Bandeau Les Indiscrétions m&a

Ça pousseSemaine du 4 avril 2022

LES INDISCRÉTIONS

Vos 5 minutes business en Occitanie

Suivez Les Indiscrétions sur les réseaux sociaux :

À l'affiche

À l’affiche
9

Parce qu’elles et ils le valent bien

Lara Bertola Les Indiscretions

Lara Bertola, Toulouse School of Management Research

« Pourquoi les femmes peinent à réseauter », c’est le thème de la tribune publiée dans Les Échos par Lara Bertola, professeur assistante en ressources humaines et comportement organisationnel à Toulouse School of Management Research (CNRS-Université Toulouse Capitole). « Le réseautage est une des clés des réussites professionnelles. C’est en déjeunant avec l’un, en dînant avec l’autre, en se montrant aux pots informels, que les cadres réussissent à se faire connaître puis apprécier, et à apparaître sur les radars des puissants, indique-t-elle. Or, à ce petit jeu, les femmes n’ont visiblement pas la main. Leur faible présence dans les réseaux professionnels est de plus en plus considérée comme un véritable handicap, qui expliquerait qu’elles parviennent si rarement aux postes de direction. Mais pourquoi les femmes sont-elles si peu nombreuses à boire un whisky avec leurs collègues après la fermeture des bureaux ? La question des responsabilités familiales presqu’exclusivement portées par les femmes, a été mille fois évoquée. Mais cette explication n’épuise pas le sujet. Celles qui n’ont pas d’enfants ou leur consacrent peu de temps, se heurtent également à des difficultés.
En réalité, les femmes qui font carrière dans les milieux compétitifs, prestigieux et toujours très masculins que nous avons étudiés (finance, sociétés de conseil, cabinets d’avocats d’affaires, comités exécutifs…) se sentent rapidement sexualisées, infériorisées, dès lors qu’elles se trouvent, en très petite minorité, dans des cadres informels où les sujets de conversation les plus fréquents relèvent d’un univers de la masculinité dominante : sport, voiture, voyage, alcools, femmes… »

Gregory Rattez Les Indiscretions

Grégory Rattez, Conservatoire Manitas-de-Plata, Sète

Il est depuis le 1er avril le nouveau directeur du Conservatoire Manitas-de-Plata à Sète (34). Âgé de 39 ans, il dirigeait depuis 2015 le conservatoire de musique et de danse de Wasquehal dans le Nord (Métropole lilloise). Il remplace Guy Sbarra, qui dirigeait le conservatoire depuis 2008 et qui fait valoir ses droits à la retraite. Pianiste de formation, Grégory Rattez est issu du conservatoire royal de Bruxelles. « J’ai une attirance pour le territoire de Sète où se développe une culture polymorphe », confie-t-il à nos confrères de Midi Libre.

Florence Levy-Cadenel Les Indiscretions

Florence Levy-Cadenel, Terre de Commerces 30

Elle est la nouvelle présidente de Terre de Commerces 30, fédération des commerces et services de proximité du Gard. Florence Levy-Cadenel est la fondatrice et directrice générale des magasins de prêt-à-porter Jeans Center à Nîmes, créés en 1985. Sa mission à la tête de la fédération est de soutenir, défendre et représenter les commerçants et associations du département. Terre de Commerce regroupe 39 associations et 3 000 commerces. Ses membres fondateurs sont la CCI du Gard, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Gard et l’Union pour les Entreprises du Gard (UPE 30).
©G.N / Midi Libre

Philippe Sempere Les Indiscretions

Philippe Sempéré, Cap Saint-Clair (34) et Iconic

L’enseigne textile Mango et la brasserie Au Bureau vont s’installer en plein cœur du Cap d’Agde (Hérault) dans le socle commercial du projet immobilier Iconic. L’annonce est officialisée par Philippe Sempéré, gérant de la société Cap Saint-Clair « à l’occasion de la passation de propriété entre le promoteur Kaufman&Broad, qui réalise actuellement le projet immobilier Iconic, et l’acquéreur des 2.500 m² de surface commerciale bâtis au pied des immeubles », révèle Midi Libre dans son édition biterroise du 30 mars. Parmi les autres noms dévoilés : les cafés Etienne, présents notamment au Polygone de Béziers, et les burgers de King Marcel. D’autres annonces devraient être faites dans les jours à venir. Ce nouvel espace commercial sera inauguré le 2 juin. Iconic, dessiné par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et porté par Kaufman&Broad, a été distingué à deux reprises lors de la première cérémonie des Grands Prix de l’Immobilier de Midi Libre en septembre dernier, dans les catégories « Esthétique architecturale » et « Services ».
> « Montpellier : Lab Immo Midi Libre décerne ses trophées de l’immobilier », à relire ici.

Antonin Arnaud Les Indiscretions

Antonin Arnaud, challenge national de l’ingénieur du Grand Narbonne

Le Grand Prix du challenge national de l’ingénieur du Grand Narbonne (Aude) est attribué à Antonin Arnaud, étudiant à l’Université de Montpellier en faculté des Sciences, qui développe une solution électronique pour faciliter l’atterrissage des avions. Ce challenge s’est tenu les 26 et 27 mars à IN’ESS.
Le concept est original : 53 élèves ingénieurs de l’école des Mines d’Alès, répartis en treize équipes, accompagnent durant 48h un porteur de projet. À l’issue des 48h, les 13 projets ont été présentés à un jury composé de Jean-Michel Alvarez, vice-président du Grand Narbonne en charge de l’économie et de la relance économique, de l’innovation, de l’attractivité de l’enseignement supérieur et de la formation ainsi que de représentants des structures partenaires de l’événement comme la CCI de l’Aude, l’agence Ad’Occ, la PFT11-66, la jeune chambre économique de Narbonne, Face Aude, et l’école des Mines Alès. Au total, 3 lauréats ont été distingués lors de ce challenge. Le second prix a été attribué à Florian Bernard qui développe une douche économique en eau, et un coup de cœur du jury distingue Théo Brosse et Léna Leenhart, étudiants en STAPS à Montpellier (faculté de Sports) qui développent des offres de vacances à destination de porteurs de handicaps.

Christophe Avellan Les Indiscretions

Christophe Avellan, Pôle Mer Méditerranée

Il prend la direction générale de Pôle Mer Méditerranée, pôle de compétitivité dédié à l’économique maritime et littorale présidé par Laurent Moser. Il remplace Frédéric Poignant. Diplômé de l’École d’ingénieurs de l’université de Toulon SeaTech, Christophe Avellan travaille au Pôle Mer Méditerranée depuis 18 ans, sur la thématique Transport. Il était en charge de la direction adjointe depuis 2014, directeur innovations/projets R&D et animateur du domaine d’actions stratégiques Naval et Nautisme. Le Pôle Mer Méditerranée a développé une compétence d’expertise pour l’éolien flottant en mer en organisant la manifestation internationale FOWT (Floating Offshore Wind Turbines) au Corum de Montpellier, du 16 au 18 mai. Le Pôle Mer Méditerranée compte 446 membres, dont Ad’Occ, l’IMT Mines Alès, Biotope (Mèze) et Biodiv-Wind (Béziers).

olivier carmes

Laurent Blondiau, Région Occitanie

Il est nommé directeur général délégué à l’attractivité et aux marques régionales de la Région Occitanie (présidente : Carole Delga, PS). Fidèle de Carole Delga, Laurent Blondiau a été son directeur de cabinet de 2016 à 2021. Depuis la réélection de Carole Delga, en juin 2021, il est resté au cabinet, en tant que conseiller, œuvrant notamment à l’élection de Carole Delga à la présidence de Régions de France en juillet 2021, et pour la parution de nombreux articles dans la presse nationale.

olivier carmes

Miren de Lorgeril, Bacchus Business Club à Montpellier

Aux côtés de Xavier Lépingle, directeur général de Hermès Textile Holding, et de Diane Ducret, romancière et essayiste, la vigneronne, dirigeante de Maison Lorgeril à Pennautier (Aude), interviendra le 12 mai, au Domaine de Verchant (Castelnau-le-Lez, 34) pour le lancement du Bacchus Business Club, club privé de dirigeants d’entreprises et de personnalités économiques créé par le magazine Terre de Vins.
Maison Lorgeril fêtera ses… 400 ans en juin. Retrouvez l’interview de Miren de Lorgeril sur l’adaptation de la viticulture au changement climatique, pour ToulÉco, ici.

