bandeau ADOCC_Lesindiscretions_5 septembre 2022

Docteur inflationSemaine du 17 octobre 2022

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Francoise Gaill

Laure Vidal, Il était un fruit

Il était une fois Il était un fruit. La start-up agroalimentaire Il était un fruit, spécialiste des fruits et légumes séchés, qui avait levé 1,6 M€ début 2020 (et 1 M€ en 2016), a été discrètement liquidée fin 2021. « Nous étions en croissance, avec un CA de 1 M€ en 2020, mais elle n’était pas assez forte. Nous n’avons pas pu écrire la suite, faute de trésorerie et de fonds suffisants. Il a manqué du temps pour faire découvrir le produit. C’est difficile de lancer une innovation en GMS. Les gens ont leurs habitudes de consommation, et on ne s’appelait pas Nutella (sourire). Réduire la voilure pour tenir ? Cela ne rentrait pas dans le mandat donné par les investisseurs », confie Laure Vidal, ex-dirigeante. Le matériel, les stocks et la marque ont été racheté à la barre du tribunal de commerce par la Maison Roucadil (Lot-et-Garonne), producteur et transformateur de pruneaux. « C’est pour eux un axe de diversification. Je les accompagne depuis un an pour la transmission du savoir-faire. C’est donc pour moi la fin d’une aventure entrepreneuriale, mais d’un autre côté, je suis contente que l’aventure se poursuive dans une entreprise familiale, qui s’inscrit dans une logique d’alimentation saine et durable, et travaille avec les déclassés des producteurs. De plus, leur activité principale va amortir les structures de coût. » Laure Vidal, reconvertie dans le conseil auprès de repreneurs et d’entreprises locales, ambitionne aujourd’hui de « prendre une direction générale dans le domaine de l’environnement, dans le public, le secteur associatif ou le privé ». Elle est accompagnée par l’association 60.000 Rebonds (lire « Trois questions à »), qui fête cette semaine ses 10 ans. « Grâce à cette structure, j’ai pu transformer mon expérience en force pour la suite. J’ai analysé cette aventure, sans mettre un chapeau dessus. Mais je vais pour l’instant me calmer sur la création d’entreprise (rire). »
Son analyse, a posteriori : « Il faudrait que les start-up de l’agroalimentaire puissent nouer des partenariats avec des industriels. Ces derniers peuvent apporter leur force de frappe logistique et leur déploiement commercial, et la start-up pourrait se limiter sur son cœur de business, ce qui n’a pas été le cas avec Il était un fruit. On ne pédalait pas avec le bon braquet. » D’après elle, ce type de montage ne recueille pas les faveurs des capitaux-risqueurs, « car ils craignent que cela rende moins liquides leurs investissements. Or, un industriel entrant au capital n’aurait pas intérêt à faire sortir un fonds présent à ses côtés. Mais tout cela peut se négocier en amont, avec des industriels en recherche d’innovation. »
> À (re)lire « Il était un fruit finance son développement sur le marché des fruits séchés », février 2020, pour Les Échos, ici.

Jean Louis Puech Les Indiscretions

Stéphan Cros, Onedirect

Le directeur exécutif de Onedirect, spécialisé dans la vente à distance de solutions et équipements de télécommunication et implanté à Perpignan (siège social), Barcelone et Montpellier, annoncera ce 20 octobre une opération de croissance externe. Onedirect ambitionne de doubler de taille à l’horizon 2025, avec un CA de 200 M€. Présent dans 10 pays à travers l’Europe, Onedirect emploie 150 salariés. L’activité a progressé de 17 % depuis 2019, pour atteindre en 2021 un CA de 60 M€.
> Plus à lire dans Les Échos.

Jalil Benabdillah Les Indiscretions

Daniel Andersch, Salon du Littoral

Autoriser des usages limités dans le temps, promouvoir des solutions techniques pour rendre résilientes des constructions menacées par les inondations, l’urgence d’établir une gouvernance globale du littoral. Voici des pistes que dévoilera, ce mardi au Palais des Congrès du Cap-d’Agde (34), dans le cadre du salon du Littoral organisé par Midi Libre, le directeur des études de l’école supérieure d’architecture de Montpellier et architecte urbaniste de l’État. Il fait partie de la table ronde portant sur l’adaptation de l’habitat et de l’urbanisme sur le littoral, aux côtés de Didier Codorniou, 1er vice-président de la Région Occitanie et président du Parlement de la mer, Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, Yann Balouin, expert littoral au BRGM Occitanie et Patrick Buffard (CAUE Hérault). « Si on reste sur un modèle consistant à défendre un morceau de territoire, les sédiments disparaissent à côté, confie-t-il. Celui qui a l’argent va augmenter l’érosion dans le territoire d’à côté. La question de l’organisation du grand territoire littoral se pose. Il faut un Parlement des urbanistes, adossé au Parlement de la mer. L’avenir ne passe pas forcément par une entité administrative supplémentaire, mais par l’instauration de coopérations entre les entités politiques existantes, comme le fait la Région Nouvelle-Aquitaine avec le GIP Littoral Aquitain. » > J’aurai le plaisir d’animer la table ronde, ainsi que la remise des prix Avenir Littoral, puis la soirée de lancement du Salon du Littoral, ce 18 octobre. L’Agencehv vivra décidément une semaine très maritime, puisque nous visiterons aussi le port de commerce de Sète, le 20 octobre au matin, avec l’agence d’attractivité Blue et Midi Libre.

Assia Tria Les Indiscretions

Marc Sztulman, Cyber’Occ

Président de Cyber’Occ, portail de la cybersécurité en Occitanie portée par la Région et Ad’Occ, et conseiller régional d’Occitanie, il explique au Figaro pourquoi la Région Occitanie dit ‘non’ à Microsoft, estimant qu’il s’agit d’un enjeu de souveraineté numérique pour les collectivités territoriales. « Un vent de ras-le-bol souffle dans de nombreuses collectivités locales. Les pratiques commerciales de Microsoft suscitent de plus en plus de mécontents. ‘Le fond du problème, c’est la stratégie de Microsoft. Elle est incompatible avec la bonne gestion d’une collectivité locale, tranche Marc Sztulman. Microsoft obtient des marchés avec des produits à des prix artificiellement attractifs, une facilité d’usage qui séduit, mais après, nous sommes coincés. ‘ La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est venue d’une augmentation des tarifs de plus de 20 % sur la suite bureautique (Word, Excel, PowerPoint…) de l’Américain. Pour y échapper, la Haute-Garonne pouvait souscrire à de nouveaux services, comme Teams, OneDrive ou SharePoint. ‘Le choix, c’est une hausse des prix ou une augmentation de la dépendance. La seule solution serait une fuite en avant pour laisser à nos successeurs la gestion de marchés avec des prix hors de contrôle…’ »

Assia Tria Les Indiscretions

Guy Kauffman, Grand Projet ferroviaire Sud-Ouest (GPSO)

Guy Kauffman est nommé président du directoire de la société du Grand Projet ferroviaire Sud-Ouest (GPSO) le 13 octobre. Il assure les fonctions de directeur général de la société du GPSO : il représente l’établissement public et peut signer les contrats engageant l’établissement. Guy Kauffmann, ingénieur général des Ponts, des Eaux et de Forêts était jusqu’à ce jour directeur de projet des LGV Sud-Ouest auprès du préfet coordonnateur Étienne Guyot. Il a acquis une expérience dans la gestion publique en tant que DGS d’une grande collectivité locale d’Île-de-France pendant 10 ans, et comme responsable des budgets des ministères de l’Environnement et de l’Agriculture à la direction du budget du ministère des Finances. Côté infrastructures et grands projets, il a notamment exercé plusieurs fois les métiers de maître d’ouvrage et maître d’œuvre sur les routes nationales et dirigé la mission Région Capitale pour la conception et la réalisation du projet du Grand Paris. Réuni le 13 octobre, le conseil de surveillance a également approuvé trois conventions financières qui seront signées entre l’État, l’agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), la société du GPSO, SNCF Réseau et SNCF Gares et Connexions pour un montant total de 67,4 M€. Ces conventions permettront de démarrer les phases pré-opérationnelles du projet avec 58 M€ pour les lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax afin de poursuivre les études d’avant-projet détaillé et l’action foncière, les études préliminaires des gares nouvelles pour 3,9 M€, et une première tranche de travaux préparatoires et d’acquisitions foncières du projet des aménagements ferroviaires au nord de Toulouse à hauteur de 5,5 M€.

