Bandeau BLUE Invest in Cap d'Agde Sete janvier 2023 Les Indiscretions

La nouvelle cravateSemaine du 16 janvier 2023

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

Sur le gril cette semaine

Qu’a donc fait l’équipe des Indiscrétions pendant les vacances ? Garder un œil sur l’actu. Laquelle peut se nicher au détour d’une emplette. Rencontre inopinée avec Nacer Ghemid, créateur de la marque de chaussettes dépareillées et combinables ‘Cruel Dilemme’, le 28 décembre aux Galeries Lafayette Montpellier. Retrouvez l’univers Nacer dans le « Trois questions à », ici.

Et encore ? Signature imminente de la future convention TER Région Occitanie / SNCF (rubrique « À l’affiche »), les vœux fleuve de Delafosse à la presse (« Zoom »), les contournements ouest de Nîmes et Montpellier (« Décodage »), du nouveau à la tête de la French Tech Méditerranée et à la rédaction de La Dépêche du Midi, ma RSE (« HV Touch »), notre agenda des vœux de janvier avec Janvier (en cliquant ici), et plein d’autres palabres urbaines.

Bonnes lecture et semaine !

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Jean-Pierre Farandou, SNCF, Les Indiscrétions 16 janvier 2023

Jean-Pierre Farandou, SNCF

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, devraient signer, début février, la nouvelle convention TER 2023-2032, indique Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région Occitanie en charge des mobilités et des infrastructures de transports, sur son blog. « Cela clôture huit mois d’intenses négociations dans le cadre de la feuille de route que m’a confiée la présidente Delga », ajoute-t-il. La future convention aura pour objectif de dépasser « le plus rapidement possible » les 100.000 voyageurs par jour à bord des trains liO. Sont prévues notamment une augmentation des places assises, l’implantation d’un nouveau centre de maintenance « probablement à Narbonne », l’acquisition de 18 rames supplémentaires, une réduction de 40 % des émissions de CO2. La Région prévoit un programme d’investissement de 730 M€ sur la durée de la convention. Le protocole a déjà été présenté et validé à l’unanimité par les conseils d’administration de SNCF Voyageurs et du groupe SNCF.

Jean-Pierre Farandou, SNCF, Les Indiscrétions 16 janvier 2023

Rima Abdul Malak, ligne 5 du tramway de Montpellier

Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole (3M) et Rima Abdul Malak, ministre de la Culture dévoilent, ce vendredi 20 janvier à 11h30 au Jardin des Plantes de Montpellier, le design de la future ligne 5 de tramway de Montpellier (maîtrise d’ouvrage : 3M), en présence de l’artiste concepteur du design.

Jean-Marc Oluski

Jean-Marc Oluski, Medef Montpellier Hérault

« Proposons des choses innovantes : Med Forêt, charte de la marque employeur collective, nouvelle REF Montpellier le 7 septembre prochain… », lance, en forme de résolution 2023, le 10 janvier lors de ses vœux à la presse à La Grande-Motte, le président du Medef Montpellier (850 adhérents). Le projet de Med Forêt, une forêt de 1 km2, à l’ouest de la métropole de Montpellier, « se fera bien, sur un modèle d’agroforesterie piloté par Yann Fortunato, qui porte lui-même un modèle d’agroforesterie à Castries. La localisation de Med Forêt va bientôt être arrêtée. L’idée est de permettre à des entreprises de s’investir dans une action de promotion de la biodiversité sur le territoire. Des actions pédagogiques seront menées, sur les différentes essences, la biodiversité…, auprès d’enfants ou de salariés d’entreprises. » Le projet sera mené par une structure ad hoc, « pour ne pas plomber les comptes du Medef », confie une source.
Autre cap, lié à l’emploi dans le territoire : la mise en place d’une charte de la marque employeur collective, fruit du travail de la commission « Lab 2030 », pour aboutir à un processus de co-recrutement (les entreprises adhérentes recruteront ensemble des compétences). L’objectif est de retenir les talents sur le territoire, en leur proposant un parcours, un accompagnement, un réseau et un plan de carrière à moyen terme. « Dans les start-up, les profils talentueux partent en moyenne au bout de trois ans. Nous souhaitons leur proposer une sorte de parcours de recrutement, avec des perspectives offertes par des entreprises, et pas uniquement des grands groupes, pour inscrire ces talents dans le territoire. Le Medef ne se substitue pas aux cabinets de recrutement. » Le protocole de la charte est en cours de rédaction. D’après Jean-Marc Oluski, Philippe Soursou, directeur de Pôle emploi Hérault, soutient la démarche.
Le patron du Medef Montpellier souhaite également développer le « corpoworking » avec Action Logement, à savoir créer des tiers-lieux pour éviter aux salariés de perdre des heures dans des déplacements, tout en leur permettant de quitter leur domicile. Ce type d’initiative serait selon pertinente notamment au nord de Montpellier, « à Gignac, Clermont-l’Hérault ou Lodève. Tant que le contournement ouest de Montpellier n’est pas livré (pas avant 2029, note), il y aura un vrai besoin ».
Il met aussi un coup de pression quant à la gouvernance de la future agence de développement de la métropole de Montpellier, en cours de création à l’échelle du grand territoire. « Nous voulons être à la gouvernance, et pas dans un comité Théodule (sic). À Ad’Occ, les entreprises ne sont pas à la gouvernance. On ne voudrait pas qu’il en soit de même avec l’agence de la métropole de Montpellier. C’est quand même aux entreprises de dire ce qui est bien, ou pas, pour elles-mêmes », explique Jean-Marc Oluski. Ou, en termes plus policés, dans le dossier de presse (mais sur le fond c’est pareil) : « Nous nous considérons être légitimes pour figurer dans la gouvernance de cette agence que nous attendons depuis longtemps. »
Le Medef Montpellier reste en dehors de la démarche de territoire à mission à l’échelle de la métropole, lancée fin septembre par, notamment, 3M, 17 réseaux économiques, Montpellier Business School et la CCI 34. « Je n’ai pas bien compris la finalité. Une société à mission, d’accord, il y a un cadre. Mais un territoire à mission, j’y crois moins. » Enfin, les relations avec le Medef Béziers (président : Matthieu Ourliac, que Les Indiscrétions rencontrent ce 17 janvier) sont jugées « bonnes, avec des dossiers très structurants comme le projet d’hydrogène décarboné Genvia. Nous avons intérêt à travailler ensemble avec le Medef Béziers. Si nous agrégeons nos forces, nous serions le 5e ou 6e Medef département de France ».
> Sur l’agenda 2023 du Medef Montpellier : la Nuit des Entrepreneurs, le 12 avril au Pasino de La Grande-Motte (à partir de 19h) et la 2e édition de la REF Montpellier le 7 septembre au Domaine des Grands Chais (Mauguio).

Nicolas Moscovici et Christophe Rauzy La Dépêche du Midi

Nicolas Moscovici, Christophe Rauzy, La Dépêche du Midi

Nicolas Moscovici (à gauche sur la photo) et Christophe Rauzy (à droite sur la photo) sont respectivement nommés rédacteur en chef et rédacteur en chef adjoint du groupe La Dépêche du Midi, annonce le groupe de presse quotidienne régionale, basé à Toulouse, le 10 janvier.

Adrien Mangiavillano Nimes Métropole

Adrien Mangiavillano, Nîmes Métropole

Responsable de la filière Aéronautique, Risques et Sécurité civile de Nîmes Métropole depuis avril 2021, il est promu chef du pôle Aéroport, annonce-t-il sur LinkedIn. Sa mission : la gestion et le développement de l’aéroport de Nîmes.
« Ryanair va opérer une nouvelle liaison Nîmes-Porto », pour Les Échos en cliquant ici (janvier 2023).

Samuel Sancerni DMS Group

Samuel Sancerni, DMS Group

C’est le contrat le plus important en termes de chiffre d’affaires jamais décroché par DMS Imaging, division imagerie dédiée à la radiologie digitale et l’ostéodensitométrie de Diagnostic Medical Systems (DMS) Group, spécialiste de l’imagerie médicale basé à Gaillargues-le-Montueux (Gard). Le partenaire commercial de DMS Group, Fujifilm Healthcare, a remporté un appel d’offres pour 96 tables de radiologique télécommandées « FDX Visionary-RF Premium », conçues et produites par DMS Imaging. Cette commande intervient dans le cadre de l’appel d’offres national italien lancé par le Consip, société publique détenue par le ministère de l’Économie et des Finances de la péninsule. « Elle représente un montant de l’ordre de 30 % de notre activité annuelle d’imagerie médicale », indique Samuel Sancerni, directeur général de DMS Group. Le groupe, coté sur Euronext Growth Paris, vise un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros en 2023, soit une croissance à deux chiffres par rapport à l’exercice 2022, qui sera présenté le 20 janvier. Il emploie 120 collaborateurs, dont un quart des employés sont affectés à la recherche et au développement. Une quinzaine de recrutements est prévue cette année sur des métiers industriels et de management de la production.
« Imagerie médicale : DMS Group signe un contrat record en Italie », pour Les Échos, à lire en cliquant ici (janvier 2023).

Samuel Sancerni DMS Group

Clément Le Coupe-Grainville, Urbisky

Ex-directeur du développement de Promologis (12 ans), directeur des programmes de Helenis (2021-2022) et directeur du développement du Groupe Arcade VYV (en 2022), il crée Urbisky. La structure, basée à Castries (34), est spécialisée dans l’immobilier résidentiel, le logement social, la vente en bloc et le conseil.