Lalou Roucayrol Les Indiscretions

Lalou Roucayrol, Lalou Multi et Endel

Le navigateur Lalou Roucayrol (Transat Jacques Vabre 2017), dirigeant Lalou Multi (propriétaire de 3 bateaux, 30 salariés), une entreprise de courses au large, intervient le 21 avril lors de la matinale de l’innovation Code 4.0 organisée par Endel dans le Gard rhodanien. Aux côtés de Sébastien Lemanceau (Ersya, conception/amélioration de systèmes complexes via des méthodes issues de l’ergonomie cognitive et de l’expérience utilisateur), il détaillera la bonne attitude pour faire émerger les projets innovants, devant des salariés et partenaires d’Endel. Parmi les messages-clés : coller aux besoins des utilisateurs, travailler sur l’usage plutôt que sur la technologie, garder le recul nécessaire pour identifier ce qui peut être amélioré, se fier à son instinct… J’aurai le plaisir d’animer cette conférence-débat, entre nautisme et nucléaire.
Ce 4 avril, Altrad vient d’annoncer l’acquisition effective d’Endel, leader français de la maintenance industrielle et des services au secteur nucléaire, auprès d’Engie. Sur les 12 derniers mois, Altrad (42.000 salariés, président : Mohed Altrad) a finalisé un nombre important d’acquisitions, « ajoutant ainsi plus d’un milliard d’euros à son CA ». Le dernier article dans Les Échos, ici.

Romane Berges Les Indiscretions

Romane Berges, Escadrille Toulouse Junior Conseil

ESCadrille Toulouse Junior Conseil, Junior-Entreprise de Toulouse Business School (TBS) Education proposant des études de marchés, des business plans et des stratégies de communication, reçoit le prix de la meilleure Junior-Entreprise d’Europe (JEE), le 5 mars, lors de la JEE Winter Conference 2022. En finale, à l’oral, la Junior-Entreprise présidée par Romane Berges a valorisé les réalisations du mandat 2021, en mettant notamment l’accent sur la force du développement commercial (+ 120 % de croissance), l’ampleur des projets réalisés et l’importance des partenariats créés pour booster l’employabilité de ses intervenants. ESCadrille Toulouse Junior Conseil s’est imposée face à Junior Centrale Supélec. Ce prix conforte sa place d’association étudiante la plus titrée d’Europe. En effet, ESCadrille Toulouse Junior Conseil a aussi été désignée Junior-Entreprise la plus responsable d’Europe et a remporté les prix des meilleures stratégies de communication et de développement commercial.

Bruno Chomeyrac Les Indiscretions

Bruno Chomeyrac, Dynabuy

Il est co-organisateur, avec Nicolas Dulion (Espace Entreprise), de la 3ème édition de la Nuit du Pitch, speed meeting qui rassemble 300 dirigeants, ce 4 avril, à l’Espace Lattara à Lattes (34). Objectifs : permettre aux entreprises de se présenter et de faire connaître leur activité, au travers d’un « pitch » de 1 minute 30 chacun. Lorsque le temps de parole est écoulé, ils changent de table. 10 rotations seront effectuées, assurant aux participants de rencontrer 100 entreprises. La soirée sera lancée par Cyril Meunier, maire de Lattes, Gregory Blanvillain, président de la CPME 34, et le Medef Montpellier.
Bruno Chomeyrac est le directeur régional LR de Dynabuy, entreprise spécialisée dans l’organisation d’événements de networking pour les entreprises et centrale achats pour les PME.
> Les informations pratiques sont à retrouver dans la rubrique « Agenda ».

Guillaume Goudard Les Indiscretions

Guillaume Goudard, Idate SAS

Il est nommé directeur général d’Idate SAS, nouvelle branche du think tank Idate Digiworld, regroupant les activités Consulting et Market Intelligence. 

Décodage

Décodage
9

On perce le coffre-fort

Législatives. Les grandes manœuvres ont commencé pour les investitures pour les législatives de juin. D’après nos informations, côté LREM, Mathilde Tastavy devrait se cogner Emmanuelle Ménard, députée RN sortante, sur la 6e circonscription de l’Hérault (Béziers). Sur la 2e (Montpellier), Fatima Bellaredj, déléguée générale de la confédération générale des Scop et experte en économie sociale et solidaire, devrait défendre les couleurs du PS, et défier la députée LFI Muriel Resseguier. « LFI envisage d’investir Alenka Doulain (conseillère municipale d’opposition). Il pourrait y avoir deux candidats LFI, ce qui donnerait une chance à Bellaredj, sur une circonscription stratégique pour Michaël Delafosse (maire PS de Montpellier) », poursuit cette source.

Sportech. Le Sport-Up Summit, accélérateur éphémère de la Sportech, se tiendra du 6 au 8 octobre au Creps-CNEA de Font-Romeu (66). Les interventions (talks, pardon) mettront le ballon ovale et la coupe du monde de rugby à l’honneur, avec des conférences aux couleurs de France 2023.

Hydrogène pour le naval. Pour réduire l’impact environnemental des activités de dragage, la Région Occitanie a commandé une drague hybride à hydrogène auprès du chantier naval Piriou, pour un coût de 25 M€. Ce 1er avril, un contrat pour la fourniture d’une pile à combustible équipant cette future drague a été signé. Le chantier naval a choisi la pile d’Helion Hydrogen Power. La drague assurera à partir de fin 2023 l’entretien des profondeurs des trois ports régionaux (Sète- Frontignan et de Port-La Nouvelle, port de pêche du Grau du Roi) ainsi que la gestion du trait de côte du littoral.

Temps partagé. Le portail du temps partagé publie la deuxième édition de son livre blanc. Alternative à l’intérim et à l’embauche directe, le travail à temps partagé repense la collaboration professionnelle : employeurs et employés investissent mutuellement dans leur développement respectif. Il permet par exemple à une entreprise d’accéder aux compétences d’un professionnel avec davantage de flexibilité (un ou plusieurs jours de travail par semaine ou par mois dans la durée). Quant au professionnel, les principaux intérêts de ce mode de travail résident dans la variété des missions (32%) et un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle (27%), selon le baromètre 2021 du temps partagé. Depuis 2019, le nombre d’adeptes de cette nouvelle façon de travailler a augmenté de 17 % et concerne environ 500.000 professionnels en France (Dares). « Pour les entreprises adhérentes au groupement d’employeurs associatif GEMME Hérault, le temps partagé permet d’accéder à de nombreuses expertises en interne sans pour autant alourdir la masse salariale par l’embauche d’un salarié à temps plein », précise Barbara Atlan, directrice du GEMME Hérault.

Airbus trop toulousain ? « On ne sent pas de ruissellement en Occitanie de la part d’Airbus, qui reste très centré sur l’aire toulousaine », regrette un poids lourd de l’économie de l’Occitanie Est (ex-LR). 

Chômage du conjoint. « La problématique du chômage du conjoint fait partie des thématiques de la future agence de développement économique de Montpellier Méditerranée Métropole », glisse un observateur. Si celle-ci voit le jour : la nouvelle administration Delafosse ne serait pas unanime sur la mise en orbite de cette agence.

Titre de séjour. C’est un sujet peu abordé : le renouvellement des titres de séjour de travailleurs extra-européens dans des secteurs en tension. « Je passe un temps fou à batailler avec les services de la préfecture de l’Hérault, peste la gérante d’une entreprise de services. Mon assistante de direction est à deux doigts d’être sans papier, alors qu’elle est trilingue, connaît parfaitement l’entreprise et que je ne trouverai pas un profil comme le sien… »

Le télétravail des grands groupes complique les recrutements. « Le télétravail est très développé dans les grands groupes. De fait, c’est un nouvel obstacle au recrutement pour des PME comme les nôtres : des cadres viennent à Montpellier en gardant leur salaire et leur emploi parisien. Avant, nous les faisions venir en leur proposant un emploi local », évalue Bertin Nahum (Quantum Surgical, robotique chirurgicale, Montpellier, 100 salariés).

Plus de décodages ici

WAT Festival. What A Trip!, le festival international du film de voyage et d’aventure de Montpellier, est en quête de nouveaux mécènes. « Nous recherchons des mécènes pour nous aider à financer et soutenir le festival et ses actions sociales et environnementales », précise Romain Tarrusson, fondateur et délégué général du festival. Déclarée d’utilité publique, l’association a créé son Club des mécènes. La sixième édition aura lieu du 21 au 25 septembre et déploie cette année ses lieux d’animation dans le centre-ville de Montpellier, du Musée Fabre jusqu’au Peyrou. L’événement a attiré 136.000 visiteurs/spectateurs depuis sa création il y a 5 ans. Pour en savoir plus sur les dispositifs de mécénat, c’est par ici.

Oignons doux. L’association de défense de l’oignon doux des Cévennes (Le Vigan, 30) propose aux consommateurs et au public de découvrir le milieu spécifique de la culture de l’oignon doux des Cévennes, protégée par une AOP, via une nouvelle page Facebook. « Les producteurs sont invités à y publier leur quotidien et à partager leurs préoccupations. Cette interaction avec les consommateurs autrement que sur un étal marchand invite à connaître, apprécier et faire valoir un métier passionnant et humain », indique Séverine Michel, animatrice de la page.
> « L’oignon doux des Cévennes boosté par le retour des Français en cuisine », à (re)lire dans Les Échos, ici.