Assia Tria Les Indiscretions

Magali Saz, UIMM Occitanie

Magali Saz rejoint le pôle formation de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) Occitanie (président : Bruno Bergoend), en qualité de directrice opérationnelle des sites de Toulouse et de Figeac (1.100 apprenants), annonce l’UIMM sur LinkedIn. Elle évolue depuis 20 ans dans l’univers de la formation où elle a précédemment occupé les postes de directrice pédagogique, responsable pédagogique et formatrice. Elle travaillera en lien avec Elsa Seraphon, qui a été nommée directrice du pôle Formation de l’UIMM. Une info à retrouver dans notre newsletter de la semaine dernière, ici.

julia de funes les indiscretions

Thomas Boutin, Rêve de Vélo

Ne dites plus Cyrpeo, mais Rêve de Vélo. Cette solide entreprise de 65 salariés, spécialisée dans la vente, la réparation et la location de vélos, également tour-opérateur, change de nom. Et de braquet. « Nous avons réuni l’ensemble de nos activités sous la marque ombrelle ‘Rêve de Vélo’ : ‘bike shop’ pour l’activité retail, ‘travel’ pour l’agence de voyages et ‘events’ pour la partie agence événementielle », résume Thomas Boutin, ancien moniteur de vélo, fondateur de Cyrpeo en 2007. Rêve de Vélo va ouvrir un nouveau point de vente à la fin de l’année, à Saint-Dionisy dans le Gard, entre Nîmes et Calvisson. Trois autres magasins sont programmés, un à Lunel-Viel (transfert-extension de l’unité de Lunel) et deux au nord de Montpellier. > Plus à lire dans Hérault Tribune, ici.

christophe chalvidal les indiscretions

Marc Ychou, ICM et Octobre Rose

« Le dépistage, c’est ce qui sauve des vies. Si on dépiste tôt, on guérit quasiment tout le temps », a déclaré Marc Ychou, DG de l’Institut du Cancer de Montpellier, à l’occasion du dîner caritatif organisé par le restaurant Marcelle (Domaine de Verchant), dont les fonds ont été reversé à l’ICM dans le cadre d’Octobre rose (lutte contre le cancer du sein). Il a insisté sur le rôle de la prévention tertiaire. « Quand une patiente a été traitée, et c’est un passage toujours difficile, comment se réhabilite-t-on dans la vie, comment retrouve-t-on son milieu professionnel, familial, amical ? C’est un point très important. À travers le programme d’accompagnement NovaSein, l’ICM réalise un diagnostic complet et personnalisé, après le tsunami que représentent la chimiothérapie et la chirurgie du cancer du sein. » Camille, une patiente atteinte de deux cancers du sein en récidive, et témoignant au micro, a expliqué avoir « vécu avec » le cancer, plutôt que « lutté contre ». Cette nouvelle approche, plus douce, de la maladie, a été encouragée par son oncologue, d’après qui le terme de « combat », presque toujours utilisé, n’est pas forcément approprié. « Il est important de soutenir la recherche, a enchaîné Camille. En trois ans, les protocoles ont évolué, j’ai pu m’en rendre compte avec mes deux cancers du sein. Par exemple, un casque spécifique a permis, pour ma 2e chimio, de ne pas perdre mes cheveux. » Avant d’ajouter : « On peut continuer à vivre, séduire, démarrer des histoires d’amour, même en commençant des chimios. Ce n’est pas facile, mais c’est possible ! »

 

 

David Taupiac Les Indiscretions

André Ducournau, Cress Occitanie

En novembre, les Chambres Régionales de l’Économie Sociale et Solidaire (Cress) organisent le Mois de l’ESS, réitéré chaque année, rappelle le site internet dédié. Le 26 octobre se déroule la remise des Prix nationaux de l’ESS 2022 à Paris (inscription sur la liste d’attente, ici). Durant le mois de novembre, 3 semaines thématiques rythmeront l’événement : la finance solidaire (du 7 au 14 novembre), les achats socialement et écologiquement responsables (du 14 au 18) et la semaine européenne de la réduction des déchets (du 19 au 27). Basée à Montpellier, la Cress Occitanie, présidée par André Ducournau depuis 2018, regroupe un ensemble de réseaux coopératifs, mutualistes et associatifs.

David Taupiac Les Indiscretions

Benjamin Tastu-Casadio, ABC Immobilier d’Entreprise

Il installe ses équipes de 13 salariés dans un espace de 400 m², à Mauguio (34), dans le même bâtiment que l’enseigne Schmidt. ABC Immobilier d’Entreprise affiche des ambitions en Occitanie Est, de Perpignan à Nîmes. Une croissance externe à Nîmes n’est pas exclue. Positionné historiquement sur les locaux d’activité et les entrepôts, le broker se renforce également dans les bureaux et le commerce (3 à 4 recrutements prévus). Plusieurs transactions sont en cours, dans le secteur des concessions automobiles notamment.

Frederic Roig Les indiscretions

Camille Lacourt, Béziers-Narbonne Business Club

Quintuple champion du monde de natation, Camille Lacourt est l’invité du premier « Déjeuner Business Club », organisé par le Béziers-Narbonne Business Club (BNBC), réseau d’entrepreneurs dans l’Ouest Hérault et l’Aude, ce 18 octobre au Château de Sériège (Cruzy, 34). Autres rencontres organisées par le BNBC : Elisabeth Revol, alpiniste, 15 novembre ; Mathieu Baumel, co-pilote de rallye et rallye-raid, 13 décembre ; et Olivier Lajous, amiral, 17 janvier. Animé par Vincent Martin (manager du Montpellier Méditerranée Business Club, 85 membres), le BNBC est membre du groupe Business Club (2.000 membres). Lancé en ce mois d’octobre, le BNBC compte 18 entreprises adhérentes. C’est le 3ème Business Club d’Occitanie, après Montpellier Méditerranée Business Club lancé en 2019 et Toulouse Occitanie Business Club en 2021.

Davy Gounel Les Indiscretions

Julien Denormandie, Universités de l’Économie de Demain

Julien Denormandie, chief impact office (agent principal d’impact, en français) chez Sweep (plateforme de gestion et d’aide à la réduction des émissions carbone pour les entreprises) et ex-ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, participera aux Universités de l’Économie de Demain, le 18 octobre au Corum de Montpellier, sur le thème de la sobriété. Cinq formats rythmeront cette journée : un grand débat, 7 masterclass, une rencontre, un grand salon, et des pitchs de licornes à impact. Plus de 500 personnes sont attendues. À ses côtés : Salomé Géraud (Le Drive Tout Nu), Michaël Delafosse (Montpellier Méditerranée Métropole), Namrata Patel (Onaos), Jalil Benabdillah (Région Occitanie), Isabelle Prévot (BIC), Samih Khalef (Asics), Sophie Scantamburlo-Contreras (Scop 3), Nordine El Ouachmi (Bureaux&Co), Frédéric Lanet (France Active Airdie-Occitanie), Namrata Patel (Onaos), Matthieu Brunet (Arcadie), Cédric Botella (Instadrone), Céline Combe (Région Occitanie / Pôle Réalis), Roxanne Dardaine-Bozzarelli (Dev’EnR)… > Plus d’infos sur le programme ici, inscription .

Assia Tria Les Indiscretions

Susy Silvestri, Sofradam Group

Elle est la nouvelle directrice commerciale mobilier chez Sofradam Group (Mauguio, 34), entreprise spécialisée dans la conception et la réalisation de mobiliers de bureaux et des aménagements intérieurs pour les entreprises. Sofradam, fondée en 1995, compte 30 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 8 M€. Architecte d’intérieur et décoratrice, Susy Silvestri était auparavant responsable du développement de l’entreprise héraultaise Les Frenchies – Chic Houses (tiny houses – micro-maisons en bois sur remorque), et avant cela ingénieure commerciale projets au sein d’AB Structures, entreprise familiale spécialisée dans l’aménagement d’espaces de travail tertiaires et industriels.
> À (re)lire dans Hérault Tribune, « Nouveaux showroom et siège social pour Sofradam à Mauguio », ici.

Assia Tria Les Indiscretions

Sylvain Guillet, Aux Grands Vins de France

Caviste aux Grands Vins de France à Montpellier, Sylvain Guillet est qualifié pour la finale du concours du Meilleur Caviste de France 2022 qui a lieu ce lundi 17 octobre à Avignon. Lors des épreuves de qualification (épreuve écrite sur les connaissances générales de l’univers du vin et une épreuve de dégustation à l’aveugle) qui se sont déroulées au Château Belgrave (Haut-Médoc) le 12 septembre, Sylvain Guillet s’est classé parmi les huit finalistes sur quarante-deux candidats.