Maxime Rosier et Iris Christol, barreau de Montpeller, Les Indiscrétions 16 janvier 2023

Maxime Rosier et Iris Christol, barreau de Montpellier

Un peu de justice dans ce monde d’économie. Les avocats Iris Christol et Maxime Rosier sont les nouveaux cobâtonniers de l’ordre du barreau de Montpellier. Cet été, le barreau accueillera à Montpellier l’Université d’été des barreaux organisée par la Conférence des bâtonniers. « Nous recevrons à cette occasion tous les bâtonniers de France à Montpellier », indiquent-ils. Ils succèdent à Nicolas Bedel de Buzareingues. Lire leur interview dans l’Hérault Juridique et Économique, en cliquant ici.
© Virginie Moreau

Pierre-André Durand Préfecture Occitanie

Pierre-André Durand, préfecture de Haute-Garonne et de région

Il succède à Étienne Guyot au poste de préfet de la région Occitanie et de la Haute-Garonne, apprend-on le 11 janvier dans un compte-rendu du Conseil des ministres. Il était auparavant préfet de Normandie et de la Seine-Maritime. Étienne Guyot est nommé préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde. « Son action (celle d’Étienne Guyot, note) et sa capacité de dialogue ont permis de faire avancer des dossiers structurants et déterminants pour nos territoires, comme par exemple les projets de LGV Toulouse-Bordeaux et Montpellier-Perpignan, l’autoroute Toulouse-Castres, le Plan Littoral 21, le Plan Montagnes d’Occitanie Terres de vie ou encore le nouveau Contrat de Plan État/Région signé en décembre », déclare Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie.
« La LGV Montpellier-Perpignan enfin sur les rails », à (re)lire dans Les Échos ici (janvier 2022). Ou, encore, sur le site de la Région Occitanie : « Prendre les chemins d’une montagne ‘quatre saisons’ », signature du Contrat de Plan État-Région 2021-2027, LGV Toulouse-Bordeaux… 
©SAMEER AL-DOUMY / AFP

Séverine Lecoester Domaine de Verchant

Séverine Lecoester, Sales Club Relais & Châteaux

Directrice commerciale et marketing de l’hôtel 5* Le Domaine de Verchant (Castelnau-le-Lez), Séverine Lecoester est élue présidente du Sales Club Relais & Châteaux Sud France, club qui regroupe une quarantaine de maisons de la délégation Languedoc, Paca et Corse. Elle succède à Céline Risso, directrice d’exploitation des Hôtels du Castellet dans le Var.
À ses côtés, Franck Farneti, actuel président de la délégation Sud et nouvellement élu président de la délégation France. Il est maître de Maison de l’établissement Relais & Châteaux Cap d’Antibes Beach Hôtel. Les deux professionnels ont pour mission de travailler la destination Sud auprès des agences de voyage luxe, agence de presse et les agences d’événementiel et de tourisme d’affaires.
Membre de Relais et Châteaux depuis 2013, le Domaine de Verchant dispose de 26 chambres et suites, d’un spa, d’un restaurant gastronomique (Marcelle) et d’une brasserie dans les vignes (La Plage). Créée en 1954, l’association Relais & Châteaux regroupe 580 hôtels et restaurants dans le monde.
Plus à (re)lire sur le Domaine de Verchant dans ToulÉco, ici « Le Domaine de Verchant double sa capacité et vise l’étoile Michelin ».

Nordine El Ouachmi Président de la French Tech Méditerranée

Nordine El’Ouachmi, French Tech Méditerranée

Le fondateur de BuroStation, holding du groupe d’espaces de coworking Bureaux & Co qu’il préside (5 M€ de CA en 2021, 30 collaborateurs), est élu président de la French Tech Méditerranée par le conseil d’administration le 12 janvier, annonce l’association de 200 entreprises de l’Hérault, Gard et Sud Aveyron, sur LinkedIn. Il remplace Clément Saad, président de la French Tech Méditerranée depuis 2019 et dirigeant de Pradeo, startup montpelliéraine de cybersécurité mobile. L’annonce aura lieu le 31 janvier lors de la cérémonie des vœux de la French Tech Méditerranée, à la Cité de l’Économie et des Métiers de demain (Montpellier) à 18h*. En septembre, la Mission French Tech, qui fédère et anime l’écosystème de la French Tech avec un réseau de 13 capitales labellisées en France, a ouvert l’appel à labellisation 2023-2025. « Nous attendons notre relabellisation, dont la décision est rendue d’ici fin janvier, pour présenter notre feuille de route », précise Nordine El’Ouachmi aux Indiscrétions.
L’entrepreneur était vice-président de l’association depuis 2018, et vice-président de la French Proptech en tant que correspondant national ‘coworking et nouveaux usages’. Il a eu l’occasion d’en piloter le dispositif national la FrenchTech Tremplin, voué à rapprocher le public éloigné de la tech (étudiants boursiers, issus de quartier prioritaire de la ville, etc.). Né dans le quartier Mosson, Nordine El’Ouachmi, pas franchement scolaire, a créé sa première entreprise à 16 ans, et dirige aujourd’hui plusieurs entreprises dans le nettoyage industriel, l’aménagement de bureau et l’immobilier.
Plus à (re)lire sur Nordine El’Ouachmi dans un portrait pour le mag Éco&Entreprises de Midi Libre (décembre 2022), en cliquant ici.
* Les vœux seront précédés par la journée des membres et partenaires de la French Tech Méditerranée (Meet Think and Act). Inscription ici.

Sacha Hilic IMS Networks

Sacha Hilic, IMS Networks

Âgé de 51 ans, il est nommé directeur général en charge de l’organisation et la performance pour l’ensemble des activités d’intégration technologique, d’infogérance et de cyberdéfense de la société IMS Networks (Castres, Tarn), annonce le groupe le 11 janvier dans un post LinkedIn. Sacha Hilic a pour mission « d’accélérer la transformation stratégique vers les services managés et le cloud, en renforçant l’offre existante et en assurant son développement opérationnel en France et à l’international. » Fort de 20 ans d’expérience dans les services informatiques, il a travaillé pour ADN AxDaNe (2022-2005) et Logica (2005-2007) avant de rejoindre les laboratoires Pierre Fabre en 2007. IMS Networks est présidé par Thierry Bardy depuis 1997.

Jerome Montanteme L'Imperator

Jérôme Montanteme, L’Imperator

Il prend la direction de la Maison Albar L’Imperator (Groupe Centaurus), hôtel 5 étoiles situé en bordure du jardin de la Fontaine à Nîmes (Gard), annonce le groupe le 12 janvier. À la tête d’établissements depuis 1999, il était directeur général de Fauchon l’Hôtel Paris depuis octobre 2017. Il en dira plus sur son parcours, les perspectives et ses projets lors d’une conférence de presse, le 26 janvier.

Gaelle Berthelot CC Grand Sud Tarn et Garonne

Gaëlle Berthelot, CC Grand Sud Tarn-et-Garonne

Elle rejoint la Communauté de communes Grand Sud Tarn-et-Garonne en tant que chargée de mission Énergies renouvelables. Diplômée d’un master en urbanisme, aménagement communautaire et régional de l’Université de Toulouse, Gaëlle Berthelot était chargée de mission énergie climat au Pôle d’équilibre territorial et rural du Pays Midi Quercy depuis 2017, où elle avait notamment en charge l’animation de la politique Climat Air Énergie Territorial sur l’ensemble du territoire.

Yann Fortunato et Beatrice Surjus Conseils des Prud'hommes de Montpellier et Perpignan

Yann Fortunato, Béatrice Surjus, conseils de Prud’hommes

Yann Fortunato succède à Franck Mary Montlaur à la présidence du Conseil de Prud’hommes de Montpellier (Hérault) dont la rentrée solennelle est prévue le 18 janvier, lit-on dans Midi Libre. Un poste qu’il connait plutôt bien puisqu’il a exercé cette fonction 5 années consécutives (2017-2021). Il est par ailleurs PDG de Racines de France et ex-président de Fibois Occitanie.
Dans les Pyrénées-Orientales, Béatrice Surjus, secrétaire générale adjointe de l’union département Force Ouvrière (FO) 66, est élue présidente du Conseil de Prud’hommes de Perpignan, annonce FO sur son site internet. Elle succède à François Mestre. Conseillère aux Prud’hommes depuis janvier 2002, elle s’inquiète de la baisse du nombre de nouvelles affaires : 581 en 2022 contre 974 en 2014. « Cette baisse est notamment due au plafonnement des indemnités de licenciement. Pour les salariés qui n’ont pas trop d’ancienneté, les indemnités sont très basses. Du coup, ils ne vont plus forcément aux Prud’hommes », constate-t-elle.

Émilie Leroy et Nicolas Lepesant, chèvrerie pastorale à Trèves (30)

Émilie Leroy et Nicolas Lepesant, chèvrerie pastorale à Trèves (30)

La société Oc’Via ne fait pas qu’exploiter et maintenir le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM). Aux côtés du Conservatoire d’espaces naturels (CEN) d’Occitanie, de France Active Airdie-Occitanie et de la commune de Trèves, elle vient d’attribuer un projet de chèvrerie pastorale à Trèves, au nord du Gard, au cœur des Cévennes. Les lauréats sont Émilie Leroy et Nicolas Lepesant. Ce couple dispose déjà d’un petit troupeau, qui sera agrandi. Le projet, qui s’intègre dans la démarche TerrAES (pour « Territoires engagés pour la transition agroécologique sociale et solidaire ») comprend un élevage extensif de chèvres et une activité de transformation fromagère.
« À Trèves, un couple d’agriculteurs choisi pour créer une chèvrerie pastorale », pour Les Échos, à lire en cliquant ici.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Contournements ouest, au pluriel. À Montpellier, le contournement routier à l’ouest, porté par Vinci Autoroutes, est prévu pour 2029. Salvador Nunez détaille se méthode dans l’Hérault Juridique et Économique, à lire ici « Vinci Autoroutes, Salvador Nunez : « Le Contournement Ouest apaisera la métropole » ». À Nîmes aussi, le contournement routier fait défaut à l’ouest. Une situation qui engorge l’agglomération, et contribue aussi par ricochet à l’enclavement d’Alès. Petit frémissement dans ce dossier enlisé : l’enquête publique, du 6 février au 9 mars, avec Patrick Leture, officier de la Marine Nationale à la retraite, en tant que président.

182 postes à pourvoir au CHU de Toulouse. Le CHU de Toulouse, qui cherche à recruter 182 personnes, organise un job dating au stade Ernest Wallon le 26 janvier, de 10h à 18h. Parmi les filières recherchées : administratif, paramédical, technique, logistique, information et recherche. Les pré-inscription sont ouvertes depuis le 5 janvier sur la plateforme de recrutement du CHU. Les candidats pourront également déposer leurs candidatures de façon spontanées le 26 janvier. Le CHU de Toulouse rassemble 130 spécialités et dispose de 3.000 lits. 16.000 personnes travaillent au sein du CHU (4.000 médecins et 12.000 personnels hospitaliers), qui recrute chaque année 1.500 personnes.

Port du futur. Du 24 au 26 octobre 2023, le port de Sète accueillera les 13e Assises du port du futur, annonce, le 12 janvier lors de la cérémonie des vœux à la communauté portuaire, Philippe Malagola, nouveau président du port de Sète.