Salon de la filière fruits et légumes. La prochaine édition du medFEL, salon réunissant les professionnels du secteur fruits et légumes, se tiendra les 27 et 28 avril prochains, au Parc des Expositions de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Organisé par la Région Occitanie, l’agence Ad’Occ et SPAS Organisation, le salon réunira 200 exposants et donnera la parole à des experts du secteurs lors de conférences et tables-rondes. Cette année, le medFEL met à l’honneur deux grands témoins : David Djaïz, enseignant à Sciences Po, interviendra le 27 avril à 15h30 sur le thème « L’agriculture française, à l’heure de la transition compétitive ». Le lendemain, Olivier Dauvers, cofondateur des Editions Dauvers, ouvrira le débat sur « Les stratégies de filières des enseignes », à 14h. « Nous prévoyons 200 exposants, dont 27 d’Occitanie, pour environ 5 000 visiteurs professionnels », indique Chantal Passat (Ad’Occ). Pour cette 14e édition dédiée aux fruits à coques, « nous attendons quarante acheteurs internationaux dont deux nouvelles cibles, Dubaï et la Colombie ». Ce salon business propose aussi des rendez-vous d’affaires, des conférences et les prévisions de récolte des fruits d’été. La filière représente environ 800 M€ de chiffres d’affaires et 15 % de l’emploi régional.

Zoom

Zoom
9

Une info passée au crible

Foncier, attractivité : Pannier-Runacher dessine sa France de l’Industrie

 

En campagne pour Macron, Agnès Pannier-Runacher est intervenue la semaine dernière lors d’un événement coorganisé par le Cercle Mozart et la CCI de l’Hérault, au Kiasma, à Castelnau-Le-Lez. Questionnée par des entrepreneurs du territoire, dont Bertin Nahum (Quantum Surgical, robotique chirurgicale, Montpellier), Mathieu Dossat (Delta Automatisme, CCI Hérault, UIMM et ITS Fusion, Béziers) et Florence Lambert (Genvia, Béziers), elle a répondu avec efficacité, en donnant dans les « je vais vous répondre en trois points ». Photo : HV

 

Donner envie d’usine. « Genvia (électrolyseurs haute température pour la fabrication d’hydrogène décarboné, note), c’est 40 brevets derrière la technologie. Schlumberger nous a permis de gagner du temps, explique Florence Lambert. Cameron, à Béziers, a traversé le siècle. Nous sommes sur de la transformation d’emplois. 30 à 40 opérateurs sont formés au 4.0, en croisant industrialisation et digital. Tout va vite, on a commencé à produire. Ce n’est pas fini ! Il faut une ambition grande dans le domaine de l’énergie, on est dans un grand process européen, avec un fort soutien de l’État français. Je discute avec mes amis européens : tous n’ont pas la DGE pour faire en sorte qu’on soit dans les rails par rapport à la Commission européenne. Pendant 20 ans, j’ai dirigé un laboratoire (au CEA, note) : nous avons en France des technologies très belles, qu’il faut dérisquer. France 2030 et IPCEI (Important Projects of Common European Interest) à l’échelle européenne permettent de dérisquer, et de lancer nos premiers démonstrateurs dans l’énergie et l’industrie. On va faire un marathon. Ce qui m’empêche de dormir, c’est comment, à partir de 2024, je recrute 100 personnes à Béziers ? Il faut faire venir des jeunes, leur donner envie de rêver dans une usine. Il y a la question de la formation. »

Pannier-Runacher : « on a redonné ses lettres de noblesse à l’apprentissage, mais la perception de l’industrie reste très dégradée ». « On détruisait de l’emploi dans l’industrie, répond la ministre. On s’est remis à créer de l’emploi industriel entre 2017 et 2019, en 2021 aussi. On avait 40.000 offres d’emplois industriels en 2016, il y en a 70.000 aujourd’hui. Nous avons redonné ses lettres de noblesse à l’apprentissage, avec une augmentation dans l’industrie. Les taux d’insertion montrent que cette voie fonctionne. 15 Md€ ont été injectés dans les compétences. Mais la perception de l’industrie reste très dégradée, c’est à nous de la changer. Elle est restée coincée dans les années 70 : polluante, conditions de travail soi-disant horribles, emplois détruits, délocalisations, piquets de grèves, absence d’avenir. On nous parle même de Germinal ! Il faut ouvrir les usines aux jeunes, dès l’école primaire, comme on visite une cathédrale ou un musée. Il faut poser la question des métiers au collège, quand le champ des possibles est ouvert. L’UIMM va lancer une campagne pour les métiers industriels, à l’image des campagnes engageantes de l’Armée, avec de belles images et des messages forts. Autre point : il faut être vigilant sur la parité dans la formation. »

___

Bertin Nahum : « L’industrie, c’est de l’innovation. » « La robotique chirurgicale pèse aujourd’hui 350 emplois sur le territoire de Montpellier, dont une centaine de production industrielle. Il y a 20 ans, lorsque j’ai créé Medtech (revendu en 2016 à Zimmer Biomet), c’était 3 emplois. L’industrie, c’est de l’innovation ! »

Pannier-Runacher : « Simplifier au quotidien ». « La baisse des impôts de production a donné envie d’investir et de recruter. La loi Pacte simplifie la vie au quotidien, les autorisations administratives d’extensions de site, des ICPE (installations classées)… On part de loin. Le verre est à moitié plein, mais le pli est pris. L’État doit être au service des entreprises qui emploient et investissent en France, c’est la philosophie de notre politique industrielle. »

___

Mathieu Dossat : « On a besoin d’emplois, mais aussi d’infrastructures (terrain et bâtiment), d’autant plus que l’industrie a un très bon taux d’emploi / m2. Mais des industriels sont préoccupés car ils ne peuvent pas se développer. Nos PAE sont limités et ne s’étendent pas. Et la loi zéro artificialisation nette limite les possibilités. »

Pannier-Runacher : « les Régions peuvent réserver une partie de leurs terrains à des projets industriels. L’industrie représente 4 % des terrains industrialisés, loi Climat&Résilience porte surtout sur le logement.
Nous avons 3 actions :
– Créer des sites clés en main, disponibles immédiatement, avec une garantie de permis de construire en 3 mois, et une garantie d’ICPE en 9 mois. Ces sites sont à proximité des zones de transport. Notre objectif est de les multiplier, pour avoir un catalogue de sites présentables, en allant le plus vite possible.
– 2e chose : accélérer les procédures de manière générale. Après la loi d’accélération et de simplification de l’Action publique en 2020, une ordonnance va un cran plus loin, dans le cadre de la crise ukrainienne. Il s’agit d’accélérer production de méthanisation, d’énergie… Il y a un train de mesures sur lequel on travaille, pour qu’il y ait quelque chose de prêt en mai, pour installer des sites industriels.
– 3e point : tous les projets considérés d’envergure nationale seront comptés hors artificialisation, pour ne pas pénaliser le développement des PME – sujet qui est prégnant à Béziers », comme nous le révélions dans l’Hérault Juridique et Économique.

___

« Il me faut un permis de construire, et je ne peux pas l’obtenir, du fait d’un PPRI drastique car mon site est proche de Lamalou-les-Bains, victime d’inondations meurtrières en 2014 », questionne un entrepreneur héraultais, patron d’une PME de 50 salariés.

Pannier-Ruchacher la joue cash sur ce coup : « Avec le réchauffement climatique, les PPRI vont être assez utiles. On risque d’avoir des vrais accidents et de vrais problèmes. C’est notre job d’avoir pour vous un interlocuteur à vos côtés, pour trouver des solutions, sur pilotis, ou à côté. Il faut prendre en compte les risques : inondations, glissements de terrain… , mais mener à bien projets industriels. On l’a fait avec des entreprises étrangères avec Business France. On s’est dit : les entrepreneurs français en ont aussi besoin, ils n’ont pas la barrière de la langue, mais ils ont la barrière des procédures administratives. »

___

« Aider ceux qui ne sont pas connus à ce jour ». Interrogée par Philippe Domy (Med Vallée) sur les enjeux de souveraineté biotechnologique, la ministre a répondu : « On met 30 Md€ sur le plan France 2030. Ce n’est que de la subvention, pas du prêt ou de l’avance remboursable. Ce n’est que du risque. La santé est parmi les 10 priorités de l’État, pas seulement à cause du Covid. Pendant des années, il y a eu une gestion comptable des médicaments et des dispositifs. J’ai travaillé dans la fonction publique hospitalière. Les process y sont un enfer. Nous avons débloqué cela depuis 2017. L’innovation ne doit pas être la variable d’ajustement des budgets de la santé. France 2030 passe un cap, en termes de recherche fondamentale, de R&D, de sites industriels. Le but est que 50 % des bénéficiaires ne soient pas connus dans le secteur. On ne va pas aider des laboratoires qui ont déjà pignon sur rue. »

___

Impact de la guerre en Ukraine sur les prix : « Éviter que des sous-traitants ne se retrouvent pris en cisaille ».
« On se méfie des surstockages pour jouer sur les prix. Pour freiner l’augmentation des prix, le bouclier nucléaire est une chance. Nous veillons à ce que les donneurs d’ordres jouent le jeu par rapport aux sous-traitants. On a mobilisé le médiateur des entreprises. Évitons que des sous-traitants ne se retrouvent pris en cisaille, avec + 30 % de tarif imposé par les fournisseurs d’un côté, et d’un autre côté des clients qui ne veulent pas augmenter leurs prix. »
Avant de conclure : « On doit être apporteur de solutions, et pas inspecteur des travaux finis. »
Si, avec tout ça, on ne vote pas Manu dimanche, c’est qu’on n’a vraiment rien compris.