Davy Gounel Les Indiscretions

Michaël Delafosse, Ville de Montpellier

Les positions fermement laïques du maire PS de Montpellier, qui remettent, sans mauvais jeu de mot, l’église au milieu du village, ne sont pourtant pas incroyables. Mais elles semblent trancher dans la mollesse ambiante, et mes confrères parisiens ont identifié l’édile héraultais comme un « bon client », comme on dit dans le jargon journalistique. Preuve encore la semaine passée, avec un portrait dans Libération, sous le titre « Un hérault pas ordinaire », et un article dans Marianne, portant sur ses motivations pour dénommer une école primaire Samuel Paty, du nom du professeur d’histoire-géographie assassiné il y a deux ans pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet. Une ambition nationale ? L’intéressé réfute. « Ma priorité, c’est Montpellier. On m’a proposé un gros ministère, je l’ai refusé », avait-il glissé lors de sa conférence de presse de rentrée, début septembre.

Une nomination ou élection à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

bandeau NG promotion - Indiscretions - 23 mai

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Ciao les DAB. Le Crédit Mutuel, BNP Paribas et la Société Générale envisagent de fusionner leurs guichets automatiques bancaires dans une joint-venture qui rationnalisera le parc. Ensemble, les trois groupes disposent de 15.000 DAB (distributeurs automatiques de billets)/GAB (guichets automatiques de banque) en France. Les trois établissements visent un parc de 8.000 à terme, en supprimant certains qui sont proches l’un de l’autre. Ils seraient en train de présenter aux maires, ville par ville, les cartographies envisagées. La mise en œuvre débuterait fin 2023.

Osmozis en pleine croissance. Osmozis, spécialiste de la transformation numérique des campings et villages vacances (Clapiers, 34), annonce le 4 octobre une forte croissance de son chiffre d’affaires sur l’exercice 2021-2022 (+ 22 %), s’élevant ainsi à 11,7 M€ (au lieu de 9,5 M€ sur l’exercice précédent – lui aussi déjà croissance de 20 %). L’entreprise, fondée en 2005 par Gérard Tremblay et Yves Boulot, compte 80 salariés. Près de 2.000 campings et villages-vacances, hôtels, utilisent aujourd’hui les solutions digitales proposées par l’entreprise. > À (re)lire dans Touléco, « Campings connectés. L’Héraultais Osmozis enrichit ses solutions », ici.

Stations de ski : les réservations en avance. Le cabinet d’études G2A Consulting a passé au crible 140 stations – dont les stations des Hautes-Pyrénées : Peyragudes, Saint-Lary-Soulan, Cauterets, le Grand Tourmalet, etc. Enseignement : la précocité des réservations, avec un mois d’avance par rapport à l’an dernier à la même époque, peut-on lire dans un article de La Dépêche du 12 octobre. « C’est évidemment toujours mieux d’être en avance, mais bien sûr, cela ne se traduira pas par une hausse de 20 % de la fréquentation », tempère Denis Maurer, président de G2A. G2A prévoit un total de 58 millions de nuitées pour l’hiver prochain, soit + 1,7 % de plus que la saison dernière. > Plus à lire dans La Dépêche, ici.

Auch : qui pour sauver la polyclinique ? Alors que la Polyclinique de Gascogne à Auch appartenant au groupe Clinavenir est menacée de fermeture, les éventuels repreneurs ne se bousculent pas. Placé en redressement judiciaire au mois de juillet pour permettre le maintien de l’activité, cet établissement qui emploie une centaine de salariés et une trentaine de médecins, dont plusieurs ont leur activité principale sur la région toulousaine, est lourdement endetté. À l’occasion du conseil municipal, le 30 septembre, le maire d’Auch Christian Laprébende s’est montré « très pessimiste » sur la situation de la clinique de Gascogne, peut-on lire dans La Dépêche. > Plus à lire dans La Dépêche, « Gers : « Mauvaises nouvelles » pour la polyclinique de Gascogne », ici.

Les salariés d’Occitanie veulent bouger. Le réseau EVA Occitanie, opérateur du Conseil en Évolution Professionnelle (CEP), publie son 3e baromètre sur la perception de l’évolution professionnelle. Conduite par l’IFOP, l’enquête met en avant le souhait très prononcé des salariés d’Occitanie d’une évolution professionnelle : près de 7 salariés sur 10 (69 %) en Occitanie envisagent une évolution professionnelle au cours des deux prochaines années, pour des raisons avant tout liées à la rémunération, à l’envie de se confronter à de nouveaux défis, mais aussi à la sécurité de l’emploi. L’étude va plus loin : parmi les déterminants du souhait d’évolution professionnelle, la quasi-unanimité des salariés (93 %) considère la possibilité d’un meilleur salaire comme le premier élément déterminant ou important. Analyse à tempérer par une spécificité bien française : un gros frein à la mobilité géographique, qui reste persistant. > Retrouver l’étude complète, ici.

De Toulouse à Montréal sans escale. Le 13 octobre, la compagnie aérienne Air Canada annonce ouvrir une ligne directe Toulouse-Montréal le 2 juin 2023 (source : Toulouse Aéroport). Cette nouvelle liaison proposera jusqu’à 5 vols par semaine pouvant transporter 297 passagers. Ce sera la seule ligne à relier la région Occitanie et la province du Québec toute l’année. Air Canada proposera également aux passagers depuis Toulouse un panel de destinations en correspondance via son hub de Montréal : Canada, États-Unis, Mexique et Caraïbes. « Le lancement de cette liaison est largement motivé par un fort trafic affaires émanant notamment du secteur aérospatial. De nombreux échanges universitaires ont lieu également entre les deux villes », précise l’aéroport de Toulouse. Autre facteur : faciliter les voyages d’ordre personnel puisque de nombreuses familles vivent outre-Atlantique.

SNCF Réseau prévoit d’investir 500 M€ en Haute-Garonne. SNCF Réseau prévoit de débourser 500 M€ pour l’achat de fournitures et de prestations dans le cadre des Aménagements Ferroviaires Nord de Toulouse (AFNT), écrit notre confrère David Danielzik (La Lettre M) le 12 octobre. Le chantier prévoit la réalisation de 20 km de nouvelles infrastructures ferroviaires entre Toulouse et Saint-Jory et d’un terminus RER, la modification de postes de signalisations, la création de six pôles d’échanges multimodaux et la construction d’ouvrages d’art et de murs antibruit. Début des travaux en 2024, pour une livraison en 2031.

Aude : la zone d’activité de Béragne accueille sa première entreprise. La chocolaterie Nougalet, implantée auparavant à Luc-sur-Aude, inaugure sa nouvelle boutique dans le parc d’activité de Béragne, situé entre Trèbes et Carcassonne (Aude), lit-on dans La Dépêche. En parallèle de cette boutique, l’entreprise déménage son outil de production. Sur place, les visiteurs sont invités à découvrir la chaîne de production via 10 ateliers thématiques. À terme, 1.000 emplois seront créés sur la zone d’activité.
> Le spécialiste de la maroquinerie de luxe Algo se dote d’une nouvelle usine, à (re)lire dans Les Échos, ici.

Des croquettes à Mitra. Virbac Nutrition, filiale du groupe pharmaceutique vétérinaire Virbac , vient de signer avec la communauté d’agglomération de Nîmes Métropole une convention d’implantation en vue de la création d’un site de production de nutrition pour animaux de compagnie (petfood), dans la ZAC Mitra, sur un lot de près de 7 hectares situé sur les communes de Saint-Gilles et Garons.Un nouveau bâtiment de production de 12.000 m² verra le jour fin 2025 dans cette zone d’activités située en façade autoroutière. Les travaux devraient être lancés fin 2024. L’investissement est chiffré à environ 40 M€. Virbac Nutrition, qui emploie 70 salariés, va quitter son site actuel de Vauvert, créé en 1989 et distant de 20 km. « L’écosystème créé et les expertises seront ainsi préservés », indique le groupe. Il ambitionne de recruter à Nîmes 130 personnes d’ici à 2025, année où la première ligne de production devrait entrer en service. L’objectif est de doubler de volume de production, pour atteindre 50.000 à 60.000 tonnes annuelles d’ici à 2030, avec une spécialisation sur les croquettes. À (re)lire dans Les Échos, ici.

Trafic maritime : CMA CGM relance sa ligne Maroc sur Port-Vendres (66). Avec le retour de la saison des agrumes marocains, « CMA CGM doublera le 10 novembre la capacité de sa ligne au départ d’Agadir sur Port-Vendres et l’Espagne avec deux porte-conteneurs sous pavillon marocain », indiquent nos confrères du Marin. > Plus à lire ici.

Bleu Libellule se renforce dans l’Hérault. Distributeur de produits de coiffure et d’esthétique professionnels, l’enseigne Bleu Libellule, basée à Gallargues-le-Montueux dans le Gard, souhaite créer dans l’Hérault « 3 ou 4 magasins supplémentaires dans les prochains mois, pour parfaire le maillage. Ils viendront s’ajouter aux 5 unités existantes », indique Sébastien Sacareau, directeur de franchise. Filiale du groupe Provalliance, Bleu Libellule qui compte plus de 1.000 collaborateurs pour un chiffre d’affaires 2021 de 147 M€.

