hubertvialatte.com

Foot : 200 ultras montpelliérains demandent justice pour Casti

News

Foot : 200 ultras montpelliérains demandent justice pour Casti

Environ 200 membres des Ultras, principalement de Montpellier, ont demandé samedi 27 septembre devant le stade de La Mosson « justice pour Casti », surnom d’un suppporteur ayant perdu l’oeil droit en 2012 par un tir de flash-ball à la suite d’échauffourées entre supporteurs et forces de l’ordre.

Vêtus de T-shirts noirs, arborant les slogans « Justice pour Casti, Ultras unis pour une vérité », ils ont marché entre Juvignac et le stade en fin d’après-midi. En tête de cortège se trouvait Florent Castineira, 23 ans, dont l’oeil droit invalide était recouvert d’un pansement où figurait la mention « Ultras libres ».

Celui-ci a été atteint d’un tir de flash-ball le 21 septembre 2012 après le match Montpellier-Saint-Etienne.

« Ce jour-là, j’étais assis à la buvette, rien d’autre, au moment des faits », déclare Casti à l’AFP. « Les policiers de la BAC n’étaient pas en danger lorsqu’ils ont tiré, alors qu’ils venaient d’interpeller un jeune supporteur qui s’était débarrassé d’un fumigène et s’était réfugié dans la buvette. Les policiers doivent reconnaître qu’ils ont fait une erreur, et en rendre compte. Nous (les Ultras, NDLR), dès qu’on fait la moindre erreur, on la paye. Et la police, elle, aurait le droit de faire de grosses erreurs, comme crever un oeil, sans être inquiétée », a déclaré « Casti » à l’AFP.

« Rien ne permet d’affirmer que c’est un tir policier, affirmait en 2012 à l’AFP le porte-parole du ministère auprès de l’AFP. Ce qui est sûr, c’est que des fonctionnaires de police ont été très violemment pris à partie par une trentaine d’individus et ils ont dû faire usage de la force pour se dégager ».

Pour « Roux », 27 ans, venu de Lyon avec une quinzaine d’Ultras du Virage Sud de Gerland, « ce qui est arrivé à Casti peut arriver à n’importe qui. A ce jour, aucune justice n’est établie dans cette affaire. Le policier a tiré à hauteur de tête, ce qui est interdit ».

« La répression dans la foot grandit de semaine en semaine. On le voit à l’approche de l’Euro 2016 en France », a-t-il ajouté.

Pour Casti et ses avocats, le marathon judiciaire continue. En mai dernier, le parquet a plaidé la légitime défense et dédouané l’auteur du tir, selon le quotidien Midi Libre de ce samedi.

Les avocats du jeune homme demandent pour leur part à pouvoir visionner le film de la caméra de vidéo-surveillance, à récupérer le dossier médical du blessé, ainsi qu’une confrontation avec le brigadier qui a utilisé son arme.

Le parquet général s’est déclaré favorable à ces trois demandes, la chambre de l’instruction devant rendre sa décision le 30 octobre.

Facebook
Publié dans Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

*


.