzac. 

Le Conseil départemental de l’Ariège lance un avis pour les purges et confortement de falaises (2022 – 2025). 

SIAEP de la vallée de l’Arros lance un avis pour la construction d’une unité de traitement d’eau potable sur la commune de Marsas. 

SPL Arac Occitanie lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la création d’un nouveau bâtiment pour l’Equipe régionale mobile (ERM) au lycée Antoine Bourdelle à Montauban. 

Le GIP ‘BI2HQ’ lance un avis pour la restructuration et l’extension de la blanchisserie sur la commune de Leyme. 

La mairie de Lannemezan lance un avis pour la réalisation de la cantine du groupe scolaire Las Moulias. 

La commune d’Albi lance un avis pour les prestations de maîtrise d’œuvre et d’ordonnancement, pilotage et coordination pour la construction d’une halte-garderie et l’aménagement de ses abords sur le site de la Négrouillère. 

L’Université Toulouse II Jean Jaurès lance un avis d’accord-cadre pour les travaux de câblage courant faible et fibres optiques. 

La commune d’Albi lance un avis pour les travaux de mise en valeur des chapelles Sud de l’église Saint-Salvi. 

La ville de Nègrepelisse lance un avis pour l’aménagement d’un espace ludo sportif intergénérationnel. 

La commune de Montesquieu-Volvestre lance un avis pour la réhabilitation d’un immeuble qui était, jusqu’à présent, mis à disposition d’associations. 

Toulouse Métropole lance un avis pour la rénovation de la toiture du Stadium. 

Communication 📣

Occitanie Ouest

La ville de Montauban lance un avis pour la fourniture et la livraison d’objets publicitaires. 

Énergies ⚡
Loisirs / Sport ⛹‍♀
Santé 🩺

Occitanie Ouest

La fondation Bon Sauveur d’Alby lance un avis pour la prestation de services pour le traitement de ses analyses de biologie. 

Le CHU de Toulouse lance un avis pour la fourniture de générateurs de dialyse. 

Services 📋

Occitanie Est 

La ville de Béziers lance un avis pour assistance à maitrise d’ouvrage technique, juridique et financière pour la signature d’un contrat relatif à la mise à disposition, installation, dépose, entretien et maintenance de mobilier. 

La Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée lance un avis pour les travaux de fourniture et plantations d’arbres et d’arbustes sur le territoire de l’Agglomération Béziers Méditerranée. 

L’EID Méditerranée lance un avis pour le contrat de service pour le nettoyage des locaux (hors laboratoires) de la direction générale. 

La mairie d’Aigues-Mortes lance un avis pour la maintenance et assistance informatique des systèmes. 

Le SDIS lance un avis pour la fourniture et installation de mobilier à usage de locaux administratifs pour le SDIS 34. 

L’office de tourisme de Gruissan lance un avis pour la collecte et traitement des déchets des zones techniques portuaires de Gruissan. 

L’École des mines d’Alès lance un avis pour les prestations de nettoyage des locaux. 

 

Occitanie Ouest

La ville de Tarbes lance un avis pour la fourniture de barquettes et de film alimentaires pour le conditionnement des repas de la cuisine centrale. 

L’office public de l’habitat des Hautes-Pyrénées lance un avis pour la location et maintenance de matériels polyvalents de copie (photocopieur, télécopieur, numériseur de document, imprimante). 

Le centre hospitalier de Bigorre lance un avis pour la fourniture d’emballage, collecte, transport et traitement des déchets. 

Transport 🚆

Occitanie Ouest

La commune de Villefranche-de-Rouergue lance un avis pour l’exploitation du réseau de transport public urbain. 

Urbanisme 🏢

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La commune de Roques attribue le marché de concours restreint de maitrise d’œuvre pour la construction d’un groupe scolaire à IDP ARCHITECTES. Montant de la prime attribuée hors TVA : 28 000 euros. 

BRL attribue le marché d’accord-cadre à bons de commande de maitrise d’œuvre pour les travaux de densification et de dévoiement réalisés sur le réseau hydraulique du périmètre concessif régional concédé à BRL à BRL INGENIERIE. Valeur totale du marché (hors TVA) : 400 000 euros. 