Accélérateur RSE. Nathalie Bulckaert-Grégoire, membre du directoire à la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon, et Julien Feja, président de Leader Occitanie, signent une convention de partenariat afin de créer un accélérateur de RSE (responsabilité sociétale des entreprises) pour les entreprises de la région Occitanie, annoncent-ils ce 17 octobre dans un communiqué.

Retouch’up finaliste aux Innovation Awards. Basée à Castries (34), Retouch’up, spécialisée dans la remise en état et les retouches sur tout type de surfaces et matériaux endommagés, fait partie des 24 finalistes aux Innovations Awards du salon EquipHotel (Porte de Versailles, Paris, 6-10 novembre), dans la catégorie « Design ». Les lauréats seront dévoilés le 9 novembre. Retouch’up propose « un ensemble de techniques permettant l’allongement de durée d’usage des biens d’aménagement intérieur », explique aux Indiscrétions Pierre Maïsetti, co-fondateur. Fondée en janvier après une année d’incubation par Alter’inclub, Retouch’up emploie 6 salariés et réalise sur les 6 premiers mois un CA de 78 k€.

Une indiscrétion, une analyse pas lue ailleurs, une exclu à nous transmettre ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

Inflation : les remèdes de choc de l’économiste Philippe Dessertine 

Revoir totalement les méthodes de paiement et de consultation, s’engager dans la RSE pour garder de la valeur… Devant près de 400 entrepreneurs des travaux publics, élus, bureaux d’études, cadres de collectivités et sociétés d’économie mixte…, l’économiste et universitaire Philippe Dessertine a détaillé son plan anti-inflation, le 11 octobre au Palais des Congrès de La Grande-Motte (34), lors de l’assemblée générale de la Fédération régionale des Travaux Publics Occitanie Méditerranée. Des prises de position inédites, qui vont bien au-delà de ses interventions à l’émission ‘C dans l’air’ (France 5), et que rapportent Les Indiscrétions.

Philippe Dessertine lors de son intervention à l’AG de la FRTP Occitanie Méditerranée, le 11 octobre à La Grande-Motte. Crédit photo : HV

 

Le cash s’évapore. « Dans les cercles économiques où nous analysons les statistiques économiques, nous nous rendons compte que les Français sont trop jeunes pour avoir connu les périodes d’inflation passées. Ils ne comprennent pas ce qu’est l’inflation. Ce qui nous effare, car l’inflation représente un énorme danger sur le cash. Le cash est perçu comme positif : il permet de faire face, et éventuellement de saisir des opportunités. Mais, aujourd’hui, quand vous avez du cash, vous avez une perte officiellement de 6 %, officieusement de 8 %, en parlant pour les particuliers et non pas pour les entreprises, pour lesquelles la hausse va de 300 % à 500 %. En janvier-février, l’augmentation du prix de l’énergie va s’élever à environ 15 % pour les ménages.
Le cash que vous avez s’évapore donc au rythme de 6 % par an. Ça veut dire que vous avez une poignée de sable, avec un sable fin qui s’écoule vite, parce que 6 %, c’est beaucoup. »

Gare aux illusions de maintien de chiffre d’affaires. « Maintenir son CA signifie, en période d’inflation, perdre du CA. Et l’inflation sera plus forte l’an prochain, à coup sûr. + 8 % d’inflation est l’élément qui doit me faire partir à zéro. Ceux qui dégagent une marge à 8 % auront en réalité une marge à zéro. On va très vite se rendre compte ce que cela signifie, notamment dans vos secteurs des TP, qui ont subi des hausses beaucoup plus importantes avec l’augmentation des prix des matières premières et de l’énergie. »

Préserver le tissu des entreprises pour réaliser les travaux. « Soit vous augmentez vos prix, soit vous perdez de la marge, donc de la capacité pour l’entreprise à exister. J’ai entendu les élus détailler les grands travaux. C’est très bien…. si j’ai des entreprises en face. Avec l’inflation, on est avec cette question-là. Attention, on commence à avoir des signaux d’alerte qui s’allument. Il faut veiller à la santé des entreprises. L’inflation n’est pas à prendre avec la légère. C’est 300 % à 500 % d’augmentation des prix de l’énergie, quelque chose d’incroyable, qui nous renvoie au Mexique et au Liban. »

Payer les factures dans l’heure. « Le temps est dangereux, car l’inflation va progresser en 2023, bien plus que les 4,6 % prévus par le gouvernement dans son projet de budget. Dans l’est de l’Europe, en Pologne ou en Lettonie, les acteurs économiques ont l’habitude de l’inflation. De fait, ils se sont tout de suite mis dans la logique inflationniste, avec une bonne gestion par les entreprises. En Pologne, il n’y a plus de délai de paiement. Une facture de plusieurs centaines de millions d’euros est réglée… dans l’heure ! Or, en France, les entreprises augmentent les délais de paiement. C’est le mauvais réflexe, celui de la crise d’avant. Rallonger les délais de paiement en période de crise, c’est de l’argent qui s’évapore. Certains payeurs se disent : « J’y gagne : j’ai acheté pas cher et revendu plus cher ». Mais il va finir par y perdre comme tout le monde. C’est important de faire passer ce message. Les entreprises qui ont gardé les anciens réflexes ne passeront pas l’hiver, ou l’année. Ce qui veut dire qu’il y aura des parts de marché pour les bons. C’est l’avantage des crises. L’inflation se gère collectivement. Une entreprise ou une collectivité qui paie une très grosse facture tout de suite agit-elle dans on intérêt ? Elle agit dans l’intérêt collectif, car il faut se dépêcher, ne plus avoir de cash qui traîne. C’est une logique d’ensemble, depuis l’approvisionnement jusqu’à la livraison et le paiement. Il faut aussi secouer les élus sur ce point. Les entreprises risquent de voir leur marge bouffée, voire davantage, car les salaires doivent être augmentés, les employeurs n’ont pas le choix. Le salarié se rend compte qu’il ne peut plus acheter plus de viande tous les jours. En fait, vous ne l’augmentez pas, vous préservez son pouvoir d’achat. »

Révisions de prix et accélération des projets. « Il faut des révisions de prix entre entreprises et collectivités, sinon, il y a le risque que des entreprises disparaissent. Vous êtes un secteur à temps long dans les TP. Mesdames et Messieurs les élus, s’il vous plait : si vous rajoutez un ou deux ans sur vos projets (ce qu’a projeté par exemple Claude de Girardi, vice-présidente de Nîmes Métropole, pour le prolongement de la ligne T1 vers Caissargues), vous faites perdre de la marge aux entreprises à hauteur de 8 %. » Il invite les entreprises à « réviser leurs contrats avec les collectivités. La date de paiement devient une question de vie et de mort, et d’emploi. Mais le seul fait que vous m’invitiez prouve que vous êtes déjà dans l’anticipation. Sinon, vous auriez fait venir quelqu’un qui vous aurait fait rire. Or, vous avez invité un médecin. »

Établir des devis… en quantités. L’une des recommandations choc de Philippe Dessertine : « Arrêtez de faire des devis en euros, mais établir des devis en quantité. C’est-à-dire, combien de béton ou de ferraille est nécessaire pour tel ou tel projet. Et vous indiquez « X » pour le prix. Ce dernier dépendra du moment où vous passerez le marché. Le mieux-disant se situera dans la manière de fonctionner, par rapport au prix. Il n’est plus question de se livrer à une guerre des prix entre concurrents. Celui qui baisse les prix en période d’inflation est dingue, il l’est pour lui, mais aussi pour toute la filière, car il entraîne tout le monde vers le bas. Je ne parle pas d’entente, ce qui est interdit. J’insiste sur l’urgence de changer les paradigmes très vite. Dans trois ans, vous gérerez, vous aurez pris l’habitude de l’inflation. En 2022 et 2023, le phénomène est encore nouveau. »

Au fait, l’inflation, c’est quoi ? « On dit que l’inflation, c’est les prix qui augmentent. Pas forcément. La hausse des prix peut être liée à des pénuries, comme cela a été le cas récemment. L’inflation structurelle intervient quand il y a trop d’argent, dont trop de dette, par rapport à la valeur. Au moment de la crise financière, en 2008, la valeur mondiale échangée annuelle s’élevait à 80.000 milliards de dollars pour 140.000 milliards d’euros de dettes. Nous avions donc 60.000 milliards où il n’y avait rien en face. Il y avait trop d’argent. Dans ce cas, soit l’argent se dévalue, soit survient l’inflation. Fin 2019, la Banque mondiale a tiré la sonnette d’alarme, avec 92.000 milliards de richesses échangées, pour 250.0000 milliards d’euros de dettes. Puis, le Covid a fait s’arrêter l’économie. Mais au lieu d’enlever de la monnaie, on en a rajouté, alors qu’il n’y avait pas de valeur en face. Aujourd’hui, nous en sommes toujours à 92.000 milliards de richesses échangées, mais à 300.000 milliards de dettes au niveau mondial. »

