Pas de baby-foot dans le bureau


Antoine Frey, Groupe Frey

Le PDG de la foncière Frey vit mal l’abandon du projet Shopping Promenade à Pérols (34). « Depuis 6 ans (date où Frey a remporté le concours lancé par l’agglomération de Montpellier, NDLR), nous avons modifié le projet en de nombreux points, à la demande de la collectivité, confie-t-il. J’ai vécu cet abandon de façon douloureuse. Personne ne nous a appelés pour nous le signifier. Juridiquement, une collectivité n’a pas le droit de rompre un contrat de façon unilatérale. Bien sûr, Michaël Delafosse (nouveau président de Montpellier Méditerranée Métropole) décide de l’aménagement de son territoire. Soit il souhaite que le projet soit transformé, et on restera ouverts pour continuer à répondre à la demande publique, car nous considérons que Montpellier est un territoire dynamique. Soit M. Delafosse ne nous demande pas de refonte de notre projet, et il y aura deux solutions : nous trouvons un accord amiable, ou les tribunaux trancheront. » Antoine Frey en veut surtout à Philippe Saurel, qui a officialisé l’abandon du projet peu avant le 2e tour des élections municipales. « Je me suis fait éconduire comme un voyou par Philippe Saurel, qui a assassiné le projet de façon violente et cavalière. C’est inadmissible et inqualifiable et j’ajoute que cette décision n’a pas aidé Philippe Saurel à sauver sa peau politiquement. Je n’ai jamais vécu cela ailleurs en France, a fortiori sur un projet dont la collectivité est elle-même à l’initiative. Sur ce dossier, on veut impérativement que Frey ait la rage, mais nous n’avons pas la rage. » Frey a assigné le Groupe Serm/SA3M en justice avant le 2e tour des élections municipales. La somme de 77 M€ est demandée. « C’est un chiffrage qui ne sort pas d’un chapeau, et qui a été établi par nos avocats, conclut-il. Il englobe les fonds investis et les dommages subis. Depuis six ans, nous avons une équipe de 8 personnes dédiée à ce projet. Sans compter les intervenants extérieurs : architectes, bureaux d’études… Soit 40 personnes au total. » Sorte de nouveau quartier, le projet de Shopping Promenade (architecte : L 35) prévoit 61.000 m2 de commerces (42.000 m2 issus de transferts d’enseignes situées à zone inondable et 19.000 m2 de nouvelles surfaces commerciales), 14.500 m2 de bureaux, un hôtel de 102 chambres, 12.900 m2 de surfaces de loisirs, sport et culture, et 3.900 m2 de services dont un pôle santé. Les autorisations commerciales sont « purgées de tout recours », et le chantier était prêt « à démarrer dans quelques mois », indique le dirigeant. Antoine Frey se dit « prêt à rencontrer Michaël Delafosse. Son état d’esprit est apaisé », conclut-il. Le groupe champenois vient d’exporter son concept de Shopping Promenade en Catalogne. Plus à lire sur Shopping Promenade Pérols dans Les Échos, début août.


Virginie Moreau, L’Hérault Juridique et Économique

Un bel exemple de promotion interne et de prime à la fidélité. Virginie Moreau, qui assure depuis seize ans l’animation de la rubrique Culture et la cogestion du service rédaction, est nommée au poste de rédactrice en chef de l’HJE à partir du 1er août. Daniel Croci, qui a assuré cette fonction depuis la création du titre, il y a 22 ans, est appelé à exercer de nouvelles fonctions auprès de Pierre-François Canet, directeur de la publication, notamment pour le développement et la notoriété du titre. Il continuera occasionnellement à écrire pour le journal, « en particulier pour les dossiers spéciaux et suppléments », indique Daniel. Après un cycle d’études économiques et juridiques, Virginie s’est dirigée vers le journalisme et la correction, auxquels elle s’est formée au Centre d’Écriture et de Communication à Paris, sous l’égide notamment de Jean-Pierre Colignon, alors « grand correcteur » au journal Le Monde. Elle a débuté sa carrière chez Prisma Presse, à Paris, au sein de Télé Loisirs, où elle dirigeait une équipe de 9 personnes. Elle a intégré la rédaction de l’HJE le 1er juin 2004. Tous nos vœux de réussite pour cette nouvelle aventure !