SPLA l’Or Aménagement attribue le marché de travaux de requalification de la station balnéaire de Carnon à Colas France, travesset, Citelum et Les Jardins De Provence. Valeur totale du marché (hors TVA) : 4 780 526 euros. 

La commune de La Grande-Motte attribue le marché d’entretien des espaces verts communaux et de fourniture d’équipements d’arrosage, d’engazonnements, de plantations, de clôtures et piquets de protection à BRL Environnement. Valeur totale du marché (hors TVA) : 1 228 883,21 euros. 

Alès Agglomération attribue le marché d’accord-cadre de multi-attributaire à bons de commande pour la réalisation de schémas directeurs d’assainissement collectif d’Alès Agglomération au Groupement Cereg (mandataire) SEEB TP ( co-traitants) CITEC (sous-traitant du mandataire). Les deux autres groupements titulaires à consulter ici. Valeur totale du marché (hors TVA) : 567 305,14 euros. 

La Communauté de Communes Sud-Roussillon attribue le marché de fourniture et acheminement en énergie électronique à Edfsa. Valeur totale du marché (hors TVA) : 5 000 000 euros. 

Montpellier Méditerranée Métropole attribue le marché d’exploitation de service de l’assainissement collectif (collecte et traitement) à SAUR et ALLIANCE ENVIRONNEMENT EXPLOITATION. Valeur totale du marché (hors TVA) : 14 880 000 euros. 

Le conseil départemental de l’Hérault attribue le marché des mesures de qualité de l’air dans des collèges et des bâtiments à C2s. Valeur totale du marché (hors TVA) : 800 000 euros. 

Sdis 65 attribue le marché de reconstruction du centre d’incendie et de secours de Lourdes à SARL ATELIER ARCHITECTES MAZIERES. Offre la plus basse : 342 780 euros. 

La Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup attribue le marché de délégation de service public du service d’eau potable de Saint Clément de Rivière à SAUR. Valeur totale du marché (hors TVA) : 616 093 euros. 

Plus de marchés ici

La Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup attribue le marché de délégation de service public du service assainissement collectif de Saint Clément de Rivière et de Mas de Londres à SAUR. Valeur totale du marché (hors TVA) : 1 000 000 euros. 

SPL Midi-Pyrénées Construction attribue le concours restreint de maîtrise d’œuvre pour réhabilitation, restructuration et extension de l’hôtellerie des Laquets à Sers à 360° SARL d’architecture (mandataire), ECOZIMUT (cotraitant 1), DELHOM (cotraitant 2) et TERRELL (sous-traitant de 360°). Montant des primes attribuées hors TVA : 18 000 euros. 

La Région Occitanie attribue le marché de mission de programmation et d’audit technico-économique pour les établissements et lycées publics de la Région Occitanie – site Est à Poliprograma et Scet (Service Conseil Expertises Territoires). Valeur totale du marché (hors TVA) : 330 000 euros. 

La Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup attribue le marché de réalisation des travaux de la phase 2 et aménagements connexes de la ZAC de bel air, commune de Vailhauquès à TP SONERM, SPIE CITYNETWORKS et SERPE. Valeur totale du marché (hors TVA) : 891 789,7 euros. 

La Communauté de Communes du Pays de Lunel attribue le marché de création d’un dispositif de visite en immersion du site archéologique d’Ambrussum à SARL POLYMORPH SOFTWARE. Montant final du marché attribué (H.T.) : 137 736 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de travaux d’aménagement périmètre 1 bleu – cœur de quartier 3 Cocus à EXEDRA MIDI PYRENEES et MIDI PYRENEES ENVIRONNEMENT. Valeur de marché (hors TVA) : 1 362 458,79 euros. 

Imsa attribue le marché de prestations de maintenance et de développements d’applications du SI MSA : éditions et impressions, procédures workflow, outils développés sur des technologies spécifiques à TALARON Services. Valeur totale du marché (hors TVA) : 3 000 000 euros. 

La commune d’Agde attribue le marché d’aménagement d’un parcours de visite du chateau Laurens à Livdeo, Anagram Audiovisuel et Gilles Tosello Création graphique. Valeur totale de marché (hors TVA) : 228 135 euros.  