Les taux d’intérêt vont flamber pour rassurer les investisseurs. « La valeur de l’épargne s’évapore, ce qui casse les mécanismes d’investissement. L’investissement passe par la monnaie, qui est convertie en éléments réels. L’investisseur déteste l’inflation, et se réfugie dans des valeurs refuges : pierre, or, diamants… Autant d’éléments réels, pour que la monnaie ne s’évapore plus. C’est d’ailleurs très embêtant pour les grands projets, qui sont exprimés en monnaie. L’ensemble du train risque de ralentir, alors qu’il faut continuer à rouler. Face à cette situation, les banques centrales augmentent les taux d’intérêt, autant qu’il faudra, pour que l’épargne ne perde pas trop d’argent. Je rappelle que l’on a connu, dans le passé, des taux d’intérêt à 20 %, lorsque l’inflation était à 13 % ! Sans aller jusqu’à 20 %, les taux d’intérêt vont mécaniquement augmenter. Sinon, il y a un risque de dépression, avec un investissement cassé, la chute de création de richesses, et une hyper spirale inflationniste. L’augmentation des taux d’intérêt pose de gros problèmes de change, dans les approvisionnements : euro / dollar, euro / yuan, dollar / yuan etc. Beaucoup d’agitations vont se produire à l’intérieur des marchés financiers et des devises, et des marchés dont vous dépendez pour vous approvisionner. »

Déclin de l’Occident. Comment expliquer l’augmentation effrénée de la dette ? « Cela ne vient pas du système. Le système fonctionne de façon dingue, non pas parce qu’il est dingue, mais parce qu’on vit le déclin de l’Occident. Et c’est normal, historiquement. C’est un cycle. Pour la 1er fois, depuis deux ans, plus de 50 % du PIB mondial est produit en Asie. Cela faisait 600 ans que l’endroit où le plus de richesses produites était l’Occident. Que se passe-t-il, dans ces moments de bascule ? Les zones en déclin produisent moins de richesses, mais de plus en plus de monnaie. Un changement de leader est en train de se produire. Et le nouveau leader mondial, c’est l’Asie et la Chine. La Chine teste d’ailleurs un yuan crypto dans 4 régions, pour compenser l’écart grandissant, en Occident, entre la monnaie émise et les richesses créées. »

Faire briller l’intervenant. Alors que j’interroge Philippe Dessertine sur la durée prévisible de ce nouveau virus qu’est l’inflation, il répond avec humour : « Dieu a inventé les économistes pour que les météorologues se sentent un peu moins seuls. » Applaudissements dans la salle. Parfait : l’animateur est là pour faire briller les intervenants ! Plus sérieusement, et sans trop se mouiller, l’économiste répond : « Au moins deux ans. »

Modèle vertueux. Toute crise a du bon. La performance monétaire sera moins regardée en période d’hyperinflation. « La seule solution pour sortir par le haut, pour les entreprises, consiste à élaborer un modèle vertueux, basée sur la réduction d’émission de CO2. Les informations RSE et données extra-financières sont de plus en plus demandées aux entreprises. L’argent va venir sur le fait que vous soyez vertueux, parce que vous menez telle ou telle initiative. Selon le principe : ‘Je vous finance si vous me démontrez que vous fonctionnez mieux’. Ce qui induit d’accélérer pour modifier nos présentations. En sachant que c’est aussi un atout d’attractivité pour les jeunes diplômés. »

En off. Visualisez-vous les questions des téléspectateurs qui apparaissent en bandeau, à la fin de l’émission ‘C dans l’air’ ? Philippe Dessertine, intervenant régulier sur le plateau, confie qu’elles sont réécrites partiellement, pour être publiables. « Car on est parfois violemment apostrophés dans les versions originales ! »

 

Table ronde organisée dans le cadre de l’Assemblée Générale de la FRTP avec les interventions de Julie Frêche pour Montpellier Méditerranée Métropole, de Marie-Thérèse Mercier pour la Région Occitanie, Claude de Girardi pour Nîmes Métropole, et de Bruno Cavagné, président de la FNTP.

 

Indexation des dotations. Bruno Cavagné, président de la FNTP, a rappelé l’engagement de la FNTP dans la transition écologique de ses 8.000 entreprises adhérentes. Il entend négocier avec le gouvernement un plan d’investissement pluriannuel sur la remise à niveau des infrastructures. Et appelle à une indexation sur l’inflation des dotations aux collectivités, afin d’éviter que ces dernières ne reportent ou revoient à la baisse des projets d’investissement.

Grands projets. À ses côtés, trois élues d’Occitanie ont mis en avant la feuille de route de leurs collectivités respectives : Julie Frêche pour Montpellier Méditerranée Métropole sur le tramway, Maera, le plan vélo…, Marie-Thérèse Mercier pour la Région Occitanie sur l’extension du port de Port-la-Nouvelle, les filières hydrogène et éolienne offshore, et les LGV GPSO et LNMP, et Claude de Girardi pour Nîmes Métropole sur le PAPI 3 (plan anti-inondation, 49 communes concernées d’ici à 2028, et 113,5 M€ de travaux et d’études). Le cap des investissements est maintenu, ont-elles assuré, malgré l’impact de la hausse des prix de l’énergie (par exemple, 141 M€ pour la Région, et près de 20 M€ pour la Ville et la Métropole de Montpellier).

 

Témoignages d’apprenti(e)s du secteur des TP lors de l’Assemblée Générale de la FRTP. Crédit photo : HV.

 

Paroles d’apprentis. On a aimé le témoignage d’apprentis, interrogés par mon confrère animateur Jean-François Boyer. «  Je compte reprendre l’entreprise familiale », « Je projette de créer ma propre entreprise plus tard », « Je ressens la fierté de participer à l’aménagement durable du territoire », « Aucune journée ne se ressemble », « Les TP ont permis de m’intégrer dans la société » etc. Une séquence riche en enseignements, voulue par Olivier Giorgiucci, président de la FRTP Occitanie et également président de l’IFTP, alors que les entreprises peinent à recruter.

3 questions à

3 questions à

Ségolène de Blaÿ, 60 000 Rebonds

« Faire changer le regard sur l’échec »

Aider les ex-entrepreneurs à rebondir, après un échec. L’association 60.000 Rebonds fête ses 10 ans cette semaine, à Montpellier et Toulouse. Ségolène de Blaÿ, déléguée régionale Occitanie, est notre invitée du « 3 questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Ségolène, peux-tu nous expliquer l’action précise de 60.000 Rebonds en Occitanie, et nous donner quelques chiffres-clés ?

L’association 60 000 Rebonds a pour mission d’accompagner les chefs d’entreprises qui ont cessé leur activité, à rebondir. La vocation de l’association est de faire changer le regard sur l’échec en France. Quand on échoue, on est pointé du doigt. Un entrepreneur qui dépose le bilan se prend de plein fouet le jugement de ses proches, de son réseau professionnel. Et il peut perdre confiance. C’est la raison pour laquelle 60 000 Rebonds est née. Actuellement, l’association est présente dans 10 régions de France, et compte à l’échelle nationale 1.200 bénévoles. Depuis sa création en 2012, nous avons accompagné 1.000 entrepreneurs en France, dont une centaine en Occitanie.

Quel est le profil des entrepreneurs accompagnés par tes équipes ? Avez-vous un message à faire passer aux ex-dirigeants qui hésiteraient à vous contacter ?

Nous accompagnons des entrepreneurs de tous type de secteurs, avec une moyenne d’âge d’environ 50 ans. Il n’est pas évident de se remettre sur le marché économique à cet âge-là. Globalement, il y a un peu plus d’hommes que de femmes, bien que l’on tende vers la parité. De plus en plus d’hommes et de femmes viennent nous voir. Il y a 10 ans, c’était plutôt les hommes qui venaient, mais les femmes entreprennent de plus en plus. Il faut oser nous contacter. Ne pas rester seul. La bienveillance est le maître mot de 60 000 Rebonds. Il n’y a aucun jugement.

L’association fête ses 10 ans le 18 octobre au Crès (34) et le 19 à la Cité à Toulouse. Qu’as-tu prévu ?

L’idée est de célébrer les rebonds de nos entrepreneurs. C’est un événement qui se passe à la Cité, lieu symbolique car c’est le premier hangar créé pour les avions. C’est symbolique puisque l’on permet à ces entrepreneurs de prendre un nouvel envol. La thématique de l’événement est « Osons, toujours et encore ! » Pour l’occasion, les pionniers de l’association et quelques bénévoles interviendront, ainsi que deux chefs d’entreprises : Maguelone Pontier, directrice du MIN Toulouse, et Philippe Moranne, directeur de CTIC Toulouse. Divers ateliers seront organisés pendant le cocktail.