Nadia Pellefigue, Région Occitanie

« Toutes les entreprises qui licencient n’ont pas à appliquer des PSE. C’est le cas pour les PME de moins de 50 salariés, rappelle Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie déléguée au développement économique, le 16 juillet en session plénière, tout en détaillant les aides mises en place par la Région. Et la presse ne s’en fait pas l’écho ». Ce qui n’est pas faux : un plan social à Airbus est toujours plus médiatique que 3.000 licenciements disséminés dans 1.500 petites entreprises. Face à la crise dans l’aéronautique, la présidente de Région, Carole Delga, annonce son intention de créer son propre fonds et de l’ouvrir aux autres régions concernées, comme la Nouvelle-Aquitaine et les Pays-de-la-Loire. La Région Occitanie va aussi se doter d’une agence régionale d’investissement pour entrer directement au capital de certaines entreprises jugées stratégiques et inciter à la relocalisation industrielle. Par exemple (et au stade de pré-projets) : la création d’une usine de pâtes dans l’Aude, ou l’adoption d’un programme Usine du Futur chez Cameron (Schlumberger, Béziers).


Hind Emad, Faciligo et 3M

Comme annoncé en exclusivité dans les Indiscrétions du 29 juin (« La canne de Georges »), Hind Emad, fondatrice et dirigeante de Faciligo, va prendre la vice-présidence ‘développement économique et innovation’ de Montpellier Méditerranée Métropole.

Vikie Ache, Ville de Pau

Vikie Ache, chef de projet innovation à la mairie de Pau (64), lance le projet Simone & Co. Il s’agit d’une box destinée aux femmes en difficulté (SDF, femmes seules, étudiantes…) qui contient des protections hygiéniques, des produits d’hygiène et des échantillons beauté. Plus d’infos à lire ici.

Saint-Gilles. La commune gardoise porte avec la SAT un projet de musée sur le site de la célèbre abbatiale, chiffré à plus de 6 M€ et prévu pour 2025. À lire dans Les Échos web, cette semaine.

FPI. Les délégations de la FPI (Fédération des promoteurs Immobiliers) Occitanie Méditerranée, mises en place depuis 2018 par son président Laurent Villaret, « vont prochainement être changées, afin de coller à l’urgence de la reprise post-covid, aux nouvelles équipes municipales et à la transition écologique dans l’acte de bâtir », indique ce dernier.

Béziers (1). Robert Ménard, nouveau président de Béziers Méditerranée, entend freiner l’expansion des terrains à vocation commerciale en périphérie, pour revitaliser le centre-ville. Des zones d’activités pourraient être retravaillées, comme le technoparc de Mazeran (70 hectares), qui pourrait accueillir du négoce, de la petite logistique, des industries propres et de l’artisanat. Autre dossier : la gestion des déchets, « avec des investissements lourds, sur plusieurs années, en matière de centres d’enfouissement et de valorisation », indique une source proche.

Béziers (2). Le co-président de l’AS Béziers (ASBH) Pierre-Olivier Valaize a annoncé dimanche son départ du club, quelques jours après l’annonce de son maintien en Pro D2 grâce à la validation des comptes. « Ça fait neuf ans que je me bats pour l’intérêt du club tous les jours, bénévolement […]. J’avais déjà décidé de passer la main. C’est ferme et irrévocable. Je suis content, on a quand même sauvé le club », a déclaré le dirigeant dans les colonnes du journal Midi-Libre. Propos confirmés dimanche soir par Pierre-Olivier Valaize à l’AFP, à lire ici.

Saur. Rififi au Grand Pic Saint-Loup. Le tribunal administratif de Montpellier a annulé fin 2019 la procédure de passation de la délégation de service public pour l’exploitation du service public d’assainissement collectif (secteurs Saint-Gély-du-Fesc et Saint-Mathieu-de-Tréviers) à Nicollin Eau par la communauté de communes du Grand Pic-Saint-Loup. La procédure n’est annulée « qu’à compter de la phase de choix entre les offres finales des candidats », indique le jugement du tribunal administratif. La direction déléguée Sud-Est de la Saur avait contesté la régularité de cette attribution. Dans un courrier au vitriol, envoyé fin 2019 à l’intercommunalité présidée par Alain Barbe, Fabrice Hazard, directeur délégué Sud-Est de la Saur, évoque de « graves irrégularités ». « Il est vain de contester l’évidence. L’offre Saur se trouve la mieux placée sur le terrain économique dès lors que, pour une facture de 120 m3, elle est moins-disante de 14 % par rapport à celle du candidat Nicollin. Ce n’est qu’à la faveur d’un laborieux raisonnement, fondé sur une surestimation du nombre d’abonnés à l’origine du contrat, que notre offre se trouverait remise en cause. Nous nous permettons d’émettre les plus vives critiques quant au sérieux d’une telle analyse (…). Nous ne voulons pas croire qu’il existerait dans la présentation de chiffres erronés une volonté de travestir la réalité. Nous constatons à cet effet que le chiffre d’affaires mentionné dans votre lettre (3 266 452 €) ne correspond pas à celui qui figure dans notre dernière offre (3 297 675 €) (…) Il est troublant que la suppression de notre dispositif d’aide social (Pass’eau) nous ait privé d’un avantage distinctif. »