Perpignan Méditerranée Communauté attribue le marché de travaux non exclusifs pour l’entretien et la modernisation des ouvrages gérés par le service exploitation de Perpignan Méditerranée Métropole à S.A.S. FABRE FRERES. Montant final du marché attribué (H.T.) : 625 000 euros. 

La commune d’Agde attribue le marché de la maison de la mer du Cap d’Agde à Carre de vie construction. Valeur totale du marché (hors TVA) : 1 305 055,45 euros.  

Ccas de Toulouse attribue le marché de la fourniture et la livraison de denrées alimentaires pour le Centre Communal d’Action Sociale de Toulouse et le Centre Toulousain des Maisons de Retraites à Sysco France Sas, Sas Bousquet et Terreazur_31. Valeur totale du marché (hors TVA) : 995 000 euros. 

L’agenda

i

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Rédaction et supervision du magazine « Caminarem » (RH), parution début novembre, pour Caminarem.

Contribution au magazine « Vins, bières & spiritueux » de ToulÉco. Parution en novembre.

Conception et rédaction du cahier thématique 154 de L’Abécédaire des Institutions (Publicis Consultants), sur le thème du sport-santé. Parution en novembre.

Mag de ToulÉco sur des portraits d’entrepreneuses, avec, côté Occitanie Est, Clara Hardy (Sericyne, fondatrice), Clémence Franc (Novagray, cofondatrice) et Géraldine Couray (Maison Daner, repreneuse). Pour TouÉco.

Enquête sur la construction bois, pour BoisMag : l’état du marché, l’évolution des approvisionnements, l’évolution des produits au service de la construction (logiciels, machines à commande numérique, connecteurs, produits d’ingénierie…). Parution en décembre.

À suivre en ligne

Mardi 23 novembre à partir de 8h :

Conférence Agrorisques sur l’adaptation au changement climatique, orgnanisée par Nîmes Métropole, à l’Hémicyle de l’Hôtel Communautaire de Nîmes. Au programme : « L’implantation de nouvelles espèces et la création variétale ? Une nécessité et une opportunité face au déreglement climatique ». Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 23 novembre à partir de 14h30 :

Conférence « Digital is the future : la Conf' », dédié à la digitalisation de la filière Santé en Occitanie, organisée par Digital 113 et Eurobiomed, au Conseil Régional de Toulouse. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 23 et mercredi 24 novembre :

« Btosea : le rendez-vous d’affaires des professionnels de la mer », organisé par AD’OCC, au Palais des Congrès (La Grande-Motte). Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 23 et mercredi 24 novembre :

DigiWorld Summit 2021 sur le thème « Les territoires au cœur d’une Europe plus forte, unie, digitale et responsable », organisé par l’IDATE DigiWorld à Montpellier. Plus d’informations et inscription ici.

Plus d'événements ici

Mardi 23 et mercredi 24 novembre de 8h30 à 18h :

Salon du Littoral, organisé par Midi Events au Palais des Congrès de La Grande Motte. Plus d’informations ici. Inscriptions ici.

Mercredi 24 novembre :

Rencontres Industrielles Intersud, organisé par la CCI Hérault au Parc des Expositions de Béziers. Plus d’informations ici.

Mercredi 24 novembre de 14h à 15h30 :

CleanTech Meeting sur le thème « Comment mettre les nouvelles technologies au service du développement durable urbain et territorial ? », organisé par la CleanTech Vallée, à La Cité à Toulouse. Plus d’informations et inscription ici.

Mercredi 24 novembre à 17h :

Assises des TP 2021 « Infrastructures, territoires et transition écologique : investir pour transformer », organisées par la Fédération Régionale des Travaux Publics Occitanie, au Pasino de La Grande-Motte. Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 25 novembre à partir de 8h45 :

Festival de la performance digitale, organisée par Objectif Papillon à la salle Le 9 à Toulouse. Plus d’informations ici.

Jeudi 25 novembre de 9h30 à 12h30 :

20e anniversaire de Transmibat, à Toulouse.

Jeudi 25 novembre de 9h à 12h30 :

1ères Rencontres Énergies de l’ORT Occitanie sur le thème « Les ressources locales, moteurs de la mobilité de demain », organisées par l’ORT Occitanie au Parc des Exposition d’Albi.