 

  • Une édition montpelliéraine suivant le même principe se tient ce mardi 18 octobre au Théâtre de la Comédie du Mas du Pont (Le Crès), avec pour thème « Changer de regard sur ce que l’on vit pour rebondir ».
  • Inscription pour l’édition toulousaine ici, et pour l’édition montpelliéraine .
  • Le président de 60.000 Rebonds Occitanie est Philippe Dagorno : Contact LinkedIn.
  • Plus d’infos dans la rubrique « Rebond » du mag Caminarem de 2019, avec un zoom de 2 pages sur 60.000 Rebonds, à relire ici (p.10-11).

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Ce n’est pas ici, mais c’est original. Mauges communauté (49) lance un appel à candidatures pour une résidence de journaliste, de mars à juin prochain. Le professionnel aura pour objectif de « conduire des actions sur l’éducation aux médias, à l’information, à la liberté d’expression et au numérique » et « sensibiliser les habitants et le jeune public sur la diversité de son patrimoine local », indique Ouest France.

La phrase

« Ce modèle de gestion de SPL aéroportuaire régionale sur des aéroports secondaires, avec un actionnaire institutionnel majoritaire (Région Occitanie, note), est pertinent. Il pourrait se multiplier au niveau national. N’oublions pas que ces trois destinations sont aussi des bases militaires, avec notamment le 3ème RPIMA (parachutistes) à Carcassonne, qui peut être projeté à l’extérieur rapidement sur des théâtres de guerre. Abandonner ces plateformes entraînerait des difficultés d’opération majeures pour les armées. »

À lire dans Les Échos : « Aéroports : un montage inédit entre Perpignan, Carcassonne et Tarbes », ici.

Françoise Castel

présidente d'Altair Business SAS (Toulouse), cabinet de conseil dans le secteur aéronautique

On s’en fout

La rigueur dans la sélection et la rédaction des infos, la recherche de sources fiables, l’importance du réseau d’informateurs pour se différencier, la transformation du métier depuis l’avènement des réseaux sociaux, l’art d’écrire simple, les salaires mirobolants que nous percevons dans la profession… C’est un plaisir d’avoir répondu aux nombreuses questions de trois classes de première, réunies dans le nouvel amphithéâtre du lycée de La Merci (Montpellier), créé dans une ancienne chapelle, à Montpellier, le 13 octobre au matin, à l’invitation de mon ex-consœur Céline Dupin, devenue professeur d’anglais. J’aurais pu dire à cette centaine de jeunes, en guise d’introduction et de jeu de mots hilarant : « Je suis à La Merci… à la merci de vos questions ! » Mais j’ai préféré la jouer profil bas. Sobriété et professionnalisme. Ils m’auraient trouvé un brin ridicule, d’entrée de jeu.

Cela n’a pas empêché des échanges franchement drôles, comme celui-ci :
« – Monsieur, vous avez rencontré des stars dans votre vie de journaliste ?
Oui. Le dalaï-lama ! (Rires dans l’amphithéâtre). Vous ne vous en rendez pas compte, mais le dalaï-lama est une star planétaire ! Il y avait trois barrages de gendarmerie et un hélicoptère, pour accéder au temple bouddhiste au-dessus de Lodève. C’était en 2008, pendant les JO de Pékin. » Avec Carla Bruni et Bernard Kouchner, deux autres stars. Quel métier formidable, quand même. Tiens, d’ailleurs, c’est l’automne, il est temps de m’occuper du renouvellement annuel de la carte de presse.

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse
9

Ils et Elles bâtissent nos villes

Montpellier : Redonner vie aux espaces délaissés

 

Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole (au centre de la photo), entouré de Cédric Grail, directeur général de la SERM/SA3M (à gauche) et de Michel Calvo, adjoint au maire délégué à la Ville fraternelle et solidaire, et président de ACM Habitat (à droite), lors de l’annonce des 4 premiers sites « Permis d’Imaginer » le 10 octobre dernier. © CH.Ruiz/Montpellier3M

 

Restanque-Rubix ; Cambacérès-Mas des Brousses ; Mosson-Tour d’Assas 1 ; Moisson-Tour d’Assas 2 : le 10 octobre, Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, dévoile les 4 premiers sites ouverts aux candidatures dans le cadre des « Permis d’Imaginer ».  « Redonner vie à des espaces délaissés, c’est permis à Montpellier ! » Voici le slogan de l’opération, une démarche d’urbanisme transitoire de la Métropole de Montpellier. Sous forme d’appel à projets ou appel à idées, ou encore de marché public, des porteurs de projets sont invités à se positionner et à faire des propositions pour redonner vie à des espaces délaissés. Calendrier prévisionnel : visite de sites en octobre, réception des réponses en novembre, analyse des projets et jury de sélection du ou des lauréats en décembre. > Les différents cahiers des charges sont à télécharger sur le site dédié, ici.

Un 5ème permis d’imaginer sur le site de l’ancienne concession Opel, implanté dans le quartier Restanque à Montpellier, sera lancé à la mi-novembre. Ce site sera fléché sur un site de réemploi de matériaux de construction.

Deux sites sont en cours de travail sur la ville de Montpellier : quartier Parc 2000 (enjeux : valorisation d’un site avant le nouvel usage) et le quartier Nouveau Saint-Roch (enjeux : requalification d’espace public pour donner de la vie au quartier). Deux sites sont également à l’étude sur le territoire de la Métropole : à Murviel-lès-Montpellier sur une partie de l’ancienne cave coopérative et à Prades-le-Lez sur un terrain non bâti destiné à accueillir la ressourcerie métropolitaine, à l’horizon 2025-2026.

________________________

L’Ordre Régional des Architectes d’Occitanie fait halte à Narbonne  

 

À l’occasion de son Tour d’Occitanie, le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes d’Occitanie fait étape les 13 et 14 octobre à Narbonne, dans l’Aude, avec pour thématique « Narbonne, quelle ville pour demain ? ». Le 13 octobre a été organisée « une séance de Conseil délocalisé, rassemblant architectes, élus et associations pour un parcours itinérant, une visite architecturale et un apéro-débat », détaille le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes d’Occitanie. 24 conseillers de l’Ordre des Architectes d’Occitanie étaient présents, et ont échangé avec architectes et élus du territoire sur les actions de réhabilitation/revitalisation, le zéro artificialisation net, la revitalisation des centre-bourgs, les actions en cœur de ville, etc.

Par ailleurs, les Journées nationales de l’architecture et le Mois de l’architecture Occitanie ont été lancées le 13 octobre. Le Mois de l’architecture Occitanie se déroulera jusqu’au 14 novembre sur le thème « Architectures à habiter ». Durant cet événement, qui mobilisera 3.000 architectes, deux temps forts sont organisés par l’Ordre : « Architecture en fête », à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon (30) avec la présence des étudiants diplômés de l’École Nationale Supérieure d’Architecture (ENSA) de Montpelier ; L’architecture contemporaine au regard de la transition écologie à travers une visite de l’œuvre d’Edmond Lay et l’exposition « TerraFibra » à Tarbes (65), en présence des étudiants de l’ENSA Toulouse.

________________________

Groupe Duval accélère en Occitanie Est 

 

Duval Développement – crédit : Cabinet AUDD (Lunel – 34)

Le promoteur immobilier Groupe Duval, jusque-là discret en Occitanie Est, détaille son plan d’attaque. Il lance la réalisation de 3.500 m² de commerces, services et salle de sport à Rochefort-du-Gard (visuel ci-dessus). Autre permis de construire, récemment obtenu dans le Gard à Marguerittes : 6.000 m² de surfaces de plancher, dédiés à des locaux d’activité, commerces, restauration et services, sur un foncier de 2 hectares en façade autoroutière. Architecte pour ces deux opérations : AUDD (Lunel). Le terrain de Marguerittes est « très visible, à proximité de l’Intermarché », explique David Belenus, directeur des projets chez Duval en Occitanie Est. Groupe Duval fait par ailleurs partie des 4 opérateurs consultés par la Ville de Bagnols-sur-Cèze, pour la reconversion de la friche de Carcaixent (lire l’article dans Les Échos, ici). « Nous répondrons fin novembre, avec A+ Architecture (Montpellier), en portant un projet comprenant 7.000 m² de surface de plancher pour une résidence service seniors de 80 lits, 20 logements, un socle commercial et une maison de santé », précise-t-il.