Cémoi au régime. Le chocolatier Cémoi (siège social à Perpignan) se met au régime. La direction de l’ETI, employant 3.200 salariés, dont 2.200 en France, pour un chiffre d’affaires 2021 de 750 millions d’euros, vient d’annoncer un plan de restructuration aux partenaires sociaux. Dans le détail, le groupe belge Sweet Products, propriétaire de Cémoi depuis juillet 2021, prévoit une réduction des effectifs dans le service commercial, avec 30 postes touchés sur l’ensemble du territoire national, où Cémoi compte 9 sites de production (sur 14 au total). Est également annoncée une cessation des activités du site de Molsheim dans le Bas-Rhin, spécialisé dans les moulages décorés à la main et comptant 25 collaborateurs. « Un processus de recherche de repreneur pour le site est initié », assure le chocolatier. Enfin, le site de production des chocolats de Noël de Sorbiers, dans la Loire, va être cédé au groupe Savencia, qui va reprendre l’intégralité des 122 salariés de l’usine. L’industriel invoque « un contexte d’inflation généralisée des coûts de production et de baisse des volumes sur un marché de la confiserie de chocolat de plus en plus concurrentiel ». Joint par Les Échos, le délégué syndical CGT Damien Lhoste évoque « une explosion des coûts de l’énergie. Les factures d’électricité devraient atteindre 60 millions d’euros en 2023, au lieu de 22 millions en 2022, et 12 millions en 2021 ». Dans ce contexte tendu, des hausses de tarifs, comprises « entre 4 % et 8 % », ont été imposées l’an dernier aux distributeurs – Carrefour, Lidl, Aldi… Plus à lire cette semaine dans Les Échos.

Gallargues : l’aménageur de Cap Santé bientôt connu. À Gallargues-le-Montueux (Gard), de part et d’autre de la bretelle d’accès à l’autoroute A9, la ville et la communauté de communes Rhony-Vistre-Vidourle, lance, du côté est de l’autoroute, une nouvelle zone d’activité, baptisée Cap Gallargues. Vaste de 25 hectares, elle sera livrée début 2024. L’aménageur, qui sera sélectionné d’ici cet été, « investira environ 35 millions d’euros », indique aux Échos Philippe Gras, maire de Gallargues et président de l’intercommunalité. L’emplacement est idéal, entre Nîmes et Montpellier. Portée par la communauté de communes, en collaboration avec la mairie de Gallargues-le-Montueux, cette zone sera située sur l’ancien site d’un projet commercial de village des marques. « Le concessionnaire devra se plier à notre cahier des charges. La zone sera consacrée au domaine de la santé », précise Freddy Cerda, vice-président en charge du développement économique à la communauté de communes. Sur les 25 hectares, 16 seront urbanisés et 9 seront laissés à l’état naturel. 100.000 m² de surface de plancher sont projetés à terme. Plus à lire pour Les Échos, en cliquant ici.

Port de Sète (1/2) : la barre des 5 MT franchie. Le port de commerce de Sète, propriété de la Région Occitanie, enregistre un trafic de 5,3 millions de tonnes en 2022, au lieu de 4,8 MT en 2021, indique, le 12 janvier lors de la cérémonie de vœux à la communauté portuaire, son directeur général, Olivier Carmès. Le nombre d’escales maritimes (1.050) enregistre « un record », avec une hausse de 6 % par rapport à 2021, mais les escales fluviales (100) sont, elles, en baisse. Le chiffre d’affaires s’élève à 18,8 M€, en hausse de 11 % par rapport à 2021.
Parmi les secteurs en développement, le clinker, dont l’importation depuis la Turquie a démarré en juin 2019. Le trafic opéré par Cem’In’Log est ainsi passé de 190.000 tonnes en 2021 à 280.000 tonnes en 2022, avec un objectif final de 370.000 tonnes. Ce trafic est un symbole d’intermodalité : livraison de vrac en conteneurs par voie ferroviaire à l’usine de broyage de clinker de Tonneins, dans le Lot-et-Garonne (4 trains par semaine), et approvisionnement par voie fluviale (canal de Rhône à Sète puis Rhône) de l’unité de broyage de clinker à Portes-lès-Valence (Drôme).
Après avoir failli fermer il y a 3 ans, l’usine Saipol (importation de graines, trituration et export de tourteaux, huiles et biocarburants, groupe Avril) repart de l’avant. Elle confirme son implantation à long terme à Sète, avec une première phase d’investissement de 28 M€ et des projets de développement à partir de 2024-2025. Ce site pèse à lui seul 20 % du trafic du port, soit 1 MT / an, et emploie 110 salariés.
Autre trafic en progrès, l’activité bétail, avec 115.000 bêtes exportées, au lieu de 75.000 en 2021.
Le trafic roulier, en provenance de Turquie avec l’armateur DFDS, poursuit sa croissance : 4 escales par semaine depuis mars 2022, et une 5e depuis octobre dernier. 110.000 unités remorques-conteneurs ont été atteintes en 2022, après 65.000 en 2020 et 83.000 en 2021. « Une 6e escale est annoncée pour le 2e trimestre 2023, glisse Olivier Carmès. Ce développement est lié avec le développement du fret ferroviaire et la livraison, fin 2021, de la nouvelle plateforme ferroviaire portée par le port, la Région Occitanie et l’opérateur VIIA, pour un investissement total de 15 M€. Cette nouvelle plateforme a doublé la capacité en termes de stockage. » Autre point fort de cet équipement : la possibilité de charger en horizontal l’ensemble de la flotte de remorques, avec la technologie Modalohr. Plus à lire dans Le Journal de La Marine Marchande en cliquant ici.

Port de Sète (2/2) : la mise au gabarit du canal de Rhône à Sète en panne. Faute de travaux suffisants, le tirant d’eau du canal de Rhône à Sète est passé de 2,5 mètres à 2,1 mètres, entraînant une dégradation du trafic fluvial, descendu à 100.000 tonnes. Seules des bardes de 1.200 tonnes peuvent désormais circuler, et non pas celles de 2.000 tonnes, qui pourraient permettre d’atteindre un trafic fluvial de 300.000 tonnes par an. « Or, l’objectif de la mise au gabarit consistait à passer à 3 mètres de tirant d’eau, pour avoir des capacités de chargement supplémentaires, explique Olivier Carmès. Sur le ferroviaire, quand on évolue en technologie, nous parvenons à développer le trafic. Il faut que le canal du Rhône à Sète puisse aller au bout de ces investissements. » Les travaux manquants sont chiffrés à 60 M€. Le port de Sète et la Région Occitanie mettent la pression sur l’État, qui rechigne à mettre la main à la poche. « Il faut raisonner en termes d’impact carbone de ce transfert de la route vers l’intermodal. Un tel investissement garantirait une pérennité du canal pour environ 50 ans, à l’image d’un quai. » Olivier Carmès pointe une contradiction : « L’État demande au port de décarboner ses activités, d’où l’investissement que nous faisons dans le branchement à quai des navires. Cette opération ne génère pas de productivité, mais nous sommes d’accord pour y aller. Sur le fluvial, il faut que l’État mette en œuvre la même stratégie. Si on commence à exiger une rentabilité sur le fluvial, on ne le fera pas. Le recalibrage du canal permettrait d’éviter 50.000 camions par an sur la route. Aujourd’hui, l’État hésite, parce que l’analyse de la décarbonation n’est pas poussée jusqu’au bout. » À lire sur L’Antenne, « Sète capitalise sur le rail », en cliquant ici

Agriculture autonome. Du 7 au 9 février se tiendra la 7e édition du World Fira, forum international pour les solutions autonomes agricoles, en Haute-Garonne. L’occasion de présenter aux acteurs du secteur agricole les dernières innovations en termes de technologies, législations, recherches scientifiques… Au programme (ici) : des expositions, des démonstrations, des conférences, des colloques, du networking, etc. Inscription en ligne ici.
« Tracteurs, exosquelettes, robots : la Chambre d’agriculture du Gard met en avant les nouvelles technologies », à (re)lire dans Les Échos (décembre 2022).

Hackathon Energia Tech. Booster les innovations dans les énergies et le numérique : c’est l’esprit de Hackaton Énergia Tech, programme régional de détection et d’accélération des entreprises et porteurs de projets qui développent des innovations dans les énergies et le numérique. Un appel à projet est lancé jusque début février, dans le cadre de la 3e édition, qui se déroulera les 30 et 31 mars au Célimer-Ifremer. La 2e édition s’était déroulée à Toulouse en septembre 2021. Pour cette 3e édition, trois catégories sont ouvertes : créateurs d’entreprise innovante, entreprises régionales et nationales. Présentation des projets sélectionnés à partir du 13 février. Les lauréats remporteront le Prix Blue, avec une dotation de 3.000 € remise par l’agence d’attractivité économique Blue (directeur : Pascal Pintre), un accompagnement à la réussite par les partenaires organisateurs* et un suivi par les pépinières Gigamed (Bessan), Flex (Sète) et Innovosud (Béziers) pendant un an. Les entreprises d’Occitanie et hors Occitanie remporteront la valorisation de leur projet et la communication sur différents supports médias. L’événement est sponsorisé par Blue Invest in Sète Cap-d’Agde. Il rassemblera plus de 120 personnes désireuses de soutenir et d’accélérer des projets autour de 6 sujets : économiser, produire, distribuer, mesurer, planifier et valoriser.
* SLB, Région Occitanie, Agence Ad’Occ, EDF, Enedis, le BIC de Montpellier Méditerranée Métropole, l’école EPF, la pépinière FLEX, la pépinière Gigamed, la pépinière Innovosud, le pôle de compétitivité Derbi, le cluster Digital 113.

L’aéronautique recrute en Occitanie Ouest. Liebherr-Aerospace Toulouse, fabricant de systèmes d’air innovant pour l’industrie aéronautique et sous-traitant d’Airbus, souhaite recruter 130 salariés en ce début 2023 (Actu Toulouse). Pour cela, l’entreprise organise la 5ème édition de son événement « Expert’s meeting », le 30 janvier. Pour l’occasion, les potentiels candidats pourront échanger avec des experts et passer des entretiens auprès des recruteurs. Ils auront également la possibilité d’accéder à un simulateur de vol. Parmi les postes à pourvoir : ingénieur concepteur moteur, ingénieur performance thermodynamique, responsable projet système ou chaîne électrique, acheteur, logisticien fournisseur… Liebherr-Aerospace Toulouse emploie 1.500 salariés sur ses deux sites (Toulouse – 31, Campsas – 82) et réalise un CA 2021 de 457 M€.
De son côté, Capgemini, acteur du conseil et de la transformation du numérique dont 60 % de son activité dépend de l’aéronautique et du spatial, prévoit de recruter plus de 1.200 personnes en CDI à Toulouse durant l’année (La Tribune).