Jeudi 25 novembre à 17h :

Jean-Louis Etienne, invité spécial des « Assises 2021 des Travaux Publics ». Organisée par la Fédération des Travaux Publics Occitanie au Pasino de La Grande-Motte.

Jeudi 25 novembre à partir de 18h30 :

Road PME, organisé par la CPME 30, avec comme invité Pierre PELOUZET, Médiateur National des Entreprises, à Nîmes. Plus d’informations et inscription obligatoire ici.

Jeudi 25 novembre à partir de 18h30 :

Conférences et rencontres professionnelles : l’association Femmes Chefs d’Entreprises fête ses 40 ans, à l’Hôtel C Suites, à Nîmes. Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 25 novembre :

Rendez-vous de l’Architecture Occitanie d’hiver, organisés par le Conseil de l’Ordre des Architectes Occitanie aux Espaces Vanel, Arche Marengo à Toulouse.

Lundi 29 novembre à 14h :

Watt Meeting autour de la mobilité électrique, organisé par la Région Occitanie, l’AVERE Occitanie et la CleanTech Vallée, chez D&S à Bagnols-sur-Cèze (573 avenue de l’hermitage). Inscription obligatoire auprès d’Edith Causse : info@cleantech-vallee.fr.

Lundi 29 novembre à 18h30 :

5e édition des «  Lauréats de l’innovation  », organisée par MELIES Business Angels, avec comme grand témoin le rugbyman, entrepreneur et business angel Kélian Galletier, au Château de Flaugergues. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 30 novembre de 9h à 17h :

Rencontre d’une délégation d’acheteurs du ministère des Armées, organisée par Leader Occitanie, Leader Montpellier, la Région Occitanie et la Métropole Montpellier, à La Cité de l’Economie et des Métiers de Demain (Montpellier). Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 30 novembre :

17e édition de Occitanie Invests (programme d’accompagnement à la levée de fonds), organisé par l’agence AD’OCC, avec le soutien de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, à La Cité, à Toulouse. Plus d’informations ici.

Du 30 novembre au 2 décembre :

Salon international des équipements et savoir-faire pour les productions viti-vinicoles, oléicoles, arboricoles et maraîchères (SITEVI), au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’informations ici.

DÉCEMBRE

Jeudi 2 décembre de 8h45 à 12h :

5e édition du forum « En route pour l’emploi », organisé par l’Agglomération du Pays de l’Or, à l’espace Morastel à Mauguio (34). Plus d’informations ici.

Jeudi 2 décembre de 9h à 12h :

« Speed dating : rencontrer les Business Angels de MELIES  », organisé par MELIES Business Angels, au Montpellier International Business Incubator (MIBI), à Cap Omega. Plus d’informations et inscription ici.

Lundi 6 décembre de 9h à 12h30 :

Conférence sur la filière du chanvre intitulée « de la plante aux vêtements  », organisée par l’agence AD’OCC, à la Cité, à Toulouse. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 7 décembre à 9h :

Événement Innovosud, organisé par la French Tech Central, en partenariat avec la French Tech Med & la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée, à Béziers. Plus d’informations ici.

Mardi 7 décembre à partir de 17h30 :

Soirée des 20 ans & Fête des Lauréats du Réseau Entreprendre Occitanie Garonne, au domaine de Preissac (Castelmaurou). Plus d’informations et inscription payante ici.

Mardi 7 décembre à partir de 18h30 :

Vœux 2022 de la FPI Occitanie Méditerranée, au Domaine des Grands Chais à Mauguio. Inscription via ce lien.

Mardi 7 décembre à partir de 17h30 :

Soirée des 20 ans & Fête des Lauréats 2021 avec une conférence de Stéphane Mallard à 18h30, au Domaine de Preissac. Inscription ici (avant le 30 novembre).

Mercredi 8 décembre à 18h :

Réunion publique, organisée par la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée, pour le lancement de la commercialisation des lots du nouveau parc d’activités économiques (PAE) « Le Roubié », rue du foyer, à Pinet (34). Plus d’informations ici.

Jeudi 9 décembre de 19h à 22h :

« Afterwork Entrepreneurs », organisé par le Club LR à l’Espace Entreprise Garosud (Montpellier), sur le thème du chocolat. Plus d’informations ici. Inscription gratuite via ce lien.