3 questions à

3 questions à

Alexandra Prieux, Alcediag

« Un test de diagnostic sanguin pour déceler les troubles bipolaires »

Diagnostiquer un trouble bipolaire par une prise de sang : c’est l’innovation portée par Alcediag (groupe Alcen), société de diagnostic axée sur la neuropsychiatrie et la santé mentale basée à Euromédecine (Montpellier), créée en 2013 et présidée par Alexandra Prieux.
Alcediag annonce, le 30 mars, la création du consortium EDIT-B (« EDIT » pour édition d’ARN, et « B » pour « Bipolaire »). Ce groupement scientifique est soutenu par l’Institut européen d’innovation et de technologie pour la santé (EIT Health), un réseau européen d’innovateurs de premier plan dans le domaine de la santé.
Le projet consiste à valider et commercialiser un test sanguin pour diagnostiquer le trouble bipolaire, en utilisant des biomarqueurs spécifiques basés sur l’édition d’ARN et l’intelligence artificielle. Alexandra Prieux siège par ailleurs au conseil d’administration du CNRS. Alcediag développe une plateforme exploitant la biologie moléculaire de pointe et l’intelligence artificielle pour découvrir et utiliser en clinique de nouveaux biomarqueurs exclusifs basés sur l’édition d’ARN.
« Trois questions à », la rubrique où le tutoiement est de rigueur.

Tu ambitionnes de diagnostiquer les troubles bipolaires par un test biologique. Pourquoi ?
Le diagnostic mental résulte, aujourd’hui, d’entretiens avec des cliniciens. C’est bien, mais le problème, c’est le temps. Il faut en moyenne 7 ans pour diagnostiquer une personne bipolaire. Ce trouble est souvent confondu avec la dépression. L’impact est terrible pour les patients, leurs proches et la société. Avant que le diagnostic ne soit posé, les patients ont les pires difficultés à avoir une bonne qualité de vie. Leurs relations personnelles sont très compliquées. Ils ont du mal à garder un travail et développent des comorbidités, comme des maladies cardio-vasculaires, de l’anxiété et des addictions. Le coût pour la société est également élevé. Ce diagnostic qui est réalisé en 7 ans, nous voudrions qu’il soit effectué en seulement quelques jours, par un test biologique. Pour l’instant, cela n’existe nulle part au monde. Alcediag sera le premier. L’objectif est d’obtenir le marquage CE début 2025. Ce projet permettra de différencier avec précision le trouble bipolaire du trouble unipolaire. Cette distinction est extrêmement importante sur le plan clinique, car les traitements sont différents.

Peux-tu préciser le montant alloué à la R&D et la composition du consortium européen ?
Le budget s’élève à 5,2 millions d’euros, dont 2,5 M€ par l’EIT Health. Le consortium, multicentrique, est basé en France, en Espagne et au Danemark. Il est fort d’une immense qualité, avec des partenaires de renom. Sa composition : Alcediag, chef de file, Alcen, maison-mère d’Alcediag, le centre de psychiatrie de la région de Copenhague au Danemark, l’hôpital clinique de Barcelone et sa fondation, GHU Paris Psychiatrie & Neurosciences, l’hôpital Parc Sanitari Sant Joan de Déu et sa fondation Fundació Sant Joan de Déu, ProductLife Group et Synlab. Synlab est le premier fournisseur de diagnostic médical en Europe, présent dans 36 pays sur 4 continents. Le professeur barcelonais Eduard Vieta est l’investigateur principal. Les études cliniques sont lancées auprès de 438 patients. L’écosystème local en Occitanie est également très vertueux, à travers le pôle de compétitivité Eurobiomed et, à Montpellier, le projet Med Vallée, à même de porter l’innovation en matière de santé au niveau mondial, au même titre que San Diego ou Boston.

Diagnostiquer une maladie mentale par des biomarqueurs peut sembler, de l’extérieur, non-intuitif. Peux-tu apporter des explications sur ce point ?
La santé mentale n’est, c’est vrai, pas considérée comme une pathologie physique. Mais le cerveau est un organe comme un autre ! Il peut contracter des maladies, connaître des changements biochimiques. Nos travaux de R&D ont déjà débuté il y a 15 ans, via Alcen, maison-mère d’Alcediag. 15 ans, cela peut sembler long, mais il faut bien cette durée pour changer un paradigme aussi profond dans le secteur médical. On a toujours travaillé sur l’ARN et l’intelligence artificielle. Nous avons commencé par l’étude du cerveau de patients décédés, puis établi des corrélations cerveau-sang. Sont ensuite venus un panel de biomarqueurs et la recherche d’une première application clinique, EDIT-B.
Les 10 chercheurs d’Alcediag partagent avec le CNRS un laboratoire commun de biologie. Cette interdisciplinarité accélère l’innovation de rupture en diagnostic. Nous regroupons toutes les disciplines pour réaliser nos tests : biologie moléculaire, intelligence artificielle, informaticiens, physiciens, chimistes, mathématiciens… Pour accélérer dans nos travaux de développement, nous envisageons une levée de fonds dans les prochains mois, d’un montant supérieur à 15 M€.
> Plus à lire cette semaine dans la rubrique « Innovateurs » des Échos.

La HV Touch

La HV Touch

Conseil RP

Si vous croisez un gars ou une fille de la rédaction de Midi Libre, L’Indépendant ou Centre Presse, sachez que ces journaux traversent une phase sociale un peu agitée, avec une grève la semaine dernière et des négociations salariales toujours en cours. « Les quotidiens Midi Libre, L’Indépendant et Centre Presse sont restés absents des kiosques vendredi 1er avril, une première depuis 2011, en raison d’une absence d’accord entre personnel et direction sur une augmentation générale des salaires, indique une dépêche AFP. Une version PDF était toutefois disponible en ligne et le site était mis à jour régulièrement. » Le journal est ensuite paru normalement à partir de samedi. Selon le responsable syndical Guy Trubuil, secrétaire général du CSE et membre du Syndicat national des journalistes, la direction « a justifié son refus (d’augmenter les salaires) par les difficultés de la presse, notamment sur les ventes, mais aussi par l’impact de la guerre en Ukraine sur les plaques d’aluminium des ateliers d’impression ou encore la pénurie de papier ». Un autre journaliste, interrogé par Les Indiscrétions, pointe aussi une limitation des déplacements, du fait de l’augmentation du prix de l’essence.

La phrase

« Nous sommes de plus en plus inquiets sur la capacité à maîtriser les coûts des matières premières, et sur notre capacité à disposer tout simplement de matières premières. Mais d’ici le lancement du chantier du contournement ouest de Montpellier, fin 2025, espérons que la crise ukrainienne sera finie ! »

Salvador Nunez

directeur d’opérations de Vinci Autoroutes, maître d’ouvrage du futur contournement routier ouest de Montpellier (coût estimatif : 270 M€). Il se confie en exclusivité dans L’Hérault Juridique et Économique, ce jeudi 7 avril.