Clinique du Grand Avignon : près de 10 M€ investis. Regrouper l’ensemble des offres de santé sur un même site. C’est le projet porté par la clinique du Grand Avignon, située sur la commune des Angles, dans le Gard. « Nous voulons procéder à l’extension et la réhabilitation de la clinique », explique aux Échos Perrine Bisbal, directrice de l’établissement. Le montant global de l’investissement est évalué à près de 10 millions d’euros : 5 millions dans un hôtel hospitalier, réalisé par la clinique du Grand Avignon, et 4,5 millions dans une maison médicale, portée par des professionnels de santé. La livraison est prévue pour le deuxième trimestre 2024. L’architecte est Renaud Chassagne (SEV Architectures, Lyon). Plus à lire dans Les Échos, en cliquant ici.

Ocergy. L’entreprise franco-américaine Ocergy (PDG : Dominique Roddier) s’apprête à déployer au large de Port-la-Nouvelle sa première bouée de collecte de données spécialisée dans les installations d’éoliennes offshore, indique la Région Occitanie le 10 janvier. Les Indiscrétions en avaient parlé dès le 9 janvier. Les opérations d’assemblage sont réalisées par Europort. Ocergy a mis au point, avec l’aide d’un consortium d’industriels et d’universitaires d’Occitanie (Université de Perpignan CREM – UPVD, Ecocean, Tachyssema, Sens of Life), une bouée destinée à collecter des données en matière de biodiversité (faune aquatique) et de géophysique (courants, vents, etc) qui sera testée dans le golfe du Lion notamment dans la perspective du développement de l’éolien flottant en Méditerranée. L’objectif : préparer l’implantation des éoliennes flottantes par la connaissance du milieu naturel et des contraintes environnementales. Cette bouée sera inaugurée le 24 janvier, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Deux fermes pilotes de 3 éoliennes chacune, d’une puissance totale de 60 Mégawatt, seront installées en 2023 et 2024, suivies par un premier parc éolien commercial de 250 Mégawatt à partir de 2028 lui-même complété par un parc 500 Mégawatt dans les 2 années suivantes.

10 M€ pour requalifier Narbonne-Plage. La Ville de Narbonne prévoit d’investir 10 M€ dans le réaménagement de Narbonne-Plage, apprend-on auprès de L’Indépendant. Les études portent sur une zone de 3 hectares : boulevard de la Méditerranée, Terrasses de la mer, front de mer et parking de l’avenue des Cigales. Architecte-conseil : l’audois Jacques Ferrier. L’idée est de briser la coupure entre promenade goudronnée et plage en contrebas, et « d’homogénéiser sols, matériaux, éclairage, mobilier, végétaux ».

Toulouse : des loyers stables. Les loyers dans la Ville rose sont stables en 2022 par rapport à 2021, avec un loyer de marché médian (logements loués à partir du 1er janvier) de 11,6 €/m2 (contre 11,5 €/m2 en 2021), indique l’Organisme Local des Loyers (OLL) de l’agglomération toulousaine, animé par l’Agence d’urbanisme et d’aménagement de Toulouse aire métropolitaine (AUAT). « La collecte des informations a été réalisée au premier trimestre 2022, l’impact de l’inflation n’est donc pas encore visible », précise l’OLL. L’impact du « bouclier loyer », mis en place cet été pour limiter la hausse de l’Indice de Référence des Loyers (IRL) avec un plafonnement de 3,5 % pour les révisons de loyer faites entre le 3e trimestre 2022 et le second trimestre 2023, sera quant à lui visible lors de la prochaine collecte qui a lieu depuis le 1er janvier jusqu’au 1er mars. Toulouse présente toujours des loyers de marché médians au m2 plus élevé que ceux de la périphérie (12,4 €/m2, pour 10,6 €/m2). 63 % du parc locatif privé est représenté par les T2 et T3, dont les loyers sont également proches de ceux de 2021. Pour en savoir plus, l’OLL et l’AUAT mettent à disposition les résultats sur leurs sites internet, ici et . Une carte des loyers, publiée par le ministère chargé de la Ville et du Logement en partenariat avec l’ANIL en décembre 2022, présente le montant moyen, charges comprises, des loyers dans chaque commune (disponible ici).
Réunis en réseau soutenu par le ministère du logement, les 30 observatoires des loyers enquêtent sur une cinquantaine de territoires pour comparer les niveaux de loyers entre agglomérations, avec une méthode commune de collecte et traitement des données.

Un fonds de dotation régional pour le sport de haut niveau. Lancement, le 7 février prochain, lors de l’Open de tennis Sud de France (Montpellier), du fonds de dotation Objectif Performance Occitanie, pour soutenir le sport de haut niveau en Occitanie. Ce fonds est créé sous le patronage du CROS (comité régional olympique et sportif) Occitanie, de la DRAJES (délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports), de l’ancien rugbyman Marc Lièvremont, la kayakiste lozérienne Brigitte Guibal et l’athlète handisport Orianne Lopez. Seront notamment présents le handballeur Michaël Guigou, la triathlète Alexia Bailly, la Banque Populaire du Sud… « Peu d’informations circulent sur les conditions de vie des sportifs de haut niveau, notamment sur le fait qu’ils ne peuvent pas toujours vivre de leur pratique sportive, indique le CROS Occitanie. Pourtant, pour beaucoup, c’est le projet d’une vie et des sacrifices au quotidien. De même, les coûts des structures d’entrainement sont importants et nécessitent de rechercher de nouvelles sources de financement pour accompagner la performance. »

Mercier Carrelages s’agrandit à Alès. L’entreprise Mercier Carrelages (fondateurs : Éric et Alain Mercier, 7 salariés), spécialiste du revêtement sol et mur, salle de bains et décoration, est autorisée à effectuer des travaux d’agrandissement dans son magasin situé à Alès. La création de 1.451,40 m2 dans la partie dédiée au stockage du magasin permettra d’étendre l’espace dédié à l’accueil de la clientèle. L’autorisation a été délivrée le 3 janvier par la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) du Gard.

GT2I ouvre son capital à ses salariés

 

Spécialisé dans les équipements de sport automobiles, GT2I (Montpellier) ouvre une partie (le pourcentage n’est pas précisé) de son capital à ses salariés, apprend-on le 10 janvier.

GT2i ouvre son capital à ses salariés

Associer les salariés. « Même si nous avons reçu beaucoup d’offres de rachat de l’entreprise, nous avons choisi de ne pas la céder à un acteur extérieur. Dans l’intérêt de nos clients, nous préférons préserver nos valeurs en transmettant une partie de GT2I à nos salariés », explique Yves Maurel, co-dirigeant de GT2i aux côtés de Richard Thiery.

90 % des employés actionnaires. Les co-dirigeants de GT2I ont proposé fin 2022 à leurs collaborateurs d’investir dans une holding de management via une opération de leveraged buy-out (LBO, montage financier permettant le rachat d’une entreprise en ayant recours à l’endettement, note). Plus de 90 % des salariés ont accepté de prendre part au capital l’entreprise montpelliéraine. Le pourcentage du capital détenu par les salariés n’est pas dévoilé.

Investisseurs privés. À cette opération de transmission sont associés les fonds d’investissement Irdi Capital Investissement, Sofilaro, ainsi que le Crédit Agricole du Languedoc et la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon. « Irdi et Sofilaro ont investi dans cette nouvelle opération, comme ils l’ont réalisé à deux reprises depuis 2011. Ils ont également apporté leur conseil et leur expertise aux dirigeants de GT2I dans la réalisation de cette opération stratégique », précise aux Indiscrétions GT2i.

L’équipe dirigeante s’agrandit. Richard Thiery et Yves Maurel, qui coprésident le directoire du groupe, nomment Guillaume Galiana, employé depuis 2012, au poste de directeur général, et Ludovic Martin, consultant depuis 2018, directeur associé en charge des projets stratégiques.

Nouveaux sièges. « GT2I a développé une nouvelle gamme de sièges baquets de compétition adaptée aux nouvelles normes de sécurité de la fédération internationale d’automobile, qui offrent un confort accru aux pilotes », déclare le groupe.

Rendez-vous automobiles. Les équipes de GT2I vont participer, en tant qu’exposants, à la 47e édition du salon Rétromobile (salon international de voitures de collection et de voitures anciennes), qui se déroulera du 1er au 5 février aux portes de Versailles à Paris. Quelque 620 exposants présenteront au total près de 1.000 modèles de véhicules (communiqué de presse ici). « Nos équipes seront également mobilisées pour le Rallye Monte-Carlo qui marque traditionnellement le début de la saison des rallyes », indique GT2i.

22,1 M€ de CA. GT2I est l’une des filiales du groupe FLB qui réalise l’an dernier 22,1 M€ de CA, contre 17,5 M€ en 2021. Le groupe FLB compte également GT2I Rally en Espagne, GT2I Suisse et Performance Parts, structure spécialisée dans la vente de pièce automobile aux professionnels en B2B. Le groupe FLB compte 65 collaborateurs au total. Il livre plus d’1 million de pièces par an. 

Plus de décodages ici

Petit-déjeuner thématique. La CCI de l’Hérault et Axylis, acteur du conseil aux entreprises et de l’expertise-comptable sur la région Sud ouest, organisent un petit-déjeuner le 20 janvier, de 8h30 à 10h, au parc des expositions de Béziers. Objectif : informer les entreprises sur les différentes solutions à adopter face à l’augmentation du prix de l’énergie. Au programme, une présentation d’un panorama et des actualités sur les aides disponibles et les bonnes pratiques, par Guillaume Devaux-Bireloze, chargé de mission transition écologique et énergétique à la CCI Hérault ; une présentation des nouvelles aides transition, par la Région Occitanie ; et un atelier sur le thème « Comment calculer et répercuter la hausse des prix », animé par Erick Menivale, du pôle gestion et conseil d’Axylis. Inscriptions et informations ici.
Axylis est présent sur tout le territoire Sud ouest, avec 15 agences réparties de Béziers à Biarritz en passant par Toulouse, Pau, Albi et Narbonne. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 10 M€ en 2020.

