hubertvialatte.com

Le low cost appauvrit

Coups de gueule, poil à gratter...

Retrouvez dans cette rubrique l'intégralité des billets du lundi

Le low cost appauvrit

Le low cost (bas prix), voire la gratuité, des biens et services, c’est tendance. Côté rails, la Région Languedoc-Roussillon et la SNCF mettent petit à petit en place le TER (train express régional) à un euro – en clair, 1 euro pour faire du shopping à Nîmes, voir des toros à Béziers ou prendre un verre à Collioure. A Aubagne, on a le sens de l’exagération : le futur tramway sera carrément gratuit. Dans les lycées, cette même Région LR offre des ordinateurs portables aux élèves depuis septembre dernier. Du lundi au vendredi, des dizaines de milliers de journaux gratuits – Metro, 20 Minutes, Direct + – sont à disposition des usagers des transports en commun dans les grandes métropoles. A chaque période de soldes, c’est la guerre. Les hard-discounters poussent comme des champignons. Le logement social est présenté comme solution au mal-logement et les Restos du Cœur à la paupérisation rampante – quelle ambition ! En l’air, Ryanair&co rendent l’ailleurs accessible aux sur-smicards.
Qu’est-ce qui justifie la vague low cost ? Le marasme économique, bien sûr. L’idée est de garder captive une clientèle sans le sou. La propagande politique, aussi : on donne à une frange des électeurs avec l’argent des contribuables (pas forcément la même frange). Il y a aussi l’inventivité et la capacité de travail de quelques chefs d’entreprises atypiques, comme Niel avec Free ou Afflelou avec Afflelou. Va pour la logique commerciale.
Monsieur low cost est un petit pervers pas isolé. Son action ringardise les vraies questions. Du genre : pourquoi les salaires moyens sont-ils aussi minables en France ? Qui finance la gratuité ou quasi telle des ordinateurs, des tramways, des TER ? L’information gratuite n’est-elle pas la fossoyeuse du métier de journaliste ? Danone ne donnerait pas ses Activia pour faire la nique à Nestlé !
Sous ses airs sympas, Monsieur low cost est un terroriste de l’intérieur, qui a l’aval des puissants. En pensant faire des affaires, les clients perdent de vue qu’ils sont des pions sur des échiquiers économiques au mieux ineptes, souvent injustes. Emprunter 300 000 euros pour acquérir un appartement tout juste décent est une imposture qui fait prospérer beaucoup de monde. Cracher 80 euros pour faire un plein d’essence aussi. Monsieur low cost fait croire qu’il faut consommer toujours plus pour être heureux. Il fait perdre la valeur des choses et anesthésie les sujets sensibles. Avant, le monde était peut-être triste en noir et blanc, mais il était plus cohérent : les pauvres acceptaient d’être pauvres, et la France ne comptait pas trois millions de ménages surendettés.

Facebook

> je m'abonne au billet <

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le low cost appauvrit

  1. coustif dit :

    Très vrai !
    la note positive : heureusement grâce à Ryanair, on peut voyager !!!

  2. British Thib dit :

    Objection votre honneur!!
    Low cost pour les transports c’est un autre sujet que le surendettement et la surconsommation.
     
    Ceci dit c’est vrai que le low cost a un cout pour la region (TER), rien n’est gratuit, c’est juste quelqu’un d’autre qui paye la facture.

    Mais surtout il y a des low costs qui n’en sont pas, style Ryanair, qui te fait tout payer en options qui n’en sont pas: bagages, moyen de paiement, taxes d’aeroports etc…

    • hubertvialatte dit :

      Je pense qu’il y a un lien entre ère du low-cost, culte de la surconsommation et surendettement des ménages.

      Cette mode (dictature?) des trucs à moindre prix (ordis, TER à un euro, journaux gratuits, supermarchés discount) :
      – fait perdre le sens de la réalité, et de la valeur des choses, à bcp de gens.
      – valide implicitement le modèle du « consommer toujours plus », ce qui est pervers pour les ménages peu informés et fragiles, qui ont tendance à se surendetter (leur nombre augmente, les chiffres le prouvent).
      – est un moyen de ne pas poser les vraies questions qui gênent, notamment la faiblesse des salaires. Silencieusement, on devient un pays de clochards. 3 000 euros par mois de revenus, c’est le Pérou ! ce n’est pas normal dans la 5ème puissance mondiale.

      En clair, le low cost valide un système basé sur la paupérisation des travailleurs et le mythe de la consommation et de l’hypermobilité. A mon sens, il déresponsabilise les citoyens. Rien n’est gratuit. Chaque chose a une valeur.

  3. LANDES dit :

    une bonne analyse économique ; pourvu qu ils mettent les places au stade à un euro parfois ça ferait du bien à la fréquentation! AlleZ Paillade, obligé on est 1er!

Laisser un commentaire

*

pour sécuriser vos commentaires *


.