On s’en fout

Un peu d’élucubrations digitales. L’image du journaliste ultra-connecté dont certains m’affublent ne doit pas faire oublier les débuts et la trajectoire. Rendez-vous compte : première adresse mail à… 24 ans, en 1999, lors de mon entrée au CFJ Paris. Premiers pas dans une rédaction, au début des années 2000, avec une simple connexion ADSL, partagée entre les journalistes, à tour de rôle. Premier ordinateur portable professionnel à 35 ans : j’ai longtemps connu le carnet de notes et le stylo comme simples partenaires de reportage et d’interview. Le partage de connexion, arme ultime du travail nomade, n’est pleinement maîtrisé que depuis 2018, grâce à un smartphone enfin digne de mon standing social.
Ce n’est qu’à 35 ans que je me suis jeté dans le grand bain voyeur de Facebook, en 2010 : cela m’a alors semblé un saut dans l’inconnu tout à fait vertigineux. Mais je me suis rendu compte assez rapidement que tout le monde y racontait sa vie. Pas très passionnant.
Les choses se sont ensuite accélérées : création du site hubertvialatte.com en 2010, lancement de l’édito digital « Billet du lundi », ancêtre des Indiscrétions, en avril 2011 – le premier billet a été envoyé à 55 destinataires : la famille élargie et quelques potes. La rubrique « On s’en fout » est d’ailleurs la réincarnation de ce billet du lundi ; Création de comptes Twitter en 2011, Linkedin en 2012, et Instagram en 2018 ; Lancement de la newsletter « Les Indiscrétions » en avril 2019. Avec les joies de l’utilisation d’une plateforme d’envoi, qui peut réserver des sueurs froides. Comme ces campagnes e-mailing bloquées après que des faux e-mails ont déposé des fausses plaintes.
Dans l’actualité, nous lançons en interne une démarche RGPD, pour être conforme, ou au moins de bonne foi, en cas de contrôle. À titre personnel, comme indiqué ci-dessus, les progrès à accomplir sont légion. Toujours pas de téléphone avec une connexion 5G. Du mal, encore, à comprendre que la carte d’abonnement à la salle de sport me donne accès à toutes les salles de sport du réseau, et pas seulement à la salle à côté du boulot. Pas à l’aise avec l’enregistrement de capsules audio via Whatsapp.
Les animations de débat, prestations pourtant très relationnelles, n’échappent pas à la mutation technologique – applications dédiées pour recueillir les questions de la salle, micro-casques proposés systématiquement, conducteurs sur des tablettes numériques, retours d’écran multiples, échanges par SMS ou Whatsapp sur scène avec les organisateurs etc. Pour l’instant, ça passe. Mais à un moment, je pourrais être dépassé sur la route de l’animateur augmenté. Le moment de jeter l’éponge ? Peut-être, plutôt, prendre à mes côtés un animateur 4.0 plus jeune, pour me concentrer sur les « vraies » questions journalistiques à poser. Pas mal, ça, comme plan de survie professionnelle.

ca pousse les indiscretions

Ça pousse

Ça pousse

9

Ils et Elles bâtissent nos villes

Parking-relais polyvalent. À Toulouse, un parking relais nouvelle génération, de 780 places, va être livrée en septembre, près du terminus de la ligne A du métro de Basso Cambo à Toulouse. Actu Toulouse présente le chantier. Parc à vélos et pour les vélos cargos, aire de co-voiturage, bornes de rechargement pour les voitures électriques, rez-de-chaussée dédié à Tisséo (8 bus roulant au GNV)… « Le parking caisse à voitures, c’est fini », explique Jean-Michel Lattes, président de Tisséo Collectivités. Plus à lire ici.

Discrètement. De nature discrète, le promoteur immobilier Les Villégiales (Sète, Nîmes et agence à Montpellier) lance une activité de foncière, avec l’acquisition de plusieurs bâtiments à Montpellier : ex-Idate à Clapiers, Oceasoft au Millénaire…

En images. Pierre Raymond, directeur général de Sogeprom, partage sur Linkedin les photos du programme tertiaire Roch Office, situé dans le quartier du Nouveau Saint-Roch à Montpellier. « Vinci Immobilier et Sogeprom-Pragma ont accueilli Klesia et Aesio Santé Méditerranée au sein du bâtiment de bureau de notre opération mixte City Roch. Un emplacement stratégique en cœur de ville face à la gare Saint Roch, propriété d’Atlantique Mur Région », explique-t-il. Des lignes ondoyantes à visualiser ici.

So Roch ©j.thomazo

Livraison de l’opération Roch Office à Montpellier par Vinci Immobilier et Sogeprom-Pragma
©j.thomazo

Lab Immo. Le prochain Lab Immo de Midi Libre (fin avril ou courant mai, date à venir) sera consacré aux nouveaux usages de la ville : fonctions des rues et des sols, compacité et mixité des programmes, aménagement des espaces publics, corridors de biodiversité, place de la voiture… Et retour sur le débat Kaufman&Broad / Cosy Diem, avec Emmanuelle Gazel, maire de Millau, le 28 mars dernier, à propos de la construction d’une résidence service seniors dans la 2e ville de l’Aveyron : c’est à lire ici, avec les capsules vidéo et l’intégralité du débat.

Axe Lunel-Montpellier-Frontignan. À Frontignan, Michel Harrouy entend déplacer la gare TER sur un nouveau foncier de 11 hectares, aujourd’hui à l’état de friche industrielle – ex-site d’Exxon-Mobil. Le site ciblera plutôt « des activités économiques à vocation écologique », selon l’édile. On est là sur un projet à long terme, à l’instar de l’écoquartier des Pielles, aménagée sur une ancienne soufrerie. La dépollution doit en effet durer 5 ans, à la charge de l’industriel, qui va injecter environ 60 M€. Un procédé innovant, utilisant des tentures immenses, pour éviter la pollution olfactive et les nuisances sonores, sera utilisé. Le projet fait partie des lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt « reconquête des friches en Occitanie ». Le déplacement de la gare TER est en cours de négociation avec la SNCF, l’État et la Région. L’enquête sur l’axe Lunel-Montpellier-Frontignan est à lire dans l’édition print de l’Hérault Juridique et Économique du 31 mars.

Renouvellement urbain. C’est l’une des premières opérations concrètes du renouvellement urbain du quartier Pissevin, à Nîmes. Dans le secteur Kennedy Sud, sur une emprise foncière de 3.800 m2, acquise par la SPL Agate pour le compte de la ville de Nîmes, un ancien supermarché Carrefour a été démoli l’an dernier. Situé en continuité, l’actuel centre commercial Trait d’Union va connaître le même sort. À la place, le promoteur immobilier Helenis (Groupe GGL) va bâtir un ensemble mixte : socle commercial et pharmacie en rez-de-chaussée, dans lequel une partie des enseignes de Trait d’Union vont être transférées, centre médical au premier étage, et une soixantaine de logements dans les étages supérieurs. Le tout conçu par le cabinet d’architecte Matthieu Morel (MPM Archi).
Pour garantir une complémentarité de l’offre commerciale, la société d’aménagement des territoires (SAT) va assurer le portage des futurs locaux commerciaux neufs, via une « vente en l’état futur d’achèvement », ou Vefa.
« Nous pratiquerons des loyers modérés et rechercherons une complémentarité commerciale. Un boulanger est par exemple recherché », indique Mathieu Piriou, responsable du service urbanisme et développement à la SPL Agate et à la SAT, en charge de l’opération Pissevin pour la Ville de Nîmes. Les travaux débuteront début 2023, une fois l’autorisation environnementale obtenue. L’opération, d’une surface de plancher d’environ 4.500 m2, est à tiroirs. En 2024, le rez-de-chaussée commercial (800 m2) pour relocaliser une partie des commerces de Trait d’Union, dont la situation n’est pas jugée satisfaisante. « On a plusieurs boucheries sur le même linéaire. Du coup, elles vivent mal : tout le monde vend la même chose, à bas prix, les commerçants ne s’en sortent pas », détaille le responsable. Plus à lire dans Les Échos, ici.
> Commentaire de Mathieu Piriou sur LinkedIn : « On sent que l’urbanisme ne vous est pas inconnu… merci beaucoup pour la justesse de votre article. » C’est ce type de retour qui nous a encouragés à créer cette rubrique « ça pousse ».

Folies. Les Échos consacreront une demi-page sur le retour des Folies Architecturales à Montpellier. Une dizaine de sites est en cours de définition par Michaël Delafosse, maire de Montpellier, et ses services.

Logements sociaux et intermédiaires. 300 logements sociaux et 250 logements intermédiaires : c’est le nombre de logements que s’engagent à construire tous les ans jusqu’en 2026, dans l’aire urbaine toulousaine, CDC Habitat (Groupe Caisse des Dépôts) et sa filiale Adoma dans le cadre d’un contrat d’engagement avec Toulouse Métropole. « Une offre de logement adaptée aux besoins des foyers modestes, familles, étudiants et séniors », précise CDC Habitat le 29 mars. CDC Habitat et Adoma s’engagent d’ici 2026 à ce que 63 % de leurs logements aient une étiquette énergétique inférieure ou égale à C et à ne plus avoir aucun logement étiqueté F ou G.
CDC Habitat et Adoma ont aussi pour projet de construire d’ici 2025 une résidence intergénérationnelle de 7.700 m2 dans la Zac de la Cartoucherie, où se côtoieront des séniors, jeunes actifs et familles. Ce contrat d’engagement « revient à apporter des solutions aux habitants de Toulouse Métropole alors qu’ils rencontrent des difficultés pour se loger à des prix abordables », explique Jérôme Farcot, directeur interrégional Sud-Ouest de CDC Habitat.

Au marché

Au marché
9

Les marchés publics essentiels en Occitanie de la semaine passée. Parce qu’il faut bien vivre.