Autre projet, dans les Pyrénées-Orientales cette fois, à Perpignan : l’obtention d’un permis de construire pour la construction d’un ensemble immobilier mixte de 5.500 m², incluant un restaurant, une boulangerie, 2.000 m² de bureaux et, sur l’arrière, 3.300 m² de locaux d’activité et un show-room. Les livraisons de ces projets sont prévues en 2024, à partir du 2ème trimestre. D’autres projets, dans l’Hérault, seront dévoilés prochainement dans Hérault Tribune. L’agence de Montpellier de Duval connaît ainsi une accélération de ses projets. « Le travail de sape mené par l’équipe de Montpellier paie », se félicite Frédéric Rouvier, directeur de Duval à Marseille ; qui a travaillé chez Marignan à Montpellier entre 2005 et 2012.

_________________________

Logements étudiants : un Ecla Campus en projet à Labège

 

L’Ecla Campus à Massy-Palaiseau, en janvier dernier. Crédit photo : HV

Océanis Promotion (Grand M Group, Montpellier) devrait prochainement déposer une demande de permis de construire, avec un autre promoteur immobilier, pour la réalisation d’un campus étudiant d’environ 500 logements à Labège (31), sous l’enseigne Ecla Campus, apprend-on de source proche. Les Indiscrétions ont dévoilé les coulisses, en janvier, de la plus grande résidence étudiante d’Europe, à Massy-Palaiseau. À relire ici. Un projet inédit d’Ecla Campus est en cours de montage à Paris. La maintenance multitechnique des sites Ecla est assurée par Actem’Otel et Hervé Thermique, dont le siège est à Saint-Aunès (34). Actem’Otel est spécialisée en maintenance d’hôtels. Parmi les autres références : Plaza Athénée, Mandarin Oriental, de nombreux Club Med.

Des potins immo ? Une nomination ? Des initiatives et projets ?

Agencehv protège ses sources d’information. En lui communiquant une information, vous avez la garantie d’un traitement fiable, rigoureux et objectif.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

Le Département de l’Aude lance un avis pour la réparation d’ouvrages d’art. 

Le CHU de Montpellier lance un avis pour la construction d’un bâtiment regroupant les activités de gérontologie, de soins palliatifs et d’algologie.  

La Spl 30 lance un avis pour la restructuration et l’extension de l’école Josette Roucaute à Saint-Hilaire-de-Brethmas. 

La Sgap de Marseille lance un avis d’AMO pour la construction de l’Académie de Police de Montpellier. 

Port Sud de France lance un avis pour les travaux de voirie et réseaux divers sur l’ensemble des sites du Port de Sète. 

Sa3m lance un avis pour la réalisation des travaux d’aménagement du cœur de village de Sussargues. 

Sa3m lance un avis pour la réalisation de travaux de confortement structurel dans le cadre de la rénovation du Carré St Anne à Montpelier. 

La communauté de communes de la Vallée de l’Hérault lance un avis pour les travaux de restauration et d’entretien des affluents du fleuve Hérault. 

Occitanie Ouest 

Le Crous Toulouse-Occitanie lance un avis pour les travaux concernant la restauration de la Maison d’Activités Culturelles (Mac) sur le site Universitaire Chapou à Toulouse (31). 

La communauté de communes du Grand Cahors lance un avis pour AMO du projet partenarial d’aménagement Entrée Sud. 

Le Sdis lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la construction d’un centre d’incendie et de secours à Villebrumier (82). 

La Spl Arac Occitanie lance un avis pour la mission de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation générale y compris extension du service de restauration au Legta Capou à Montauban. 

La Grand Ouest Toulousain lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la rénovation du bâtiment Centre Social Vallée de la Save situé à Lévignac. 

La Spl Arac Occitanie lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation de la gare de Luchon. 

Communication 📣
Réseaux numériques 💻

Occitanie Ouest 

Le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération toulousaine lance un avis de fourniture d’une solution d’hébergement des applications internet. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La ville de Balaruc-les-Bains attribue le marché des fouilles archéologiques préalables au projet de la nouvelle Mairie à Sète Agglopôle Méditerranée – Service Archéologie. Valeur totale du marché : 400 000 euros. 

La Sem Arac Occitanie attribue le marché de réhabilitation des Thermes de Luchon à Gallego S.A.S, Mae, Falguie, Fourcade, Pbs, Quercy Confort et Ineo Mplr Agence Tertiaire. Valeur totale du marché : 25 194 017,1 euros.

Montpellier Méditerranée Métropole attribue le marché accord-cadre de maîtrise d’oeuvre pour les projets d’aménagement dans l’espace public métropolitain à MEDIAE, PRESENTS, INFRASUD INGENIERIE. La liste des autres titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché : 50 800 000 euros. 

L’Office Public de l’Habitat de la Haute-Garonne attribue le marché de réalisation de diagnostics techniques règlementaires sur le patrimoine de l’Oph 31 à Arkhedia. Valeur totale du marché : 940 000 euros. 

La communauté de communes du Saint-Gaudin attribue le marché de suivi-animation de l’opération programmée d’amélioration de l’habitat – renouvellement urbain à SAS URBANIS et HORIZON PAYSAGE ET URBANISME. Valeur totale du marché : 362 500 euros. 

Spl Audeo attribue le marché de mission de maîtrise d’oeuvre pour la réalisation de la réhabilitation – restructuration de l’hôtel / restaurant de l’Abbaye-Ecole de Sorèze à VIRGINIE LUGOL ARCHITECTES, OTCE MIDI PYRENEES, SIGMA ACOUSTIQUE, ETB et Laurent TAILLANDIER. Valeur totale du marché : 568 885,16 euros. 

La communauté d’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées attribue le marché de services d’évacuation et traitement du compost de la station d’épuration d’Aureilhan à SEDE ENVIRONNEMENT. Valeur totale du marché : 230 300 euros. 

La commune de Carcassonne attribue le marché de location, pose, dépose et acquisition de décors et matériel d’illumination à BLACHERE ILLUMINATION et SAS ROBERT. Valeur totale du marché : 750 000 euros. 

Plus de marchés ici

Montpellier Méditerranée Métropole attribue le marché d’acquisition bennes amovibles pour déchèteries à TAM ROCH. Valeur totale du marché : 1 100 000 euros.

Montpellier Méditerranée Métropole attribue le marché d’accord-cadre à marchés subséquents relatif aux travaux de route, voirie et ouvrages d’art sur le territoire à EIFFAGE ROUTE GRAND SUD, EUROVIA LR JUVIGNAC, ZAEL BEC LANGUEDOC. La liste des autres titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché : 244 000 000 euros.

La ville de Montpellier attribue le marché de transformation du site du conservatoire à M ECHAFAUDAGES et ATELIER DUCROT. Valeur totale du marché : 864 339,32 euros. 

Toulouse Métropole attribue le marché de nettoyage des musées, monuments, auditorium et conservatoire de Saint-Pierre des Cuisines, muséum et ses annexes administratives de Toulouse à Onet Services, Deca Proprete Midi-Pyrenees I et Atalian Proprete. Valeur totale du marché : 2 901 257 euros. 

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

À suivre en ligne ou en présentiel

Lundi 17 et mardi 18 octobre :

Business Innovation Montpellier sur la thématique « Nourrir », organisé par l’Université de Montpellier sur le Campus Triolet, Faculté des Sciences – Place Eugène Bataillon (Montpellier – 34) Plus d’infos et inscription ici.

Mardi 18 octobre : 

Déjeuner Business Club : « L’entraînement bat le talent quand le talent ne s’entraîne pas » avec Camille Lacourt, nageur – quintuple champion du monde de natation. Déjeuner organisé par Béziers Narbonne Business Club. Lieu à venir. Plus d’infos ici.

Plan Régional Santé Travail – PRST Tour, organisé par le PRST Occitanie à la CCI des Pyrénées-Orientales à Perpignan (66). Plus d’infos ici.

Biozero « Nouvelles technologies de vectorisation, perspectives pour les biotech et pharma », organisé par Eurobiomed au CEA Tech Occitanie à Labège (51 rue de l’innovation). Plus d’infos et inscription ici.

Les Universités de l’Économie de Demain, sur le thème de la sobriété, organisée au Corum de Montpellier (34). Plus d’infos ici, et inscription .

Mardi 18 et mercredi 19 octobre de 8h à 18h :

Salon du littoral : enjeux méditerranéens, organisé par Midi Libre au Palais des Congrès du Cap d’Agde (34). Plus d’informations ici.

Du 18 au 20 octobre :

Salon Siane, le salon des partenaires de l’industrie, organisé par la CCI Occitanie au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

Jeudi 20 octobre :

Plan Régional Santé Travail – PRST Tour, organisé par le PRST Occitanie à la CCI du Gers à Auch (32). Plus d’infos ici.

Le Forum Entreprises, organisé par l’IMT Mines Alès au Parc des Expositions de Montpellier (34). Plus d’informations et inscription ici.