NFL Biosciences subventionné à hauteur de 200 k€. La société biopharmaceutique NFL Biosciences, qui développe notamment NFL-101, un médicament pour le sevrage tabagique, reçoit une subvention de 200 k€ pour son étude clinique PRECESTO, annonce le groupe le 11 janvier. Cette étude doit permettre de « valider la complémentarité de NFL-101 avec les autres traitements de sevrage tabagique et notamment les substituts nicotiniques », précise le groupe. La subvention est portée à part égale par la Région Occitanie et l’État.
« NFL Biosciences s’attaque au sevrage avec un médicament extrait du tabac », pour Les Échos ici (juin 2021).

Le montpelliérain Intrasense ouvre son capital à hauteur de 8,8 M€. Spécialiste des solutions logicielles d’imagerie médicale, la société montpelliéraine Intrasense (56 salariés) ouvre son capital au groupe Guerbet à hauteur de 39 %, représentant 8,8 M€, apprend-on le 11 janvier. Le groupe Guerbet prévoit d’ores et déjà de déposer un projet d’offre publique d’achat portant sur les actions acquises et sur les valeurs mobilières de la société. Prix fixé par action : 0,44 euro.

Un avion équipé d’ailes pliables : c’est le projet mené par Airbus afin d’améliorer l’aérodynamisme et de réduire l’empreinte carbone des vols, lit-on sur Actu Toulouse le 13 janvier. Le projet s’inspire de l’albatros, avion d’entraînement militaire. « Face à une bourrasque de vent, l’albatros peut déverrouiller ses ailes pour mieux naviguer », soutient Airbus.

Valoriser les protéines végétales. L’agence de développement économique Ad’Occ et le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest organisent le 19 janvier, de 11h à 12h, un webinaire destiné à présenter l’appel à manifestation d’intérêt « Innovation et pour la transformation et la valorisation des protéines végétales ». Inscription au webinaire en cliquant ici.

Rencontres de l’innovation. Le 2 février se réuniront à la Cité de Toulouse les acteurs de l’innovation à l’occasion d’Occitanie Innov, les rencontres de l’innovation, organisées par Ad’Occ et la Région Occitanie. Au programme, deux conférences animées par l’économiste et écrivain Philippe Dessertine et Jalil Benabdillah, vice-président de la Région Occitanie, des workshops thématiques (les étapes clés pour réussir son parcours d’innovation, protéger son idée, attirer et fidéliser les talents pour innover…) et des pitchs auprès d’experts de l’innovation. Plus d’infos en cliquant ici

Gard : six cafés d’échanges en janvier et février. Le Club des Entrepreneurs Vidourle Camargue organise « La Tournée du Territoire », destinée aux chefs d’entreprises. Ce groupement est porté par le PETR Vidourle Camargue et coanimé par la CCI du Gard et la CCI de l’Hérault. Au total, 6 cafés d’échanges (de 8h30 à 9h30) sont programmés : en janvier, le 17 janvier à Vauvert, le 24 à Gallargues-le-Montueux, et le 31 à Aigues-Mortes ; en février, le 7 à Calvisson, le 14 à Sommières, et le 16 à Lunel, seule incursion dans l’Hérault. Pour s’inscrire, il suffit de cliquer ici.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Zoom

Zoom

9

Une info passée au crible

Mobilités, urbanisme, politique : vœux-fleuve de Delafosse à la presse

Devant la presse réunie, ce 11 janvier au Mo.Co, le maire de Montpellier se fixe comme résolution 2023 de « faire plus court » dans ses prises de parole. Mais on ne change pas les rayures du zèbre : près de 2h30 plus tard, les questions/réponses se poursuivent. Mobilité, urbanisme, relations glaciales avec le PS national… Morceaux forcément choisis.

Michaël Delafosse, Montpellier Méditerranée Métropole, voeux 2023 à la presse, Les Indiscrétions 16 janvier 2023

2h30 d’échanges, le 11 janvier au Mo.Co entre Michaël Delafosse et mes super copains journalistes – on est une grande famille, si si. ©Hubert Vialatte

Design des bus tram. Alors que le design de la 5e ligne de tramway va être dévoilé au public ce 21 janvier au Jardin des Plantes, le maire de Montpellier annonce le lancement de l’appel à projet pour le design des futures lignes de bus tram, prévues en 2025.

Les rails arrivent. Les premiers rails de la ligne 5 de tramway arriveront « en juin », et seront posés au nord, vers la faculté Paul-Valéry. Dans le secteur Clémenceau (centre-ville), « on va beaucoup creuser. De gros travaux de réseaux vont être entrepris. Nous ne négligeons rien, en matière de réseaux d’eau, d’assainissement, de gaz, de fibre… »

Gratuité. L’année 2023 sera celle de la mise en place effective de la gratuité des transports collectifs, pour les habitants de la métropole. Une mesure que Michaël Delafosse entend brandir comme vecteur d’attractivité. « Nous serons le plus grand réseau de transport d’Europe à adopter la gratuité. Il faut le mesurer. D’autres se posent des questions, comme le gouvernement espagnol pour ses transports régionaux, ou la municipalité de Heidelberg (ville jumelle de Montpellier) en Allemagne. »

Économies. Même si, d’après l’édile, « les capacités d’autofinancement de la Ville et de la Métropole sont satisfaisantes, on fait attention à tout, pour réaliser des économies ». Par exemple, « nous ne pourrons pas nous repayer le concert de France Télévisions place de l’Europe. Le nombre de directrices et directeurs est passé de 64 à 23. Avant, c’était l’armée mexicaine ! Nous avons procédé à la fusion de la Serm-SA3M et ACM Habitant, pour créer Altémed. Le travail d’Olivier Nys (DGS), un grand commis de la territoriale, a permis de réaliser 5 M€ d’économies ».

Versement Mobilité. Alors que le Medef Montpellier redoute une hausse du Versement Mobilité (100 M€ versés chaque année par les entreprises), M.Delafosse a réagi par un frêchien et emphatique « Ohohohoh ! » « Avec la suppression de la CVAE, le gouvernement a fait des choix très forts pour les entreprises. Je concède que des zones entières d’emploi sont mal, ou pas du tout, desservies par les transports en commun. Le futur réseau de bus à haut niveau de service va changer les choses, notamment au Millénaire. »

RER métropolitains : pas que du rail. Le concept de RER métropolitain, remis sur le devant de la scène par Emmanuel Macron, « ne se résumera pas au ferroviaire stricto sensu. Cela peut être des bus à haut niveau de service, ou une extension de ligne de tramway, ou le doublement de la ligne 3 vers Lattes et Pérols… »

PS : « peu de sympathie » pour Olivier Faure. Socialiste de toujours, il ne fait pas mystère de son désarroi sur l’état de son parti. Il a « peu de sympathie pour l’actuelle direction du PS, qui ne fournit pas assez de travail. Je suis en colère contre cette direction. Personne ne sait ce que les socialistes pensent, sur l’éducation, la laïcité, la sécurité, la vaccination contre le Covid… et ça, ça me fait mal au cœur. On est dans une période de confusion des idées, là où il faut une clarté d’idées et de programmes. Je suis sidéré quand Olivier Faure (actuel Premier secrétaire) dit ne pas considérer les abayas comme un vêtement religieux. Quel honneur d’avoir ici, à Montpellier, une école Samuel Paty, là où tant d’autres se sont couchés (sic). »
En référence à la Nupes, il ne veut pas d’alliance « contre-nature. Si la gauche flirte avec le populisme, à ce jeu-là, c’est l’autre populisme qui gagne. Je suis prêt à être minoritaire avec cette conviction. » Il tacle la dernière vidéo d’Olivier Faure (se mettant en scène dans un faux Monopoly contre Emmanuel Macron), la qualifiant de « débile ». Et soutient, lors du Congrès du PS, le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol.

Tour d’Assas : par grignotage. La tour d’Assas, dans le quartier Mosson, va être, dans le cadre du programme de renouvellement urbain, « grignotée, et non pas détruite par explosion, car elle est amiantée. Désolé pour les photos ! Nous commencerons en septembre ».

Magistère du temps long. Si le maire-président s’insurge contre des procédures trop longues pour faire aboutir des infrastructures stratégiques (contournement routier ouest de Montpellier en 2029, ligne ferroviaire Montpellier-Béziers en 2034), il plaide pour un « magistère du temps long, pas facile à l’ère de Twitter ». Avec, comme exemple, la modernisation du CHU, prévue à l’horizon 2035.

Aider les entreprises à grandir. Transition, accompagnement à la 2e phase de développement des entreprises, coopération avec les autres territoires* et internationalisation : voici les 4 vocations de la future agence de développement économique, dont le lancement devrait être à l’ordre du jour du conseil métropolitain de mars. Cette agence, menée par Alex Larue (ex-candidat LR aux municipales), ne sera pas une agence d’attractivité, à la différence de Blue (Sète-Agde). « Elle aidera les entreprises à se développer, en fournissant de l’ingénierie. Nous sommes bons pour accompagner la création. Mais se pose l’enjeu de la pérennité des entreprises. L’agence mutualisera nos forces avec les autres intercommunalités. Elle prendra un rôle sur la transition et la décarbonation du territoire. »
* Ont délibéré à ce jour les communautés de communes de la Vallée de l’Hérault, du Lodévois-Larzac et du Clermontais. Quatre ou cinq autres territoires voisins de la métropole doivent délibérer dans les semaines à venir. Les statuts seront ensuite passés avec les membres fondateurs. 