BTP 👷‍♀

Occitanie Est 

La Caf des Pyrénées-Orientales lance un avis pour mission d’AMO pour la sécurisation collective des toitures terrasses des sites de la caisse d’allocations familiales des Pyrénées Orientales. 

La ville de Béziers lance un avis pour le réaménagement de l’entrée du cimetière vieux. 

La commune de Palavas-les-Flots lance un avis pour des travaux de voiries et réseaux humides. 

La commune de Saint-Bauzély lance un avis pour la mission de maitrise d’œuvre pour la création d’une salle de spectacle dans la Commune de Saint-Beauzély.  

La Spl Agate lance un avis pour mission de maîtrise d’œuvre pour la réalisation de l’extension de la ZAC ‘ Le Petit Verger ‘ à La Calmette. 

La ville de Nîmes lance un avis pour l’extension du cimetière du Pont de Justice. 

La ville de Béziers lance un avis pour la rénovation de l’accueil, des escaliers d’honneur et de bureaux de l’hôtel de Ville. 

Le Crous de Montpellier lance un avis pour la réhabilitation du bâtiment A de la cité universitaire des Arceaux. 

La Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or lance un avis pour la maitrise d’œuvre pour la reconstruction du nouveau réservoir (3 000 m3) et surpresseur de Palavas-les-Flots.  

La Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée lance un avis pour la maîtrise d’œuvre relative aux travaux d’optimisation des espaces, de réalisation de nouveaux équipements aquatiques et de bien-être du centre aquatique Léo Lagrange.  

La Communauté de Communes Pays de Lunel lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la rénovation et l’extension du Relai Petite Enfance (R.P.E).   

La Spl Agate lance un avis pour le concours restreint de maîtrise d’œuvre pour la construction d’un nouveau gymnase multisport à Sommières. 

Le Crous de Montpellier lance un avis pour la construction d’une résidence étudiante de 72 logements sur le site de la cité universitaire de Boutonnet. 

Occitanie Ouest 

Le département du Tarn-et-Garonne lance un avis pour la réfection de la toiture du collège Jj Rousseau de Labastide St Pierre.  

Grand Sud Tarn-et-Garonne lance un avis pour des travaux d’entretien et de réparation des ouvrages d’art sur le territoire de la communauté de communes Grand Sud Tarn et Garonne. 

Le Crous de Toulouse-Occitanie lance un avis pour des travaux relatif à la rénovation du système de sécurité incendie du restaurant universitaire d’Albi ; Resto U’ Lapérouse – Place de Verdun. 

La ville de Castelginest lance un avis pour concours de maîtrise d’œuvre pour la réalisation d’un groupe scolaire Route de Bruguière. 

Le Chu de Toulouse lance un avis pour la création du nouvel EHPAD de 81 lits du Centre Hospitalier de Lavaur. 

Le Chu de Toulouse lance un avis pour les travaux de désamiantage et d’étanchéité de la toiture. 

Toulouse Métropole lance un avis pour les travaux de mise en accessibilité et d’amélioration du Théâtre du Capitole. 

La commune de Toulouse lance un avis pour les travaux de remplacement de menuiseries du centre de vacances d’Antichan Des Frontignes. 

Aveyron Habitat lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la construction de logements locatifs sociaux en collectif.  

La commune de Condom lance un avis pour le concours de maîtrise d’oeuvre pour le projet de réhabilitation du marché couvert. 

La ville de Colomiers lance un avis pour les travaux de transformation de l’école Marie-Curie en Espace d’Accueil du Jeune Enfant.  

Environnement 🌳
Services 📋

Occitanie Est 

La commune de Lattes lance un avis pour des missions de vérifications périodiques, de contrôles techniques et de diagnostics. 

L’Université Paul Sabatier lance un avis pour la mission de géomètre dans le cadre de l’opération Toulouse campus bâtiment GEOTECH. 

Perpignan Méditerranée Communauté lance un avis pour des prestations d’investigations complémentaires, de localisation et de marquage/piquetage sur le territoire de Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine.  

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour assistance technique à la surveillance, l’exploitation et la maintenance des barrages départementaux. 

La Spl Agate lance un avis pour la mission étude géotechnique de conception et d’exécution NPNRU Valdegour Pissevin à Nîmes.  

La ville de Nîmes lance un avis pour la fourniture de mobilier urbain pour la ville de Nîmes. 

Le Grand Narbonne lance un avis pour des prestations d’entretien, de maintenance et de vérification des moyens de lutte contre l’incendie. 

La Serm lance un avis pour l’exploitation des réseaux urbains de chaleur et de froid à Montpellier. 

Le département des Pyrénées-Orientales lance un avis pour entretien et maintenance des portes et portails des collèges du département Des Pyrénées-Orientales et des bâtiments Idea. 

Le conseil départemental du Gard lance un avis pour la fourniture de produits et matériels pour l’entretien et le nettoyage des locaux. 

Occitanie Ouest 

La Communauté d’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées lance un avis pour l’étude de faisabilité et étude de programmation pour l’aménagement de l’îlot FOCH.  

La Fondation Bon Sauveur Alby lance un avis pour la fourniture et l’acheminement en électricité alimentant les points de livraison de la Fondation Bon Sauveur d’Alby et la fourniture de services associés. 

ATTRIBUTIONS DE MARCHÉ

La Région Occitanie attribue le marché d’assistance iconographique à Photon. Valeur totale du marché : 600 000 euros. 

L’Oph des Pyrénées-Orientales attribue le marché de nettoyage des parties communes des immeubles d’habitation appartenant à l’Oph des Pyrénées-Orientales et gestion des containers Om à Epso, Pyreneenne Hygiene Services, Roseraie Services et Catalogne De Nettoyage. Valeur totale du marché : 223 050 euros. 

Le département du Gers attribue le marché de fourniture, transport et mise en œuvre de Matériaux Bitumineux Coulés à Froid (MBCF) à SAS COLAS FRANCE. Valeur totale du marché : 589 403 euros. 

La Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or attribue le marché de réutilisation des eaux usées traitées de la Steu de la grande-motte : création d’un bassin de stockage de 1 300 m3, ouvrages et équipements de transfert, dilution et surpression à SOGEA SUD Hydraulique. Valeur totale du marché : 1 883 280 euros. 

Le conseil départemental de l’Ariège attribue le marché de restructuration du bâtiment 1 du centre universitaire Robert Naudi à Foix à SAS BOURDARIOS, SARL Louis RUMEAU et Fils, SAS ART et PEINTURE et SARL ALLIASERV PYRENEES ENERGIE. Valeur totale du marché : 2 382 973 euros. 

La Communauté d’Agglomération du Grand Montauban attribue le marché d’entretiens de divers espaces verts à Scic Ems, Earl La Rondiesse, Canesin Parcs et Jardins et Id Verde Toulouse. Valeur totale du marché : 360 000 euros. 

Le Crous de Toulouse-Occitanie attribue le marché de travaux pour la réhabilitation du Restaurant Universitaire du Crous de Tarbes (65) à Eiffage Construction Midi Pyrenees (E.C.M.P.), Electricite Industrielle Jp Fauche, Bajon Andres. La liste des titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché : 1 050 018 euros. 

Montpellier Méditerranée Métropole attribue le marché de réhabilitation des points propreté de Montferrier-sur-Lez et Saint-Georges d’Orques à BUESA et COLAS FRANCE. Valeur totale du marché : 1 173 000 euros. 

Plus de marchés ici

Perpignan Méditerranée Communauté attribue le marché de travaux de réparations urgentes des réseaux d’eau potable et d’eaux usées sur les communes en régie à saur et SADE – COMPAGNIE GENERALE DE TRAVAUX D’HYDRAULIQUE. Valeur totale du marché : 2 340 000 euros. 

Sète Thau Habitat attribue le concours sur esquisse + relatif à la mission de maîtrise d’œuvre pour la construction d’environ 51 logements locatifs sociaux collectifs situés sur la ZAC Est – rive gauche (lot no11) à Sète à SARL ATELIER Thomas Landemaine Architectes. Montant de la prime attribuée : 14 000 euros. 

Montpellier Méditerranée Métropole attribue le marché de groupement de commandes achat de carburant et électricité pour véhicules à TOTAL MARKETING FRANCE, RAMOND ET CIE et GNVERT. Valeur totale du marché : 1 477 642 euros. 

L’Urssaf Midi-Pyrénées attribue le marché de mission de maitrise d’oeuvre pour la réhabilitation du siège social de l’Urssaf Midi-Pyrénées à Enzo et Rosso, S.E.T.E.S, Gamba Acoustique et Gamma Conception. Valeur totale du marché : 342 156 euros. 

Le Grand Narbonne attribue le marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour le suivi et la gestion des services eau potable, assainissement et pluvial à COCITE SAS. Valeur totale du marché : 477 375 euros. 