Loyauté. Autre beau symbole de progression interne, avec celui de Virginie Moreau à l’HJE (lire ci-dessus, « À l’affiche »). Un promoteur immobilier montpelliérain poste sur Linkedin une photo sur laquelle se trouvent toutes ses cartes de visite depuis son entrée dans l’entreprise. Jusqu’à la dernière, celle correspondant à son nouveau poste, celui de directeur adjoint.  « Je dois beaucoup à mon employeur, qui m’a fait évoluer et m’a fait confiance. Aujourd’hui, ma loyauté est récompensée », explique-t-il à l’HJE (article à paraître ce jeudi, avec les précisions).

Ça bouge. Sophie Arutunian, journaliste économique à Touléco (Toulouse), quitte la rédaction et est nommée responsable pédagogique de l’ISCPA (Blagnac – 31). Matthieu Reynier est nommé directeur immobilier Languedoc-Roussillon d’Eiffage Immobilier. Vincent Delorme est nommé directeur général délégué de Territoire 30 (GIE Segard -SPL 30), où il succède à Catherine Decaudin (retraite), qui occupait ce poste depuis 23 ans. Territoire 30 « élabore actuellement un plan de développement au service des acteurs publics et privés qui vise, d’une part à conforter son positionnement d’opérateur ensemblier en aménagement et construction et d’autre part à diversifier ses champs d’intervention pour répondre aux enjeux de la transition énergétique, de la valorisation d’actifs patrimoniaux et de l’aménagement des centres anciens ».

AG du pôle de compétitivité Aqua Valley (filière de l’eau, président : Sylvain Boucher), le 30 juillet.

Actes. « Il faut toujours plus de proximité et d’agilité. C’est l’un des enseignements du Covid-19, déclare Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie. Le nouveau concept de décentralisation du gouvernement devra donner toute sa place aux territoires, et notamment aux Régions. Nous attendons des actes de la grande conférence des territoires. »

DGS et baby-foot. « Je cherche une DGS. Plutôt une », confie Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, ce lundi 20 juillet, en marge d’une interview accordée à Touléco. Autres à-côtés : la probable démolition de l’ancien Hôtel de Ville, en centre-ville, pour faciliter l’émergence d’une offre de logements et de bureaux en hypercentre. Et, dans un registre plus anecdotique, la disparition du baby-foot qui trônait dans le bureau du maire, lorsque Philippe Saurel l’occupait. « Ce baby-foot nous a valu, à Montpellier, d’être la risée des ministres », glisse Michaël Delafosse.

Bureaux. Dans l’immobilier tertiaire, le premier semestre marque bien une baisse des transactions dans l’aire montpelliéraine (Indiscrétions du 13 juillet). Michel Peinado, directeur associé d’Arthur Loyd Montpellier Nîmes, ne nie pas la baisse sur les bureaux, mais la tempère. « Lors du premier semestre 2019, nous avons enregistré deux très grosses transactions : celles d’Orange, pour son futur campus, et de Crédit Agricole Technologies et Services. Ces deux transactions s’élèvent à 30.000 m2 en cumulé. On n’en a pas tous les ans ! ». Autre phénomène, extérieur à l’impact du Covid-19 : le manque d’offres neuves. À lire dans l’HJE, ici.

Agence. Grégory Blanvillain, président de la CPME 34, pourrait prendre la présidence de la future agence de développement économique de Montpellier Méditerranée Métropole.

Sète Agglopôle. Le siège de la communauté d’agglomération de Sète Agglopôle Méditerranée (président : François Commeinhes), actuellement situé à Frontignan, pourrait s’implanter dans la nouvelle Zac Entrée Est à Sète, apprend-on de source proche.

Aménagement. Lebunetel & Associés (architectes-urbanistes, Montpellier) achève la définition du dossier de consultation d’un macrolot multiprogramme de près de 20.000 m² à Aubervillliers, pour un démarrage prochain du chantier. Partenaires et visuels du programme sur le compte Instagram de l’agence, ici.

Cœur d’Hérault. Initiative Cœur d’Hérault (ICH, présidente : Sylvie Painvin) organise un afterwork, cette semaine au château de Malmont à Villeneuvette (34) pour mettre à l’honneur des entreprises qui ont été soutenues à leur démarrage par ICH, et pour promouvoir le rôle du parrainage. Parmi les projets mis en avant : restaurant Souka (Aniane), TCE Paysages (Ceyras), « Touche finale » (carrossier peintre, Paulhan), Phil Terrassement 34 (terrassement, Saint-Étienne-de-Gourgas), Piccadily (boutique de prêt-à-porter, Clermont-l’Hérault), Go thérapie (équithérapeute, Gignac)… ICH finance en moyenne, chaque année, 37 entreprises, avec 90 emplois créés ou maintenus, et 2,16 M€ investis dans l’économie locale, dont 277 k€ de prêts à taux zéro. Le cœur d’Hérault qui a été récemment le sujet de l’un de mes reportages, avec le nouveau maire Gérard Bessière et deux opérateurs immobiliers, à visionner ici.