Mardi 14 décembre à partir de 19h30 :

5ème édition de la Soirée des Ambassadeurs Economiques du territoire, en présence de Laurent Jalabert, sur la thématique du dépassement de soi. Organisée par l’agence de développement économique Pyrénées Méditerranée Invest, au domaine du Mas Conte (Canet-en-Roussillon). Inscription obligatoire ici. (avant le 8 décembre)

Jeudi 16 décembre :

« Transfo Digitale Day : une journée dédiée à la transformation digitale des entreprises », organisé par l’agence AD’OCC. Plus d’informations ici.

Jeudi 16 décembre à 15h45 :

Présentation des solutions en financement « Des projets un crédit », organisée par Reuniti (spécialiste du financement), au restaurant Mima à Blagnac (31). Insciption ici.

Voilà, c’est tout pour cette semaine.
Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite.
Vos données ne seront pas communiquées à des tiers.
Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Une Marseillaise passée inaperçue

Le 16 novembre, les ouvriers de Cameron (Béziers) ont entonné spontanément la Marseillaise, après que le chef de l’État a annoncé une aide de 200 M€ pour accélérer le projet Genvia (hydrogène décarboné).
Etrangement, cette séquence, pourtant très forte, symbole d’un nouvel espoir né d’une volonté de réindustrialisation, n’a pas été reprise par les médias. Parce que Béziers ? Parce que des ouvriers ? Les réponses sont sûrement dans les questions.

Et aussi : les dates de l’enquête publique de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, le hand qui se développera sur place à Montpellier, un nouveau directeur pour le port de Port-la-Nouvelle, et plein d’autres palabres urbaines.

« Une Marseillaise passée inaperçue », Les Indiscrétions de la semaine du 29 novembre sont à croquer en cliquant ci-dessous.

Courage et chocolat !

lire plus

Finalement, tout va bien

Le 23 mars désormais férié au sein dans la team des Indiscrétions, la Défense à l’attaque ce 20 novembre à Toulouse, le 357 Magnum du préfet Moutouh, Macron (encore) chez nous, une femme à la tête des constructeurs et plein d’autres palabres urbaines.

« Finalement, tout va bien », Les Indiscrétions de la semaine du 15 novembre sont à croquer en cliquant ci-dessous.

Courage et chocolat !

lire plus

Ça ne tombe pas du ciel

Le thème du pouvoir d’achat s’invite dans la pré-campagne présidentielle. Les candidats déclarés ou putatifs y vont de leurs propositions, plus ou moins (voire pas du tout) financées. En passant un peu vite sur un point clé, devenu pourtant tabou : seule la création de richesses, qui résulte du travail et d’un niveau de qualification, peut permettre d’augmenter durablement les revenus. En un mot, l’argent ne tombe pas du ciel.

Et quoi d’autre ? GGL qui coworke à Lyon, ASF appelé à financer le périph’ouest de Montpellier (ce qui reste à valider par Paris), l’encadrement des loyers attaqué devant le Conseil d’Etat (encore Paris), un zoom sur Clara Hardy, pour qui l’entrepreneuriat est une fin en soie, et plein d’autres palabres urbaines.

« Ça ne tombe pas du ciel », Les Indiscrétions de la semaine du 8 novembre sont à croquer en cliquant ci-dessous.

Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Journaliste indépendant, Hubert est fondateur et rédacteur des Indiscrétions. Agencehv, qu’il dirige, est également active dans les animations de débats, les formations et les travaux rédactionnels.

Vous souhaitez nous faire parvenir une information ?

Heureusement qu’elle est là

Diplômée de Sup de Com’ Montpellier, Sarah est rédactrice avec des fonctions digitales et de communication à l’Agencehv. Community management, gestion du site, relations avec les partenaires… Oui, heureusement…

Vous souhaitez avoir des renseignements pour être partenaire des Indiscrétions ?

PAS ENCORE ABONNÉ-E

AUX INDISCRÉTIONS ?

 

Recevez chaque lundi à 18h18, gratuitement, Les Indiscrétions sur votre boîte mail

Politique de confidentialité

Inscriptions réussie

Share This