Extension du marché d’intérêt national. Le marché d’intérêt national (MIN) Mercadis va faire l’objet d’un ambitieux schéma d’extension et de modernisation. Ce dernier est réalisé en lien avec le bureau d’études Élan, dirigé par Florence Bénéteau. « Des duretés foncières sont en train d’être traitées avec les services de l’État, indique-t-il. Nous souhaiterions rouvrir la voie de chemin de fer, pour travailler sur la décarbonation de la logistique urbaine. Les clémentines des Pyrénées-Orientales partent à Rungis (Paris Sud) pour revenir ici ! » Olivier Nys complète : « Un MIN nouvelle génération se profile à terme. L’idée est de gagner en performances sur les circuits courts, les offres, le bilan carbone. Une feuille de route sera présentée cet été. Il s’agira d’un plan d’investissement lourd, sur plusieurs années. »

PLUI. Comme l’a montré le dernier Lab Immo de Midi Libre, en novembre, « il y a, c’est vrai, des débats entre maires de communes de la métropole sur la forme urbaine à adopter dans la prochain PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) Climat. Mais l’objectif, c’est de réduire de 25 % l’artificialisation des sols par rapport aux prévisions initiales. C’est un effort considérable. On va y arriver. Nous devons consommer moins d’espace. Le PLUI sera finalisé fin 2023 ou début 2024. Il comprendra beaucoup de réinvestissement urbain. Trop d’artificialisation crée des îlots de chaleur. » Sur les places de parking, l’une des pommes de discorde apparues lors du Lab Immo entre, d’une part, les maires de Pérols et de Saint-Jean-de-Védas, et, d’autre part, Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier : « Le modèle de 3 ou 4 voitures par logement, quand on est à côté des transports en commun, ce n’est plus possible. »

3 questions à

3 questions à

Nacer Ghemid, Cruel Dilemme

« La chaussette, c’est la nouvelle cravate »

Que fait l’équipe des Indiscrétions pendant les vacances ? On garde un œil sur l’actu. Qui peut parfois se nicher au détour d’un achat dans un centre commercial. Rencontre avec Nacer Ghemid, créateur de la marque de chaussettes ‘Cruel Dilemme’ en 2020, aux Galeries Lafayette Montpellier, le 28 décembre dernier. Avant, il était responsable de boutique pour une enseigne de prêt-à-porter. Après un licenciement économique, il part dans ce projet, avec deux autres actionnaires. Depuis 2020, les médias ont contribué à propulser la marque, moins bien référencée sur le Net que ses concurrents. « Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Nacer, quelle est la singularité de Cruel Dilemme ?
Des chaussettes dépareillées et combinables. Il y a 6 univers graphiques, déclinés en 5 couleurs. Les 6 univers sont interchangeables entre eux, d’où le nom de ‘Cruel dilemme’. De fait, quand on ‘perd un pied’ (une chaussette), on peut le marier sur la même gamme chromatique ou graphique. Les chaussettes se marient toutes entre elles. Il y aura toujours une cohérence visuelle, grâce aux couleurs flashy, au bleu de Montpellier, au liseré orange, signature de ‘Cruel Dilemme’, qu’on retrouve sur le haut de la tige et l’extrémité du pied, et au placement des motifs, identique.
Les 6 univers graphiques : étoile, animal, moods (humeurs), pixels, cœurs et Tropic. Le concept est labellisée Origine France Garantie. La conception, les dessins, le traitement et l’expédition s’opèrent à Montpellier, et le tricotage des chaussettes à côté de Limoges, chez Broussaud Textiles, une entreprise du patrimoine vivant.

Comment réagit le marché ?
Le lancement, en septembre 2020, a été timide, sur fond de gros repli de la consommation textile pendant le Covid. Je n’étais que sur mon site internet, face à des poids lourds usant de référencements, ce qui n’était pas mon cas. Certains médias se sont penchés sur ma marque. Cela m’a apporté beaucoup de visibilité. Le volume de ventes a doublé entre 2021 et 2022 (chiffre d’affaires non communiqué), malgré un contexte chahuté : Covid, guerre en Ukraine, inflation… Depuis fin mars 2022, le groupe Galeries Lafayette me suit dans mon projet. C’est mon premier point de vente physique. J’en espère d’autres !
On subit beaucoup l’inflation. Les coûts de fabrication sont très élevés, et ont augmenté d’environ 35 % en un an. Cruel Dilemme se positionne sur un créneau premium. La paire de chaussettes reste à 15 euros, sans pour l’instant augmenter les prix. Je diminue plutôt le volume de productions.

Pourquoi as-tu choisi les chaussettes ?
J’adore l’univers des baskets et des chaussures. Je voulais créer quelque chose qui sublime le pied, qui apporte du fun et qui soit identifiable. Or, la chaussette est un espace d’ouverture, où l’on peut créer à l’infini. La chaussette, c’est la nouvelle cravate ! Ma génération ne met pas de cravate. Et celle d’après ne le fera pas non plus, je pense. Il n’y a pas, dans la chaussette, ce côté strict et uniformisé de la cravate. On peut y mettre du motif, des couleurs, de la gaieté, même sous une blouse de médecin à l’hôpital. Une paire de chaussettes en dit long, aussi, sur la personnalité de celle ou celui qui la porte !

Retrouver l’univers coloré et orangé de Cruel Dilemme en cliquant ici, et encore plus en cliquant là.

Dernière minute : Cruel Dilemme annonce l’arrêt de la marque ce mercredi 18 janvier sur son compte Instagram. Rien ne pouvait nous laisser présager une décision aussi brutale alors que nous avions interrogé le dirigeant trois semaines auparavant sur ses perspectives 2023, et que ce dernier n’avait rien laissé filtrer quant à d’éventuelles difficultés. 

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Un peu de culture média. En 2022, la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels a délivré 34.043 cartes, indique, ce 16 janvier, Bénédicte Wautelet, présidente de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels. « Un chiffre en baisse d’un peu plus de 1 % par rapport à 2021. Cette érosion fait passer le nombre de journalistes actifs sous la barre des 34.000 (417 cartes attribuées sont des cartes de journalistes honoraires) », indique-t-elle.
Parmi ces 33.626 journalistes actifs, la parité continue à progresser. La répartition est aujourd’hui de 17.431 hommes, 16.107 femmes et 88 personnes qui se sont déclarées neutres. Les femmes sont majoritaires depuis plusieurs années dans les premières demandes de carte de presse (53 %). Les premières demandes de carte continuent de progresser avec 1.950 primo-demandeurs en 2022 (+ 4,7 %). Sur 35.510 dossiers de cartes examinés, elle n’a émis que 501 refus (1,4 %).
Plus à lire en cliquant ici

La phrase

« Il est important de tisser des liens entre les ports de Sète et de Port-la-Nouvelle (tous deux propriétés de la Région Occitanie, note). Un conseil interportuaire a été lancé en décembre, pour favoriser le dialogue et la connaissance des projets respectifs. Nous souhaitons éviter les rivalités stériles et favoriser une démarche partagée et constructive. »

Didier Codorniou

premier vice-président de la Région Occitanie délégué à la Méditerranée, président du Parlement de la Mer, le 12 janvier à Sète, lors de la cérémonie des vœux à la communauté portuaire

On s’en fout

Bilan carbone, dispositifs d’insertion sociale, appels à des producteurs locaux, dons à des organismes caritatifs, politique de bien-être au travail des salariés… On demande de plus en plus, et c’est positif, de valoriser les critères RSE (responsabilité sociétale des entreprises) dans les consultations et les appels d’offres. Certains critères, pourtant stratégiques, restent cependant oubliés, ou difficiles à mettre en avant. Je prendrai trois exemples simples et parlants.

Dans le cadre d’une constitution de dossier, je me rends chez un ami – nous réalisons ensemble le document. Il s’agit de mettre en valeur des critères RSE. Recherche d’actions engagées, rédaction des textes, mise en forme des documents… Nous n’avons guère le droit à l’erreur. À un moment, je regarde par la fenêtre de sa maison, une bâtisse aux murs sans âge. Je perçois la vie du quartier, vrai et authentique. Pas bobo pour un sou. Je lui lance : « Tu as fait le choix de vivre dans un quartier populaire, connecté à la ville, à ses réseaux de transport. On ne peut pas s’en servir d’argument, bien sûr, dans notre document. Mais pour moi, résider dans ce quartier depuis autant d’années, c’est un engagement RSE. Avec ton niveau de vie, tu pourrais habiter dans une maison plutôt cossue, dans un village aisé, en périphérie. » Or, on sait, à l’heure du Zan (zéro artificialisation nette), le coût environnemental du rêve américain, fait d’étalement urbain, de pavillon individuel et de déplacements incessants en voiture.

Autre exemple : j’ai toujours fait le choix d’habiter en ville, car je couvre des actualités essentiellement urbaines. Pour sentir le cœur d’une ville, et connaître ses habitants, je pense qu’il faut y habiter, aller au marché le samedi matin, sortir de temps en temps etc. Le privilège d’exercer le métier de journaliste impose aussi, à mon sens, cette rigueur. Un engagement RSE vis-à-vis de la déontologie du métier, en somme. Peu de gens le savent : naguère, les chefs de « locales » (agences de journaux couvrant l’actualité de la ville-centre) devaient, contractuellement, habiter dans la commune. Aujourd’hui, la plupart des cadres journalistes habitent loin de leurs lecteurs. Avec le risque, en les perdant de vue, de les perdre tout court.

Dernier exemple de RSE implicite, pourtant porteur de sens : se frotter à plus pauvre que soi. Pas pour se donner bonne conscience, mais pour échanger, observer, vivre ensemble, relativiser, faire œuvre d’humilité. Ce n’est pas très compliqué. Au stade, aller en tribune populaire plutôt qu’en loges. Pour y aller, prendre parfois le tramway et lâcher le scooter. Aller à la piscine municipale à l’heure de pointe l’été (ce n’est pas triste). Prendre un café dans un bar de quartier, et non dans un lieu peuplé de vos sosies sociaux. En me relisant, je ne suis finalement pas si mal, en actions RSE !

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse
9

Ils et Elles bâtissent nos villes

Reconstruction des arènes du Crès : l’architecte bordelais King Kong Five lauréat

 

Démolition et reconstruction des Arènes du Crès

Les futures arènes du Crès (34).

 

La Ville du Crès, située dans la métropole de Montpellier, investit environ 6 M€ dans la démolition-reconstruction de ses arènes. Maître d’œuvre retenu : Atelier King Kong Five (Bordeaux). Le permis de construire doit être déposé au cours du 1er trimestre, au cours duquel la démolition de l’actuelle enceinte est réalisée par l’entreprise catalane Sempéré et Fils (Pia). Maîtrise d’œuvre pour la démolition : Cabinet CoO Architectes (Montpellier). Le projet prévoit « un nouveau cœur de vie avec des commerces ». Début du chantier au 1er trimestre 2024, pour une livraison des nouvelles arènes (800 places) au printemps 2025.