La ville de Montpellier attribue le marché de transformation du site du conservatoire en école primaire à SARL CASTELNAU DEMOLITION. Valeur totale du marché : 345 000 euros. 

La commune de Vauvert attribue le marché de délégation de service public pour l’exploitation des services d’eau potable et d’assainissement collectif de la commune de Vauvert à SAUR. Valeur totale du marché : 9 495 000 euros. 

Le conseil départemental de l’Ariège attribue le marché de purges et confortement de falaises à SAS GAUTHIER. Valeur totale du marché : 800 000 euros. 

Rodez Agglomération Habitat attribue le marché de travaux de rénovation urbaine de l’îlot ramadier à rodez (12): Construction de 2 bâtiments collectifs + 8 maisons, Réhabilitation de 3 bâtiments existants, Travaux d’aménagement extérieurs et VRD à EUROVIA, Ets J-Michel CAMPO, SARL DE BRITO. La suite des titulaires est à consulter ici. Valeur totale du marché : 1 792 794,89 euros. 

Le département des Pyrénées-Orientales attribue le marché de divers aménagements en vue d’optimiser le fonctionnement du site avenue Julien Panchot à Perpignan à Ets Payre Et Fils, Sarl Beck Et Cie, Ets Torras Serrurerie, Travaux Publics Du Roussillon et Spie Batignolles Malet S.A. Valeur totale du marché : 646 013 euros. 

Le département de l’Aude attribue le marché d’acquisition de mobiliers et d’équipements scolaires pour les collèges et services du département à ESPACE LE PAPE RANVIER, ACIAL, CHOMETTE et SAS DPC. Valeur totale du marché : 2 860 000 euros. 

Sitom Sud Gard attribue le marché de broyage, transport et valorisation des déchets verts issus des plateformes de broyage à Suez Organique et Alliance Environnement Exploitation. Valeur totale du marché : 1 668 375 euros. 

Agenda Les Indiscretions

L'agenda

L’agenda

i

Newsroom

L’agence travaille en ce moment sur plein de choses passionnantes :

Journalisme

Pour Les Échos :
Enquête sur le retour des folies architecturales à Montpellier.
Articles en cours :
– Les ambitions d’Atelier Tuffery (fabricant de jeans) à Florac, en Lozère.
– L’impact de la guerre en Ukraine pour le groupe coopératif agricole Arterris (Castelnaudary, Aude).
– New Orchestra (mode enfantine), deux après la reprise d’Orchestra par son fondateur, Pierre Mestre.
– L’avancement du projet routier de contournement ouest de Montpellier par Vinci Autoroutes.
– Les projets de Vestia Promotion dans la construction bois.

Contribution au magazine Bien’Ici (Midi Libre), avril.

Le prochain salon Medfel (fruits et légumes), pour ToulÉco.

Pour l’Hérault Juridique et Économique : interview de Salvador Nunez sur le contournement ouest de Montpellier, le 7 avril.

Enquête nationale sur les terrasses bois, pour BoisMag, parution en avril.

« Que peut apporter l’hydrogène dans la décarbonation des transports ? » : enquête pour L’Abécédaire des Institutions, parution en juin.

Brand content

Pour Profils Systèmes, rédaction du magazine #Signature8 : sujets lifestyle, architecture et art de vivre.

Pour Caminarem, rédaction du prochain magazine « Caminarem » (septembre) : sujet RH, avec une enquête sur l’utilité des bilans de compétences.

À suivre en ligne ou en présentiel

Mardi 5 avril de 9h à 11h :

Réunion matinale « Le haut de bilan », organisée par Ad’Occ, retransmise en duplex à la Maison de ma Région de Narbonne. Plus d’informations et inscription ici.

Mercredi 5 avril de 9h à 13h : 

« Defi Tech Santé – la santé décentralisée (présentiel et digital) », organisé par l’agence AD’OCC à l’Institut des soins infirmiers (Pamiers, 09) et en webinaire. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 5 avril à 10h :

Visioconférence « Filière Xplorer : Découverte de la filière Transports & Mobilité », dans le cadre de l’évènement « Digital is Future », organisée par Digital 113. Plus d’informations et inscription gratuite ici.

Mardi 5 avril à 14h :

Festival « Hello la tech », organisé par la French Tech Med, au Pasino de La Grande-Motte (34). Plus d’informations ici.

Mardi 5 avril de 17h à 19h :

Rencontre-débat « La santé numérique en mouvement », organisée par IMT Mines Alès, l’IMT et la Fondation Mines-Télécom. Plus d’informations ici.

Plus d'événements ici

Mardi 5 et mercredi 6 avril :

Rencontres régionales de l’ingénierie, organisées par l’AIMP et la Fédération Cinov Midi-Pyrénées, au centre de congrès Diagora (Labège). Plus d’informations ici.

Mercredi 6 avril de 9h à 17h :

« Textiles techniques et Composites : performances & fonctionnalisation et applications associées », organisé par AD’OCC, le pôle de compétitivité Aerospace Valley et l’ENSAIT, à la Cité de Toulouse. Plus d’informations et inscription ici.

Mercredi 6 avril de 9h à 17h :

Rendez-vous « Google Ateliers Numériques », organisé par la CCI Hérault, Hérault Tourisme et Google Ateliers Numériques Occitanie, à Lunel (34).Plus d’informations ici. Inscription via ce lien.

Mercredi 6 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) d’Auch, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (17 rue du Général de Gaulle, Auch – 32). Plus d’informations ici.

Mercredi 6 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Carcassonne, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Rue des 3 couronnes, Carcassonne – 11). Plus d’informations ici.

Jeudi 7 avril de 18h à 20h :

Afterwork « Cyber Attaques : comment vous protéger ? », organisé par la CPME Gard, en partenariat avec le Réseau Cybermenaces (RCM) de la Direction Centrale de la Police Judiciaire de Montpellier et le Groupe AEN, Ecole d’Ingénierie Informatique, à Alès.

Jeudi 7 avril de 14h à 17h :

Atelier collectif « Êtes-vous prêts à vous lancer ? », organisé par la CCI Hérault, à Lunel (131 place des Martyrs de la Résistance). Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 12 avril de 9h à 12h30 :

« Pourquoi le calcul quantique attire autant d’investisseurs publics et privés ? », organisé par l’agence AD’OCC et la Cité de l’Économie et des Métiers de Demain à Montpelier (132 Boulevard Pénélope). Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 12 avril de 9h30 à 16h :

« Journée Filière Eolien en Mer Flottant Wind’Occ », organisée par l’agence AD’OCC, la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, le Parlement de la Mer, le Pôle-Mer Méditerranée et CEMATER, à Port-la-Nouvelle (11). Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 14 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Montauban, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Rue Salvador Allende, Montauban – 82). Plus d’informations ici.

Jeudi 14 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Saverdun, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région. Plus d’informations ici.

Jeudi 14 avril de 9h30 à 17h30 :

« Job Dating alternance », organisé par les écoles Digital Campus Montpellier, ESG Montpellier et Esarc Evolution Montpellier et Paris School of Technology & Business Montpellier. Inscription obligatoire avant le 1er avril ici.

Mardi 19 avril de 9h à 17h :

« Journée achats – UGAP », organisée par Leader Montpellier et Leader Occitanie, en partenariat avec la Région Occitanie et Montpellier Méditerranée Métropole, à Montpellier (salle Fernand Pelloutier – 15 place Zeus).

Mardi 19 avril à 18h30 : 

Soirée Eco avec une conférence sur le thème « La maîtrise énergétique, quels enjeux pour les entreprises, commerces et artisans ? », organisée par la ville du Crès, à l’Agora (Voie Domitienne – Le Crès, 34). Plus d’informations ici. Entrée libre sur inscription : economie@lecres.fr

Mercredi 20 avril de 16h30 à 21h :

« Formateur’s Dating », l’évènement des professionnels de la formation, organisé par Emploi LR et CSFC Occitanie, à Montpellier (34). Plus d’informations ici. Inscription obligatoire via ce lien.

Du mercredi 20 au vendredi 22 avril :

1ère édition « Forum Économie circulaire des Énergies bas carbone pour la Transition énergétique » (FEET), organisée par le CEA, l’ADEME, l’Institut national de l’économie circulaire (INEC), la Région Occitanie et Montpellier Management, à Montpellier Management (Campus Richter, Rue Vendémiaire, 34). Plus d’informations ici et inscription gratuite via ce lien.

Jeudi 21 avril de 14h à 17h :

Atelier collectif « Êtes-vous prêts à vous lancer ? », organisé par la CCI Hérault, à Béziers (308 rue de Chiclana).Plus d’informations et inscription ici.

Jeudi 21 avril de 18h à 21h :

Conférence « Tournée de la Grande Relance », organisée par la CCI Hérault, à Montpellier Business School (2300 avenue des Moulins). Plus d’informations et inscription ici.

