hubertvialatte.com

Le vrai Euro 2012

Coups de gueule, poil à gratter...

Retrouvez dans cette rubrique l'intégralité des billets du lundi

Le vrai Euro 2012

Difficile d’y échapper : la Pologne et l’Ukraine coorganisent le championnat d’Europe de football, du 8 juin au 1er juillet. En langage codé, les footeux disent « Euro 2012 », devant leurs chéries atterrées. 2012 sera bien l’année de l’euro, mais au sens monétaire du terme. Le séisme part d’Athènes, empêtrée dans une impasse politique. Les prochaines élections législatives (17 juin) sont placées sous haute tension. Avec le spectre des extrêmes (néonazis et ultra-gauche), on revit un mauvais remake des tragédies antiques. Très discrètement – surtout, ne pas affoler les clients, et continuer à les gaver de pubs déconnectées -, mais très sérieusement, la galaxie financière se prépare à une sortie de la Grèce de la zone Euro. Christine Lagarde, big boss du FMI, a donné le ton, affirmant, en substance, que les Grecs n’ont qu’à payer leurs impôts, et que les gosses de Lagos sont plus à plaindre que ceux du Pirée. Violent et maladroit vu sa stature internationale, mais sur le fond très juste.
Même si l’ACP (autorité de contrôle prudentiel) se veut rassurante, ça pétoche sec dans les vestiaires du Crédit Agricole, présent en Grèce via sa filiale Emporiki. Aujourd’hui, une contagion de la crise à d’autres pays en difficulté – Espagne, Portugal, Irlande – suscite des interrogations, jusqu’à Washington et Pékin : les taux d’intérêt ont-ils atteint un niveau insoutenable ? Pourquoi les investisseurs lâchent-ils Madrid ? La Banque Centrale Européenne doit-elle intervenir ? Dans ce cancer des dettes publiques, faut-il jouer l’attaque, avec une croissance européenne financée par des Eurobonds (piste Hollande), ou la défense, avec la rigueur budgétaire défendue par Berlin ?
Une seule chose est sûre : au moment où elle aurait tant besoin d’unité, l’Europe politique est devenue un sacré bordel. C’est cette absence de vision commune, ce trop-plein de technocratie, qui entraîne les peuples dans l’abîme. Il est un principe très simple qu’on enseigne aux enfants pratiquant un sport collectif, et qui sacrera le vainqueur de l’autre Euro 2012 : pour gagner, il faut jouer en équipe.

Facebook

> je m'abonne au billet <

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le vrai Euro 2012

  1. Thibs UK dit :

    Excellent parallele des Euros….
    L’angleterre est tres inquiete de l’accueil des supporters qui feront le deplacement en Ukraine pour l’euro (celui du foot).
    La BBC a passé un reportage sur la violence et les derives extremistes hebdomadaires des « supporters » urkrainiens…

  2. David Watts dit :

    A la fin, c’est toujours l’Allemagne qui gagne

  3. Troll dit :

    Effectivement, je confirme les propos de Thib: les Polonais et les Ukrainiens sont désormais dans le Top 5 du hooliganisme européen, les Polonais ayant pris la tête de ce palmarès il y a déjà de nombreuses années (cf. Pologne-Angleterre en 1996 par exemple). Une jeunesse sportive et beaucoup moins réprimée qu’en Europe occidentale a permis à la Pologne de pouvoir s’enorgueillir de compter dans sa population le nec plus ultra de la violence footballistique européenne (toutefois très en-deçà, je vous rassure, de nos homologues égyptiens ou sud-américains).
    Malgré tout, à titre personnel, je continue de faire allégeance à nos voisins d’outre-Manche (et si je peux les accompagner cet été découvrir les charmes de nos cousins slaves, ce sera avec plaisir…).

    COME ON ENGLAND !!

Laisser un commentaire

*

pour sécuriser vos commentaires *


.