_______________________

 

Montauban : un friche industrielle rénovée pour l’Armée d’ici 2024

 

Les anciens locaux de la Seita vont servir au 17e RGP

Les anciens locaux de la Seita vont servir au 17e RGP ©Groupe La Dépêche

 

Les anciens locaux de la Seita (société d’exploitation industrielle des tabacs et des allumettes), situés à Montauban (82) et classés au rang de friche industrielle, vont être rénovés par l’entreprise haute-garonnaise Cassin TP d’ici 2024 au profit du 17ème régiment du génie parachutiste (RGP), lit-on dans La Dépêche (12 janvier). Vaste de 12 hectares et propriété de l’Armée, ce site permettra « d’entretenir, réparer et stationner l’ancien et le nouveau matériel », déclare un commandant en second du 17e RGP. 5 bâtiments seront construits pour accueillir les quelque 1.000 personnes du 17ème RGP. L’investissement total s’élève à 20 M€. Début 2024, une trentaine de véhicules blindés multi-rôle légers à roues vont rejoindre la flotte du 17ème RGP, leur permettant de renouveler progressivement les 200 véhicules de 30 ans d’âge.

_______________________

 

Stade Aimé-Giral (Perpignan) : vers un agrandissement à 15 M€

 

Stade Aimé-Giral, Perpignan, Les Indiscrétions 16 janvier 2023

Stade Aimé-Giral à Perpignan ©ComatelecSchréder 

 

15 M€ devraient être injectés dans l’agrandissement de la grande loge panoramique de la tribune Desclaux du stade Aimé-Giral (Perpignan) et la réalisation d’un nouveau grand réceptif, nous apprennent, en amont d’une conférence de presse prévue ce 17 janvier, nos confrères de L’Indépendant. Le stade Aimé-Giral est l’antre historique de l’USAP (Union sportive arlequins perpignanais), club de rugby à XV. Le projet est défendu par François Rivière, président de l’USAP. Il souhaite développer l’offre réceptive pour attirer de nouveaux partenaires. L’agrandissement permettrait d’obtenir 1.000 places partenaires en plus des 1.500 places actuelles (contre 2.500 à Bayonne, ou 3.200 à La Rochelle).

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

Aménagement 🏗️

Occitanie Est 

La commune de Perpignan lance un avis pour la réalisation d’aménagements paysagers. 

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

La commune de Perpignan lance un avis pour les travaux de modernisation du palais des expositions. 

Montpellier 3M lance un avis pour la rénovation lourde machine à laver tramways du dépôt Jeune Parque. 

La Spl Agate lance un avis pour la mission de maîtrise d’œuvre dans le cadre de la réhabilitation et de l’extension de l’école élémentaire communale de Saint Mamert du Gard. 

L’Université de Montpellier lance un avis pour les travaux de mise en sécurité des ascenseurs sur différents sites de l’Université. 

L’OPH 11 lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour l’aménagement de l’agence commerciale d’Habitat Audois à Carcassonne. 

La Communauté de Communes Sud-Hérault lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la construction d’un multi-accueil de 24 places à Puisserguier. 

La Sa3m lance un avis pour la réalisation de travaux de confortement structurel dans le cadre de la rénovation du Carré St Anne à Montpellier. 

La ville de Pérols lance un avis pour AMO pour le projet de restructuration des Arènes. 

Occitanie Ouest 

La société de la mobilité de l’agglomération toulousaine lance un avis pour les travaux de réalisation d’une matériauthèque mettant en œuvre des prototypes des éléments transverses habillant et équipant les stations de la future troisième ligne de métro de Toulouse. 

Le Département du Lot lance un avis pour la réparation du pont de Touzac. 

Le Département des Hautes-Pyrénées lance un avis pour les travaux d’amélioration et d’aménagement du réseau routier structurant. 

La commune de Castelsarrasin lance un avis pour les travaux de réhabilitation d’une ancienne clinique en structure pôle enfance. 

Communication 📣

Occitanie Est 

La Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or lance un avis pour l’impression des journaux de communication de la communauté. 

Eau / Assainissement 💧

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La mairie de Béziers attribue le marché d’accord-cadre à marchés subséquents pour la réalisation de MMO et missions connexes en bâtiment à Kore Architect, Bel*Christine, Groupement Soc D’Etudes Techniques Et Industrielles/ Awaw et Groupement Duru Carole Nathalie / Mb structures beel blancart et associes debray patrick. Valeur totale du marché : 400 000 euros. 

Sète Agglopôle Méditerranée attribue le marché de concession du service public de collecte et transport des eaux usées des communes de Marseillan, Mireval et Vic la Gardiole à Veolia Eau – Compagnie Generale Des Eaux. Valeur totale du marché : 1 666 000 euros.  

Le Conseil départemental de l’Ariège attribue le marché de mission de maîtrise d’oeuvre pour la réalisation d’infrastructures de communications électroniques haut débit et très haut débit sur le département à EGIS VILLES et TRANSPORTS et SAS PARERA. Valeur totale du marché : 4 166 667 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de travaux d’assainissement et déviation du réseau d’eaux usées boulevard Mango à bessac et sogea Sud Hydraulique. Valeur totale du marché : 758 975 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de travaux de création entrée Sud dans le cadre du projet de renouvellement urbain Mirail-Université à Toulouse à eurovia Midi-Pyrenees, ineo Midi Pyrenees Languedoc Roussillon et id Verde Toulouse Travaux. Valeur totale du marché : 1 691 622,11 euros. 

RPA DREAL Languedoc-R – Midi-Pyrenées attribue le marché de mission de maîtrise d’œuvre pour la déviation de la ville de Saint-Alby (81) à EGIS VILLES & TRANSPORTS SAS. Valeur totale du marché : 1 079 900 euros. 

Port Sud de France attribue le marché de travaux et prestations à réaliser au Port de Commerce de Sète pour mettre à disposition des armateurs une Connexion Electrique de leurs Navires au Groupement Spie Citynetworks (mandataire)/Nidec Asi Sa. Valeur totale du marché : 8 085 223 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de maintenance des réseaux aérauliques dans les bâtiments de la Ville de Toulouse et Toulouse Métropole à Aer’Eau Hygiene Services. Valeur totale du marché : 139 868 euros. 

Plus de marchés ici

La Région Occitanie attribue le marché de mise en œuvre d’actions de formation aux outils numériques à Mjc du St Gaudinois. Valeur totale du marché : 200 000 euros. 

Sète Agglopôle Méditerranée attribue le marché de consultation pour l’attribution d’un contrat de délégation de service public pour l’exploitation des jeux dans le casino de Sète à Sete Loisirs. Valeur totale du marché : 776 200 euros. 

Carcassonne Agglomération attribue le marché de travaux divers sur les réseaux d’eau potable et d’assainissement à AUDE TP, COLAS FRANCE, ECHO TP, GIESPER TRAVAUX PUBLICS et SADE C.G.H.T. Valeur totale du marché : 28 000 000 euros. 

Le Département de la Lozère attribue le marché de valorisation des travaux d’économie d’énergie réalisés par le Département via le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie à La Compagnie des Economies d’Energie. Valeur totale du marché : 400 000 euros. 

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne attribue le marché de construction d’un collège 600 à Castelnau D’Estretefonds à Jacky Massoutier Et Fils Sas. Valeur totale du marché : 1 040 684 euros. 

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne attribue le marché de fournitures et prestations diverses pour plantations d’arbres à Caussat Espaces Verts. Valeur totale du marché : 900 000 euros. 

Territoire 34 attribue le marché de maîtrise d’œuvre pour la réalisation de la maison départementale du littoral à Vic La Gardiole à Inca Architectes. Valeur totale du marché : 1 806 653,34 euros. 

Le syndicat mixte du bassin du Lot attribue le marché de réalisation de l’étude d’impacts du changement climatique sur les besoins et la ressource en eau sur le bassin versant du Lot à l’horizon 2050 à Auxilia Association. Valeur totale du marché : 224 287,5 euros. 

L’EPF d’Occitanie attribue le marché de consultation pour une mission de maitrise d’œuvre pour la déconstruction de l’ensemble immobilier Cité Matisse quartier Pissevin à Nîmes à GINGER DELEO. Valeur totale du marché : 69 720 euros. 

Agenda des voeux Les Indiscretions 2022 - Janvier

L'agenda des vœux 2023

Trois ans déjà… Les cérémonies de vœux, haut lieu de réseautage, reviennent. Parce que vous le valez bien, Les Indiscrétions vous ont concocté un agenda des cérémonies en Occitanie.

16 janvier  
– FRTP Occitanie Méditerranée, 8h30, Villa Duflot, Perpignan.
– Ville de Gaillac, 18h30, salle de spectacles de Gaillac.
– Toulouse – Sud-Est, 18h30, Muséum d’Histoire naturelle.
– Ville de Figeac et Grand Figeac, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, 18h30, Espace François Mitterrand, Figeac.

17 janvier  
– Université de Montpellier, à partir de 11h30, au Palais universitaire des sports, 700 avenue du Pic Saint Loup (Montpellier).
– CPME 34 – Antenne de Béziers, 18h30, restaurant L’Ecluse (Villeneuve-lès-Béziers).

18 janvier  
– FRTP Occitanie Méditerranée, 12h, Brasserie Le Provençal, Mende.
– Alès Agglomération; 18h30, Parc des expositions d’Alès Agglomération, Méjannes-lès-Alès .
– Université Paul-Valéry Montpellier 3, 11h, théâtre  la Vignette (campus route de Mende), Montpellier.

19 janvier
– Ville de Castelnau-le-Lez, 18h30, Kiasma.
– Communauté de communes de la Vallée de l’Hérault, 18h30, domaine de Granoupiac à Saint-André-de-Sangonis.
– Conseil départemental de la Haute-Garonne, 19h, Pavillon République de l’Hôtel du Département, 1 bd de la Marquette, Toulouse. 
– FFB 31 et Medef 31, 19h, Hôtel Palladia.

20 janvier  
– Communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, 18h, Palais des Congrès du Cap-d’Agde.
– Communauté de communes Lodévois et Larzac, 18h, Salle Ramadier.
– Département de la Haute-Garonne, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, 19h, place Pégot, Saint-Gaudens.
– FRTP Occitanie Méditerranée, 8h30, Domaine du Grand Puy, Montpellier.
– Département des Pyrénées-Orientales, 18h30, Palais des Rois de Majorque, Perpignan.
– Toulouse – Est, 18h30, Cité de l’Espace.