Professeur apprenant. « Le 26 mars, j’ai donné mon premier webinair, avec HEC Montréal, explique le professeur Olivier Torrès, président de l’observatoire Amarok (santé des dirigeants). Je ne savais même pas ce qu’était Zoom ! À la fin du webinair, j’avais l’impression d’avoir effectué un saut incroyable. Je bondissais de joie dans mon jardin. J’en suis aujourd’hui à 23 webinairs, ai acheté une licence Zoom, et ai appris les conditions de réussite d’un webinair. »

« Je vous le dis en off ». Il faut être très précis sur la signification précise du ‘off’ auprès d’un journaliste. Est-ce un élément d’information que le journaliste peut publier, sans citer la source ? Ou est-ce un élément d’information qui est porté à la connaissance du journaliste pour sa compréhension d’un dossier, mais qu’il ne faut pas publier car une parution porterait un préjudice à l’émetteur du message ou à l’entité au nom de laquelle il s’exprime ? Au journaliste, aussi, d’être clair dans ses intentions, en posant des questions claires : « Puis-je l’écrire ? », « Quand puis-je l’écrire ? », « Merci pour votre confiance, l’information semble prématurée. Quand puis-je la faire paraître tout en gardant l’exclusivité ? » Vous l’aurez compris : le off est une navigation sur une ligne de crête. Entre souci légitime de l’exclusivité et l’indispensable confiance accordée par les sources. Je vous le dis en off : c’est un métier.

J’avais vu juste sur l’élection de Robert Ménard à la présidence de Béziers Méditerranée (à lire dans le JDD, ici) et pour celle de Michaël Delafosse à Montpellier (à lire dans Les Échos, ici) . Il y a bien un jour où je vais me planter. Et là, les copains-confrères du coin pourront médire de moi. Un peu de patience…

« Lancez les appels d’offres ! Penser qu’il suffira de relancer les projets après l’été pour relancer la machine, c’est condamner dès aujourd’hui de nombreuses TPE/PME. Il est urgent de donner de la visibilité aux entreprises… dès maintenant ! »

Le Toulousain Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des Travaux publics, s’adressant aux nouveaux blocs communaux (mairies et intercommunalités).

Occitanie Est

La commune de Nissan-lez-Enserune lance un avis pour l’aménagement du site du pôle médical.

La SPL Agate lance un avis pour un accord-cadre de prestations intellectuelles pour la réalisation de levés topographiques et de missions de géomètres experts pour l’ensemble des travaux d’aménagement de la Zac Marché Gare Nîmes.

La SMTP du Bassin d’Alès lance un avis pour la réalisation du schéma Modes Actifs du Bassin d’Alès.

La communauté communes Vallée de l’Hérault lance un avis de marché pour la construction de la station d’épuration de la commune de Saint Pargoire.

La commune de Pont-Saint-Esprit lance un avis de marché de travaux pour la construction de la nouvelle gendarmerie.

La CPAM des Pyrénées-Orientales lance un avis pour une mission de maîtrise d’œuvre pour un projet de rénovation et d’isolation des façades du siège de la CPAM.

La commune de Lunel lance un avis pour des prestations d’entretien du réseau pluvial.


Occitanie Ouest

L’association Parcours d’Architecture lance un avis de maîtrise d’œuvre pour l’opération ‘Sauvegarde et restauration de l’ancien atelier de l’architecte Edmond Lay à Barbazan-Debat’.

Le CHU de Toulouse lance un avis pour une consultation pour la cession d’un terrain situé sur le site de Purpan, rue Jaufre Tudel à Toulouse.

La communauté d’agglomération de l’Albigeois lance un avis pour une mission d’assistance aux entreprises du territoire albigeois dans leur achat d’énergie gaz et électricité verte.

La SPL Arac Occitanie lance un avis pour la maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation et la restructuration d’un bâtiment en vue de créer un espace ‘tiers lieu’ en centre-ville de Portet-sur-Garonne.
 
La commune de Cugnaux lance un avis pour des travaux de rénovation globale et extension du gymnase Jean Bouin.

> Pas encore abonné-e ? Envie d’abonner un-e ami-e ?
Recevez chaque lundi, gratuitement, Les Indiscrétions sur votre boîte mail
www.hubertvialatte.com/abonnement-aux-indiscretions/

Rejoignez la communauté !