Les Rencontres Sport & Co organisées par Ad’Occ Sport et la Région Occitanie à l Maison de Ma Région à Millau. Plus d’infos ici.

3ème édition des Rendez-vous de l’économie engagée, organisée par Ad’Occ à Toulouse. Plus d’infos ici.

Jeudi 20 et vendredi 21 octobre :

« Expédition créative – un challenge pour bâtir des entreprises durables » organisée par Ad’Occ à Tarbes. Plus d’infos ici.

Du 22 au 24 octobre :

Le Salon du Champagne, coorganisé par l’agence Insightcom et le Domaine de Verchant, au Domaine de Verchant (34). Plus d’infos ici.

Mercredi 26 octobre à 19h :

Réunion publique « Métamorph’Ose » à Lunel.

Plus d'événements ici

NOVEMBRE

Jeudi 3 novembre :

« CREAWIZ 2022 – la journée de rentrée du Diplôme Etudiant Entrepreneur » coorganisé par Ad’Occ à la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain à Montpellier. Plus d’infos ici.

Lundi 7 novembre :

« Entreprenez en Lozère », événement organisé par Ad’Occ à l’Espace Jean Jaurès à Mende. Plus d’infos ici.

Mardi 8 novembre :

Plan Régional Santé Travail – PRST Tour, organisé par le PRST Occitanie à la CCI du Tarn-et-Garonne à Montauban (82). Plus d’infos ici.

8èmes rencontres nationales des dispositifs médicaux, organisée par Eurobiomed au Moulin de Gazay à Nîmes (30). Plus d’infos et inscription ici.

Atelier de Rénovation urbaine et patrimoniale, organisé par l’association Cahors, les Patrimoines en mouvement à Cahors (place Bessières). Plus d’infos et inscription ici.

« Financements et Technologies pour le Jeu Vidéo » organisé par Ad’Occ à la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain à Montpellier. Plus d’infos ici.

Mardi 8 et mercredi 9 novembre :

6ème édition des Rencontres Professionnelles du Tourisme Fluvial & Fluvestre, nommée SLOWW!, organisée par Voies Navigables de France au Palais des Congrès à Arles (13). Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 10 novembre :

« HyDeO Day 2022 : en route vers l’ère industrHyelle ! » organisé par Ad’Occ à la Cité à Toulouse. Plus d’infos ici.

« Entreprenez dans les Pyrénées-Orientales », événement organisé par Ad’Occ à la Maison de Ma Région à perpignan. Plus d’infos ici.

2èmes Rencontres Energies « Transports et énergies : un écosystème complexe mais des solutions concrètes », organisées par l’ORT Occitanie au Palais des Congrès à Gruissan (11). Inscription obligatoire ici.

Mardi 15 novembre de 10h à 12h30 :

Plan Régional Santé Travail – PRST Tour, organisé par le PRST Occitanie à la CCI de la Haute-Garonne à Toulouse (31). Plus d’infos ici.

« BtoBuild | Rendez-vous Business & Innovation du Bâtiment Durable », organisé par Ad’Occ à l’INSA de Toulouse. Plus d’infos ici.

Jeudi 17 novembre  :

18ème édition du Salon de l’Entreprise à Labège (31). Entrée gratuite, plus d’informations ici.

1ère édition « Le Village des Recruteurs de Montpellier ». Plus d’infos et inscription ici.

« Entreprenez en Haute-Garonne », événement organisé par Ad’Occ Centre des Congrès Diagora Labège. Plus d’infos ici.

Du 21 au 27 novembre : 

11ème édition de « La Semaine de l’Industrie », organisée par l’UIMM Occitanie. Plus d’infos ici.

Mardi 22 novembre :

4e édition CBC – Cybersecurity Business Convention 2022 organisé par Ad’Occ au Centre des Congrès Pierre Boudis à Toulouse. Plus d’infos ici.

Jeudi 24 novembre :

Biozero « Tour de table des financements publics et privés pour les entreprises innovantes en santé », organisé par Eurobiomed à L’Arobase à Castres (81). Plus d’infos et inscription ici.

Du 29 novembre au 1er décembre :

14ème convention d’affaires Aeromart, organisée par l’agence Ad’Occ, au MEETT à Toulouse (31). Plus d’infos ici et inscription .

DÉCEMBRE

Jeudi 1er décembre :

« Entreprenez dans le Gard », événement organisé par Ad’Occ au Bic Innov’up à Nîmes. Plus d’infos ici.

Mercredi 7 décembre de 9h à 18h :

RésO Incubateurs Pépinières +, évènement organisé par la CCI Hérault au Parc des Expositions de Montpellier (34). Plus d’informations ici.

Mercredi 7 et jeudi 8 décembre :

Forum Energaïa (forum des énergies renouvelables), organisé au Parc des Expositions de Montpellier (34). Plus d’informations ici

Jeudi 8 décembre : 

Transfo Digitale Day | Les rencontres de la transformation digitale au service des métiers organisé par Ad’Occ, Digital 113 et Projet X à la Cité à Toulouse. Plus d’infos ici.

Samedi 10 et dimanche 11 décembre :

Occitanie Esports – pop culture et gaming expo – a lieu à la Sud de France Arena à Montpellier. Plus d’infos, ici.

2023

JANVIER

23 et 24 janvier : 

Salon Millésime Bio, organisé en version digitale par Sudvinbio, Plus d’infos ici.

Du 30 janvier au 1er février :

30ème édition du Salon Millésime Bio, organisé par Sudvinbio au Parc des Expositions de Montpellier. Plus d’infos ici.

MAI

Mardi 30 et mercredi 31 mai :

M2S « Mobility Solutions Show », rendez-vous B2B des solutions de mobilité urbaine et périurbaine, organisé au Parc des Expositions de Toulouse (31). Plus d’infos ici.

i

Newsroom

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
– Face à l’augmentation des prix de l’énergie, la cave coopérative viticole Héraclès installe des panneaux solaires en toiture.
– Perpignan : les ambitions de Onedirect
– La Brigade de Véro performe dans les box cuisinées

Pour ToulÉco, contribution à deux dossiers régionaux :– « Le vélo, nouvelle reine d’Occitanie ? Quand le marché pédale plus vite que les politiques », rédaction de la partie Occitanie Est. Parution le 3 novembre.
– Guide du jeune entrepreneur d’Occitanie (parution en décembre). Quatre portraits de jeunes entrepreneurs en Occitanie Est.

Pour BoisMAG :
– Enquête nationale sur les négoces de bois : état des lieux du marché, des produits et des points de vente, des approvisionnements, de l’évolution des services, de la digitalisation.

Pour l’Hérault Juridique et Economique :
– Kloo.vis, le Vinted des bricoleurs.

Formation

Interventions sur les techniques d’écriture efficace, la culture média et les relations presse : 56h auprès des Masters de Sup de Com Montpellier, entre septembre 2022 et mai 2023. Plus d’infos ici.

Rédaction de contenus

Contribution à la rédaction du magazine L’Oeil d’Arthur Loyd Montpellier-Nîmes : l’immeuble Tech Tower de la SNCF, interview d’Aline Bsaibes (ITK) en tant qu’ambassadrice de Med Vallée, nouvelle agence Arthur Loyd à Béziers…

Animation

18 octobre : animation de la table ronde du Salon du Littoral (Midi Libre) et de la remise de prix Avenir Littoral, au Palais des congrès du Cap-d’Agde ; animation de la soirée de lancement du Salon du Littoral au théâtre Molière à Sète.

Préparation et animation d’interviews, en format plateau TV, d’intervenants et d’exposants lors du Forum EnerGaïa 2022, les 7 & 8 décembre au Parc des Expositions de Montpellier. Client : SPL Occitanie Events. Plus d’infos ici.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Les dessous des sous

Et encore ? Des investisseurs d’ici contribuent au développement du plus gros centre européen d’hébergement de supercalculateurs dans des modules containers, les classes populaires exclues des crédits immobiliers, le retour du train, de la nécessité de protéger la tielle sétoise, encore plus de monde en 2070 en Occitanie, et plein d’autres palabres urbaines.
Courage et chocolat !

lire plus

Coulisses RH

Et encore ? Corelec (Muret) fabrique des électrodes durables pour les piscines au sel, la revanche de Lunel, Cédric Grail (Altémed) fidèle au poste, le coup de sifflet final de Jo Hamel, et plein d’autres palabres urbaines.
Courage et chocolat !

lire plus

La passion est toujours là

Melenchon boss des patrons dans le Gard, le parc Héliopôle fait le plein à Bessan (34), le projet de gare maritime de Sète à l’eau, nos amis les archis dans le « On s’en fout », et plein d’autres palabres urbaines.
« 2023, l’année casse-tête », Les Indiscrétions de la semaine du 7 novembre sont en ligne.
Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus
Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox. Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux. Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus
Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus
Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus
Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.
Share This