21 janvier  
– Ville de Lunel, 11h, arènes de Lunel.
– Ville de Martres-Tolosane, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, 18h, salle des fêtes de Martres-Tolosane.

23 janvier  
– FRTP Occitanie Méditerranée, 8h30, Hôtel Le Donjon, Carcassonne.
– Toulouse – Ouest, 18h30, centre de loisirs le Petit Capitole.
– Chambre d’agriculture de l’Hérault, 18, mas de Saporta, Lattes.
– Ville de Grenade-sur-Garonne, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, 19h30, salle des fêtes de Grenade-sur-Garonne.

24 janvier
FFB 66, 19h, Palais des Congrès de Perpignan.
CMA 34, 18h30, 154 rue Bernard Giraudeau (Montpellier).
CPME 34, 18h45, théâtre de l’Odéon, Zone du Fenouillet, Pérols.

25 janvier 
– FFB Gard, 18h, siège de la FFB Gard, 121 allée Graham Bell, parc George Besse, Nîmes.
– Habitat Social Occitanie, 16h30, Envol des Pionniers, 6 rue Jacqueline Auriol, Toulouse (sur invitation).
– Toulouse – Nord, 18h30, Métronum.

> Cet agenda n’est pas exhaustif, mais le format digital permet de l’enrichir en temps réel.
Pour figurer sur cet agenda, n’hésitez pas à nous parvenir les informations utiles à votre cérémonie de vœux : date, lieu précis, heure de la cérémonie.
Contacts : sarah@agencehv.com et hvialatte@gmail.com

Plus de vœux ici

26 janvier 
– Communauté d’agglomération du Pays de l’Or, 18h30, discothèque La Dune (La Grande-Motte).
– Ville de Lavelanet et Communauté de Communes du Pays d’Olme, 18h, Marché couvert, Lavelenet.
– Communauté de Communes du Salagou Coeur d’Hérault, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, à Clermont l’Hérault.
– Communauté de communes du Pays d’Uzès, 18h30, L’Ombrière.

27 janvier  
– FRTP Occitanie Méditerranée, 11h30, Domaine de Bayssan à Béziers.
– Ville de Vauvert, 18h30, salle Bizet, Vauvert.
– Airbus, en présence de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, à Toulouse.

30 janvier
– CCI Hérault, 18h30, Corum de Montpellier
– Office de tourisme du Grand Montauban, 17h30, Festival des Lanternes (av. du 10e Régiment des Dragons).
– UPE 30, 19h45, AntéPrima, 1 avenue de la Méditerranée à Nîmes.
– Toulouse – Rive Gauche, 18h30, Chapelle Saint-Joseph de la Grave.

31 janvier  
– CCI Hérault à Béziers, 18h30, Parc des Expositions.
– Florian Mantione Institut RH, 19h, salle Dieze (188 avenue du marché Gare), Montpellier.
– French Tech Méditerranée, 18h-19h, à la Cité de l’Économie et des Métiers de demain, Montpellier. Inscriptions ici.

L'agenda des événements ici

Mardi 17 janvier :

Les rencontres du Béziers Narbonne Business Club (BNBC) à Béziers, avec Jean-Claude Camus, producteur de spectacles. Info et inscription ici.

Jeudi 19 janvier :

Réunion pour débattre de l’actualité agricole, organisée par la Chambre d’agriculture du Gard à Avèze (au Pré de Fabrège chez A. et F. Gros). Plus d’infos ici.

Vendredi 20 janvier :

Atelier d’information sur le thème « Accompagner les entreprises à faire face à la hausse des prix de l’énergie », organisé par Axylis et la CCI Hérault au Parc des expositions de Béziers (34). Plus d’infos ici.

23 et 24 janvier : 

Salon Millésime Bio, organisé en version digitale par Sudvinbio, Plus d’infos ici.

Jeudi 26 janvier :

RDV Eco de Nîmes Métropole sur le thème « Sobriété et transition énergétique… Entreprises, relevez le défi ! », organisé par Nîmes Métropole à l’Hémicycle de l’Hôtel communautaire. Le programme ici. Inscription .

Événement Club Pro pour découvrir l’entreprise BIO-UV, organisé par le Pays de Lunel au 850 avenue Louis Médard à Lunel (34). Inscription obligatoire ici.

Du 30 janvier au 1er février :

30ème édition du Salon Millésime Bio, organisé par Sudvinbio au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

FÉVRIER

Jeudi 9 février :

19ème forum de l’OTIE « Immobilier d’entreprise : au cœur des enjeux environnementaux et climatiques », organisé au NH Hôtel Toulouse Airport (31). Inscription obligatoire ici.

MARS

Jeudi 2 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Alès (30). Plus d’infos ici.

Mercredi 8 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Albi (81). Plus d’infos ici.

Jeudi 9 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Cahors (46). Plus d’infos ici.

Forum Avenirs Métiers Passions organisé au Parc des expositions de Montpellier. Présentation de l’offre de formation en apprentissage et en formation continue.

Du 10 au 12 mars :

Salon de l’Immobilier Toulouse-Occitanie, co-organisé par Toulouse Événements, la Fédération de la Promotion Immobilière Occitanie Toulouse Métropole et l’Agence Bienvenue à Bord, au MEETT de Toulouse. Plus d’infos et billeterie ici.

Mercredi 15 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Mende (48). Plus d’infos ici.

Mercredi 15 et jeudi 16 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montpellier (34). Plus d’infos ici.

Jeudi 16 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Perpignan (66). Plus d’infos ici.

Mardi 21 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Nîmes (30). Plus d’infos ici.

Jeudi 23 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Rodez St Gaudens (12). Plus d’infos ici.

Mercredi 23 et jeudi 30 mars : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Toulouse (31). Plus d’infos ici.

Jeudi 24 mars :

« La Grande Immersion », présentation des nouvelles approches des dirigeants d’entreprises qui ont construit des services à destination des salariés, organisé par l’Adefpat à Millau (Maison de Ma Région). Plus d’infos et inscription ici.

Jeudi 30 mars :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Montauban (82). Plus d’infos ici.

AVRIL

Mercredi 5 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Tarbes (65). Plus d’infos ici.

Jeudi 6 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Carcassonne (11). Plus d’infos ici.

Mercredi 12 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Auch (32). Plus d’infos ici.

« La Nuit des Entrepreneurs », organisée par le Medef Montpellier au Pasino de La Grande-Motte (34).

Jeudi 13 avril : 

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Figeac (46). Plus d’infos ici.

Jeudi 20 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Saverdun (09). Plus d’infos ici.

Jeudi 27 avril :

Salon Travail – Avenir – Formation, organisé par la Région Occitanie à Béziers (34). Plus d’infos ici.

MAI

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

JUIN

Mercredi 7 juin : 

Salon Intersud à Béziers, avec la présence de Purple Campus pour présenter les formations de la filière Industrie à la rentrée.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Enquête nationale sur le développement des halles gourmandes : quel modèle économique ? Quels opérateurs privés se placent ? Comment ?
– Aude : Narbonne Accessoires, spécialiste des véhicules de loisirs et des accessoires caravaning, étend sa base logistique de Lézignan-Corbières de 12.000 m2 supplémentaires, face à une forte croissance de l’activité.
– Lozère / filière bois : Neofor va construire à Mende une usine de production de panneaux de bois massif, destinés à l’aménagement intérieur. L’investissement s’élève à 20 millions d’euros. Il est soutenu par l’État et la Région. 80 emplois créés à l’horizon 2024.
– L’entreprise lozérienne Magne Distribution reprise.

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur le marché des bardages bois

Pour l’Hérault Juridique et Economique :
– Comment la foncière tertiaire INEA perçoit le marché de bureaux dans la métropole de Montpellier.

Pour ToulÉco, contribution à un dossier régional :
– Guide du jeune entrepreneur d’Occitanie (parution en décembre). Quatre portraits de jeunes entrepreneurs en Occitanie Est.

Pour Midi Libre :
– Contribution au nouveau magazine L’immobilier by Midi Libre (l’Agence) de janvier : double-page d’infos pratiques sur les travaux de rénovation énergétique, et édito.

Formation

Interventions sur les techniques d’écriture efficace, la culture média et les relations presse : 56h auprès des Masters de Sup de Com Montpellier, entre septembre 2022 et mai 2023. Plus d’infos ici.

Rédaction de contenus

​Contribution à la rédaction du magazine des 40 ans du MHB (handball, Montpellier), pour Le Mas Média (Pierre Bruynooghe) / L’Agence (Midi Libre). Parution en mars 2023.

Animations

3 février : Convention de Kaliop, avec une table ronde portant sur le désenchantement face au numérique.

15 février : animation du Lab Immo Midi Libre sur la crise du crédit, au Mo.Co (Montpellier). 

7 septembre : REF Montpellier (Medef).

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Ça fait très provincial

Neofor envoie du bois en Lozère (et pas à Paris, rubrique « Décodage »), la rumeur Pablo Bofill (en « à l’affiche »), Kaliop questionne l’avenir du numérique (« Zoom »), 500 chevaux à Montpellier, le plan de Mécanic Vallée ( « Trois questions à »), la ligne C avance à Toulouse (« ça pousse »), et plein d’autres palabres urbaines.
Courage et chocolat !

lire plus

Du sifflet au micro

La feuille de route 2023 de Delga depuis Béziers, Bulane a toujours la flamme et le numérique désenchanté en débat à Montpellier (en « À l’affiche »), un crédit solaire et solidaire de 40 M€, les bons chiffres de l’immobilier d’entreprise, et Saipol qui envoie du lourd sur le port de Sète (en « Décodage »), comment Toujust compte mettre le bazar dans la distribution (en « Trois questions à… »), un « On s’en fout » très géographique (votre « HV Touch »), et plein d’autres palabres urbaines.
Courage et chocolat !

lire plus

Même pas peur

L’IUT de Béziers crée une licence Robotique et IA (décidément), un nouveau président à IRDI, Ben Sormonte triomphe à New York avec son concept ‘Maman’ (‘À l’affiche’), blocage sur le poste de DG à la CCI Gard, pourquoi nous avons adoré tester Millésime Bio et affronter la tempête de neige dans l’Aude (‘Décodage’), des vœux pas pieux (‘Zoom’), Idec Grand Sud dévoile son projet à Saint-Roch (‘ça pousse’), et plein d’autres palabres urbaines. Les Indiscrétions du 23 janvier sont en ligne.
Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus
Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.
Share This