Vendredi 22 avril de 11h à 12h :

« Webinaire Diversification aéronautique : zoom sur les salons mobilité et énergies renouvelables », organisé par l’agence AD’OCC. Plus d’informations et inscription ici.

Mardi 26 avril de 9h à 23h : 

Le Festival des Entrepreneurs « Big Tour 2022 », organisé par Bpifrance, sera à Montpellier (Esplanade Charles de Gaulle, Le Rockstore). Plus d’informations ici.

Mercredi 27 et jeudi 28 avril :

medFEL, porté par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et organisé par l’Agence régionale de développement économique AD’OCC et SPAS Organisation, au Parc des Expositions de Perpignan. L’événement réunit l’ensemble des acteurs de la filière Fruits et Légumes en regroupant 200 exposants durant 2 jours de salon et de conférences. Plus d’informations ici.

Jeudi 28 avril de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) d’Alès, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région (Parc des expositions d’Alès Agglomération – 30). Plus d’informations ici

Jeudi 28 avril de 9h à 12h :

Atelier collectif « Êtes-vous prêts à vous lancer », organisé par la CCI Hérault, à Mauguio (avenue Jacqueline Auriol, Zone aéroportuaire Montpellier-Méditerranée). Plus d’informations et inscription ici.

Vendredi 29 avril de 9h à 16h :

Formation « Créer ma micro-entreprise : les clefs pour démarrer », organisée par la CCI Hérault, à Béziers (308 rue de Chiclana). Plus d’informations et inscription ici.

MAI

Lundi 2 et mardi 3 mai de 9h à 17h :

1ère édition « Dégustez en V.O ! », organisée par l’AOP Languedoc, la Mairie de Montpellier, la Métropole de Montpellier, la Région Occitanie et le Département de l’Hérault, à Montpellier. Salon ouvert gratuitement à tous les visiteurs professionnels. Inscription ici.

Mercredi 11 mai :

« Entretenir et transformer la voirie de proximité, pour accueillir les nouveaux usages », organisé par la FRTP Occitanie au Palais des Congrès du Cap d’Agde.

Jeudi 12 mai de 9h à 17h :

Salon TAF 2022 (Travail, Avenir, Formation) de Figeac, co-organisé par la Région Occitanie, Pôle Emploi, les Missions locales ainsi que différents partenaires institutionnels de la Région. Plus d’informations ici.

Jeudi 12 mai :

« Financer son projet : “Booster mon projet !” 2022 à Millau », organisé par l’agence AD’OCC et Macéo. Plus d’informations et pré-inscription ici.

Du samedi 14 mai au dimanche 15 mai de 10h à 18h : 

4e édition du salon E-cap – salon de la mobilité électrique et de l’éco-responsabilités, organisé par la ville d’Agde, à l’Esplanade Pierre Racine au Cap d’Agde. Plus d’informations ici.

Du lundi 16 au mercredi 18 mai de 9h à 18h :

Édition 2022 du FOWT, événement mondial dédié à l’éolien offshore flottant, organisé par Pôle Mer Méditerranée, au Corum de Montpellier. Plus d’informations ici.

Jeudi 19 mai à 18h :

« Fête des lauréats Réseau Entreprendre 2022 », organisé par le Réseau Entreprendre Occitanie Méditerranée, au Pasino de la Grande Motte (335 Allée des Parcs). Plus d’informations et inscription obligatoire ici.

JUIN Jeudi 9 et vendredi 10 juin :

Montpellier Capital Risque 2022, organisé par la CCI Hérault, au Domaine de Biar (Lavérune – 34). Plus d’informations ici.

Du 9 au 11 juin :

B2B Rocks, au Domaine de Biar (Lavérune – 34). Plus d’informations et inscription ici.

Dimanche 12 et lundi 13 juin de 10h à 18h :

E-Cap : Salon de la mobilité électrique et de l’éco-responsabilité, organisé par la ville d’Agde, sur l’Esplanade Pierre Racine, au Cap d’Agde. Plus d’informations ici.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Courage et chocolat !

Les Indiscrétions sont une newsletter gratuite. Vos données ne seront pas communiquées à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire en un clic.

Les dernières Indiscrétions

Orchestra, histoire d’une résilience

Xavier Bringer (ABCD) qui appelle à la création d’un fonds d’État pour reprendre les copropriétés vieillissantes du littoral, une nouvelle directrice de territoire pour plancher sur Cambacérès et Ode à la Mer à Montpellier, Simon Associés plante son drapeau à Toulouse, une nouvelle présidente chez les Notaires de l’Hérault, les puissantes ambitions d’Advini (viticulture), l’interview d’André Joffre (pôle Derbi) sur les perspectives aveuglantes du solaire, et plein d’autres palabres urbaines.
« New Orch repart », Les Indiscrétions de la semaine du 16 mai sont à croquer en cliquant ci-dessous.
Courage et chocolat !

lire plus

Croissance molle, emplois fous

La démission de Samuel Cette à Toulouse, la maintenance ferroviaire a son pôle de formation à Nîmes, l’immobilier dans tous ses états à Béziers, l’année record des céréaliers d’Arterris, la grosse actu pour Mon Chasseur Immo (proptech), et pleins d’autres palabres urbaines.
« Croissance molle, emplois fous », Les Indiscrétions de la semaine du 9 mai sont à croquer en cliquant ci-dessous.
Courage et chocolat !

lire plus

Manu le malin

30 M€ investis à Font-Romeu, du nouveau au Crédit Agricole du Languedoc, Michel-Édouard Leclerc à Carcassonne en juin, le rire de Cabu, ArtFx challenge ses étudiants dans les jeux vidéo, Jacques Pourcel (Jardin des Sens) se confie, et plein d’autres palabres urbaines.
« Manu le malin », Les Indiscrétions de la semaine du 25 avril sont à croquer en cliquant ci-dessous, et ça croustille !
On breake lundi prochain pour mieux vous retrouver le 9 mai.
Courage et chocolat !

lire plus

Il ne lâche rien

Hubert, Montpelliérain depuis 40 ans (avec quelques infidélités londoniennes et parisiennes), est diplômé du Centre de Formation des Journalistes Paris (2001). 

Lire plus

Signes distinctifs sur sa carte de presse 95598, la quête de clarification et de saine problématisation, dans un monde souvent entravé par les acronymes abscons, la langue de bois, les approximations et les infox.

Hubert a été auditeur de la session 2019-2020 du Chede (cycle de hautes études pour le développement économique). Un réseau national constitué de chefs d’entreprise, élus, préfets, hauts fonctionnaires, cadres de collectivités…, précieux.

Avant de jouer sa partition, il a fait ses gammes pendant 18 ans (2001-2019) à La Lettre M, média économique régional de référence. Il y a commencé stagiaire, avant d’évoluer au fil des ans jusqu’au poste de rédacteur en chef, contribuant activement au développement du titre à Toulouse entre 2015 et 2018.

Heureusement qu’elle est là

Francilienne, résidant à Montpellier depuis 2018 et diplômée de Sup de Com’ Montpellier (2020), Sarah a rejoint Agencehv en CDI début octobre 2020.

Lire plus

Ses missions : rédaction d’articles sous l’autorité de Hubert Vialatte, veille média, structuration de la stratégie et de l’organisation, création graphique, mise en page, social media management, mise en ligne et promotion des Indiscrétions. 

Sarah porte un intérêt au métier de journaliste. Son mémoire de fin d’étude porte ainsi sur le thème « L’impact de l’Intelligence Artificielle sur la presse en ligne et le journalisme ».

Amélie dite « de Cazilhac »

En stage, de mars à septembre 2021, chez Agencehv, Amélie Cazalet poursuit son chemin en alternance en marketing et communication, toujours au sein de l’agence.

Lire plus

Originaire des Cévennes, plus précisément de Cazilhac (d’où « Amélie de Cazilhac », on trouve que ça sonne bien), elle est actuellement en Master 2 Marketing, Médias et Communication à Montpellier Management (Université de Montpellier).

L’experte, de Paris à Palavas

Diplômée de l’université de Montpellier en science politique, et forte d’une expérience de 10 ans dans le secteur de la communication et de l’événementiel, Fanny Bessière est cheffe de projet au sein d’Agencehv.

Lire plus

Rédaction, communication, préparation d’évènements, partenariats… Elle accompagne l’agence dans ses nombreux développements. D’origine francilienne, elle est tombée sous le charme de la douceur de vivre à Palavas-les-Flots il y a plus de 13 ans. Pour ne plus repartir.

Alexandra Prieux Les Indiscretions
Laurent Blondiau Les Indiscretions

PAS ENCORE ABONNÉ-E

AUX INDISCRÉTIONS ?

 

Recevez chaque lundi à 18h18, gratuitement, Les Indiscrétions sur votre boîte mail

Politique de confidentialité

Inscription réussie

Share This